Le samedi 23 janvier 2010

EnvironnementQuébec

Le déni des pertes économiques de Pointe Lepreau et de Gentilly-2

C'est aux États-Unis qu’il faut aller pour trouver les données pertinentes

Par MSQN

Les forces favorisant la reconstruction des deux réacteurs nucléaires à Pointe Lepreau au Nouveau-Brunswick et à Gentilly au Québec, affichent un véritable déni de la réalité économique.

Les forces favorisant la reconstruction des deux réacteurs nucléaires à Pointe Lepreau au Nouveau-Brunswick et à Gentilly au Québec, affichent un véritable déni de la réalité économique. Comme les données précises des coûts associés à ces deux projets sont « confidentielles », c’est aux États-Unis qu’il faut aller pour trouver les données pertinentes.

En août 2009, la California Energy Commission (CEC) a publié un rapport intitulé « Comparative Costs of California Central Station Electricity Generation » dans lequel on compare les coûts de 21 sources différentes d’électricité jusqu’en 2028. Pour 2018, la CEC donne les valeurs suivantes en cents/kilowattheure, les valeurs maximales ou minimales correspondant à un mode de financement privé ou public: hydroélectricité de 12 à 16, éolien sur terre de 9 à 13, nucléaire de Westinghouse (technologie AP1000) de 17 à 34 cents/kWh. Noter que le coût du kWh nucléaire est maintenant estimé par la CEC à deux fois celui de l’éolien.

Le déni de la réalité économique touche également les coûts pour s’occuper des déchets radioactifs produits par les réacteurs nucléaires. À Pointe Lepreau et à Gentilly-2, il y a 2500 tonnes de déchets hautement radioactifs par site, pour un total de 5000 tonnes en 2010.

La Finlande est le pays le plus avancé pour l’entreposage permanent des déchets radioactifs. Dans un excellent article écrit par Sandra Upson dans la revue d’ingénierie américaine IEEE Spectrum, numéro de décembre 2009, l’auteure décrit les travaux en cours pour creuser un total de 7 kilomètres de tunnels à une profondeur de 300 mètres dans le roc de l’ile Olkiluoto. Les Finlandais estiment le coût total du projet à 4,5 milliards de dollars pour entreposer 5500 tonnes de déchets radioactifs. Pour les 5000 tonnes présentes en 2010 à Pointe Lepreau/Gentilly-2, l’estimation finlandaise, fondée sur des travaux en cours, donne 4 milliards de dollars. Dans 25 ans, si les réacteurs reconstruits durent aussi longtemps (ce qui n’a pas été le cas en Ontario), les déchets hautement radioactifs auront doublé à 10 000 tonnes et le coût transféré aux générations montantes aura doublé à 8 milliards.

L’estimation finlandaise est en accord avec les chiffres provenant des autres pays nucléarisés, chiffres qui oscillent autour d’un million de dollars la tonne. Dans ses estimations de coûts, le gouvernement québécois a utilisé 200 000 dollars la tonne, mais tout en avouant en conférence de presse le 19 août 2008 ne pas savoir où et comment les déchets radioactifs seront entreposés de façon permanente. Cette sous-estimation gouvernementale québécoise dénote un déni de la réalité économique du nucléaire.

La réalité économique du nucléaire est si peu reluisante qu’en 2008, le grand financier américain Warren Buffett avait abandonné un projet de réacteur nucléaire dans l’Idaho, le jugeant non-rentable. Or, Warren Buffett n’est pas endetté, contrairement au Québec dont la dette totale dépasse 170 milliards.

À propos d’un entreposage permanent de déchets radioactifs, notez qu’en octobre 2008, l’Assemblée nationale a voté une motion contre l’enfouissement au Québec de déchets radioactifs provenant d’autres provinces ou pays.

Les coûts de reconstruction de Pointe Lepreau ont déjà dépassé les estimations initiales. Utilisant l’histoire comme guide pour l’avenir, nous notons que, outre les 103 réacteurs nucléaires en opération aux USA, il y a 117 autres projets de réacteurs qui ont été abandonnés de 1972 à 19901 . Ces abandons ont eu lieu durant ou après la construction suite à de nombreux procès et à des augmentations de coûts atteignant un record de 80 fois pour le réacteur jamais mis en opération à Shoreham, Long Island.

Pour 75 des 103 réacteurs américains en opération, les augmentations de coûts ont été en moyenne par un facteur de trois, suivant les données du Department of Energy2 . Au Canada, la dernière grande période de construction de réacteurs nucléaires CANDU a été celle des quatre réacteurs de Darlington près de Toronto, de 1982 à 1993. Estimé au début à 5 milliards, le projet s’est terminé à environ 15 milliards. Les dépassements de coûts anticipés pour Pointe Lepreau tombent dans la norme nucléaire.

Les pro-nucléaires américains ont blâmé la Nuclear Regulatory Commission (NRC) pour une bonne partie des dépassements de coûts. Ils ont en partie raison. La NRC changeait les normes de sûreté durant la conception et la construction des réacteurs.

Mais les normes de sûreté nucléaire continuent à changer avec l’expérience acquise. Voici un exemple récent: le 15 octobre 2009 la NRC a refusé le design du nouveau réacteur AP1000 de Westinghouse arguant qu’il ne résisterait pas à un écrasement d’avion ou à un attentat terroriste. Westinghouse devra réviser son design ce qui augmentera le coût de leur réacteur.

Au Canada, la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) a introduit une nouvelle réglementation le 10 juin 2008 incluant la même exigence que la NRC relative aux attentats. Ceci augmentera les coûts au-delà des 2 milliards prévus pour Gentilly-2.

D’autres problèmes très graves sont apparus dans les dernières années. En août 2009, la CCSN a complété un rapport de 268 pages3 qui décrit en détail 20 problèmes techniques affectant l’opération des réacteurs CANDU, et dont 16 sont dans la catégorie 3, la plus dangereuse en termes de conséquences. La CCSN affirme que ces problèmes ne sont pas encore résolus et qu’ils contribuent à réduire les marges de sûreté.

Le coefficient positif de réactivité nucléaire dû au vide est à la base de plusieurs de ces problèmes techniques et rend le réacteur CANDU sujet à un emballement soudain sur l’échelle d’une ou deux secondes. Radio-Canada/télévision a mentionné ce problème dans son émission « Découverte » le premier novembre 2009 et a parlé de « conséquences catastrophiques » éventuelles.

Suite à l’éclatement d’un tuyau, comme cela s’est produit en août 1983 à la centrale Pickering A, la perte d’eau de refroidissement pourrait donner naissance à une gigantesque impulsion de surpuissance neutronique et thermique. Selon la CCSN, en quelques secondes cette surpuissance nucléaire pourrait faire fondre des tubes de pression dans le cœur du réacteur. Le métal fondu pourrait causer une explosion de vapeur avec des effets destructeurs imprévisibles. En quelques secondes un investissement de plusieurs milliards de dollars serait perdu.

En juin 2009, dans une entrevue avec le journaliste Martin Mittelstaedt du Globe and Mail, le directeur de la sûreté des réacteurs nucléaires pour la CCSN, le Dr. Greg Rzentkowski, a déclaré que le problème du coefficient positif des CANDUs exigera des ressources considérables de la part des compagnies d’électricité, dont Hydro-Québec, et qu’il n’est pas sûr que ces compagnies réussiront à le solutionner complètement4 .

La firme Bruce Power en Ontario avait tenté de solutionner le problème d’emballement par l’utilisation d’un nouveau combustible nucléaire avec faible coefficient de réactivité nucléaire (LVRF). Après des années d’essais, Bruce Power a prévenu la CCSN au printemps 2009 qu’elle mettait le LVRF de côté. Cependant, la CCSN, dans le document cité, continue à croire que le LVRF pourrait devenir une solution robuste au problème du coefficient positif5 .

Le résultat net de ces nouvelles informations de la CCSN est qu’il en coûtera beaucoup plus cher que prévu pour rencontrer les nouvelles normes de sûreté nucléaire. La CCSN devra imposer ses nouvelles normes de niveau international, sinon les USA pourraient décider d’interdire l’importation d’électricité québécoise. Un accident majeur à Gentilly pourrait dévaster l’état du Maine voisin et d’autres états de la Nouvelle-Angleterre. La catastrophe de Tchernobyl en 1986 a rendu la viande de mouton impropre à la consommation dans certaines régions de l’Angleterre pendant des années.

Finalement, l’argument du lobby nucléaire concernant les gaz à effet de serre (GES) est très faible quand on réalise que le cycle complet de l’extraction de l’uranium, sa purification, sa fission dans des réacteurs et son entreposage, émet 25 fois plus de GES que le cycle équivalent pour l’éolien6 . L’éolien est donc non seulement deux fois moins cher que le nucléaire mais 25 fois mieux du point de vue des GES.

  1. Patricia J. Arnold et Rita Hartung Cheng dans le Journal of Accounting and Public Policy, juin 2000 []
  2. Voir le rapport de mai 2008 du Congressional Budget Office intitulé « Nuclear Power’s Role in Generating Electricity », p. 17 []
  3. E-Doc. #3413831 []
  4. Globe and Mail, 29 juin 2009 []
  5. E-Doc. #3413831 []
  6. Voir l’article des professeurs Mark Z. Jacobson et Mark A. Delucchi de l’Université Stanford dans le Scientific American de novembre 2009, pp. 58-65 []

2 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Philippe Giroul Le 23 janvier 2010 à 10h08

    Achat des déchets nucléaires de Pointe Lepreau

    Dans le débat du projet d’Hydro-Québec d’acheter Energie Nouveau-Brunswick, on ne mentionne pas le pire de l’affaire : dans cette future entente d’acheter la centrale nucléaire de Pointe Lepreau à un prix d’aubaine (1.4 milliard !), les québécois vont-ils acquérir aussi les 5000 tonnes de déchets radioactifs produits ou à produire, qui vont coûter au minimum 5 milliards aux futurs nouveaux propriétaires québécois.
    Comme legs aux générations futures c’est tout un cadeau !

    Sous l’influence néfaste du lobby nucléaire, les promoteurs-politiciens-décideurs qui nous représentent actuellement, s’en balancent royalement. Ils refusent de considérer que la centrale Pointe Lepreau est très dangereuse, puisque sa reconstruction a été autorisée avant la mise en application des nouvelles normes internationales de sûreté nucléaire adoptées en juin 2008 par la Commission Canadienne de Sûreté Nucléaire (CCSN).
    De plus, Hydro-Québec devra-t-il également respecter l’entente de construction d’une autre centrale nucléaire qu’Énergie Nouveau-Brunswick se serait engagé à construire ?

    Les centrales nucléaires CANDU sont problématiques sous différents aspects: le coefficient de réactivité positive peut faire sauter le coeur du réacteur à tout moment; les 16 problèmes de niveau 3 qui ont été dévoilés par la CCSN au mois d’août 2009 ne sont pas résolus; la gestion de ses déchets, cauchemar du nucléaire, va coûter très cher; le gouffre financier de tout développement nucléaire n’est pas de bonne augure pour le portefeuille des citoyens.

    À cause des graves impacts sanitaires, économiques, environnementaux et sociaux, il faut s’opposer définitivement à l’acquisition de Pointe Lepreau dans toute entente avec le Nouveau-Brunswick ou bien on troque la fin de Gentilly-2 contre la poursuite de Pointe Lepreau sans ses déchets, pour le bien de tous les québécois, qui ne sont pas du tout consultés dans cette nébuleuse affaire.

    Philippe Giroul

  2. 2 Il faut donner un coup de barre - Amériquébec Le 29 janvier 2010 à 7h00

    […] la Caisse de dépôt dans des investissements à risque, Hydro-Québec au Nouveau-Brunswick avec des dépenses à assumer au lieu de revenus, la construction de La Romaine avec la vente d’énergie aux USA pour moins cher que le coût […]

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Michel Duguay

Articles rédigés: 39 articles

Profil: Le Mouvement Sortons le Québec du Nucléaire présente un défi pour chaque québécois et québécoise, peu importe leur allégeance politique. Nous nous devons de manifester ouvertement notre désaccord avec les…

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 1,368 a été rédigé par Mouvement Sortons le Québec du Nucléaire il y a 10 ans et 10 mois, le samedi 23 janvier 2010.

Il y a 2 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Environnement.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2016: Salons de massage avec “extras” dans Rosemont-La Petite-Patrie Radio-Canada, et quelques autres médias, se sont penchés sur les salons de massage dans  l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie, à Montréal. Tandis [...]

2013: Comtesse Cornelia Bandi, le premier cas de combustion spontanée Mais qu'est-ce que la combustion spontanée? La combustion spontanée signifie qu'un corps ou un objet prend feu sans qu'il ait [...]

2013: Mable Chinnery: un passager fantôme inexpliqué Toute l'histoire se déroule en Angleterre, en 1959. Mme Mable Chinnery (s'écrit aussi Mabel Chinnery) était en déplacement en voiture [...]

2012: L’empire torpille Duceppe Quel spectacle ! En 24 heures, la carrière politique de Gilles Duceppe s'est écroulée. Crédité d'une solide avance dans les [...]

2011: Gaz de schiste: le gouvernement Charest ramollit Récemment, suite aux découvertes de fuites dans certains puits, le gouvernement du Québec s'est rabroué lui-même et a décidé qu'il [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages