Le mardi 23 février 2010

PolitiqueQuébecÉconomie

Lucien Bouchard veut qu’on s’occupe d’économie…

Bouchard a raté une sacré belle occasion de marquer l’histoire et de sonner le réveil

Par Jean-Pierre Plourde

M. Bouchard, comment une personne instruite comme vous l’êtes pouvez-vous nous demander de s’occuper d’économie sans même mentionner que M. Charest nous retire nos outils, eux seuls qui peuvent permettre qu’on relève notre économie?

M. Bouchard, vous faites preuve d’une absence totale du sens de la réalité. Comment pouvez-vous ne pas voir le dépouillement systématique de nos actifs par les agents fédéraux et M. Charest? La Caisse de dépôt n’investit plus chez-nous et l’Hydro-Québec sera impliquée à l’extérieur de nos territoires dans un gouffre sans fond impliquant l’énergie nucléaire de Pointe Lepreau. Les infrastructures à investir au Nouveau-Brunswick sont si énormes que nous devrons nous priver des redevances 500 à 800 millions de dollars par année que donnait Hydro-Québec dans les coffres du Québec. Ce manque à gagner devra être pris dans les poches des citoyens à qui Charest fait croire que l’on fait une bonne affaire.

Les fédéraux se sont imposés violemment aux Québécois, en 1995. Ce faisant, ces gens ont brisés les reins des biens pensant Québécois qui croyaient, jusque  là, vivre dans un pays libre guidé par la démocratie.

Les gestes disgracieux comme les commandites, la naturalisation d’immigrants, l’implication d’entreprises d’états et de milliers de fonctionnaires contre le Québec et bien d’autres gestes disgracieux ont créé un choc chez la population qui ne s’en n’est pas encore remise. Résultat, elle fait le contraire de ce qu’elle devrait faire, contester et voter.

Suivant l’invasion fédérale du référendum de 1995, ce pays s’est transformé en dictature, il a pris le contrôle de l’information, ils nous ont parachuté un nommé Jean Charest avec le mandat de prendre le pouvoir dans la bourgade Québec à n’importe quel prix. Pour se faire élire, il lui suffisait de promettre n’importe quoi d’irréaliste pour prendre le pouvoir et il l’a fait. La promesse de 1 milliard de réduction d’impôts pendant cinq ans vous dit quelque chose? C’est sur une telle promesse qu’il s’est fait élire, les citoyens ne réalisant pas l’implication de ce personnage qui ne nous fait pas de cadeaux. Les preuves ne cesse de s’accumuler et l’on continue de fermer les yeux.

M. Charest nomme alors ses agents fédéraux à la direction de nos bras de levier comme Sabia à la Caisse de dépôt ou Daniel Gagné, un ex-président d’Alcan, comme chef de cabinet. Notez que ce dernier avait été délégué à Londres la veille du référendum afin d’influencer le gouvernement Britannique advenant un oui gagnant.

M. Bouchard, le développement économique passe par l’investissement chez soi, une ouverture d’esprit dans le développement de projets d’avenir, éoliennes, pétrole et gaz du St-Laurent, hydro-électricité, forêts, dont les poêles à bois devraient faire parti des solutions et non de contraintes et de taxes additionnelles, voir mon texte  Poêles à bois et autres commentaires d’actualité. Sans nos outils, on n’ira nulle part.

Depuis son arrivé au pouvoir à Québec, Charest nous retire l’un après l’autre nos outils économiques de développement, en commençant par nos territoires dans l’approche commune. Il assassine notre compte en banque,  la Caisse de dépôts, déjà 50 milliards! Il va même jusqu’à mettre un étranger pour assurer sa gestion, c’est l’équivalent de nous mettre sous tutelle.

Pour ceux qui ne connaissent pas ce que « tutelle » veut dire, c’est comme si le gouvernement confiait  votre carnet de chèques et la gestion de vos revenus à un voisin qui n’est pas de votre culture. Il vous retire le droit d’être consulté et il vous conserve le seul droit recevoir un rapport annuel vous rapportant une succession de déficit d’année en année, c’est presque sadique de sa part.

Pour nos territoires, M. Charest nomme un autre président d’Alcan, M. Yves Fortier, responsable des négociations de l’approche commune en notre nom. L’Alcan a des visées énergétiques sur nos territoires le mettant en conflits d’intérêts. M. Fortier était également très impliqué dans le groupe d’option Canada qui s’investissait pour battre le référendum. Les fédéraux sont donc assis des deux côtés de la table de négociation. Ce traité sera la signature de notre expropriation.

Le budget du référendum de 1995 était d’un total de 10 millions, 5 millions pour le « oui » et de 5 millions pour le « non ». La fédération et ses agents ont dépensés ensemble plusieurs centaines de millions pour qu’on se dise non.

Le traitement accordé à la langue française au Jeux Olympiques de Vancouver est éloquent et plein de symbolisme sur les intentions derrière les gestes de soumission unilatéraux que le Canada impose au Québec. Il faut lire les messages non verbaux de la présentation d’ouverture du pays qui passe par dessus le Québec.

M. Bouchard, comment une personne instruite comme vous l’êtes pouvez-vous nous demander de s’occuper d’économie sans même mentionner que M. Charest nous retire nos outils, eux seuls qui peuvent permettre qu’on relève notre économie?  Vous tirez sur les mauvais chevaux.

Votre intervention me laisse sans voix. Je vous invite à consulter le graphique représentant le fonctionnement d’une société en lisant mon texte Vivre libre ou disparaître.

Nous allons tous souffrir de notre inaction, nous refilons une facture très amère à nos enfants. Le Québec a besoin d’une révolution sociale massive et d’urgence. Il est temps de sortir du deuil et de se retrousser les manches en se faisant confiance avec des politiques, des écoles, et une société qui nous ressemble et parle français.

M. Bouchard, on a un grand ménage à faire, et vous avez raté une sacré belle occasion de marquer l’histoire et de sonner le réveil.

2 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Bibi Le 23 février 2010 à 21h02
  2. 2 Jean-Pierre Plourde Le 25 février 2010 à 12h19

    Bibi.

    M. ou Mme Bibi.

    J’ai lu votre texte.

    Vous commentaires sont sans profondeurs et superficiels.

    J’ai apporté les documents et les références à l’appui de mes affirmations ce qui n’est pas le cas de votre texte.

    Je respecte néanmoins votre opinion.

    Jean-Pierre Plourde.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 116 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 855 a été rédigé par Jean-Pierre Plourde il y a 9 ans et 8 mois, le mardi 23 février 2010.

Il y a 2 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Économie, Québec, Politique.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2013: La Motte au Québec Qu'est-ce que «La Motte»? Ce n'est pas « un ouvrage de défense médiéval ancien, composé d'un rehaussement important de terre rapportée de forme [...]

2013: Un gouvernement de trop: conférence de Stéphane Gobeil Stéphane Gobeil ((Stéphane Gobeil a été directeur du service de recherche du Bloc Québécois et conseiller de Gilles Duceppe de 1998 [...]

2012: Hausse des droits de scolarité: êtes-vous en accord ou en désaccord? Nous connaissons ceux qui sont en défaveur de la hausse des droits de scolarité et leur argumentaire est bien ficelé [...]

2010: Le Québec et l’environnement après sept ans de Jean Charest Depuis Copenhague, l'ineptie mondialement reconnue du gouvernement Harper en matière d'environnement fait en sorte que le gouvernement Charest est perçu [...]

2010: Le critique du critique Steve Proulx supporte ici (( Voir L'art de faire croire sur Voir.ca )), la critique d'une série sur les RP, [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages