Le vendredi 24 février 2012

Québec

Le gouvernement hausse les droits de scolarité mais continue de donner aux banques

1.4 milliard de dollars donné aux banques depuis 1989

Actualités ]

Par Sylvain

Avant même à songer à augmenter les droits de scolarité, le gouvernement du Québec devrait s’assurer que l’administration du système d’éducation et celle de l’Aide financière aux études soient optimales. Ce n’est pas le cas. Depuis 1989, le gouvernement a, à toute fin pratique, offert sur un plateau d’argent la somme de plus de 1.4 milliard de dollars aux banques, et le chiffre date de 2008. Ça semble plus facile d’augmenter les droits de scolarité que de gérer intelligemment au Parti libéral du Québec. Ça doit être ça l’idée de “plus de privé”!

Comme vous le savez, plus de 55 000 étudiants sont en grève afin de dénoncer la hausse faramineuse des droits de scolarité. Pour l’année 2016-17, un étudiant voulant étudier à l’université devra payer 1625$ de plus que pour l’année 2011-12.

Pour apaiser les craintes de milliers d’étudiants et de parents qui croient que les études supérieures devront prendre le bord puisque qu’ils n’auront plus les moyens de payer les droits de scolarité, le gouvernement a promis que l’aide financière aux études serait bonifiée, donc davantage de prêts et de bourses.

Toutefois, on ne sait pas combien d’étudiants, qui pour le moment n’ont pas besoin d’aide financière, en auront besoin à partir de l’an prochain. De toute évidence, ça ne prend pas la tête à Papineau pour comprendre que le gouvernement devra grossir l’enveloppe allouée à l’AFE1.

Alors, depuis 1989, le système d’aide financière aux études a, à toute fin pratique, offert un cadeau de 1.4 milliard de dollars aux banques. Avant d’expliquer pourquoi, mettons les choses en contexte.

Par exemple, j’ai une certaine somme dans mon compte bancaire et elle est disponible pour être investie. Je peux l’investir dans une entreprise pour la faire fructifier, mais il y a le risque que l’entreprise ne fasse pas de profits et même qu’elle fasse faillite.

D’un autre côté, je peux prêter de l’argent à des étudiants. Pendant qu’ils sont aux études, c’est le gouvernement qui me paie des intérêts sur la somme prêtée. Une fois ses études complétées, c’est l’étudiant qui doit payer les intérêts. En plus, si jamais l’étudiant cesse de payer, j’appelle Jean Charest, et je lui dit “heille, le jeune ne paye plus, alors tu dois me payer.”

Évidemment, entre investir dans une entreprise et de perdre mon investissement, et prêter à des étudiants en étant certain de faire des profits, le choix est clair. Ce serait absurde, non?

Eh bien, c’est ce qui se passe au Québec. Dans une étude d’Iris2 datant de 2009, on peut lire:

Dans cette étude, l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) démontre que le programme de prêts aux étudiant·e·s du Québec aurait avantage à être revu en profondeur pour diminuersa dépendance envers les institutions financières privées. Une telle politique allégerait le poids de ce programme pour les finances publiques, en plus de réduire l’endettement étudiant.

En Suède, où il n’y a aucun droit de scolarité de la maternelle au doctorat, c’est le gouvernement qui prête l’argent aux étudiants, alors c’est effectivement possible de le faire.

Au Québec, le gouvernement donne de l’argent aux banques, ne se soucie pas du taux d’endettement des étudiants et, en plus, a le culot d’augmenter les droits de scolarité drastiquement. Si la Suède est capable de prêter à ses étudiants, le Québec en est aussi capable.

Dans le document de recherche d’Iris, on donne plusieurs exemples d’où pourrait provenir l’argent des prêts, dont celui-ci:

Le gouvernement du Québec gagnerait à tirer le capital nécessaire aux prêts étudiants non plus d’emprunts effectués auprès d’institutions financières privées, mais de l’octroi de ces prêts par la Caisse de dépôt et de placement du Québec (CDPQ) à un taux d’intérêt ajusté à l’inflation.

Voilà, simple logique. Quand j’ai expliqué à ma conjointe suédoise de quelle façon le système d’aide financière aux études fonctionne au Québec, au moment où je lui expliqué que les banques ne risquaient rien pour prêter de l’argent aux étudiants en retour d’intérêts, elle a tellement ri qu’elle s’est étouffée. Bref, n’importe qui a fait des études en économie ou en administration publique trouverait la situation de l’aide financière aux études du Québec hautement risible. Qu’enseigne-t-on, coudonc, au HEC ? À boire moins de bière pour payer ses droits de scolarité?

Enfin, de toute évidence, avant même de songer à augmenter les droits de scolarité, le gouvernement doit s’assurer de l’optimisation de l’administration du système d’éducation et de l’AFE. La juste part, elle doit venir des administrateurs en premier lieu. Et cette juste part, c’est de faire leur travail et de cesser de gaspiller l’argent des contribuables. Il ne faudrait pas que la hausse ne serve seulement qu’à combler des déficits qui n’existeraient pas si le gouvernement pouvait gérer les finances publiques intelligemment, chose que le Parti libéral du Québec ne semble pas savoir faire.

  1. Aide financière aux études []
  2. Le gouvernement du Québec devrait-il prêter lui-même de l’argent aux étudiant·e·s ? []

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Articles rédigés: 346 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 705 a été rédigé par Sylvain il y a 7 ans et 9 mois, le vendredi 24 février 2012.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2010: Lucien Bouchard veut dégeler les frais de scolarité à l’Université L'Association pour une solidarité syndicale étudiante dénonce le « Pacte pour le financement concurrentiel de nos universités » présenté hier par Lucien [...]

2010: L’Affaire Louis-Georges Dupont: un meurtre déguisé en suicide? Nous assistons à un problème majeur de justice et d'éthique au Québec. Malheureusement plus aucune écoute possible de nos élus et [...]

2010: La frontière du pergélisol québécois a reculé de 130km en 50 ans La frontière du sol gelé en permanence, le pergélisol, est maintenant 130 km plus au nord qu'il y a 50 [...]

2010: Droits et Démocratie: Polémiques autour du conseil d’administration La porte-parole du Bloc Québécois en matière d’affaires étrangères et députée de La Pointe-de-l’Île, Francine Lalonde, est revenue à la [...]

2010: Entente Canada-États-Unis sur le Buy American Act À la lumière de certains détails de l’entente entre le Canada et les États-Unis concernant le Buy American Act dont [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages