Le samedi 18 juillet 2009

QuébecPolitiqueÉconomie

Les anglophones et immigrants du Québec ont intérêts à s’offrir un Québec souverain

Par Jean-Pierre Plourde

Ce texte suit la parution du livre de M. Tony Kondaks, Why Canada must end?. Je vous présente ici une analyse réaliste comme jamais personne ne vous l’a présentée sur les conséquences pour vous de la disparition du Québec comme province, car c’est maintenant de cela dont il s’agit.

Ce texte suit la parution du livre de M. Tony Kondaks, Why Canada must end?. Je reprend ici mon commentaire à l’article sur le même sujet et publié par Dave le 13 juillet 2009.

Dans son rapport sur ce livre, Dave déclare qu’advenant un Québec souverain, l’auteur souhaite la création d’un « Quebec West » comportant des droits et privilèges spéciaux.

Soutenir un Québec souverain, c’est la seule possibilité pour vous, anglophones et immigrants de conserver vos ressources, votre pouvoir d’achat, votre emploi dans beaucoup de cas et les privilèges que vous recevez du Québec.

Je vous présente ici une analyse réaliste comme jamais personne ne vous l’a présentée sur les conséquences pour vous de la disparition du Québec comme province, car c’est maintenant de cela dont il s’agit.

Vous avez tous intérêts à soutenir l’existence du Québec comme province ou comme pays. Sans votre soutien, les actifs que nous avons communautairement cumulés et que nous partageons seront dispersés et dilapidés.

Suite au transfert des territoires Québécois vers un « Émirat Amérindien » en cours de négociation dans le traité dit de l’approche commune, tous les citoyens du Québec, peu importe leurs origines, vont se retrouver sans statut, expropriés, et sur un territoire fédéral. La perte en capital que vous et moi allons souffrir est gigantesque, l’affaire Norbourg et Earl Jones à coté de cela sont des pécadilles. Je vous invite donc à analyser sérieusement mes propos.

Sans un Québec fort, l’avenir du « Quebec West » ne pourra jamais exister, de plus, vous perdrez tout comme les autres Québécois des milliards d’actifs, en commançant par la caisse de dépôt, 50 milliard dont vous êtes également un actionnaire propriétaire.

Après l’ingérence du Canada dans les affaire du Québec lors du référendum de 1995, la fédération nous a parachuté un nommé Jean Charest qui s’est fait élire premier ministre sous de fausses représentations comme de promettre une réduction d’impôt irréaliste de 1 milliard par année pendant cinq ans. La fédération canadienne manœuvre, de façon discrète, à faire du Québec un territoire fédéral, c’est l’objectif des négociations dites de l’approche commune.

Ce traité se négocie entre représentants fédéraux1 . Ce traité vise le transfert de nos territoires vers un petit groupe choisi d’Amérindiens. C’est la seule province au Canada où une telle situation soit possible tant le contrôle de l’information exercé par la fédération sur les médias est sévère. Même les livres d’histoires sont touchés. Les Québécois, en grande majorité, ne connaissent rien des conséquences de toutes les négociations en cours. Je vous répète que, dans la Constitution Canadienne, les Amérindiens sont sous la tutelle de la fédération.

En transférant nos territoires à un petit groupe d’Amérindiens sélectionnés, nous perdons la gestion de nos territoires appelés Québec au profit du Canada. Vous et moi héritons de la tutelle que le Canada détient sur les amérindiens. Cette tutelle s’appliquera sur nos biens communs et nous perdrons à moyen terme nos bras de leviers économiques comme l’Hydro et la Caisse de dépôt. Tout futur développement de la dite province de Québec, sans le contrôle de ses occupants, se verra affecté ou contre-carré de façon majeur. Il en résultera des projets annulés, des emplois perdus, une diminution générale des revenus de l’État, une hausse des impôts, la réduction des services et un appauvrissement général de tous les citoyens.

Les barrages, centrales et lignes de transport de l’Hydro-Québec étant sur des territoires fédéraux, le développement du Québec sera sujet à l’approbation de la fédération et au lobby des financiers de tous horizons. Par exemple, Terre-Neuve n’aura plus besoin de demander la permission à Québec pour construire une ligne de transport, celle d’Ottawa suffira. Cela aura d’énormes conséquences pour vous comme pour nous. Sans le revenu de ses bras de levier, le Québec va perdre sa capacité de financer vos institutions comme les McGill, hôpitaux et autres.

Vous perdrez également la qualité de vie que pourrait vous offrir un Québec dynamique, capable d’installer des centaines de milliers d’éoliennes dans le couloir des vents de l’immense toundra. Ces machines à elles seules, sans déranger les cariboux et où les arbres sont nains, pourraient fabriquer l’hydrogène qu’attend l’Amérique pour ses futurs voitures, sans parler du capital en eau, le pétrole de demain dont on devra ensemble diviser les bénéfices par 11 et les emplois qui vont avec. C’est comme cela qu’il faut voir l’avenir et non pas en avoir peur.

En vous opposant à vos partenaires Québécois, vous hériterez de la perte de nos actifs communs et des revenus à venir qui seront générés par de formidables projets communs et d’une richesse sans égal. Le Québec vous invite à participer à son développement et il vous offre de partager ensemble ses richesses. C’est financièrement, économiquement et socialement beaucoup plus intéressant que d’être un “no name” dans un Canada centralisateur qui ne cesse de brimer les droits de tous ses partenaires, pas seulement le Québec.

Les anglophones du Québec ont développé une méfiance injustifiée envers les projets du Québec et cette méfiance est entretenue en hauts lieux. The Gazette et beaucoup de journaux ontariens entretiennent chez nos amis anglophones un climat de peur injustifié à l’égard du Québec et surtout politiquement intéressé2

Revenons sur le solde de 110 milliards de la Caisse de dépôt. La Caisse est un fleuron du Québec, elle devrait voir sa charte favorable au Québec modifiée par la gestion de M. Sabia pour devenir à charte fédérale au lieu de québécoise. C’est, pour moi, la raison de M. Charest du choix de M. Sabia, un Ontarien,  au poste de direction de la Caisse. Sur une simple signature, la répartition de nos actifs commun seront distribués entre toutes les provinces et citoyens de la fédération, une autre division par 10 de nos 110 milliards communs restants. Ces milliards, ce sont aussi les vôtres et ils ne travailleront plus pour notre bien-être commun. Les Canadiens n’ont jamais contribués dans ces bas de laines et pourtant on va nous forcer à partager nos biens entre tous les Canadiens qui n’ont aucunement contribués ni à la création, ni à l’évolution de ces actifs. Il en sera de même pour l’Hydro-Québec. Imaginez l’Alberta se voir retirer la gestion de ses territoires et imposer le partage de ses revenus pétroliers avec l’ensemble des Canadiens. C’est pourtant ce qui se trame dans le dos des Québécois.

Vous dites: Qu’a fait le Canada pour briser l’unité du pays?

Le Canada liquide l’un de ses principaux partenaires et il détruit une province pour la remplacer par un territoire amérindien sous sa tutelle. Québec devient un territoire fédéral et non plus une province, sauf pour l’image et la forme.

C’est gros comme le nez dans le visage, et personne ne prend la peine d’expliquer cela aux citoyens concernés, vous et moi. Les journalistes et médias sont bâillonnés3.

Je ne donne pas cher de ce pays, si un jour, les Québécois, anglophones, francophones et immigrants compris, comprennent toutes les arnaques et manipulations qu’ils ont subis et qu’ils subissent encore de la part d’une fédération qui, en principe, devrait tirer sa force de ses membres.

Les Québécois, dont vous faites partis, sont tellement endormis et conditionnés par les médias que pour eux, la démocratie se résume à élire des députés à tous les quatre ans. Les élus finissent par croire que la démocratie c’est eux et non plus le peuple.

Les attaques contre les citoyens se multiplient comme dans les affaires de Norbourg et les Earl Jones de ce monde. Les citoyens sont de plus en plus portés à ne plus croire en la justice; c’est une situation qui peut dégénérer et devenir la bougie d’allumage de l’explosion de ce pays. Ces Lacroix et Jones s’en tire avec des peines ridicules alors que ce sont des criminels.Des gens ressentent un viol et certains vont peut-être en venir à se suicider devant la perte de leur niveau de vie, en tout cas, tous vont en souffrir et beaucoup de vies sont brisées.

  1. Voir à ce sujet Conflits d’intérêts sur SagLacWeb []
  2. Voir l’article Le fou de la reine de Jean-Jacques Samson  []
  3. Voir mon enquête Le contrôle de l’information sur SagLacWeb []

4 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Baril Michel Le 18 juillet 2009 à 10h54

    L’approche commune…un traité?

  2. 2 Jean-Pierre Plourde, Le 18 juillet 2009 à 17h44

    Bonjour M. Baril:

    Votre étonnement ne me surprend pas.

    Si vous désirez le lire ce traité, rendez-vous vers le site http://www.versuntraite.com ou sur saglacweb.com pour connaitre les détails.

    Vous pouvez également taper “approche commune” sur google pour connaître les commentaires presque unanime de beaucoup d’organisation et même le maire de Saguenay.

    Posez vous la question pourquoi Radio-Canada a mis sur les ondes une émission de Bazo.TV portant le titre “Faut-il fermer les régions”.
    Je ne connais aucun pays dans le monde qui planifierait délibérément de fermer une partie de ses territoires.
    C’est une cassure sociale.

    C’est majeur.

    Jean-Pierre Plourde.

  3. 3 Ben P. Le 7 mars 2010 à 22h31

    Cher M. Plourde,

    Je vous félicite d’avoir le courage d’en parler.

    Mais, je pense, que si ce peuple québécois est trop lâche et imbécile pour se défendre et bien, il mérite de disparaître.

    Je suis québécois pur laine et trouver moi une place dans l’histoire du Québec ou les québécois ont vraiment eu des tripes…

    Les seuls se sont les “FLQuistes”, le reste c’est de la frime.

    Quand ont vas se réveillé de notre individualisme ca vas être en plein cauchemard…

    Il y a pire encore, le controle mondial par l’élite américaine, le NWO new world order.

    Via les cartes à puce pour les douanes, la biométrie et beaucoup d’autres.

    Mais la plus dangereuse est sans contredit : la nanotechnologie. Vous verrez rien, vous ne sentirez rien, nous serons contrôlés par une puce invisible qui sera en nous et adieu démocratie !

    Nous serons des esclaves contrôlés par ordinateur. La paix sur terre !!!

    Et si vous pensez que c’est de la science fiction, faîtes vos recherches.

    Cela me fais beaucoup plus peur que les fédéralistes qui de toute facon se ferons contrôlés à leur tour…

  4. 4 Jean-Pierre Plourde Le 8 mars 2010 à 0h27

    Bonjour M. Ben P.

    Le respect de soi et de ses enfants, une notion absente de nos cerveaux.

    On sent un brin de résignation dans votre dernier commentaire:

    ”Cela me fais beaucoup plus peur que les fédéralistes qui de toute facon se ferons contrôlés à leur tour…”

    Il me semble que cette phrase exprime l’abandon et la résignation, non!

    Moi je serais du genre:
    Ce n’est pas fini, tant que ce n’est pas fini.

    C’est ce que s’est dit Jean Chrétien la veille du référendum…

    Pourquoi on ne ferait pas pareille.

    Une situation, ça se renverse à condition d’y croire et lorsqu’on y croit, on prend les moyens.

    Prenons les!

    Jean-Pierre Plourde.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 116 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 1,344 a été rédigé par Jean-Pierre Plourde il y a 11 ans et 3 mois, le samedi 18 juillet 2009.

Il y a 4 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Politique, Économie.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Un enfant de 5 ans sans flottaison à la plage, c’est pas fort On apprenait aujourd'hui 18 juillet qu'un enfant a été trouvé inconscient à la plage Jean-Drapeau. Selon la Presse ((Un enfant [...]

2012: Élections à tous les niveaux au Québec: drôle de démocratie… Au Québec, nous avons un véritable problème de démocratie lié à l’impact réel de notre vote.  À tous les niveaux, [...]

2012: Élections: le rapportage du PLQ Je me rappelle, plus jeune, du petit frère fatiguant ou de certains élèves au primaire qui passaient leur temps à [...]

2010: Gisement de pétrole Old Harry: le PLQ ne défend pas nos intérêts Le député de Jonquière et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’énergie, Sylvain Gaudreault, et le député de Lac-Saint-Jean et [...]

2009: Le Québec rattrapé par la récession L’économie du Québec a été relativement épargnée jusqu’à présent par la récession. Pour l’ensemble de 2008, la croissance économique s’est [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages