Le mardi 17 novembre 2009

EnvironnementQuébec

Le Bloc Québécois présente son plan pour favoriser l’implantation de la voiture électrique

Les choix de la nation québécoise sont des choix verts et rentables et le gouvernement fédéral

Par Bloc Québécois

Avec le plan du Bloc Québécois, d’ici 10 ans, les voitures électriques pourraient représenter 15% des automobiles vendues sur le territoire québécois. Avec un tel plan, et avec du leadership, on peut métamorphoser notre façon de concevoir le transport et faire du Québec le chef de file en Amérique du Nord dans l’utilisation de la voiture électrique.

Le chef du Bloc Québécois, Gilles Duceppe, et le porte-parole du Bloc Québécois en matière d’environnement et député de Rosemont–La Petite-Patrie, Bernard Bigras, ont présenté aujourd’hui le plan du Bloc Québécois pour favoriser le développement et l’implantation de la voiture électrique.

« On possède au Québec un immense potentiel pour entreprendre une véritable révolution énergétique et un des grands vecteurs de cette révolution, c’est la voiture électrique, qui est conçue sur mesure pour l’avenir du Québec » a affirmé Gilles Duceppe.

Le Québec doit prendre le virage

« D’ici 2012, 11 constructeurs prévoient mettre sur le marché une trentaine de modèles tout électriques ou hybrides rechargeables: des voitures plus fiables, avec une meilleure efficacité énergétique et des coûts de fonctionnement beaucoup moins élevés que la voiture à essence. Par exemple, en milieu urbain, une voiture électrique consomme 6 fois moins d’énergie qu’un véhicule à essence, et puis comme l’électricité produite au Québec provient presque entièrement de sources renouvelables, une voiture électrique n’émettra que 1 kilogramme de gaz à effet de serre après avoir roulé 311 km. C’est 50 fois moins polluant que si la même voiture roulait en Alberta et 11 fois moins qu’en Ontario ou au Canada. En amont de la conférence de Copenhague, alors que tous les grands pays émetteurs de gaz à effet de serre se réuniront pour discuter de l’après-Kyoto, la voiture électrique représente un avantage environnemental majeur pour limiter nos émissions de GES », a lancé le chef du Bloc Québécois.

« Pour le Québec, c’est maintenant l’heure de faire des choix concrets, et il est primordial de prendre le virage! Avec des infrastructures adéquates et des technologies plus poussées, nous serons en mesure de jouir d’un avantage comparatif lorsque le marché de la voiture électrique décollera sérieusement en Amérique du Nord. C’est une occasion unique de faire du Québec la nation phare de l’utilisation du véhicule électrique et, pour y arriver, le gouvernement fédéral doit faire sa part afin d’aider le Québec à soutenir cette industrie. Le gouvernement Harper, en étant au service des grandes pétrolières de l’Ouest canadien, fait déjà payer le prix au Québec qui a fait des efforts considérables sur le plan environnemental. Cela doit cesser! Ottawa doit plutôt récompenser le Québec qui cherche à atteindre son plein potentiel en facilitant le développement du marché de la voiture électrique », a précisé Gilles Duceppe.

Un plan en trois volets

« Le Bloc Québécois propose un plan en trois volets qui permettra au Québec de favoriser l’implantation de la voiture électrique à grande échelle et de s’imposer comme une société pionnière. Premièrement, nous devrons travailler à améliorer les batteries. Il faudra donc intensifier sensiblement le soutien à la recherche et au développement, notamment en investissant dans la recherche fondamentale et pré-commercialisation ou encore en améliorant le crédit d’impôt pour la recherche afin que les entreprises innovatrices puissent en bénéficier », a déclaré Bernard Bigras.

« Deuxièmement, il faudra pouvoir recharger les batteries de nos voitures électriques facilement et un peu partout. Pour ça, le Bloc Québécois propose de soutenir le déploiement des infrastructures nécessaires en facilitant l’installation de bornes de rechargement. Grâce à diverses mesures, on pourra donc implanter des bornes dans les édifices à bureaux, publics comme privés, dans les commerces et dans les résidences personnelles. En instaurant une fiducie au profit du Québec et des provinces, on pourra également épauler les municipalités qui doivent défrayer des coûts pour les travaux d’implantation de bornes sur la voie publique », a-t-il expliqué.

« Enfin, parallèlement au développement d’une technologie plus performante et des infrastructures d’accueil, il faut faire en sorte que les Québécois soient plus enclins à se procurer des véhicules électriques, notamment par des incitatifs à l’achat. À moyen terme, le prix de ces voitures est appelé à rejoindre celui des voitures à essence, mais il demeure encore pour le moment relativement élevé. C’est pourquoi il est important de ressusciter le programme écoAUTO, aboli par les conservateurs. Ce programme, qui offrait jusqu’à 2000 $ à l’achat d’un véhicule éco-énergétique, pourrait être bonifié d’une enveloppe destinée à l’achat de véhicules électriques et hybrides rechargeables, allant de 3500 à 7000 dollars. Un soutien devrait également être offert aux opérateurs de certaines flottes institutionnelles, comme les taxis, l’autopartage et les services de courrier », a poursuivi Bernard Bigras.

Le Québec: chef de file en Amérique du Nord

« Avec le plan du Bloc Québécois, d’ici 10 ans, les voitures électriques pourraient représenter 15% des automobiles vendues sur le territoire québécois. Avec un tel plan, et avec du leadership, on peut métamorphoser notre façon de concevoir le transport et faire du Québec le chef de file en Amérique du Nord dans l’utilisation de la voiture électrique. Les choix de la nation québécoise sont des choix verts et rentables et le gouvernement fédéral, plutôt que de contrer les initiatives environnementales, doit faciliter le développement du marché de la voiture électrique au Québec », a conclu Gilles Duceppe.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 335 articles

Profil: Le Bloc québécois est un parti politique souverainiste social-démocrate, implanté exclusivement au Québec, bien qu'il soit un parti fédéral du Canada. La mission première du Bloc québécois est de mettre…

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 811 a été rédigé par Le Bloc Québécois il y a 9 ans et 7 mois, le mardi 17 novembre 2009.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Environnement.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2011: Option Nationale: la députée Lisette Lapointe fait le saut et se joint au parti En entrevue avec Paul Houde au 98,5 FM, le député et chef du parti Option Nationale a annoncé aujourd'hui que [...]

2011: Augmentation des frais de scolarité: iniquité générationnelle Lors de la période de questions du 16 novembre, la chef de l'opposition officielle, Pauline Marois, s'est portée à la [...]

2011: Patrons unilingues anglais à la Caisse de dépôt: la pointe de l’iceberg! La Caisse de dépôt et placement du Québec choisissait récemment deux unilingues anglophones pour occuper de hautes fonctions au sein [...]

2011: Le gouvernement Charest admet le recul du français « Contre toute attente, le gouvernement libéral vient d’admettre qu’il y a un recul du français à Montréal et ailleurs [...]

2011: François Legault, le prochain pantin de l’empire Desmarais Il y a un an presque jour pour jour, je dénonçais La Presse pour sa tentative grossière de manipuler l'opinion publique [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages