Le lundi 29 janvier 2007

InternationalQuébec

Boisclair en France et Ségolène Royal sur l’indépendance du Québec

France ]

Par AmériQuébec

Normalement je ne copie pas de textes des sites de nouvelles, me contentant de souligner certains passages tout au plus, mais j’ai trouvé ce texte de Michel Vastel publié le 27 janvier 2007 plutôt intéressant et il vaut la peine d’être lu. Qui plus est, avec les élections provinciales qui approchent à grands pas, ça […]

Normalement je ne copie pas de textes des sites de nouvelles, me contentant de souligner certains passages tout au plus, mais j’ai trouvé ce texte de Michel Vastel publié le 27 janvier 2007 plutôt intéressant et il vaut la peine d’être lu. Qui plus est, avec les élections provinciales qui approchent à grands pas, ça vaut la peine de se réchauffer car l’indépendance du Québec sera un thème important!

J’ai mis en gras les passages que je trouvais intéressants.

Qu’est-ce qu’on fait colons !

Michel Vastel, Journal de Québec, 27/01/2007, 20h42

Il faut remonter au début de l’année 1995 pour retrouver une visite de chef du Parti québécois en France aussi retentissante que celle d’André Boisclair cette semaine à Paris.

Comme cette année, une campagne présidentielle battait son plein et Jacques Chirac avait de la difficulté à s’imposer comme seul candidat de la droite contre le premier ministre Édouard Balladur. Cela n’empêcha pas Chirac d’émettre des opinions sur ses amis du Québec.

Informé de cette audace, le premier ministre du Canada de l’époque, Jean Chrétien, réagit méchamment : «Le Québec a autant de chances de devenir souverain que Jacques Chirac de remporter la course à la présidence de la République française…» Et Vlan ! Quelques mois plus tard, Jacques Chirac devenait tout de même président de la République et le Québec passait à un cheveu de dire Oui à la souveraineté.

Les échanges de cette semaine entre la candidate officielle du Parti socialiste français et le chef du Parti québécois n’auront pas la même portée. Il n’y a pas urgence d’ailleurs puisque André Boisclair n’est pas encore premier ministre. Et surtout, il s’agit d’une histoire fabriquée de toutes pièces par un journaliste de la télévision.

Certes, un candidat à la présidence de la République française doit être prêt à tout. Les adjoints de Ségolène Royal ont commis une faute impardonnable en la laissant dans un étroit couloir à la merci des journalistes. Elle n’avait d’autre choix que de répondre, ce qu’elle fit avec une spontanéité au demeurant fort sympathique. [En passant, les journalistes français sont beaucoup plus civilisés, trop sans doute…]

Quelle gaffe ?

Ceci dit, quelle gaffe a encore commis Madame Royal ? L’originalité de sa campagne, qui explique largement sa popularité, est qu’elle se veut proche du peuple, l’écoutant attentivement, lui parlant avec son coeur. Ce n’est qu’au début de mars qu’elle fera connaître son programme et qu’elle tiendra alors un discours plus solennel de candidat.

Tout compte fait, j’ai trouvé fort joli ce qu’a dit la Française : le mouvement souverainiste «est conforme aux valeurs qui nous sont communes, c’est-à-dire la souveraineté et la liberté du Québec. Et je pense que le rayonnement du Québec et la place qu’il occupe dans le coeur des Français vont dans ce sens…» Comme toujours, la femme parlait avec son coeur beaucoup plus qu’avec une tête de chef d’État. Elle réitérait la sympathie naturelle des Français pour la cause du Québec.

Qu’y a-t-il de répréhensible, sinon pour quelques chroniqueurs cyniques ? Qu’y a-t-il d’irritant, sinon pour les politiciens fédéraux ? La réaction de Stephen Harper fut tout à fait prévisible, encore qu’exagérée. Nul n’était besoin d’une déclaration solennelle : une blague comme le fit Jean Chrétien en 1995 aurait suffi. Ce qui aurait dû rester un épisode mineur de la campagne présidentielle française a pris une dimension considérable. Dans une certaine mesure, c’est un bon coup de pouce que Harper a donné au candidat de la droite, Nicolas Sarkosy, en émettant cette déclaration : cela donnait un caractère dramatique, à la limite de l’incident diplomatique, à la déclaration de Mme Royal.

Boisclair s’en sort

André Boisclair, dans tout cela, s’en est très bien sorti. Il a même eu droit à de grands articles, plutôt flatteurs, dans les grands journaux français. Un peu surpris lui-même des bons mots de Madame Royal, il est resté sur la réserve. Il aurait cependant pu forcer un peu plus la main de Sarkosy, qui s’en est finalement sorti en ne disant rien [et sans que les mêmes journalistes fassent preuve d’autant d’insistance qu’avec Madame Royal.] Le comble pour un gaulliste !

Ceci dit, cette affaire sera sans conséquences sur les chances électorales d’André Boisclair, oui sur celles de Ségolène Royal. Elle a eu assez peu d’écho ici, dans les médias anglophones du reste du Canada. Mais elle a rappelé un peu partout dans le monde — merci TV5 ! – qu’il existe toujours, au sein de la fédération canadienne, une province dont une partie de la population, et l’un des deux grands partis représentés à l’Assemblée nationale, poursuivent le rêve de «la souveraineté et la liberté…»

Tel est le résultat concret de cette visite d’André Boisclair en France. Cela valait la peine. Et si certains Québécois en sont gênés, c’est peut-être qu’ils sont un peu trop «colons» pour assumer d’être au coeur d’une polémique sur la scène internationale. N’est-ce pas sur cela que comptent les politiciens fédéraux – Stéphane Dion autant que Stephen Harper – pour qu’une majorité ait peur de voter Oui à la souveraineté ?

2 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 tourterelle Le 29 janvier 2007 à 15h56

    Si le Québec veut son indépendance, il va falloir qu’il change de chef de parti. Ce n’est pas avec André Boisclair comme chef du Parti Québéquois qu’on va réussir. Il n’a pas la crédibilité qu’il faut pour mener le Québec à l’indépendance et obtenir le vote des citoyens. Tout ce qu’on va réussir avec lui, c’est de faire réélire les libéraux au pouvoir.

    La seule chose qu’il a réussi à faire avancer c’est la cause des gais et lesbiennes. Au moins une chose de bon pour eux. Etant donné qu’ils sont presqu’un million de gais et lesbiennes au Québec, espérons qu’ils ont tous 18 ans et plus pour aller voter et peut-être qu’avec ces votes là et les nôtres il réussira à faire élire le Parti Québécois au pouvoir .

    Et après on pourra mettre dehors André Boisclair et mettre quelqu’un qui a l’étoffe d’un chef.

  2. 2 tourterelle Le 29 janvier 2007 à 18h26

    Il y a encore beaucoup de chemin à faire. Je m’explique par l’exemple suivant, soit celui de la marmotte.

    Selon la tradition, ce jour-là, soit le 2 février, l’on doit observer l’entrée du terrier d’une marmotte. Si la marmotte émerge et ne voit pas son ombre parce que le temps est nuageux, l’hiver finira bientôt, mais si la marmotte voit son ombre parce que le temps est lumineux et clair, elle sera effrayée et se réfugiera de nouveau dans son trou, et l’hiver continuera pendant 6 semaines supplémentaires.

    Tout ça pour vous dire que j’espère que la date des élections sera pas en mars SINON BEAUCOUP DE QUEBECOIS SERONT ENCORE CACHER DANS LEUR TERRIER C’EST-A-DIRE ENDORMIS COMME A L’HABITUDE ET NE POURRONT ALLER VOTER POUR LE PARTI QUEBECOIS AFIN QU’UN JOUR LE QUEBEC DEVIENNE INDEPENDANT.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 442 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 828 a été rédigé par AmériQuébec il y a 13 ans et 6 mois, le lundi 29 janvier 2007.

Il y a 2 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous France, International, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: PQ: “RIP” pour la souveraineté Ainsi, de l'initiative de la population, qui normalement n'a son mot à dire que lors d'élections générales, il sera possible [...]

2010: Rappel d’automobiles de Toyota: une pédale qui coince dangereusement Les choses vont de mal en pis pour Toyota. Mercredi, le populaire constructeur automobile a rappelé et suspendu les ventes de [...]

2010: Il faut donner un coup de barre Les Québécois doivent comprendre l'importance de se prendre en main s’ils veulent élire un parlement responsable. L'information ne passe pas entre [...]

2010: Achat d’actifs d’Énergie Nouveau-Brunswick par Hydro-Québec Mon commentaire s'inscrit dans le dossier d'achat de certains actifs d'Énergie Nouveau-Brunswick par Hydro-Québec selon une entente, la 2ème, en [...]

2010: Comment ils ont ruiné Haïti, avant et après le séisme Un terrible tremblement de terre, le pire depuis 200 ans, a frappé Port-au-Prince le 12 janvier 2010, provoquant d’innombrables dégâts [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages