Le vendredi 10 octobre 2008

QuébecÉconomie

Coupes dans le financement des organismes de développement économique

Les candidats conservateurs de la région de Québec doivent se prononcer sur les mauvaises décisions de Jean-Pierre Blackburn

Campagne électorale fédérale 2008 ]

Par Bloc Québécois

Il reste encore quelques jours à cette campagne électorale et tous les conservateurs de Québec ne peuvent plus se défiler : ils doivent se prononcer sur la décision de Jean-Pierre Blackburn. Le maire Labeaume veut savoir des élus du Parti conservateur de la région de Québec si, à leur avis, la décision de Blackburn a du bon sens.

Tout le monde affirme que les organismes de développement économique sont très importants pour l’économie québécoise : les maires de Québec, de Montréal, de Rimouski, le premier ministre du Québec et le ministre Bachand l’ont tous répété à plusieurs reprises. Ici même, l’Institut national d’optique et le Pôle Québec-Chaudières-Appalaches sont des organismes dynamiques et tout le monde un peu sérieux reconnaît l’impact important qu’ils ont eu dans l’économie de Québec et de tout le Québec.

À propos de ces organismes, Stephen Harper affirme qu’il s’agit de bureaucratie, un peu comme Jean-Pierre Blackburn, qui accusait les décideurs économiques du Québec de défendre des « pousseux de crayons ». Et la goutte qui fait déborder le vase, c’est la déclaration de Jean-Pierre Blackburn du 4 octobre, et je le cite : « C’est la meilleure décision que j’aie prise au cours de toute ma carrière. » Le maire Labeaume, lui, a qualifié la position de Jean-Pierre Blackburn de « démagogique », de « méprisante » et « d’orgueilleuse ». Le maire Labeaume veut, à bon droit, savoir des élus du Parti conservateur de la région de Québec si, à leur avis, la décision de Blackburn a du bon sens.

Or, après 32 jours de campagne, nous ignorons toujours si les candidats conservateurs de la région de Québec sont d’accord avec Jean-Pierre Blackburn, qui a considérablement nui à l’économie québécoise en coupant dans le financement des organismes de développement économique, ou s’ils s’opposent au consensus québécois.

Ça sert à quoi, un député conservateur ?

Josée Verner, qui est supposée être le lieutenant politique de Stephen Harper à Québec, a refusé d’endosser ou de dénoncer la décision de Jean-Pierre Blackburn : elle s’en lave les mains. Elle a affirmé ne pas vouloir embarquer dans des débats qui, dit-elle, concernent Jean-Pierre Blackburn. Elle a aussi déclaré ceci : « C’est une décision qu’il a prise comme ministre de son ministère. » Pourtant, c’est une décision gouvernementale. Et à ce que je sache, Mme Verner siège au Conseil des ministres. Je lui demande de nous indiquer si elle est intervenue au Conseil des ministres pour renverser cette décision ou si elle a abdiqué ses responsabilités envers le Québec.

Maxime Bernier aussi siégeait au Conseil des ministres. Qu’a-t-il fait? Était-il d’accord? Et Christian Paradis? Steven Blaney, lui, a affirmé qu’il pourrait aborder éventuellement, un jour, peut-être, à un moment donné, le sujet avec les médias, mais quand on lui a posé la question, il a déclaré ceci et je le cite : « Je vais être en retard à mon souper spaghetti. » C’est quand même ahurissant!

Et puis, comme d’habitude, nous n’avons aucune nouvelle de Sylvie Boucher. Daniel Petit, qu’est-ce qu’il en dit? Et Jacques Gourde, il pourrait se mouiller au lieu de se promener en camion. Le seul qui s’est prononcé, c’est Luc Harvey, qui a choisi de se ranger du côté de Jean-Pierre Blackburn et contre les intérêts économiques de Québec.

Il reste encore quelques jours à cette campagne électorale et tous les conservateurs de Québec ne peuvent plus se défiler : ils doivent se prononcer sur la décision de Jean-Pierre Blackburn. Les candidats du Bloc Québécois, eux, sont tous d’accord avec le maire Labeaume, avec le gouvernement du Québec, les maires et la presque totalité des acteurs économiques québécois.

J’invite les électrices et les électeurs de Québec qui veulent des députés qui défendent leurs intérêts économiques et qui veulent faire avancer les idées qu’ils ont à cœur, à appuyer le Bloc Québécois, le seul parti capable de contrer une majorité conservatrice, le seul parti voué à la défense exclusive de l’économie de Québec et du Québec.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Gilles Duceppe

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 335 articles

Profil: Le Bloc québécois est un parti politique souverainiste social-démocrate, implanté exclusivement au Québec, bien qu'il soit un parti fédéral du Canada. La mission première du Bloc québécois est de mettre…

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 595 a été rédigé par Le Bloc Québécois il y a 10 ans et 10 mois, le vendredi 10 octobre 2008.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Campagne électorale fédérale 2008, Québec, Économie.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2010: Force Québec ne verra jamais le jour Quand on y pense, l’éditorial d’André Pratte dans La Presse d’hier avait quelque chose de pathétique. Pour toutes sortes de [...]

2008: Le Bloc Québecois invite les gens à ne rien tenir pour acquis le 14 octobre Le message rappelle à tous qu’il ne faut rien tenir pour acquis concernant la possibilité d’éviter un gouvernement conservateur majoritaire [...]

2008: M. Justin Trudeau, vous dites des sottises! Après avoir traité les unilingues de paresseux lors de son séjour en Alberta, on aurait pu croire que dès son [...]

2008: Le dollar, les commentaires et M. Harper! Le texte portant le titre Le dollar canadien continue sa glissade sur Cyberpresse le 9 octobre 2008 autorisait les commentaires. [...]

2008: « Stephen Harper a induit la population en erreur » Le Directeur du budget nous apprend que l’aide humanitaire ne compte que pour 9 % des coûts totaux de la [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages