Le vendredi 20 mai 2011

PolitiqueQuébec

Réforme de la carte électorale du Québec

Le PQ réclame que Charest réagisse

Par Parti Québécois

Les députés du Parti Québécois des régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie demandent l’intervention du premier ministre du Québec, Jean Charest, afin qu’une solution durable soit adoptée et que les critères délimitant la carte électorale soient revus.

« Le projet de loi 19 ne répond pas du tout aux attentes du Bas‑Saint‑Laurent, de la Gaspésie et même de toutes les régions du Québec. Il reporte le problème dans le temps. Or, c’est maintenant qu’il faut le régler, avec une solution durable comme le souhaitait d’ailleurs Jean‑Marc Fournier l’an dernier et comme le souhaitent également le Parti Québécois, la Fédération québécoise des municipalités (FQM) et la Coalition pour le maintien des comtés en région », a déclaré le député de Matane, Pascal Bérubé.

Pour sa part, la députée de Matapédia, Danielle Doyer, souligne que le Parti Québécois a répondu à la demande du gouvernement en présentant une proposition durable et permanente. « Le Parti Québécois a conclu une entente avec la Coalition pour le maintien des comtés en région. L’Action démocratique du Québec était prête à la considérer. Aujourd’hui, Jean Charest doit apposer sa signature au bas de cette entente s’il veut dénouer l’impasse », a suggéré Danielle Doyer.

Benoit Pelletier appuie l’entente entre le PQ et la Coalition

Le Parti Québécois s’explique mal l’attitude libérale qui a repoussé trop rapidement une solution pourtant appuyée par l’ancien ministre libéral Benoit Pelletier. Cette proposition s’appuie sur le concept des circonscriptions urbaines et rurales. « L’urbanité et la ruralité sont présentes dans toutes les régions du Québec. Ce n’est pas opposer Montréal aux régions. Jean Charest doit prendre le téléphone, contacter Benoit Pelletier pour réaliser que l’attitude de son ministre actuel, Pierre Moreau, nous conduit tout droit dans un cul-de-sac », a indiqué le député de Rimouski, Irvin Pelletier.

« Nous sommes inquiets. Le gouvernement libéral donne l’impression qu’il a baissé les bras et qu’il n’est plus désireux de sauver les régions. La Coalition et la FQM réclament l’intervention du premier ministre. Il est minuit moins une. Jean Charest doit cesser de faire la sourde oreille et réaliser que Pierre Moreau fait partie du problème plutôt que de la solution. Jean Charest est premier ministre de tous les Québécois : il doit faire passer les intérêts de toutes les régions du Québec plutôt que de tenir compte de considérations partisanes », a conclu le député de Kamouraska-Témiscouata, André Simard.

Un commentaire à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean Paul Tellier Le 23 mai 2011 à 4h17

    Perdre la carte.

    Dans toutes les démocraties parlementaires, les élus sont tentés de manipuler la carte électorale à leur avantage. Pour empêcher de telles pratiques, plusieurs États, dont le Québec, se sont dotés d’un organisme indépendant chargé de délimiter les circonscriptions sur la base de principes clairs et de critères neutres.

    En 2008, la Commission de représentation électorale a présenté son projet de mise à jour de la carte électorale. La carte proposée permettait de tenir compte de la décroissance de la population dans les régions rurales et de l’explosion démographique en banlieue de Montréal. Ainsi, trois circonscriptions étaient supprimées dans les régions de la Gaspésie, du Bas-Saint-Laurent et de Chaudière-Appalaches, tandis que trois étaient ajoutées sur les rives Sud et Nord de l’île de Montréal.

    Cette proposition a suscité l’indignation dans les régions perdantes. Chacun se prétendant le plus farouche défenseur des régions, les partis politiques ont rejeté les recommandations de la Commision et tenté de ménager la chèvre et le chou. il est apparu que libéraux et péquistes étaient disposés à voir le nombre de circonscriptions augmenter de 125 à 128.

    L’Assemblée législative de l’Ontario, province qui compte cinq millions d’habitants de plus que le Québec, est composée de 107 députés, 18 de moins que notre Assemblée nationale.Au fédéral,le Québec a seulement 75 députés.

    Dans le dossier de la carte électorale du Québec, les élus, quelle que soit leur appartenance politique, placent malheureusement leurs intérêts partisans devant les fondements de la démocratie. C’est pourquoi ils devraient s’abstenir et laisser la Commission de la représentation électorale faire son travail.

    Source ; André Pratte,La Presse,21/5/2011

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 582 articles

Profil: Le mouvement du Parti Québécois promeut la souveraineté, le progrès social et la promotion du français au Québec.

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 355 a été rédigé par Parti Québécois il y a 9 ans et 9 mois, le vendredi 20 mai 2011.

Il y a un commentaire suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Politique, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Grève des infirmières en 1999: Pauline Marois et la loi 72 La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) à dénoncé la loi spéciale 78 adoptée par l'Assemblée nationale le [...]

2011: Lancement du réseau Cap sur l’indépendance Le réseau Cap sur l’indépendance a été lancé ce jeudi par une vingtaine d’organismes de la société civile, qui ont [...]

2009: Coupes dans le financement de la recherche scientifique Le porte-parole du Bloc Québécois en matière de sciences et technologie et député de Shefford, Robert Vincent, a dénoncé les [...]

2009: Boycottage des produits dérivés du phoque Dans la foulée de la décision de l’Union européenne d’interdire toute commercialisation ou importation des produits du phoque, le porte-parole [...]

2008: La question de la souveraineté dans les sondages Tout le monde le sait, au fil des années, les sondages sont devenus de puissants outils de propagande pour les [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages