Le vendredi 10 septembre 2010

PolitiqueQuébec

Projet de Loi 103 permettant l’achat d’un droit à l’école anglaise

La ministre St-Pierre doit retirer le projet de loi 103 et appliquer la loi 101 aux écoles privées non subventionnées

L'état de la langue française ]

Par Parti Québécois

Dans quelle société le gouvernement libéral veut-il entraîner les Québécois en ouvrant la porte à la possibilité de se monnayer un droit? Le gouvernement libéral veut créer deux classes de citoyens, ceux qui ont de l’argent et ceux qui n’en ont pas.

À l’ouverture de la consultation générale du projet de loi 103 présenté par le gouvernement libéral de Jean Charest en juin et qui rend possible l’achat d’un droit à l’école anglaise, le député de Borduas et porte-parole de l’opposition officielle en matière de langue, Pierre Curzi, a réclamé de la ministre de la Culture et des Communications, Christine St-Pierre, qu’elle recule et retire le projet de loi.

« Nous avons à étudier un projet de loi bancal, un projet de loi qui permet à quiconque la possibilité de s’acheter un droit. Dans quelle société le gouvernement libéral veut-il entraîner les Québécois en ouvrant la porte à la possibilité de se monnayer un droit? Le gouvernement libéral veut créer deux classes de citoyens, ceux qui ont de l’argent et ceux qui n’en ont pas. Au Parti Québécois, il ne saurait être question d’accepter un tel fait et sur ce point, nous sommes heureux de constater que la vaste majorité des intervenants nous appuie », a déclaré Pierre Curzi.

Le député de Borduas accuse la ministre St-Pierre d’avoir présenté un projet de loi afin de satisfaire la base électorale acquise au Parti libéral du Québec. « Ce n’est pas l’intérêt du Québec que la ministre St‑Pierre et le gouvernement libéral cherchent à défendre et à protéger, mais plutôt les intérêts partisans du Parti libéral du Québec. Personne n’est dupe », a-t-il poursuivi.

M. Curzi s’est dit très inquiet du projet de règlement qui compléterait la loi, si le projet de loi était adopté. « D’une complexité extrême, ce règlement laisserait beaucoup trop de place à l’arbitraire et à la subjectivité, ayant pour conséquence directe des contestations judiciaires à n’en plus finir », a ajouté le député.

L’épouvantail de Christine St-Pierre

Le Parti Québécois rejette catégoriquement l’argument de la ministre St-Pierre qui soutient que recourir à la clause dérogatoire pourrait nuire à la réputation du Québec à l’étranger.

« Actuellement, ce qui ternit l’image du Québec sur la scène internationale, ce sont les odeurs de corruption et de malversation qui planent au-dessus du Québec et que le premier ministre Jean Charest ne veut pas dissiper. Le reste, c’est de la frime, un épouvantail que brandit la ministre St-Pierre parce que tout simplement, elle n’a pas le courage de défendre adéquatement le fait français au Québec », a martelé Pierre Curzi.

Une proposition du Parti Québécois pour le bénéfice du Québec

« Ce n’est pas au diktat fédéral, mais bien à la nation québécoise que revient le droit de défendre sa langue et de prendre toutes les mesures adéquates. En ce sens, nous enjoignons la ministre St-Pierre de retirer le projet de loi 103 et de simplement appliquer la loi 101 aux écoles privées non subventionnées en modifiant l’article 73 de la Charte de la langue française. C’est le seul geste à poser dans les circonstances », a conclu le député de Borduas, Pierre Curzi.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 582 articles

Profil: Le mouvement du Parti Québécois promeut la souveraineté, le progrès social et la promotion du français au Québec.

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 473 a été rédigé par Parti Québécois il y a 10 ans et 1 mois, le vendredi 10 septembre 2010.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Politique, L'état de la langue française, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2010: Soyez du grand spectacle contre la loi 103 à Montréal le 18 septembre! Voilà quelques mois, la Cour suprême du Canada a invalidé la Loi 104 qui colmatait une brèche de la loi [...]

2010: L’argent Dans mon texte Vivre libre ou disparaître, j’explique que chacun des items qui composent une organisation a un effet sur [...]

2009: Un désengagement prévisible de Québec pour le Moulin à paroles Un gouvernement de minables! Il n’existe point d’expression plus juste pour qualifier la décision de l’actuel gouvernement du [...]

2009: David Whissell choisit l’asphalte plutôt que le pouvoir Pour permettre à David Whissell de siéger au conseil des ministres, le premier ministre avait changé une directive de l’Assemblée [...]

2009: Les libéraux présentent enfin leur plan de lutte au décrochage scolaire Réagissant au plan de lutte au décrochage scolaire au Québec, dévoilé aujourd’hui par la ministre Michelle Courchesne, le député de [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages