Le vendredi 29 janvier 2010

SociétéAmérique

Comment ils ont ruiné Haïti, avant et après le séisme

Les Etats-Unis et d’autres gouvernements fournissent une aide destinée à miner le droit à l’autodétermination du pays

États-Unis d'AmériqueCaraïbes ]

Par Le Grand Soir

La ligne de fracture de l’impérialisme américain a amplifié la ligne de fracture géologique et a transformé une catastrophe naturelle en une catastrophe sociale. Les conséquences directes de ces politiques sont un état haïtien impuissant, une infrastructure en ruines, des constructions hasardeuses et une misère noire qui, conjuguées aux cyclones et maintenant au séisme, ont transformé une catastrophe naturelle en une catastrophe sociale.

Un terrible tremblement de terre, le pire depuis 200 ans, a frappé Port-au-Prince le 12 janvier 2010, provoquant d’innombrables dégâts et victimes. L’intensité du séisme était de 7,0 sur l’échelle de Richter et a été suivi durant toute la nuit jusqu’au matin par 30 autres secousses, toutes supérieures à une magnitude de 4,5.

Le séisme a fait tomber des maisons, des hôtels, des hôpitaux et même les principaux bâtiments publics de la capitale, dont le palais présidentiel. L’effondrement de tous ces batiments a provoqué un gigantesque nuage qui a plané au-dessus de la ville et une pluie de poussière sur le sol dévasté.

Selon les estimations, on compterait plus de 170 000 morts pour une métropole de 2 millions d’habitants. Ceux qui ont survécu vivent dans la rue par crainte de retourner dans les constructions qui sont encore debout.

Partout dans le monde, les Haïtiens tentent d’entrer en contact avec leurs familles et amis mais la plupart des lignes téléphoniques du pays sont coupées.

Alors que la majorité des gens ont réagi à cette crise en cherchant comment fournir de l’aide ou faire un don, le fanatique de la Droite Chrétienne (US), Pat Robertson, s’est distingué par une déclaration raciste abjecte. Il a expliqué que les Haïtiens étaient maudits parce qu’ils avaient signé un pacte avec le diable pour se libérer de l’esclavagisme de leurs maîtres français lors de la révolution haïtienne, il y a 200 ans.

Les grands médias ont expliqué que le séisme avait été provoqué par un glissement de plaques tectoniques le long d’une faille située sous la capitale de Port-au-Prince, et que la misère et l’impuissance du gouvernement Préval avaient amplifié le désastre. Mais ils n’ont pas tout dit.

« La couverture médiatique du séisme se caractérise par une déconnexion quasi totale entre le désastre et l’histoire sociale et politique d’Haïti », explique le militant de la solidarité avec Haïti, le Canadien Yves Engler. « Ils répètent que le gouvernement n’était pas du tout préparé pour faire face à une telle crise. C’est vrai. Mais ils n’ont pas expliqué pourquoi. »

Pourquoi est-ce que 60% des bâtiments à Port-au-Prince étaient-ils mal construits et dangereux, même dans des conditions normales, selon le maire de la capitale? Pourquoi n’y a-t-il pas de réglementation sur les constructions dans une ville située au-dessus d’une faille? Pourquoi est-ce que la population de Port-au-Prince est-elle passée de 50 000 habitants dans les années 50 à 2 millions de miséreux aujourd’hui? Pourquoi l’état a-t-il été totalement dépassé par les évènements?

Pour le comprendre, il faut examiner une deuxième ligne de fracture – la politique impériale des Etats-Unis à l’égard d’Haïti. Le gouvernement des Etats-Unis, les Nations Unies, et d’autres puissances ont aidé la classe dirigeante haïtienne à soumettre le pays aux plans économiques néolibéraux qui ont appauvri les masses, provoqué des déforestations, ruiné l’infrastructure et rendu le gouvernement impuissant.

La ligne de fracture de l’impérialisme US a amplifié la ligne de fracture géologique et a transformé une catastrophe naturelle en une catastrophe sociale.

Pendant la Guerre Froide, les Etats-Unis ont soutenu les dictatures de Papa Doc Duvalier et ensuite Bébé Doc Duvalier – qui ont régné sur le pays de 1957 à 1986 – pour faire un contrepoids à Cuba.

Sous la supervision de Washington, Bebé Doc Duvalier a ouvert l’économie haïtienne aux capitaux US dans les années 70 et 80. Les produits agricoles importés des Etats-Unis ont inondé le pays et ruiné la paysannerie locale. Des centaines de milliers de gens sont venus se réfugier dans les bidonvilles de Port-au-Prince pour fournir une main d’oeuvre extrêmement bon marché aux « ateliers à sueur » (sweat shops) US situés dans les zones franches.

Dans les années 80, les Haïtiens se sont soulevés pour chasser les Duvalier et ont ensuite élu à la présidence le réformiste Jean-Bertrand Aristide sur un programme de réforme agraire, d’aide aux paysans, de reforestation, d’investissement dans les infrastructures, d’augmentation des salaires et des droits syndicaux pour les travailleurs.

En réaction, les Etats-Unis ont soutenu un coup d’état qui a chassé Aristide en 1991. En 1994, après que Bill Clinton ait envoyé ses troupes sur l’île, le président élu a retrouvé son poste mais à la condition d’appliquer le plan néolibéral US, appelé « plan de la mort » par les Haïtiens.

Aristide a résisté à certaines mesures du programme US pour Haïti, mais en a mis d’autres en oeuvre, brisant ainsi la perspective de réformes. Et puis un jour, les Etats-Unis ont perdu patience devant les résistances d’Aristide qui refusait de se soumettre totalement, surtout lorsqu’il a demandé au cours de sa dernière année de mandat 21 milliards de dollars en guise d’indemnisations pour son pays. Les Etats-Unis ont imposé un embargo économique qui a étranglé le pays et plongé les paysans et les travailleurs dans une misère encore plus profonde.

En 2004, Washington a collaboré avec la classe dirigeante haïtienne dans son soutien aux escadrons de la mort qui ont renversé le gouvernement puis enlevé et déporté Aristide. Les Nations Unies ont ensuite envoyé des troupes pour occuper le pays et le gouvernement marionnette de Gérard Latortue a été installé afin de poursuivre les plans néolibéraux de Washington.

Le court règne de Latortue a été marqué par une profonde corruption – lui et ses partisans ont empoché une bonne partie des 4 milliards de dollars injectés par les Etats-Unis et d’autres pays après la levée de l’embargo. Le régime a démantelé les timides réformes qu’Aristide avait réussies à mettre en place. Ainsi, le processus d’appauvrissement et de dégradation des infrastructures du pays s’est accéléré.

En 2006, les Haïtiens ont massivement élu à la présidence René Préval, allié de longue date d’Aristide. Mais Préval n’a pas fait preuve de beaucoup de détermination et a fini par collaborer avec les plans US et ignorer la crise sociale qui s’amplifiait.

En fait, les Etats-Unis, les Nations Unies et les autres puissances impériales ont court-circuité le gouvernement Préval en injectant de l’argent directement dans les ONG. « Aujourd’hui, en Haïti, le nombre d’ONG par habitant est le plus élevé au monde » dit Yves Engler. Le gouvernement Préval n’est plus qu’un paravent derrière lequel les véritables décisions sont prises par les puissances impériales qui les mettent en application par l’intermédiaire d’ONG qu’elles ont choisies.

Le véritable pouvoir dans le pays n’est pas exercé par le gouvernement Préval mais par la force d’occupation des Nations Unies appuyée par les Etats-Unis. Sous direction brésilienne, les forces de l’ONU ont protégé les riches et ont collaboré avec – ou ont fait semblant de ne pas voir – les escadrons de la mort d’extrême droite qui terrorisent les partisans d’Aristide et de son parti Lavalas.

Les forces d’occupation n’ont rien fait pour lutter contre la misère, la dégradation des infrastructures et la déforestation massive qui ont amplifié les effets d’une série de catastrophes naturelles – de violents cyclones en 2004 et 2008 et maintenant le séisme.

Au lieu de cela, elles se sont contentées de faire la police au milieu d’une catastrophe sociale et ont commis les crimes habituels et caractéristiques de toutes les forces de police. Selon Ban Beeton, dans un article de la NACLA sur les Amériques, « la mission de stabilisation de l’ONU à Haiti (MINUSTAH), qui a commencé en juin 2004, a été marquée pratiquement dés le premier jour par des scandales de meurtres, de viols et autres violences commises par ses troupes. »

L’administration Bush d’abord, et maintenant l’administration Obama, ont toutes deux profité du coup d’état, des crises sociales et des catastrophes naturelles pour étendre les projets néolibéraux des Etats-Unis.

Sous Obama, les Etats-Unis ont annulé une partie de la dette, pour un montant de 1,2 milliards de dollars, mais n’ont pas annulé la totalité de celle-ci – Haiti rembourse encore d’énormes sommes à la Banque Inter-Américaine pour le Développement. L’annulation d’une partie de la dette fait partie de la mise en scène habituelle destinée à occulter la véritable politique d’Obama à Haiti, qui est encore et toujours la même.

En étroite collaboration avec le nouvel envoyé spécial des Nations Unies pour Haïti, l’ancien président Bill Clinton, Obama est intervenu pour faire appliquer un programme économique similaire à celle du reste des Caraïbes – tourisme, ateliers de textiles, et la réduction du contrôle de l’état sur l’économie par le biais des privatisations et des déréglementations.

Plus précisemment, Clinton a dirigé un plan visant à transformer le nord d’Haïti en un terrain de loisirs pour touristes, situé le plus loin possible des bidonvilles de Port-au-Prince. Clinton a convaincu la compagnie Royal Caribbean Cruise Lines d’investir 55 millions de dollars pour construire un port le long de la côte de Labadee, loué jusqu’en 2050.

A partir de là, l’industrie touristique de Haïti espère organiser des expéditions vers les forteresses haut perchées de Citadelle et de Palais Sans Souci, toutes deux construites par Henri Christophe, un des dirigeants de la révolution des esclaves d’Haïti. Selon le Miami Herald, le plan de 40 millions de dollars comprend la transformation de la ville paisible de Milot, base de départ pour la Citadelle et le Palais Sans Souci, en un village touristique animé comprenant des galeries d’arts, des marchés d’artisanat, des restaurants et des rues pavées. Les touristes seront transportés en contournant le cap embouteillé de Cap-Haïtien jusqu’à la baie, puis transportés par autocars le long des plantations paysannes pittoresques. Une fois à Milot, ils pourront grimper à pied ou à cheval jusqu’à la Citadelle… classée patrimoine mondial depuis 1982…

Dés lors que la Royal Caribbean a prévu de faire venir le plus grand navire de croisière au monde, provoquant ainsi une demande en excursions, l’industrie du tourisme d’Haiti encourage le développement de l’écotourisme, d’explorations archéologiques et de démonstrations voyeurs de rites vaudous.

Ainsi, tandis que Pat Robinson compare la grande révolution des esclaves d’Haïti à un pacte avec le diable, Clinton s’active à la réduire à un piège à touristes. Dans le même temps, les plans de Clinton pour Haïti prévoient une expansion des « ateliers à sueur » (sweat shops) pour profiter de la main d’oeuvre bon marché fournie par les masses urbaines. Les Etats-Unis ont détaxé les importations en provenance d’Haiti pour faciliter le retour de la production de ces ateliers.

Clinton a vanté les opportunités offertes par le développement des « ateliers à sueur » lors d’une visite éclair d’une usine à textile appartenant et géré par la célèbre Cintas Corp. Il a annoncé que George Soros avait offert 50 millions de dollars pour un nouveau parc industriel d’ateliers qui pourrait créer 25 000 emplois dans l’industrie du textile. Clinton a expliqué à une conférence de presse que le gouvernement d’Haïti pourrait créer « plus d’emplois en baissant le coût des investissements, y compris le prix des loyers ».

Le fondateur de TransAfrica, Randall Robinson, a déclaré à Democracy Now! (radio progressiste US – NdT) : « Haïti n’a pas besoin de ce genre d’investissement. Il a besoin d’investissements en capital. Il a besoin d’investissements qui lui permettraient d’atteindre l’autosuffisance. Il a besoin d’investissements pour pouvoir se nourrir. »

Une des raisons pour lesquelles Clinton a pu promouvoir aussi facilement les « ateliers à sueur » est que le coup d’état appuyé par les Etats-Unis a éradiqué toute forme de résistance. Ils se sont débarrassés d’Aristide et de sa manie qui consistait à augmenter le salaire minimum. Ils l’ont forcé à l’exil, ils ont terrorisé ses alliés restés sur place et ils ont interdit à son parti politique, Fanmi Lavalas, le parti le plus populaire du pays, de se présenter aux élections. De plus, le régime issu du coup d’état a attaqué les syndicalistes présents dans les « ateliers à sueur ».

Clinton pouvait ainsi annoncer aux hommes d’affaires que « Le risque politique en Haïti est le plus faible que je n’ai jamais vu de ma vie ».

Ainsi, à l’instar des présidents américains avant lui, Obama a aidé les classes privilégiées d’Haïti, a soutenu les multinationales qui voulaient profiter des coûts de main-d’oeuvre, a réduit le pouvoir de réglementation de l’état haïtien et a réprimé toute forme de résistance politique.

Les conséquences directes de ces politiques sont un état haïtien impuissant, une infrastructure en ruines, des constructions hasardeuses et une misère noire qui, conjuguées aux cyclones et maintenant au séisme, ont transformé une catastrophe naturelle en une catastrophe sociale.

Tout le monde devrait soutenir la fourniture d’aide à Haïti, mais personne ne devrait le faire avec des oeillères. Comme l’a dit Engler : « l’aide destinée à Haïti a toujours été employée au profit d’intérêts impérialistes. Ceci est évident lorsqu’on observe comment les Etats-Unis et le Canada ont traité le gouvernement Aristide en contraste au traitement réservé au régime issu du coup d’état. Les Etats-Unis et le Canada ont affamé Aristide en supprimant pratiquement toute aide. Mais après le coup d’état, ils ont ouvert en grand les robinets financiers pour appuyer les forces les plus réactionnaires de la société haïtienne. »

Ils ne faut pas se tromper sur le rôle des ONG internationales. Tandis que de nombreuses ONG tentent de répondre à la crise, les Etats-Unis et d’autres gouvernements fournissent une aide destinée à miner le droit à l’autodétermination du pays. Les ONG internationales n’ont aucun compte à rendre au gouvernement haïtien, pas plus qu’au peuple haïtien. Par conséquence, toute aide qui passe par ces ONG ne fait qu’affaiblir un peu plus le peu d’emprise sur leur propre société encore entre les mains des Haïtiens.

L’administration Obama devrait aussi lever l’exil d’Aristide et lui permettre de retourner en Haïti, et lever aussi l’interdiction faite à son parti politique, Fanmi Lavalas, de participer aux élections. Après tout, un criminel et trafiquant de drogue notoire, Guy Philippe, et sont parti le Front National pour la Reconstruction (FNR) ont été autorisés à participer aux élections. Aristide et son parti, par contraste, sont encore la force politique la plus populaire du pays et devraient être autorisés à participer à une élection libre et démocratique.

Les Etats-Unis devraient aussi cesser de déporter les Haïtiens qui ont fui leur pays déchiré par la crise et leur accorder une statut temporaire de réfugiés. Ce qui permettrait aux Haïtiens qui ont fui la crise politique et sociale que traverse le pays depuis le coup d’état, les cyclones et à présent le séisme, de rester aux Etats-Unis.

Par-dessus tout, nous devons exiger que les Etats-Unis cessent d’imposer leurs programmes néolibéraux. Les Etats-Unis ont pillé Haïti depuis des décennies. Ce n’est pas Haïti qui a une dette envers les Etats-Unis, et d’autres pays, mais l’inverse. Les Etats-Unis, la France, le Canada et les Nations Unies doivent au peuple haïtien une indemnisation pour le pillage de leur pays.

Avec ces indemnités et un espace politique, les Haïtiens pourraient commencer à déterminer leur propre avenir politique et économique – tel qu’il avait été rêvé par la grande révolution des esclaves, il y a 200 ans.

9 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 jean rousseau Le 29 janvier 2010 à 17h28

    Je trouve cet article beaucoup trop long pour pouvoir l’aborder sans crainte d’y laisser mes méninges. Je suppose que l’ensemble est pertinent, mais je pense qu’il y aurait lieu, de présenter d’abord un résumé succinct contenant des mots-clés, lesquels permettraient de plus amples développements (en cliquant dessus). Si non, presque personne s’y attaquera; ce qui serait dommage pour tous.

    Aussi, il plairait à tous les proposeurs d’idées, que ces dernières soient adoptées pour le bénéfice de chacun. L’effort non renforcé positivement éteindra le sens de l’initiative chez la personne. On doit pouvoir confier les responsabilités dans tout domaine, à des personnnes matures intellectuellement et affectivement. Si non, on sera aux prises avec des problèmes du genre de ces fonctionnaires ontariens qui ont accepté les tribunaux islamiques se basant sur la charria, laquelle cimente la domination de la femme. Les entrepreneurs privés font affaires avec des firmes spécialisées pour recruter leur personnel. Qu’attend le gouvernement pour mettre la science à son service? On dirait qu’il y a de ces secteurs; la politique, la fonction publique et la religion, lesquelles ne sont pas influençées par l’évolution intrinsèque de l’univers. On se demandera après pourquoi ça va si mal ou pourquoi on n’avance si peu collectivement?

  2. 2 SORIN EMMANUEL Le 23 février 2010 à 1h25

    Sorin emmanuel, danseur, chorégraphe et directeur artistique
    (ballet haïtien de paris).

    SORIN EMMANUEL JULES
    danseur, chorégraphe et directeur artistique (Ballet Haïtien de Paris).
    Né à Port -au -Prince Haïti, dès son plus jeune âge il se passionne pour la danse et la musique, Sa carrière a débuté à l’âge de 10 ans avec un petit troupe nommé AZAKA un peu de temps il a trouvé un bouse pour les plus connus d’école de danse en Haïti suivant assidûment les cours des Académies de danse de Port au Prince, dont :« Institut de danse Viviane GAUTHIER» « Haïti an American Academy » « R M T Académie» Régine Mont-Rozier Trouillot.

    Formé en danse folklorique Haitienne par Viviane GAUTHIER, en ballet jazz et la danse moderne par Nathalie Trouillot, il a également étudié avec Nicole LUMARQUE, fondatrice et directrice artistique du Ballet folklorique haïtien, (BFH).

    Compagnie de danse de L’institut français Haïti tchaka, avec Christine DUPUIS, joué et tournée avec la Compagnie, (Bahamas, Martinique, la France et l’Espagne).
    Il a joué avec la RTM et La Compagnie des Jeunes de la danse comprennant : Bal de graduation, Don Quichotte, la Petite Sirène.

    SORIN Emmanuel, joué avec Eddy Toussaint qui a été le fondateur et directeur artistique de G.B.H. (Grand Ballet d’Haïti) et Les Grands Ballets du Canada.
    IL a été comme danseur Invité par institut de dance lynn william Rouzier.

    Remarqué lors de différentes manifestations de danse pour ses talents évidents de danseur mais aussi de chorégraphe, il obtient en 1988 une bourse d’étude pour la France. Dès lors sa carrière se confirme, 11 sera danseur et chanteur.
    Il perfectionne sa technique d’Afro jazz, Afro haïtienne, à différentes écoles de danse, à la Jamaïque puis à New York.

    A la Jamaïque (Kingston), il se perfectionne dans les danses traditionnelles caraïbéennes à l’école des beaux arts Edna Manley (Edna Manley College of the Visual and performing Arts).

    A New York, à l’école des beaux arts de l’Université de New York (Tisch School of the arts), SORIN se perfectionne dans la danse contemporaine post-moderne et, à ce titre, interprète les œuvres de célèbres chorégraphes tels David Dorfman, Ronald K.

    Toujours à New York, à l’école de danse contemporaine Martha Graham, SORIN suit le programme indépendant dans lequel il se perfectionne dans la technique Graham. Dans le cadre de ce programme, il performe une de ses chorégraphies, Dèy (deuil), à Cape May (New Jersey) lors d’un spectacle de danse animé par les danseurs du Martha Graham Ensemble, la compagnie Martha Graham junior.

    Ses études lui laissent le temps d’enseigner le Afro-jazz, Afro Haitien, Hip Hop jazz en France et en Haïti.
    SORIN Emmanuel assure la chorégraphie et danse sur un thème moderne et AFRO. Les compagnies et les écoles de danse d’Haïti font souvent appel à lui pour enseigner, monter des chorégraphies et danser dans des spectacles dont le dernier « Roi Christophe » en décembre 1997 à Port au Prince avec le ballet Folklorique d’Haïti.(B.F.H) Au Ritz Kînam II il a dansé « Nég Marron » un extrait du ballet Toussaint Louverture en décembre 2000.

    Sélectionné parmi les meilleurs danseurs en afro Haitien à Paris. On le remarque au Casino de Paris, en 2004 pour ses talents de danse afro Haitien dans : « let move the Haitian rate/rhythm » sur une chorégraphie de NAGO. Similaire à Arès dans la mythologie grecque, Ogou, dieu de la guerre, est puissant, fort et vaillant. Il confère le courage et la force à ceux qui luttent et est plus particulièrement reconnu pour avoir implanté l’idée de la révolte chez les esclaves d’Haïti et leur avoir transmis le pouvoir qui les a mené à la liberté.

    Après 6 longues années de tournées dans le monde M. SORIN Emmanuel, décidé de déménager à PARIS et la poursuite de son rêve d’avoir sa propre compagnie de Danse Jess Ballet Haïtien de Paris.

    Danseur en afro et modern-jazz, chorégraphe mais aussi Juriste, SORIN Emmanuel sait gérer sa carrière globalement à l’Américaine et cela lui ouvre un vaste champ de possibilité dans des domaines artistiques varies et complémentaires.
    sorin599@yahoo.fr

  3. 3 JULES EMMANUEL SAURAY SORIN Le 4 avril 2010 à 8h03

    JULES EMMANUEL SAURAY SORIN
    Mes cours sont dans la lignée de ce que mes professeurs m’ont transmis et des différents cours et techniques que j’ai reçus durant ma carrière et qui ont participés à ce que je suis et propose aujourd’hui. Ils mettent en œuvre les éléments qui me semblent essentiels à tout cours de danse, à savoir, écoute de soi, maîtrise, finesse du placement, technique classique, afro folklorique haitien, musicalité et circulation de l’énergie dans le mouvement. Toutes ces composantes étant reliées entre elles par le Plaisir de la Danse. AFRO FOLKLORIQUE HAITIEN

    L’Académie de Danse J.E.S.S -B.H.P
    si la culture haïtienne bouge, Haïti bougera si les artistes haïtienne bouge, Haïti reconstruiras

    JULES EMMANUEL SAURAY SORIN
    vous propose des cours de danses tout style
    Danses Haitienne : il y a les traditionnelles danses yavalou, nago, congo … mais aussi les courants modernes et afro.
    Danses urbaines : faites-vous plaisir avec les grands classiques tels nos cours de hip-hop JAZZ, newstyle et le puissant krump ! Défoulez-vous avec les cours de emmece (caribéen devenu urbain) ou les toniques cours de house-dance.
    Danses caribéennes : découvrez les cours de kompa haitien, les différents styles de kompa salsa, cours de salsa cubaine
    Les cours de préparation à la danse telles que la barre au sol, la barre debout ou la technique
    NOS RYTHMES ET STYLES

    AFRIKA – RUMBA
    BANDA- SALSA
    IBO – HIP-HOP
    KONGO- JAZZ
    NAGO – MAYI
    PETRO – EMMCE
    YANVALOU – MODERNE
    JOURS ET HEURE
    samedi de 10h
    samedi 16h
    Lundi de 19h30
    Mercredi de 20h
    Jeudi de 20h
    Danse tous niveaux, pour petits dès 4 ans, jeunes, ados et adultes,
    Les tarifs:
    13 euros de l’heure
    58 euros/ 2h de cours par semaines pendant 1 mois
    80 euros/ 4h de cours par semaines pendant 1 mois
    160 euros/ 2h de cours par semaines sur un trimestre
    200 euros/ 4h de cours par semaines sur un trimestre
    Pour tout contact tel 06 27 309595
    jessballethaitiendeparis@yahoo.fr

  4. 4 La culture haïtienne Le 4 octobre 2010 à 8h58

    Danse traditionnelle haïtienne
    A afro haïtienne
    Danse haïtienne est unique dans sa fusion de divers styles africains et des traditions culturelles. Beaucoup de différents groupes ethniques africains croisé sur l’île d’Hispaniola (connu maintenant comme Haïti et la République dominicaine) où il a comme esclaves par les Français ily a des siècles. D’anciennes traditions, des chants et des danses (la plupart du Congo et du Dahomey origine) évolué et mixtes avec des éléments de Arawak (autochtones haïtien Indien) et la culture française pour former un nouveau, unique haïtien danse d’expression. La création de la cosmologie Vodou est un facteur ayant une influence sur le mouvement haïtien. Les danses et les rituels se pose comme une tentative de préserver sacré et sociale formes d’art, les coutumes et les croyances, en réponse à survivre à l’oppression et les conditions pénibles de l’esclavage.

    Les dieux et déesses (ou L’wa) qui font partie d’origine haïtienne Vodoo esprit la possession et le mythe, créé et influencé les mouvements de danse. Théâtre dans la nature, de danse haïtienne peut être féminin, masculin, fier, espiègle, sensuelle et agressive. Il a été dit que la danse haïtienne est pleine des contraires, il peut être subtile et dynamique, ainsi que gracieux et robuste. Danses que son origine dans les classes supérieures français influencé le mouvement haïtien et combiné avec la forte torse, du bassin et les jambes des mouvements et la sensibilité rythmique africaine.
    Tout ce riche variété de circulation est facilitée, et respiré amplifié par le tambour. Le tambour est à lui seul un véhicule de guérison, ses tons vibrants et les rythmes de créer le calme, l’équilibre, d’attention, de sensualité, de passion et d’excitation. Il est le guide et le régulateur, en soutenant les mouvements des danseurs et une source d’inspiration et de les influencer émotionnellement. C’est pourquoi la danse haïtienne est un puissant mouvement et musique. (L’original “danse transe», si vous voulez).

  5. 5 Mouvement Politique SORIN Emmanuel Le 9 septembre 2011 à 7h51

    Mouvement Politique SORIN Emmanuel
    Politique haïtienne
    République D’HAITI Solidaire
    La création de cette équipe R.H.S. répond à une volonté de proximité et d’authenticité des actions de l’organisation militante de la République d’Haïti Solidaire et tout particulièrement dans le cadre des rendez-vous nationaux pour le développement et de la reconstruction D’Haïti.
    Indépendante depuis le 1er janvier 1804. Haïti a besoin la solidarité des touts les citoyens haïtiens et aussi la solidarité de la communauté internationale, une solidarité d’accompagnements sur le long terme une logique d’investissement
    Cet investissement doit se matérialiser dans les capacités des haïtiens et l’économie du pays. Parce que la priorité est d’agir sur les attentes des citoyen Haïtien dans leur vie de tous les jours, cette proximité est plus nécessaire que jamais. C’est elle qui permet d’écouter.
    C’est elle qui permet de faire circuler les attentes et les idées des terrains. C’est elle qui, sur ces mêmes terrains, doit porter les valeurs les plus belles comme les propositions les plus concrètes pour Haïti chérie. Il faut projeter une image différente d’Haïti poussée par l’amélioration des conditions de vie de tous les haïtiens, en particulier les plus défavorisés.
    Lors de la création de la R.H.S. République D’Haïti Solidaire, l’innovation qui a conduit à la création de cette équipe a répondu à un objectif simple mais ambitieux : construire des bases modernes du droit le plus ancien qu’est celui de militer.
    Pour construire ces bases doivent se rencontrer des moyens pratiques avec des considérations plus générales.
    Au titre des moyens pratiques, le premier temps est celui de l’organisation territoriale. La nomination d’un représentant de la Mobilisation Citoyenne Haïtienne par département, puis la constitution d’équipes par bassin de vie sont les points de passages incontournables de cette organisation.
    Ce premier temps est en cours de finalisation.
    La seconde étape est celle des actions sur le terrain pour la reconstruirions du pays. Ces actions doivent respecter la diversité et la complémentarité des moyens d’expression et de conviction : tracts, rencontres, réunions, porte à porte …
    La troisième étape est celle du recueil des dons auprès des personnes physiques. République D’Haïti Solidaire est le Mouvement politique Haïtienne le plus neuf. Il vit exclusivement sur les contributions privées.
    Plus ces contributions seront globalement élevées, plus la capacité de participation aux débats sera forte. Plus ces contributions seront nombreuses et diversifiées, plus l’ancrage territorial de République D’HAITI Solidaire sera solide. Le territoire est divisé en neuf départements géographiques et 133 communes comprenant chacune de deux à cinq sections communales.
    Au-delà de la présentation détaillée des opérations relevant de l’équipe de la Mobilisation Citoyenne haïtienne, c’est une éthique du fonctionnement collectif qui est défendue.
    La démocratie en Haïti doit se vivre dans l’engagement. Elle est une bataille de chaque moment d’une journée.
    Elle doit se vivre dans la passion. Celle qui met un visage par le contact direct à la sortie d’une usine. Celle qui ajoute une émotion par la force d’un dialogue qui donne une dimension nouvelle à un argument qui a pu être communiqué par une lettre ou par un mail.
    La sagesse populaire dit que les «petits ruisseaux font les grandes rivières».
    Mobilisation Citoyenne Haïtienne doit être le souffle des gens de territoires mêlés.
    Dans le nom de notre équipe, vous pourriez concevoir un mot de trop : celui de mobilisation. En effet, la qualité même de citoyen devrait porter en elle l’idée de la mobilisation permanente. Mais les circonstances ont décidé autrement en raison de trop de déceptions d’une vie publique souvent si triste, si prévisible, si monopolisée.
    Par la création de cette équipe, République D’HAITI Solidaire a souhaité changer cette réalité en offrant deux qualités majeures à chaque personne qui accepte cet engagement :
    – sois toi-même,
    – approprie toi chaque campagne parce que c’est ton avenir, l’avenir de tes amis, de tes cousins, qui est en cause bien davantage que celui de professionnels de la vie politique D’HAITI.
    Ce sont ces valeurs que nous vous proposons de partager en participant à notre équipe.
    C’est cette éthique retrouvée que nous vous convions à défendre, à concrétiser, à faire gagner.
    Nous vous remercions par avance pour votre participation.
    L.T.D
    SORIN Emmanuel.

  6. 6 Mouvement Politique SORIN Emmanuel Le 22 septembre 2011 à 5h26

    Mouvement Politique SORIN Emmanuel
    Mouvement Politique SORIN Emmanuel Politique haïtienne République D’HAITI Solidaire La création de cette équipe R.H.S. répond à une volonté de proximité et d’authenticité des actions de l’organisation militante de la République d’Haïti Solidaire et tout particulièrement dans le cadre des rendez-vous nationaux pour le développement et de la reconstruction D’Haïti. Indépendante depuis le 1er janvier 1804. Haïti a besoin la solidarité des touts les citoyens haïtiens et aussi la solidarité de la communauté internationale, une solidarité d’accompagnements sur le long terme une logique d’investissement Cet investissement doit se matérialiser dans les capacités des haïtiens et l’économie du pays. Parce que la priorité est d’agir sur les attentes des citoyen Haïtien dans leur vie de tous les jours, cette proximité est plus nécessaire que jamais. C’est elle qui permet d’écouter. C’est elle qui permet de faire circuler les attentes et les idées des terrains. C’est elle qui, sur ces mêmes terrains, doit porter les valeurs les plus belles comme les propositions les plus concrètes pour Haïti chérie. Il faut projeter une image différente d’Haïti poussée par l’amélioration des conditions de vie de tous les haïtiens, en particulier les plus défavorisés. Lors de la création de la R.H.S. République D’Haïti Solidaire, l’innovation qui a conduit à la création de cette équipe a répondu à un objectif simple mais ambitieux : construire des bases modernes du droit le plus ancien qu’est celui de militer. Pour construire ces bases doivent se rencontrer des moyens pratiques avec des considérations plus générales. Au titre des moyens pratiques, le premier temps est celui de l’organisation territoriale. La nomination d’un représentant de la Mobilisation Citoyenne Haïtienne par département, puis la constitution d’équipes par bassin de vie sont les points de passages incontournables de cette organisation. Ce premier temps est en cours de finalisation. La seconde étape est celle des actions sur le terrain pour la reconstruirions du pays. Ces actions doivent respecter la diversité et la complémentarité des moyens d’expression et de conviction : tracts, rencontres, réunions, porte à porte … La troisième étape est celle du recueil des dons auprès des personnes physiques. République D’Haïti Solidaire est le Mouvement politique Haïtienne le plus neuf. Il vit exclusivement sur les contributions privées. Plus ces contributions seront globalement élevées, plus la capacité de participation aux débats sera forte. Plus ces contributions seront nombreuses et diversifiées, plus l’ancrage territorial de République D’HAITI Solidaire sera solide. Le territoire est divisé en neuf départements géographiques et 133 communes comprenant chacune de deux à cinq sections communales. Au-delà de la présentation détaillée des opérations relevant de l’équipe de la Mobilisation Citoyenne haïtienne, c’est une éthique du fonctionnement collectif qui est défendue. La démocratie en Haïti doit se vivre dans l’engagement. Elle est une bataille de chaque moment d’une journée. Elle doit se vivre dans la passion. Celle qui met un visage par le contact direct à la sortie d’une usine. Celle qui ajoute une émotion par la force d’un dialogue qui donne une dimension nouvelle à un argument qui a pu être communiqué par une lettre ou par un mail. La sagesse populaire dit que les «petits ruisseaux font les grandes rivières». Mobilisation Citoyenne Haïtienne doit être le souffle des gens de territoires mêlés. Dans le nom de notre équipe, vous pourriez concevoir un mot de trop : celui de mobilisation. En effet, la qualité même de citoyen devrait porter en elle l’idée de la mobilisation permanente. Mais les circonstances ont décidé autrement en raison de trop de déceptions d’une vie publique souvent si triste, si prévisible, si monopolisée. Par la création de cette équipe, République D’HAITI Solidaire a souhaité changer cette réalité en offrant deux qualités majeures à chaque personne qui accepte cet engagement : – sois toi-même, – approprie toi chaque campagne parce que c’est ton avenir, l’avenir de tes amis, de tes cousins, qui est en cause bien davantage que celui de professionnels de la vie politique D’HAITI. Ce sont ces valeurs que nous vous proposons de partager en participant à notre équipe. C’est cette éthique retrouvée que nous vous convions à défendre, à concrétiser, à faire gagner. Nous vous remercions par avance pour votre participation. L.T.D SORIN Emmanuel.

  7. 7 Mouvement Politique SORIN Emmanuel Le 21 octobre 2011 à 1h02

    Mouvement Politique SORIN Emmanuel
    République D’HAITI Solidaire
    Mouvement Politique SORIN Emmanuel République D’HAITI Solidaire La création de cette équipe R.H.S.répond à une volonté de proximité et d’authenticité des actions de l’organisation militante de la République d’Haïti Solidaire et tout particulièrement dans le cadre des rendez-vous nationaux pour le développement et de la reconstruction D’Haïti. UNISSONS-NOUS pour Haïti.
    UNISSONS-NOUS afin d’élaborer une sorte de plant solidaire pour remettre Haïti sur pied Haïti doit être aide à la Hauteur des catastrophes au travers des quelles elle est passée au cours des deniers années.
    Il ne faut pas seulement qu’une approche au coup par cour, mais quel que chose qui soit beaucoup plus vaste, et durable pour traite la reconstruction.
    Un plan solidaire que nous devons mettre en place maintenant pour Haïti.
    Citoyens Haïtiens de la diaspora plus de 200 000 personnes auraient perdu la vie lors du séisme prés 25000 personne auraient été blesses lors et 1,5 million de personnes seraient désormais sans abris.
    Citoyen de la diaspora UNISSONS-NOUS pour reconstruire Haïti c’est maintenant Haïti a besoin de vous et Rien n’arrête celui qui veut se battre pour la reconstruction D’Haïti.
    L.T.D SORIN Emmanuel

  8. 8 ‘‘Haïti mérite votre engagement’’ C’est le moment de se mobiliser pour changer notre perle des Antilles Haïti. Mouvement Politique SORIN Emmanuel République D’HAITI Solidaire République D’HAITI Solidaire La création de cette équipe R. Le 22 février 2012 à 0h03

    ‘‘Haïti mérite votre engagement’’
    C’est le moment de se mobiliser pour changer notre perle des Antilles Haïti.

    Mouvement Politique SORIN Emmanuel
    République D’HAITI Solidaire
    République D’HAITI Solidaire La création de cette équipe R.H.S.répond à une volonté de proximité et d’authenticité des actions de l’organisation militante de la République d’Haïti Solidaire et tout particulièrement dans le cadre des rendez-vous nationaux pour le développement et de la reconstruction D’Haïti. UNISSONS-NOUS pour Haïti.
    UNISSONS-NOUS afin d’élaborer une sorte de plant solidaire pour remettre Haïti sur pied Haïti doit être aide à la Hauteur des catastrophes au travers des quelles elle est passée au cours des deniers années.
    Il ne faut pas seulement qu’une approche au coup par cour, mais quel que chose qui soit beaucoup plus vaste, et durable pour traite la reconstruction.
    Un plan solidaire que nous devons mettre en place maintenant pour Haïti.
    Citoyens Haïtiens de la diaspora plus de 200 000 personnes auraient perdu la vie lors du séisme prés 25000 personne auraient été blesses lors et 1,5 million de personnes seraient désormais sans abris.
    Citoyen de la diaspora UNISSONS-NOUS pour reconstruire Haïti c’est maintenant Haïti a besoin de vous et Rien n’arrête celui qui veut se battre pour la reconstruction D’Haïti.
    L.T.D SORIN Emmanuel.

  9. 9 Mouvement Politique SORIN EmmanuelPolitique haïtienneRépublique D’HAITI Solidaire Le 13 avril 2012 à 4h44

    Mouvement Politique SORIN EmmanuelPolitique haïtienneRépublique D’HAITI Solidaire
    Mission
    Mouvement Politique SORIN Emmanuel
    Politique haïtienne
    République D’HAITI Solidaire
    La création de cette équipe R.H.S. répond à une volonté de proximité et d’authenticité des actions de l’organisation militante de la République d’Haïti Solidaire et tout particulièrement dans le cadre des rendez-vous nationaux pour le développement et de la reconstruction D’Haïti.
    Indépendante depuis le 1er janvier 1804. Haïti a besoin la solidarité des touts les citoyens haïtiens et aussi la solidarité de la communauté internationale, une solidarité d’accompagnements sur le long terme une logique d’investissement
    Cet investissement doit se matérialiser dans les capacités des haïtiens et l’économie du pays. Parce que la priorité est d’agir sur les attentes des citoyen Haïtien dans leur vie de tous les jours, cette proximité est plus nécessaire que jamais. C’est elle qui permet d’écouter.
    C’est elle qui permet de faire circuler les attentes et les idées des terrains. C’est elle qui, sur ces mêmes terrains, doit porter les valeurs les plus belles comme les propositions les plus concrètes pour Haïti chérie. Il faut projeter une image différente d’Haïti poussée par l’amélioration des conditions de vie de tous les haïtiens, en particulier les plus défavorisés.
    Lors de la création de la R.H.S. République D’Haïti Solidaire, l’innovation qui a conduit à la création de cette équipe a répondu à un objectif simple mais ambitieux : construire des bases modernes du droit le plus ancien qu’est celui de militer.
    Pour construire ces bases doivent se rencontrer des moyens pratiques avec des considérations plus générales.
    Au titre des moyens pratiques, le premier temps est celui de l’organisation territoriale. La nomination d’un représentant de la Mobilisation Citoyenne Haïtienne par département, puis la constitution d’équipes par bassin de vie sont les points de passages incontournables de cette organisation.
    Ce premier temps est en cours de finalisation.
    La seconde étape est celle des actions sur le terrain pour la reconstruirions du pays. Ces actions doivent respecter la diversité et la complémentarité des moyens d’expression et de conviction : tracts, rencontres, réunions, porte à porte …
    La troisième étape est celle du recueil des dons auprès des personnes physiques. République D’Haïti Solidaire est le Mouvement politique Haïtienne le plus neuf. Il vit exclusivement sur les contributions privées.
    Plus ces contributions seront globalement élevées, plus la capacité de participation aux débats sera forte. Plus ces contributions seront nombreuses et diversifiées, plus l’ancrage territorial de République D’HAITI Solidaire sera solide. Le territoire est divisé en neuf départements géographiques et 133 communes comprenant chacune de deux à cinq sections communales.
    Au-delà de la présentation détaillée des opérations relevant de l’équipe de la Mobilisation Citoyenne haïtienne, c’est une éthique du fonctionnement collectif qui est défendue.
    La démocratie en Haïti doit se vivre dans l’engagement. Elle est une bataille de chaque moment d’une journée.
    Elle doit se vivre dans la passion. Celle qui met un visage par le contact direct à la sortie d’une usine. Celle qui ajoute une émotion par la force d’un dialogue qui donne une dimension nouvelle à un argument qui a pu être communiqué par une lettre ou par un mail.
    La sagesse populaire dit que les «petits ruisseaux font les grandes rivières».
    Mobilisation Citoyenne Haïtienne doit être le souffle des gens de territoires mêlés.
    Dans le nom de notre équipe, vous pourriez concevoir un mot de trop : celui de mobilisation. En effet, la qualité même de citoyen devrait porter en elle l’idée de la mobilisation permanente. Mais les circonstances ont décidé autrement en raison de trop de déceptions d’une vie publique souvent si triste, si prévisible, si monopolisée.
    Par la création de cette équipe, République D’HAITI Solidaire a souhaité changer cette réalité en offrant deux qualités majeures à chaque personne qui accepte cet engagement :
    – sois toi-même,
    – approprie toi chaque campagne parce que c’est ton avenir, l’avenir de tes amis, de tes cousins, qui est en cause bien davantage que celui de professionnels de la vie politique D’HAITI.
    Ce sont ces valeurs que nous vous proposons de partager en participant à notre équipe.
    C’est cette éthique retrouvée que nous vous convions à défendre, à concrétiser, à faire gagner.
    Nous vous remercions par avance pour votre participation.
    L.T.D
    SORIN Emmanuel.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Ashley Smith, Counterpunch, traduction par Le Grand Soir

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 2 articles

Profil: Le webzine alternatif d'information militante présente ses dossiers, analyses et actualités. Forum et rubrique consacrées aux luttes et actions.

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 2,425 a été rédigé par Le Grand Soir il y a 10 ans et 4 mois, le vendredi 29 janvier 2010.

Il y a 9 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Société, Amérique, États-Unis d'Amérique, Caraïbes.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: PQ: “RIP” pour la souveraineté Ainsi, de l'initiative de la population, qui normalement n'a son mot à dire que lors d'élections générales, il sera possible [...]

2010: Rappel d’automobiles de Toyota: une pédale qui coince dangereusement Les choses vont de mal en pis pour Toyota. Mercredi, le populaire constructeur automobile a rappelé et suspendu les ventes de [...]

2010: Il faut donner un coup de barre Les Québécois doivent comprendre l'importance de se prendre en main s’ils veulent élire un parlement responsable. L'information ne passe pas entre [...]

2010: Achat d’actifs d’Énergie Nouveau-Brunswick par Hydro-Québec Mon commentaire s'inscrit dans le dossier d'achat de certains actifs d'Énergie Nouveau-Brunswick par Hydro-Québec selon une entente, la 2ème, en [...]

2010: Raffinerie Shell de Montréal-Est « La fin des activités à la raffinerie Shell constitue un désastre non seulement pour les 520 travailleuses et travailleurs [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages