Le mercredi 3 novembre 2010

PolitiqueQuébec

« Ô Canada ! »

Les multinationales sont devenues l’état dans l’état

Canada ]

Par Jean-Pierre Plourde

Les décisions d’investissements et de contrôle des ressources prisent par les gouvernements ne protègent plus les intérêts des citoyens. Nos gouvernement favorisent ceux qui participent à financer le maintient au pouvoir des partis afin d’obtenir un retour d’ascenseurs

Mme Sophie Cousineau a publié un article qui traite du danger de laisser le contrôle étranger sur l’industrie de la potasse de la Saskatchewan.

Tout comme RioTinto qui a acheté Alcan et bien d’autres choses au Québec, l’autre australienne, BHP Billiton, a fait une offre d’achat hostile sur PotashCorp de la Saskatchewan.

« Le Canada se déchire sur l’accueil qu’il faut réserver à cette tentative de prise de contrôle. Pourtant, les Canadiens détiennent seulement 49% de l’entreprise de Saskatoon, les Américains n’ont que 38% du capital de ce producteur de potasse. Le reste se trouve aux mains d’investisseurs de pays autres ».

Mme Cousineau a intitulé son article « Ô Canada ! ». Voici donc mon commentaire à propos de ce nationalisme.

Qui est « Billiton »? Allez sur jeter un coup d’oeil sur cette page.

Tout comme au Québec avec l’Alcan, il ne fait aucun doute que les gouvernements ont un pouvoir d’interventions dans les décisions d’OPA sur les entreprises rentables convoités par les multinationales étrangères. Avant la vente de l’Alcan à RioTinto, beaucoup de dirigeants de l’Alcan participaient à la promotion de la « Famille Libérale ». Il est très probable qu’il en soit encore ainsi aujourd’hui.

Les décisions qui ont suivi cette transaction ont démontré clairement des conflits d’intérêts majeurs contre les intérêts de tous les Québécois.

À la lueur de ce qui s’est passé au Québec, le problème vécu par la Saskatchewan avec la Potasse doit être considéré sur une perspective beaucoup plus vaste. Il y a une tendance, une direction exprimé dans ce phénomène. Je la voie comme ceci.

Les citoyens dans l’ensemble s’intéressent de moins en moins à la politique tant elle est devenue sale et manipulatrice. En conséquence, les citoyens rechignent à participer au financement des partis politiques. Ce phénomène se généralise.

La démocratie représentative ne fonctionne pas.

Le pouvoir appartient au peuple informé de ses droits. Il a le pouvoir de démettre les gouvernements irresponsables s’il juge qu’ils ne remplissent pas ses obligations envers la société.

Au Québec par exemple les liens entre le gouvernement et les multinationales est si étroit que beaucoup de dirigeants d’entreprises sont engagées politiquement et contrôle des décisions de l’état. Par exemple, des dirigeants d’Alcan dans Option Canada, un autre fut délégué à Londres pour prévenir la réaction des anglais dans certaines situations, un encore négocie en notre nom le transfert de nos territoires à une minorité sous tutelle fédérale, les implications de Power Corporation dans la caisse de dépôt, etc. Les multinationales sont devenues l’état dans l’état.

Certaines entreprises, avec l’appui de l’état, contrôlent la plupart des médias. Ces médias dirigent la pensée des citoyens en fonction des intérêts particuliers des puissants lobby. L’état manipule le peuple, il l’inciter à s’abandonner en faveur d’immigrants. Pour faire avaler une telle couleuvre, l’état a choisir des commissaires en fonction du rapport médiatique qu’il voulait obtenir, voir Juges et parties.

Les régions sont le poumon de Montréal. L’état n’hésite pas à utiliser sa radio d’état pour promouvoir la fermeture des régions auprès des montréalais. On leur fait faussement croire que les régionaux sont une charge pour eux.1

Cette stratégie a pour but de laisser le champ libre aux multinationales afin qu’elles puissent s’accaparer les centaines de milliards d’investissements qui appartiennent à 50% à ces mêmes Montréalais, comme des centrales, des barrages, des forêts, des mines, de l’eau et bien d’autres choses, dont les citoyens de Montréal comme des régions, vont perdre le contrôle au profit des multinationales.

Les citoyens devraient s’en rendre compte lorsque leur compte d’électricité va tendre à se rapprocher de celui payé à New York ou ailleurs et que le nombre de sièges sociaux et des emplois ne cessent de se réduire dans Montréal, comme par exemple le transfert d’Alcan de Montréal, vers Londres ou au Saguenay, le transfert d’un centre de recherche vers l’Australie… Ces cas iront en augmentation et contribueront à l’appauvrissement général des citoyens.

Les Montréalais n’ont pas compris que pour conserver leur pouvoir d’achat, il faut protéger ces sources de revenus. Personne n’a pris soin de les informer que les sources de revenus de Montréal dépendent des territoires en régions. Il n’existe pas de nation viable à long terme sans territoire. Une telle nation s’appelle une diaspora, c’est le genre de nation que réserve M. Harper aux Québécois. Parlez-en aux Juifs et aux Arméniens.

Les citoyens dans l’ensemble s’intéressent très peu à la politique. En conséquence, ils rechignent à participer au financement des partis politiques qui sont la base du système démocratique canadien, et en particulier Québécois.

L’intérêt des citoyens est dévié au profit des Corporations. Ce mouvement est mondial. La création de l’OMC, Organisation Mondial du Commerce, en est le plus bel exemple.

Le citoyen, peu importe son habitat, sera de plus en plus contraint au nomadisme d’un emploi à l’autre et d’un endroit ou pays à l’autre sans égard a sa volonté de s’établir pour assurer une stabilité à sa progéniture, la conséquence sera la disparition de la diversité appelée « culture ». L’entreprise finira par imposer la langue et le droit au travail. Les critères de sélections à l’emploi pourraient bientôt se faire en fonction de la langue, de l’origine du travailleur, de la pensée du candidat à l’emploi et même pour qui il a voté. Ces critères d’embauche deviendront probablement aussi important que la compétence. C’est le prix à payer pour le désintéressement des citoyens de la politique, la commission Bastarache décrit une telle situation.

La fierté canadienne est artificielle et se veut d’avantage une question de marketing. L’organisation des Jeux Olympiques de Vancouver l’ont parfaitement démontré.

Les décisions d’investissements et de contrôle des ressources prisent par les gouvernements ne protègent plus les intérêts des citoyens. Nos gouvernement favorisent ceux qui participent à financer le maintient au pouvoir des partis afin d’obtenir un retour d’ascenseurs.

La démocratie participative des citoyens envers les partis politiques entraîne un vide que les multinationales remplissent à coup de millions et d’hommes de paille. Il s’ensuit une perversion du système politique lui-même.

L’état et les multinationales ne font plus qu’un et les intérêts des citoyens sont déviés. Comme au temps de Louis XIV avant la révolution. Le Premier Ministre en viendra à dire : L’état c’est Moi.

Merci d’être là,
Jean-Pierre Plourde

  1. Référence: Bazzo.tv []

Un commentaire à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean-Pierre Plourde Le 9 novembre 2010 à 22h23

    Ce texte fut repris par Heinzel sur ce site:

    http://forumsociete.actifforum.com/petition-et-annonces-temporaire-f27/les-multinationales-sont-devenues-letat-dans-letat-t1561.htm#3472

    Je remercie l’auteur pour son commentaire qui va comme suit:

    Tout à fait d’accord avec l’auteur! Très bien décrit! On voit que celui qui a écrit le texte est un excellent communicateur! Il réussi a dire en peu de mots, ce que d’autres aurait utiliser 30 pages pour expliquer cette complexité. Heinzel

    Merci d’être là.

    Jean-Pierre Plourde.
    http://saglacweb.blogspot.com

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 116 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 1,016 a été rédigé par Jean-Pierre Plourde il y a 8 ans et 8 mois, le mercredi 3 novembre 2010.

Il y a un commentaire suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Canada, Politique, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Changement d’heure automne 2012 au Québec: avancer ou reculer ? C'est le temps de changer l'heure de nos montres, horloges, réveille-matin,  radios d'auto, de nos fours à micro-ondes, etc. Quoi [...]

2009: Décès et vaccination en Suède: mise à jour Pour faire suite à mon article Déjà deux morts en Suède suite à la vaccination contre le virus H1N1 et [...]

2009: L’immigration dans la Ville de Québec Lentement mais sûrement, la vieille capitale s’ouvre à l’immigration. Entre 2001 et 2006, le nombre d’immigrants établis à Québec est [...]

2009: Visite royale: le RRQ fera la fête au Prince Charles! Le prince Charles a décidé de faire fi de nos mises en garde quant à sa présence chez nous. Il [...]

2009: Vaccin contre le H1N1: déjà quatre morts en Suède! La campagne de vaccination en Suède a débuté au début de la semaine passée (( Prenez en note que cet [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages