Le lundi 6 juin 2011

ÉconomieQuébec

M. Labeaume, optez pour le monorail, même en ville, et vous remplirez votre Colisée

Le tramway dans Québec risque fort de devenir le cauchemar des automobilistes

Par Jean-Pierre Plourde

Le monorail n’est pas arrêté par une tempête de neige ou de verglas, ce qui n’est pas le cas d’un TGV à trois fois le coût de construction. Je vous invite à revoir votre projet de tramway à l’intérieur de la ville de Québec et des environs.

Techniquement parlant, Québec, sans le monorail, n’a pas une population suffisante pour justifier la dépense d’un tel Colisée. Il pourrait vite devenir une charge sociale parce qu’il ne répondra pas à un besoin essentiel de la population locale dont le nombre est insuffisant pour  justifier la dépense permettant de rentabiliser l’investissement.

En travaillant avec nous pour la construction du monorail “trensquebec”, vous aurez une population d’environ 3 millions de personnes demeurant à une heure de trajet et en mesure d’assister aux évènements dans votre nouveau stade.

Avec le monorail, l’amateur de hockey de Montréal, du Saguenay, de la Beauce, de la rive sud de Québec et de beaucoup d’autres lieux pourra assister à une partie dans le Colisée de Québec et revenir coucher chez lui le soir même. Le monorail n’est pas arrêté par une tempête de neige ou de verglas, ce qui n’est pas le cas d’un TGV à trois fois le coût de construction.

Je vous invite à revoir votre projet de tramway à l’intérieur de la ville de Québec et des environs.

Le tramway sera dérangeant pour le trafic,  et, inversement, le trafic, accidents routiers et embouteillages occasionnels chambouleront régulièrement les horaires. S’il n’est pas à l’heure, les citoyens finiront par le bouder. Si vous retirez une voie de circulation aux autos pour la donner au tramway, vous réduirez les services à vos citoyens.

Le monorail ajoutera de la fluidité au trafic, vous n’aurez pas à priver les automobilistes de Québec d’une voie réservée pour lui. Vous libérerez les parcs des voix ferrées et les risques d’accidents avec les piétons, les enfants, les chiens et les chats domestiques etc.

Lors de fortes tempêtes de neige ou de verglas, le tramway devra rester au garage alors que le monorail va circuler sans être dérangé. L’hiver au Québec, c’est la moitié de l’année et plus, ne pas en tenir compte, c’est prendre beaucoup de risques.

Le monorail permettra aussi de réduire de beaucoup la durée des trajets entre les arrêts et assurera à vos citoyens des horaires réguliers et  stables en toutes circonstances.

En adoptant la même technologie que le monorail “trensquebec”, vous pourriez louer des navette au groupe pendant l’été pour accommoder le surplus de visiteurs, ce que vous ne pourrez pas faire avec le tramway.

Pensez à vos visiteurs arrivant par bateau de croisières, le monorail leur permettra de faire le tour de la ville en étant assuré qu’il ne resteront pas bloqué dans le trafic avant le départ du bateau, cet avantage à lui-seul pourrait être d’un apport économique important.

Le tramway dans Québec risque fort de devenir le cauchemar des automobilistes.

Avec le développement du nord, notre premier ministre veut nous transformer en “creuseurs de trous” temporaires, le temps de vider le sous-sol et de faire la vente de garage, ce n’est surement pas la façon de voir l’avenir du Québec.

Nos avons un bel avenir dans le monorail, sa réalisation nous permettrait la création de milliers d’emplois nouveaux et de qualité.

M. Labeaume, le Québec à besoin de vous.

Travaillons ensemble,
Jean-Pierre Plourde

6 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Marie-Eve Doré Le 7 juin 2011 à 8h20

    Quand des solutions intelligentes sont refusées par les “Décideurs”, on peut se questionner sur leurs motivations…

  2. 2 Jean-Pierre Plourde Le 8 juin 2011 à 12h26

    Merci Marie-Eve Doré pour votre commentaire.

    Nous assistons au Québec au deuxième dépouillement massif des biens des citoyens depuis celle de l’après conquête. En 1940 Hitler n’a rien inventé, il a pris l’exemple sur l’empire Britannique et la déportation des Acadiens.

    Aujourd’hui au Québec, les assassinats et les déportations massives de citoyens n’ont fait que changer de nom, au lieu de déporter les citoyens, on les exproprie. Le Canada nous fait encore la guerre, le pillage des territoires et des ressources continue. Il y a les anglos et les autres.

    Pour avancer dans le projet du monorail il faut une volonté commune d’avancer et le désir de notre population d’avancer et de se prendre en main.

    On passe la main sur toutes les bassesses qu’on nous fait subir à condition de ne pas nous déranger. Même si nos descendants vont en souffrir au plus haut point.

    Vous trouverez la confirmation de la vérité de votre commentaire dans le texte suivant:

    http://lautjournal.info/default.aspx?page=3&NewsId=3118&printmode=true

    En voici un extrait:

    Texte de Robin Philpot,
    … Le gouvernement du Québec procède actuellement à la plus grande braderie de l’histoire du Québec moderne. …

    “…Déjà, en 1980, Jane Jacobs (économiste et écrivain) a remarqué que, parallèlement à l’engouement canadien pour l’exploitation des ressources, beaucoup d’inventions canadiennes et québécoises prenaient la route de l’étranger pour ensuite revenir sous forme de produits manufacturés importés de pays moins entichés du glamour de l’enrichissement rapide….

    …Pour renverser la vapeur, disait-elle, il faut soutenir constamment des activités innovatrices, même celles qui paraissent, à première vue, plutôt modestes. Mais l’argent étant déjà consacré aux ressources, il n’en reste plus rien pour la recherche et l’innovation. Pour illustrer son propos, elle dit que si l’économie canadienne était un zoo, il n’y aurait que des éléphants.

    N’est-il pas étonnant de voir les sommes énormes consacrées pour faciliter l’exploitation des ressources minières par des entreprises privées déjà archi riches, comparées aux miettes investies dans l’électrification du transport collectif au Québec, par exemple ?

    Il s’agit pourtant d’une voie qui permettrait au Québec de développer son secteur manufacturier et de s’affranchir de sa dépendance du pétrole importé. Tant de sommes pour les minières sans exigence d’une participation de sociétés d’État aux profits, ni assurance de redevances équitables, ni garantie de transformation secondaire et tertiaire des ressources, mais un refus catégorique de soutenir le développement fondé sur la technologie du moteur roue mis au point au Québec ? La liste est longue.

    Presciente, Jane Jacobs nous a invité, dans The Question of Separatism, à nous inspirer de l’exemple de la Norvège et de la Suède, pas seulement sur le plan politique – la Norvège s’est séparée de la Suède après un référendum en 1905 – mais aussi, et peut-être surtout, sur le plan économique. Contrairement au Québec, la Norvège, pays de 4,7 millions d’habitants qui abonde en ressources naturelles, inscrit son développement résolument dans la durée grâce à ses sociétés d’État, à son fonds souverain et à une kyrielle de mesures législatives qui feraient rougir de honte les décideurs québécois.”

    Jean-Pierre Plourde
    http://saglacweb.blogspot.com

  3. 3 Jean-Pierre Plourde Le 8 juin 2011 à 20h33

    M. Labeaume,

    Si vous connaissez l’adresse de M. le Maire Labeaume, envoyez lui ce texte et mes commentaires.

    Québec est une ville de côtes, il faut de la traction pour les monter, le tramway n’est pas adéquat pour ce travail.
    Le tramway devra faire un long détour pour monter de la gare du palais vers le château Frontenac personne ne voudra le prendre pour passer de la basse ville à la haute ville, surtout pas l’hiver ou le tramway risque de bloguer le trafic sur ses roues d’acier qui glissent sur le verglas sur les rails.

    Avec ses 16 moteurs roues sur pneus toujours au sec, à l’abri de la neige et du verglas, le monorail pourra monter au Chateau en enjambant la falaise avec un angle hors compétition pour tout autre véhicule, mieux qu’un autobus qui n’a que deux ou quatre roues motrices. En cas de tempête majeure, le seule véhicule dans Québec en mesure de fonctionner en tout temps ce sera le monorail.

    Le monorail vous permettra de monter la côte d’Abraham et même de descendre dans le vieux quartier historique en dessous de la terrasse Dufferin avec un angle un peu moins prononcé que l’ascenseur mais quand même. Aucun tramway ne peut rivaliser avec ça.
    Aucun véhicule ne pourra battre les seize pneus en traction du monorail, chaque moteur roue à la puissance de plusieurs corvettes..

    Au démarrage, on devra limiter la puissance du monorail pour ne pas couper la respiration des passagers dans leur siège.

    M.Labeaume, cessez d’écouter les vendeurs étrangers, ce qu’il y a de mieux est dans votre cours.

    Le monorail vous offre un véhicule fait pour nos climats.

    Une véritable solution à l’engorgement de nos routes, le monorail ajoute aux infrastructures et désengorgera nos rues.

    Je vous annonce que le monorail vous l’aurez d’une manière ou d’une autre, si ce n’est pas les Québécois qui le développe, les 100,000 emplois vont aller ailleurs et on finira par en acheter des exemplaires de nos voisins qui croient en leur avenir.

    Ce serait très malheureux qu’on en arrive là, ce ne serait pas la première fois.

    Jean-Pierre Plourde,
    http://saglacweb.blogspot.com

  4. 4 Jean-Pierre Plourde Le 10 juin 2011 à 2h13

    En passant:

    Avec un projet commun de transport public intégré, un groupe de citoyen de n’importe où, prenons par exemple Charlebourg, pourrait prendre le monorail à quelques rues de chez eux et descendre au centre-ville de Montréal 1 1/4 plus tard, sans avoir eu à descendre de la navette ni faire aucun arrêt et revenir le soir coucher chez eux. En partant à 7 hrs de chez elle la personne pourrait être assise à son bureau à 8 1/2 hrs et être de retour vers 5 ou 6 hrs le soir.

    Québec et Montréal deviendraient une banlieue l’une de l’autre.

    C’est une manière de penser très différente que celle de se promener en autobus pendant une heure avant même d’être sur la 20.

    Avec un tel service, combien de gens préféreraient laisser leur véhicule au garage? Des masses.

    Idem pour les camions et le transport des conteneurs.

    Des milliers de camions disparaitraient des routes.

    Merci d’être là.

    N’oubliez pas de voter sur http://trensquebec.qc.ca

    Jean-Pierre Plourde.

  5. 5 Jean-Pierre Plourde Le 15 juin 2011 à 13h52

    J’ai involontairement introduit une erreur dans la comparaison des coûts entre les deux projets.

    Dans cette phrase,

    “Le monorail n’est pas arrêté par une tempête de neige ou de verglas, ce qui n’est pas le cas d’un TGV à six fois le coût de construction”

    On devrait lire:

    “Le monorail n’est pas arrêté par une tempête de neige ou de verglas, ce qui n’est pas le cas d’un TGV à trois fois le coût de construction”.

    Ce n’est quand même pas négligeable comme économie.

    La projection pour le TGV est de 35 millions le kilomètre, alors que celle du monorail est d’environ 13 millions le kilomètre.

    Dû à la production de série en usine, ces coûts il est prévu que le coût se réduira à 9 millions le kilomètre après la réalisation du premier projet.

    Contrairement au TGV, la flexibilité du monorail le rendra rentable très rapidement, soit à l’intérieur de cinq à six ans après sa mise en service.

    Le monorail sera plus rapide que le TGV sur le trajet Québec-Montréal, même s’il va moins vite que le TGV.
    La raison est simple, il faut environ 20 minutes au TGV pour atteindre sa vitesse de croisière et un autre 20 minutes pour se ralentir et s’arrêter. Si on lui demande de s’arrêter à Drummondville, le trajet serait probablement comparable à l’autobus dans ce cas.

    Le monorail prendra entre 20 et 30 secondes pour atteindre sa vitesse de croisière soit, l’équivalent du décollage d’un avion et 20 à 30 secondes pour s’arrêter. On doit cela à la qualité du freinage sur pneus.

    N’oubliez pas de voter sur le site:
    http://trensquebec.qc.ca

    Merci d’être là

    Jean-Pierre Plourde,
    http://saglacweb.blogspot.com

  6. 6 Jean-Pierre Plourde Le 23 juin 2011 à 0h26

    De : Jean-Pierre Plourde

    Courriel envoyé directement au bureau de M. le Maire Labeaume, Québec.

    Le 12 juin 2011 à 18:12 heures.
    À : M. Le Maire Régis Labeaume, Mairie, Québec.

    Objet : Lettre ouverte à M. Le Maire Labeaume

    SVP, faites parvenir ce document à M. Labeaume.

    Bonjour M. Labeaume

    Avant de choisir le tramway pour notre belle ville de Québec que j’adore visiter à chaque année, je vous invite à lire ce commentaire.

    http://saglacweb.blogspot.com/2011/06/lettre-ouverte-m-le-maire-labeaume.html

    Il y a des commentaires ajoutés qui peuvent également vous intéresser.

    Merci M. Le Maire de votre collaboration,

    Jean-Pierre Plourde,
    http://saglacweb.blogspot.com

    _________________________

    Réponse reçu de la Mairie:
    _________________________

    mairie@ville.quebec.qc.ca à moi
    Afficher les détails 17 juin

    Monsieur Plourde,

    J’accuse réception de votre courriel du 12 juin et je vous en remercie.

    Pour information, une copie de votre correspondance a été transmise à mon collègue, monsieur François Picard, responsable de ce dossier au sein du Comité exécutif.

    Salutations,

    Régis Labeaume
    Ville de Québec
    Cabinet du maire
    2, rue des Jardins –
    Bureau 115
    Québec (Québec)
    G1R 4S9
    _________________________

    M. Labeaume a pris la peine de joindre le numéro de téléphone et du bélinographe de son bureau.

    C’est je crois un très bon signe.

    Merci d’être là.

    Jean-Pierre Plourde.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 116 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 517 a été rédigé par Jean-Pierre Plourde il y a 9 ans et 5 mois, le lundi 6 juin 2011.

Il y a 6 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Économie, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Éric Duhaime et sa “majorité silencieuse” qui vrombissent contre Amir Khadir Pour celles et ceux qui sont habitués de vivre à la campagne, vous aurez sûrement remarqué ces mouches qui tournent [...]

2012: Le député Amir Khadir arrêté à une manifestation pacifique à Québec: ça suffit les abus policiers! La 37ème manifestation nocturne à Québec réunissant environ 400 manifestants s'est encore terminée en queue de poisson suite à l'arrestation [...]

2011: Démission fracassante de Pierre Curzi, Louise Beaudoin et Lisette Lapointe La crise qui couve déjà depuis un certain temps sur les orientations profondes du PQ vient d'éclater au grand jour [...]

2011: Manifestation contre la venue au Québec du Prince William et Kate Middleton Avec l’annonce officielle la semaine dernière de l’itinéraire canadien de la visite du prince William, le Réseau de Résistance du [...]

2011: Affaire DSK: Dominique Strauss-Kahn a plaidé non-coupable Accompagné de son épouse au tribunal, Dominique Strauss Kahn a plaidé non coupable lundi matin.  L’ex-patron du Fond Monétaire International [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages