Le mardi 29 septembre 2009

QuébecÉconomiePolitique

Avoir à coeur l’avenir du Québec et du Canada

Par Jean-Pierre Plourde

Pour bien laisser voir qui contrôle le Québec, c’est Ottawa, et non plus Québec, qui a annoncé les travaux de barrages sur la rivière Romaine. L’électricité produite à la Romaine nous coûtera 12 cents le kilowatt heure. M. Charest offre délibérément cette électricité aux Américains à 11 cents le kilowatt heure.

À propos de mon article, Le génocide culturel, politique et économique d’un peuple,  j’ai reçu ce commentaire d’un M. Jean-Sébastien.

Son propos se résume comme suit :

Mon cher monsieur, j’ai parcouru (très vite) quelques uns de vos articles. J’en viens à la conclusion d’une paranoïa profonde des méchants anglais. Si je suis votre raisonnement, il faudrait tous déménager en Europe… Il semble que vous avez du temps libre en masse, faites du sport, apprenez une autre langue, mais revenez-en un jour du Canada, vous ne vivrez jamais assez vieux pour voir la séparation et moi non plus, je vous souhaite une bonne journée et pensez à vous un peu.


Monsieur,

Je ne sais pas où vous avez trouvez dans mes textes l’idée que je cherche à sortir les anglais du Québec.

Mes propos concernent l’obligation des Québécois de s’assumer et de prendre leur place, de s’affirmer. Je m’attarde exclusivement à informer les Québécois des choses politiques et économiques qui les concernent directement, peu importe qu’ils soient immigrants, anglophones ou francophones.

L’approche commune fait de vous, de moi et de nos enfants, des gens sous la tutelle d’Ottawa. On nous retire unilatéralement la propriété de nos territoires, le droit de gestion de nos ressources et le droit de décider librement de notre avenir.

Si vous voulez comprendre graphiquement ce qui se passe au Québec, voir mon texte Vivre libre ou disparaître. Voici l’explication de ce propos.

Un bras de levier économique, c’est lorsque qu’une entreprise, celle de l’État dans le cas d’Hydro-Québec, génère des revenus par l’apport de nouvelles devises et une plus value à l’État par de nouveaux investissements rentables. Par exemple, lorsqu’Hydro-Québec investit dans des barrages et des infrastructures et qu’elle vend de l’électricité aux Américains, les investissements augmentent la valeur comptable de nos actifs et les revenus générés par la vente de l’électricité se retrouvent dans les coffres du Québec, contribuant ainsi à réduire les impôts des citoyens. En Alberta, ce phénomène est tellement important que les citoyens ne paient plus d’impôt provincial.

Prenons un autre exemple, la Ville de Saguenay est propriétaire de petites centrales qui génèrent des revenus dans les coffres de la municipalité. Ces revenus additionnels seront bientôt portés à près de six millions de dollars par année. Ces revenus contribuent à réduire la croissance des taxes aux citoyens et/ou à augmenter les services aux citoyens, c’est un bras de levier.

L’approche commune, c’est mettre une épée de Damoclès sur tous nos actifs rentables y compris ceux appartenant aux Municipalités. Lorsque les Québécois auront perdus leur majorité, le rapport de force à l’Assemblée Nationale se modifiera. Les revenus générés par nos actifs seront divisées entre tous les Canadiens et non plus entre les Québécois dont vous êtes, le titre de province pour le Québec sera devenu une vue de l’esprit.

Monsieur Charest a trouvé le moyen de transformer un moteur économique en une future charge sociale pour les citoyens.

Pour bien laisser voir qui contrôle le Québec, c’est Ottawa, et non plus Québec, qui a annoncé les travaux de barrages sur la rivière Romaine. L’électricité produite à la Romaine nous coûtera 12 cents le kilowatt heure. M. Charest offre délibérément cette électricité aux Américains à 11 cents le kilowatt heure. Les investissements requis viendront de nos poches. L’électricité étant vendu à perte, on devra se serrer la ceinture pour assumer les pertes générés par ce contrat. Je doute que M. Charest ignore un détail aussi important. C’est un autre stade olympique qui s’annonce. Avec l’augmentation du coût de la vie, on financera de nos impôts le développement de l’économie américaine. Il n’y a eu que Duplessis dans les années 40 ou 50 pour négocier une telle boulette avec la vente du fer de la Côte-Nord à 1 cent la tonne.

À ce rythme, M. Charest sait qu’on devra continuer d’assurer les services aux citoyens avec moins de revenus. C’est une très bonne raison de vouloir augmenter tous les tarifs et de créer de nouvelles taxes maintenant.

Cette ignorance va rendre la vie misérables aux 6 millions de Québécois francophones, et sans droits, ni pouvoir de négociations, il vont se retrouver discriminés dans l’emploi sur des territoires qu’ils ont développés et n’ayant plus de province que le nom.

Imaginez la réaction des Albertains si on leur imposait la répartition entre tous les canadiens de leur “Heritage fund”, il y aurait une campagne immédiate pour la séparation de l’Alberta du Canada.

C’est ce que M. Charest est en train de faire avec nos actifs comme l’Hydro-Québec, la Caisse de Dépot et nos autres actifs comme l’avenir de l’eau, dont on va perdre le formidable bras de levier en devenir, tout cela avec la collaboration d’Ottawa.

Je recherche l’intégration et non pas la ségrégation. La ségrégation, c’est la situation dans laquelle le Canada s’enlise envers le Québec. Elle se présente à nous sous la forme d’une expropriation par le traité dit de l’approche commune, négocié par le Canada contre les intérêts des sept millions de Québécois sur les territoires qu’ils ont développés. Le gouvernement du Québec devient une succursale d’Ottawa et tous les citoyens du Québec héritent de la tutelle que ce dernier détient sur les Amérindiens. Seule une poignée d’Amérindiens choisis profiteront de ce traité, la discrimination continuera d’exister chez certaines nations Amérindiennes tout comme elle se fait déjà au sujet des métis qui ont autant de droits que les Amérindiens dont ils sont des descendants.

Vous voyez bien que cela ne marche pas, à moins d’être de mauvaise foi! Il ne peut pas y avoir de discriminations envers autant de gens sans conséquences.

Lorsque vous me dites “pensez à vous un peu”, c’est exactement ce que je fais, en ayant à cœur l’avenir de nos enfants, les vôtres tout comme les miens.

4 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean Claude Pomerleau Le 1 octobre 2009 à 22h18

    M Plourde,

    Avez vous pensez à faire publier vos textes sur l’Hydro Québec sur votre page d’auteur de http://WWW.Vigile.net

    JCPomerleau

  2. 2 Jean-Pierre Plourde Le 1 octobre 2009 à 23h52

    Bonjour M. Pomerleau:

    Il y a plusieurs mois, suite à la lecture d’un article lu sur Vigile, j’ai retourné un commentaire tiré de l’un de mes propres articles.

    Vigile ne m’a pas avisé qu’on désirait me voir collaborer et je n’avais pas consulté non plus la liste des auteurs.

    Suite à votre commentaire, je suis retourné sur Vigile pour consulter la liste des auteurs. Vous avez raison, j’ai retrouvé mon nom à la lettre (P).

    Je ne connais pas la politique de Vigile envers ses auteurs, aussi, il serait bon de m’en informer.

    S’il y a une procédure, et généralement il y en a une, faites en sorte de m’en aviser par courriel sur saglac@gmail.com

    Je n’ai encore vu personne vulgariser la chose politique, économique et sociale de la façon dont je le fais.

    La plupart des auteurs vont condamner une situation sans expliquer pourquoi elle va se produire ni donner d’explications sur les moyens qu’il faut pour en arriver à des solutions.

    Les gens ne veulent pas seulement savoir, ils veulent d’abord comprendre. C’est la seule façon d’en arriver à des résultats concrets.

    Par exemple, je considère mon texte, Vivre libre ou disparaître, comme un texte culte, capable d’aider à visualiser graphiquement la situation du Québec dans le canada sur une seule page. Un cours d’histoire et de sociologie en moins de cinq à dix minutes, à condition, bien sur, d’être attentif à la lecture et de rapporter les idées émises sur les graphiques.

    Merci de votre invitation,

    Jean-Pierre Plourde
    saglac@gmail.com

  3. 3 alain gagnon Le 3 octobre 2009 à 21h50

    Salut Jean-Pierre,
    J’aimerais réagir a M.Jean-Sébastien.
    Je vous conseil de lire les trois livres noirs du canada anglais de M. Normand Lester et vous comprendrez qu’il n’y a pas de paranoïa dans les propos de M. Plourde. Celui-ci s’efforce d’éveiller la conscience des Québecois face a notre avenir.

    Cette avenir n’a jamais été aussi en danger.M. Jean Charest est le chef de mission Fédéral. L’approche commune,la caisse de dépôt, etc…Nous sommes présentement sous tutelle Fédérale.

    Sachez M.Jean-Sébastien que plus un peuple est tenu dans l’ignorance de son histoire,ses origines,de sa culture,etc et c’est ce que les deux paliers de gouvernement en place s’efforce de faire,plus ce peuple dispârait.
    M.Plourde continuer vos excellentes critiques,vous avez une façon simple de vulgariser la position du peuple Québecois face a son avenir et je souhaite qu’il y est de plus en plus de gens qui vous lisent afin de se conscientiser.
    Moi en ce qui me concerne je fais du bouche a oreille pour qu’il y est plus de gens qui prennent connaissance de vos articles.
    Alain Gagnon

  4. 4 Jean-Pierre Plourde Le 4 octobre 2009 à 2h20

    Bonjour M. Gagnon:

    Vous savez personne n’est éternel, peut-être trouverai-je en vous une forme de succession…

    Vous avez très bien assimilé les idées maitresses de mes propos qui consistent essentiellement à faire comprendre aux Québécois, qui ils sont, comment ils sont arrivé là où ils sont et comment faire pour inverser la forme de “dictature douce” pour le moment, dans laquelle on veut nous enfermer.

    Les générations qui vont suivre la notre risquent fort de se rebeller contre les contraintes qu’ils vont endurer.

    Laisser tomber, c’est renier les héritages de René Lévesque, de Robert Bourassa aujourd’hui décédés et de bien d’autres après lui dont les Pariseau.

    Ceux qui se demande pourquoi je retiens le nom de M. Robert Bourassa, un fédéraliste spécialiste du compromis?
    M. Bourrassa s’est fait tassé plusieurs fois dans les négociations constitutionnelles, la mauvaise foi canadienne s’est retourné contre lui dans la plupart des cas.
    Plusieurs de ses déclarations méritent cependant d’être citées.

    Je vous invite à lire mon prochain texte qui va traité de M. Bourassa.
    Voir saglacweb.blogspot.com et bientôt sur ameriquebec.

    Merci de votre implication.

    Jean-Pierre Plourde.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 116 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 936 a été rédigé par Jean-Pierre Plourde il y a 11 ans et 6 mois, le mardi 29 septembre 2009.

Il y a 4 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Politique, Économie.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Loi 101 et charte de la laïcité: l’art de faire comme si Imaginez que vous vivez à logement, et que votre plus grand rêve à courte échéance est de vous acheter une [...]

2011: Reine dans le passeport: il urine dessus et “flush” son passeport Ce que je vous présente aujourd'hui n'est pas très gracieux, j'en conviens. Mais est-ce que les décisions de Stephen Harper [...]

2010: L’exemple magistral du Nouveau-Brunswick: Québécois, mobilisez-vous! Comme il fallait s’y attendre et que je l’avais pour ma anticipé dès l’annonce du projet en novembre dernier, les [...]

2010: Corée du Nord: le fils cadet de Kim Jong Il élevé au grade de général Le fils cadet du dirigeant de la Corée du Nord, Jim Jong II, a été nomme général de l’armée. Cette [...]

2010: La clôture approche… Les femmes feront-elles tomber de nouvelles barrières? Retour sur la Colombie Lors de la Rencontre Internationale de Femmes et Peuples des Amériques contre la Militarisation du 16 au [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages