Le jeudi 22 octobre 2009

QuébecEnvironnement

Pour la voiture, les batteries ne sont pas la solution

Par Jean-Pierre Plourde

Québec peut devenir la pompe à essence de l’Amérique, à la condition de se réveiller. Les redevances feraient en sorte que les citoyens du Québec seraient exemptés d’impôt provincial comme en Alberta.

Oui à la voiture électrique, mais pas dans la direction des batteries.

Les batteries présentent d’énormes problèmes de recyclage et elles vont entraîner des inconvénients majeurs. Par grand froids, les réactions chimiques sont sensiblement réduites, donc votre rayon d’action le sera aussi. On est au Québec, pas en Floride.

Je ne crois pas que la véritable solution soit la voiture hybride.

Que faut-il penser de l’autre bozo qui a oublié de brancher sa batterie la veille et qui pense être capable de se rendre au bureau! Selon le principe de Peter, “Si ça peut arriver, ça va arriver”… Il va tomber en panne sur le pont Jacques-Cartier aux heures de pointes… oups, aurais-t-on oublié quelque chose… un chargeur de batterie peut-être?

Non, pour moi, il faut l’énergie qui fait fonctionner l’univers, les étoiles et qui est inépuisable, l’hydrogène, 75% de l’univers en est constitué et on ne risquera jamais d’en manquer, pas à notre échelle en tout cas, car 70% des océans en est constitué. Le plus beau, c’est que lorsqu’on l’a consommé, on la retourne à l’océan via nos égouts pluviaux, et on recommence, on ferme la bouche.

La recherche sur les batteries, c’est génial pour les ordinateurs, les cellulaires ou autres accessoires. Oubliez cela pour les voitures sans une autre invention encore en développement, mais très avancée, la pile à combustible. Là on pourra parler de voitures électriques véritablement rechargeables comme pour la voiture actuelle. On pourra faire le plein en moins d’une minute, avec ou sans moteur parce que l’électricité pourra être produite chimiquement ou au moyen d’un moteur fonctionnant à l’hydrogène et sans pollution couplé à une génératrice, dépendant des usages.

Vous l’aurez compris, la pile à combustible marche à l’hydrogène, et son résidu, c’est de l’eau pure qu’on peut boire. Si tu tombes en panne, tu peux aller chercher un 20 livres d’hydrogène au dépanneur, comme on le fait pour le propane, tu mets cela dans ton réservoir et tu rentres chez toi comme tu l’aurais fait avec un bidon d’essence sur ta voiture actuelle.

L’hydrogène peut se produire par l’électrolyse de l’eau. On produit deux parties d’hydrogène pour une partie d’oxygène. L’oxygène, on la laisse s’évaporer dans l’air, c’est ce qui nous fait respirer, c’est donc très utile et écologique. Elle sera récupérée plus loin par la combustion inverse de l’hydrogène dans la pile et le résidu sera de l’eau pure, celle qu’on aura électrolysé à l’origine. Par contre, c’est vrai que de l’eau pure sur la chaussée à -30 ça peut devenir glissant, mais on pourrait faire couler l’eau dans un moule, et quand le moule est plein d’un beau gros glaçon de 2 pieds par 4 pieds, on pourrait s’en défaire à la prochaine station d’hydrogène en même temps qu’on fait le plein. La glace pourrait même être mise dans des sacs et revendue pour les glacière pour garder la bière au froid. Il y a d’autres solutions mais il faut bien garder du travail pour d’autres… 🙂

Si l’énergie pour produire l’électricité provient de l’hydro-électricité ou de l’éolien, l’équation de la pollution est proche du zéro.

Parlons-en de l’éolien, voila le bon produit pour produire l’hydrogène!

On s’évertue à rendre l’énergie éolienne compatible avec nos lignes de transmissions… Wow, les moteurs, tout ce qu’on a besoin pour l’électrolyse de l’eau et produire l’hydrogène, c’est du courant continu. Un pont diode avec condensateurs, c’est suffisant, sans égard a la tension générée. Plus il y a de vent, plus on produit de l’hydrogène. Et comme il y a toujours du vent quelque part… La toundra c’est le couloir des vents… et c’est grand, très grand, pas besoin de survolteurs pour alimenter les lignes de transmission: produisons l’hydrogène sur place et transportons là par pipeline. On aura la sécurité de deux sources d’approvisionnement en énergie au lieu d’une. Une grande sécurité qui deviendra de plus en plus essentielle.

Contrairement au pétrole de l’Alaska qu’il faut chauffer pour transporter par pipeline, l’hydrogène reste liquide même à très basse température.

Pour se rendre jusque là, il nous faudrait penser comme un peuple uni dans des projets communs et qui a de l’ambition comme dans les années 60 sous René Lévesque. Pour savoir ce que je veux dire par avoir de l’ambition, voir mon texte Les crimes économiques.

Un parc de milliers d’éoliennes dans la toundra pourrait produire l’hydrogène nécessaire pour alimenter une bonne partie des besoins de l’Amérique en hydrogène. Le pipeline pourrait être séparé des lignes de transmission de l’Hydro pour éviter tout incident, comme des pylônes qui pourraient tomber sur le pipeline par exemple, ou la rupture d’un pipeline en feu qui ferait fondre un pylône. On conserve la structure économique de distribution et on vient de sauver des centaines de milliers d’emplois. Si on abandonne le pétrole, on devra revenir à ce genre de distribution pour l’hydrogène lorsqu’on aura constaté notre erreur.

Québec peut devenir la pompe à essence de l’Amérique, à la condition de se réveiller. Les redevances feraient en sorte que les citoyens du Québec seraient exemptés d’impôt provincial comme en Alberta.

La pile à combustible dans votre maison pourrait produire toute l’énergie que vous consommez chez-vous, sans être branché à l’Hydro-Québec. Vos panneaux solaires sur le toit peuvent produire l’hydrogène l’été que vous consommerez l’hiver venu. De plus, la petite éolienne en produira d’autre lors de grand vents. Votre maison aura besoin principalement des égouts, l’eau potable produite par la pile pourra servir dans l’alimentation. Fini la dépendance à cause du verglas et aux lignes de transmission cassées. Plus de fils ni de poteaux dans la cours… Il pourrait même être possible de faire le plein d’hydrogène de votre voiture à la maison et dans certains cas, de vendre de l’énergie a l’Hydro.

L’hiver à – 30 degrés et par grands vents, votre petite éolienne pourrait fournir directement son électricité vers des radiateurs spéciaux pour ménager la pile à combustible, ce qui serait plus brillant que d’en faire de l’hydrogène dans ce cas. Fini le poêle au granule et les poussières des poêles à bois. Cette même éolienne produirait l’été de l’hydrogène, on assume une sécurité d’approvisionnement par la double fonction d’un même appareil.

Tout cela, ce n’est pas de la science fiction, ça existe déjà, mais il faut de l’ambition et de l’énergie mentale autant que physique pour réaliser tout cela. C’est à la mesure des Québécois, à la condition de se tenir debout…

4 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Christian Boucher Le 22 octobre 2009 à 8h43

    juste une petite rectification, j’habite en alberta et nous payons aussi de l’impot provincial, beaucoup moin que le quebec mais nous en payons aussi ( 10% taux fixe). Ce que nous ne payons pas parcontre c’est de la TVQ, nous n’avons pas de taxe de vente provinciale.

    Bonne journée

  2. 2 Michel Landry Le 22 octobre 2009 à 12h52

    Il y a plein de bonnes idées dans ce texte, mais l’hydrogène c’est parfait sur papier mais il pose un énorme problème de transport.
    Jamais on ne pourra transporter 20 litres dans un bidon comme de l’essence, vous connaissec un bidon qui peut maintenir le liquide à -253 Celcius ?
    Oublie le pipeline aussi, absolument iréalisable de façon fiable et sécuritaire dans un avenir perceptible.

    Mr Plourde est un utopiste, mais c’est ok, on a bien le droit de rêver après tout… Il faut juste ne pas dire n’importe quoi et parler de crime économique et de complot quand l’irréalisable n’est pas réalisé.

  3. 3 Jean-Pierre Plourde Le 22 octobre 2009 à 21h01

    Réponse à M. Christian Boucher et Michel Landry.

    M. Boucher :

    En Alberta, les impôts décrétés par le provincial sont prélevés par le fédéral et retourné à la province. Il faut savoir qu’il y a différents types d’impôts.

    Les plus connus au Québec sont :
    1. La taxe de vente sur les articles en vente libre. l’Alberta ne prélève pas de taxe de vente alors qu’au Québec on ajoute 7.5 % sur presque tout ce que l’on achète ou vend.
    2. Les impôts personnels payés sur le revenu. C’est de celle-là dont vous faite référence. Elle est de 10% dans votre cas alors qu’ici il y a prélèvement sur deux rapports dont le total dépasse ce pourcentage, je n’ai pas fait de recherche sur combien est cette différence.

    En résumé, dans l’ensemble, il reste beaucoup plus d’argent dans vos poches que dans les nôtres.

    M. Landry;

    Vous avez très bien saisi qu’en ce domaine je ne suis pas un spécialiste, cependant mes dires sont quand même référencés, voyez plutôt, tiré du site suivant et d’octobre 2009:

    http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/...

    « Le Ion Tiger, un drone à hydrogène, vole durant près de 24 heures :

    L’intérêt du Ion Tiger est qu’il fonctionne à l’énergie électrique, fournie par une pile à combustible, une technique prometteuse aussi dans le domaine civil, en aviation mais aussi dans bien d’autres secteurs. Ce record mérite donc une certaine attention.

    Dans une pile à combustible, de l’hydrogène provenant d’un réservoir est combiné, à travers un électrolyte, à de l’oxygène prélevé dans l’air ambiant. Le résultat est une production d’électricité et d’eau, unique polluant direct…
    Purement militaire, cet engin affiche des performances de bon augure pour des applications civiles et est même représentatif d’une idée folle : l’avion électrique.

    Le record de durée de vol d’un avion sans pilote vient sans doute d’être battu par un appareil à hélice tirant son énergie – électrique – d’une pile à combustible.

    L’avion a décollé d’Aberdeen (Maryland, Etats-Unis) le 9 octobre et s’y est posé le lendemain après un vol de 23 heures et 17 minutes, établissant probablement un record…

    Les performances indiquées montrent les possibilités de ce genre de formule. La puissance disponible serait de 550 watts, soit, nous dit-on, quatre fois mieux qu’un classique moteur à pistons de taille comparable et sept fois plus qu’une batterie de même poids.
    On ne dispose que de quelques communiqués, des photos et une vidéo… »
    ___________
    Voir le site pour la suite.

    J’en conclu:

    Il y aurait la pour le Québec un beau défi à relevé. L’un des problèmes de l’Hydro, c’est d’entreposer l’énergie non consommée et perdue par le trop plein des réservoirs par exemples. Pour relever un tel défi, il faut cependant se réveiller et protéger nos biens collectifs et nos droits d’être considéré comme un citoyen Canadien ayant les mêmes droits qu’un autre ou à défaut, de librement se retirer.

    L’Hydro-Québec est en processus d’être transféré en propriété aux intérêts canadiens et non plus Québécois, même si nous en avons défrayé tous les coûts de construction. Pour comprendre les techniques, lire Normand Lester.

    Il ne s’agit plus là d’une supposition mais d’événements vérifiables.
    Comme pour la caisse de dépôt, ce sont des centaines de milliards qui sont en jeux. Un appauvrissement général de nos communautés est en jeu.

    Seul les Québécois peuvent y faire quelque chose et je veux leur faire savoir.

    Comme disait Laurence d’Arabie dans le film, rien n’est écrit.

    Il est faut de prétendre que l’on est né pour un petit pain. C’est ce que l’on veut nous faire croire.

    La politique, l’économie et le social, ça s’entrecoupe et la science en fait parti parce qu’elle résulte de la collaboration du politique et de l’économique. C’était le propos de cet article, en apparence sans rapport.

    Pour en savoir plus, voir Vivre libre ou disparaitre, sur saglacweb.com

    Les Américains ne se seraient jamais rendus sur la lune sans un consensus général.

    Jean-Pierre Plourde

  4. 4 Jean-Pierre Plourde Le 26 octobre 2009 à 19h53

    Tiré de monvolant.cyberpresse du 26 oct. 09.
    ______
    Suzuki a aussi présenté une nouvelle version écolo de son multisegment SX4, soit la SX4-FCV (Fuel Cell Vehicle). La SX4-FCV est mue par une pile à combustible à hydrogène conçue par General Motors. Mais le réservoir d’hydrogène à haute pression a été conçu par Suzuki.

    Des capteurs ont été montés sur les freins et récupèrent une partie de l’énergie dégagée par le freinage.

    La SX4-FCV est un prototype et Suzuki a l’intention de la tester sur le terrain, en vue d’une très hypothétique et très lointaine fabrication en série. La technologie à l’hydrogène est très chère, il ne faut donc pas s’attendre à voir ce véhicule chez le concessionnaire demain matin.
    ______

    Il me semble que la recherche devrait plutôt s’orienter vers les solutions pour en réduire le coût, on sauverait du temps et de l’argent.

    L’avènement de la pile a combustible pourrait rendre désuète les voitures à pile conventionnelle.

    Jean-Pierre Plourde.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 116 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 1,048 a été rédigé par Jean-Pierre Plourde il y a 9 ans et 9 mois, le jeudi 22 octobre 2009.

Il y a 4 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Environnement.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Fracking vieux mononcle Je viens de lire l'article «Les verts au pouvoir ((Article de Jacques Brassard: Les verts au pouvoir)) » du vieux mononcle Jacques Brassard. [...]

2012: Libérer le Québec des énergies sales Une dizaine de groupes citoyens, écologistes et sociaux ont accueilli ce matin, lundi, le lobby pétrolier et gazier avec des [...]

2010: Changements à venir sur AmériQuébec Vous êtes invités à partager vos avis en commentaires! Vos opinions sont importantes, car vous êtes ceux qui consultez ce [...]

2009: Michael Ignatieff: imposture et ascension Il y eut d'abord Michael Ignatieff l'intellectuel: universitaire, écrivain et journaliste de renom. Pourfendeur du nationalisme québécois et ennemi de [...]

2009: Une lettre à son Altesse Royale… Le 13 octobre 2009 Clarence House London, United Kingdom SW1A 1BA http://www.princeofwales.gov.uk/contactus/ Votre Altesse, Lors de votre visite proposée au Canada entre les 2 et 12 [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages