Le vendredi 16 mars 2012

QuébecSociété

AFE et hausse des droits de scolarité

Les parents doivent connaître ce qui s'en vient à l'AFE

Par Sylvain

Le gouvernement Charest a martelé que les étudiants doivent faire leur juste part. Toutefois, il y a des milliers d’étudiants qui font déjà plus que leur part afin de combler le manque à gagner qui devrait provenir des parents. Est-ce que tous les parents font aussi leur juste part? Et la juste part des étudiants, ce n’est pas en premier lieu d’étudier et de réussir?

Saviez-vous que, en vertu du Code civil du Québec, les parents doivent contribuer au financement des études de leurs enfants? Eh oui, effectivement, ils ont le devoir de nourrir, d’entretenir et d’éduquer leurs enfants, et ce, même si ceux-ci ont plus de 18 ans.

C’est toutefois le gouvernement, par l’entremise de l’Aide financière aux études (AFE), qui décide de la “juste part” que les parents doivent faire.

Le gouvernement Charest a martelé que les étudiants doivent faire leur juste part. Toutefois, il y a des milliers d’étudiants qui font déjà plus que leur part afin de combler le manque à gagner qui devrait provenir des parents. Est-ce que tous les parents font aussi leur juste part?

Sans être de mauvais parents, il y en a beaucoup qui peinent à respecter ce que juge être la juste part pour le gouvernement Charest quant à la contribution qui doit être faite. Quand c’est le cas, qui croyez-vous qui doit payer la différence? Bien sûr, ce sont les étudiants. Et pour ce faire, ils doivent travailler bien davantage ou, dans plusieurs cas, abandonner leurs études.

On n’a pas de statistiques, mais ils pourraient être des dizaines de milliers ces jeunes, pris entre la capacité réelle de payer des parents et ce que décide le gouvernement. Il suffit de consulter les tableaux de l’AFE concernant la contribution des parents ou du répondant1 pour se mettre à douter.

Au Québec, il n’y a pas une culture bien ancrée selon laquelle les parents économisent pour les études de leurs enfants. Toutefois, puisque selon le Code civil les parents sont responsables financièrement pour leurs enfants même après l’âge de la majorité, une telle culture devrait exister. Mais la réalité est tout autre.

La plupart des parents doivent payer hypothèque, mensualités pour la voiture, etc. Malheureusement, quand on achète une maison ou une voiture, on ne pense pas toujours à ce que l’AFE demandera de contribuer pour les études des enfants. La réalité, c’est que beaucoup de parents ont déjà la corde au cou.

En augmentant les droits de scolarité drastiquement, le gouvernement n’a pas joué franc jeu avec la classe moyenne. Les parents ont le droits de connaître dès maintenant les exemptions et la contribution qui sera demandée aux parents pour les prochaines années.

Ainsi, les parents seront en mesure de comparer l’année 2011-2012 avec celle de 2016-2017, afin de voir comment cette hausse va affecter leur porte-feuille et l’accessibilité aux études universitaires pour leurs enfants.

De plus, le gouvernement Charest doit aussi expliquer à combien sera le pourcentage de la portion de prêt et de la portion de bourse, donc il sera possible d’avoir une meilleure idée de l’endettement supplémentaire chez les étudiants.

D’un côté, le gouvernement a tenté de faire croire que l’AFE allait pourvoir à la hausse drastique des droits de scolarité, mais sans entrer dans les détails. Toutefois, c’est un fait, des milliers de jeunes qui débuteront des études universitaires à l’automne 2012 seront beaucoup plus endettés lorsqu’ils termineront que ceux qui terminent ce printemps.

Du côté des étudiants en faveur de la hausse, on a osé dire que les jeunes pourraient seulement boire moins de bière ou travailler plus pour faire face à la hausse.

Dans les faits, cette hausse des droits de scolarité va faire en sorte que beaucoup de jeunes, en devant travailler davantage, échoueront leurs études et abandonneront. Du côté des parents de la classe moyenne, ces derniers qui auront des hypothèques ou des paiements mensuels pour la voiture trop élevés encourageront plutôt leurs jeunes à se diriger vers des études menant à un diplôme d’études professionnelles ou encore de ne pas dépasser le niveau collégial.

Enfin, cette hausse des droits de scolarité, c’est une taxe cachée et une façon de dire que seuls les enfants provenant de familles plus en moyen devraient aller à l’université.  C’est le Québec que vous voulez? Déjà, pour plusieurs parents, la hausse ne passe pas, et ils sont en train de se rassembler sur Facebook2. À suivre…

  1. Contribution des parents ou du répondant []
  2. Parents contre la hausse des frais de scolarité []

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Articles rédigés: 346 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 664 a été rédigé par Sylvain il y a 7 ans et 4 mois, le vendredi 16 mars 2012.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Société, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2009: Manifestation contre la brutalité policière à Montréal De toutes les manifestations annuelles, c’est ma préférée. Pourquoi? Car elle est la plus prévisible et la plus spectaculaire. Quel [...]

2009: Ce qu’il faut savoir de Michael J. Sabia Voici la petite histoire de cette transaction ratée et autres faits incidents. Le 4 juillet 2008, BCE annonce qu'elle a conclu [...]

2009: Caisse de dépôt et placement du Québec et PCAA On a un début de réponse lorsqu'on sait maintenant que les principaux dirigeants de Coventree, le premier promoteur de PCAA [...]

2009: Natalité: la hausse se poursuit Les naissances au Québec ont continué de croître pour une cinquième année consécutive. Quelque 84 200 Québécois ont vu le [...]

2009: Chasse au phoque Le porte-parole du Bloc Québécois en matière de pêches et océans et député de Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Raynald Blais, a fait adopter [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages