Le jeudi 14 septembre 2006

Amérique

L’indépendance des autres provinces du Canada: éclatement à venir?

L'indépendance du QuébecCanada ]

Par Jean-Félix

La fédération canadienne ne fonctionne pas. Le système de péréquation est complètement obstrué, les transferts en éducation et santé ne voient jamais le jour. Il manque de l’argent en éducation, tandis que les conservateurs injectent 13 milliards dans l’armée. 13 milliards!

La fédération canadienne ne fonctionne pas. Le système de péréquation est complètement obstrué, les transferts en éducation et santé ne voient jamais le jour. Il manque de l’argent en éducation, tandis que les conservateurs injectent 13 milliards dans l’armée. 13 milliards!

Il manque 5 milliards en éducation au Québec! C’est scandaleux! Quelle est la priorité? Faire la guerre ou régler le déficit de nos institutions? Le Québec n’est pas la seule province à avoir des problèmes avec le fédéral, et pas la seule province à avoir des élans de séparatisme…

Le cas de Terre-Neuve


Selon Radio-Canada:

Un petit groupe a une demande surprenante à faire en ce 50e anniversaire du référendum sur l’adhésion de Terre-Neuve dans la Confédération. Une poignée de Terre-Neuviens exigent du lieutenant gouverneur de la province un second dépouillement des bulletins de vote. Mais, comme l’explique ce reportage, les bulletins de vote n’existent plus. Terre-Neuve compte toujours un noyau solide de nationalistes qui rêvent encore à leur nation. Les échecs économiques du fédéral concernant la pêche pourraient être un argument pour la sécession de Terre-Neuve.

Il y a aussi un mouvement séparatiste au Labrador. C’est vraiment drôle! Debout les idéalistes!

« We have fair size towns in Labrador that contribute billions of dollars to Canada and Newfoundland, and are not yet connected by paved roads. »

Voici un blog vraiment sympathique sur des séparatistes terre-neuviens solidaires à la cause québécoise.

Le cas de l’Alberta

Selon Radio-Canada :

Les membres du Separation Party of Alberta estiment que, de 1961 à 1992, la province a versé 139 milliards de dollars de plus à Ottawa qu’elle n’a reçu, alors que pendant la même période le Québec a reçu 168 milliards du fédéral. L’Alberta paie pour que le Québec soit canadien, selon leur logique. La question de la gestion des ressources naturelles, et plus précisément du pétrole, est au coeur du programme de ce parti.

Dès la création de l’Alberta et son entrée dans la Confédération, certains prônent l’indépendance de la province. En 1911, Alwyn Bramley-Moore, un Britannique ayant siégé de 1909 à 1913 à l’Assemblée législative albertaine, écrit Canada and Her Colonies or Home Rule for Alberta, un ouvrage dans lequel il dénonce la mainmise d’Ottawa sur les terres et les ressources naturelles de la province.

Voici le site du parti séparatiste de l’Alberta! Ils accusent le Québec d’être responsable des taxes sur le pétrole!

« And where did the money go? During that time frame, the province of Quebec, despite its large population and vibrant economy, was a net recipient of over $ 168 billion from Ottawa. Alberta was paying Quebec to be Canadian. »

Je pense que le Québec se séparera bien avant l’Alberta. De toute façon, avec le gouvernement Harper, je ne pense pas que le fédéral empiètera sur le pétrole albertain! Le Canada risquera d’éclater complètement (politiquement parlant) lorsque le Québec sera séparé. Imaginez toutes ses provinces tirant par la suite la couverture chacun de leur côté.

6 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean-Félix Le 14 septembre 2006 à 19h12

    Imaginez que la carte mondiale se modifie dans les prochaines années. Le Québec et toutes les provinces deviennent des pays, ce sont des nouvelles cultures. Après l’échec d’une confédération construite sur la colonisation au Québec et l’extermination des métis (je ne suis pas objectif!), tout comme la l’URSS, le Canada éclate en plusieurs pays. Quel scénario désatreux pour les fédéralistes!

  2. 2 Marc A. Vallée Le 27 décembre 2006 à 10h59

    L’éclatement du Canada est une conséquence logique à l’Indépendance du Québec. Cependant, dans l’optique où la plus grande puissance mondiale financière et militaire actuelle est le voisin du sud du Canada actuel, c’est à dire les États-Unis, est-ce que ceux-ci ne chercheront pas à ramasser les miettes d’un Canada éclaté? Est-ce un service à rendre à l’humanité de leur donner une nouvelle opportunité d’augmenter leur puissance sur le monde?

  3. 3 Jean-Félix Le 29 décembre 2006 à 20h53

    Je suis d’accord, le seul parapluie contre les États-Unis; c’est le Canada. Cependant, la super-puissance étasunienne ne durera pas longtemps. États-Unis s’éffondreront, ce sera le moment de se séparer.

    ON VERRA BEN….

  4. 4 Mathieu Le 14 avril 2007 à 21h04

    Un militaire à la retraite, Pat Paterson, résident de la Colombie britannique depuis 10 ans à mettre sur pied une association du Bloc québécois dans sa région. Il voudrait vendre des cartes de membre du Bloc, pour aider le parti à atteindre son objectif de faire du Québec un État souverain.

    « Beaucoup de gens, en Alberta et en Colombie-Britannique, pensent que si le Québec quittait le Canada, cela nous ouvrirait la porte »

  5. 5 jean cllaude pomerleau Le 7 décembre 2008 à 12h45

    Ouest vs Est : Des fissures dans le mur du ROC
    Jean-Claude Pomerleau
    Tribune libre de Vigile
    dimanche 8 juin 2008 273 visites

    Que veut l’Ontario ? Un partenaire pour faire contrepoids à la montée en puissance des provinces de l’Ouest.

    La semaine dernière, les provinces canadiennes de l’Ouest se sont réunies avec les États américains du Nord-ouest pour trouver ensemble des solutions aux problèmes de circulation à la frontière entre les 2 pays. Malgré qu’il s’agit là d’un sujet de juridiction fédérale, le gouvernement fédéral canadien n’était pas invité à la rencontre. D’autre part, la rencontre entre le Québec et l’Ontario sur l’environnement s’est faite sur le dos du fédéral. À l’ouest comme à l’est, les provinces envoient le même message : Ottawa n’est plus pertinent dans la gouverne des affaires politiques.

    Comme le journaliste Michel Vastel l’a bien vu, il s’agit de la diminution du pouvoir central et la montée en puissance des provinces canadiennes. La question qui se pose est alors de savoir jusqu’où ira cette montée du pouvoir de “facto” des provinces et si le gouvernement fédéral va pouvoir contenir cette nouvelle poussée. Si non, cela mènera raisonnablement à la rupture du cadre de la Constitution canadienne de 1982 ou à un rééquilibrage des forces politiques dans une nouvelle constitution. Est-ce la fin de l’option souverainiste ou est-ce que Jean Charest ouvre la marche qui y mène inexorablement avec cette entente qui enclenche un nouveau rapport de force avec Ottawa. Rapport de force qui devra être tranché un jour ou l’autre (souvenez vous du Lac Meech ?).

    Pour se faire une idée de ce qui se met en place (nouveaux rapports de forces entre les provinces et Ottawa), il faut avoir des notions de géopolitique 101 :

    La politique est affaire d’intérêts, de rapports de force et d’effectivité ; Les provinces sont des États naturels et Ottawa est un État arbitraire. La croissance des États naturels leur procure des capacités étatiques qui les amènent à vouloir remplacer l’état arbitraire (1). L’État naturel défend son intérêt et établit des rapports de forces pour y arriver et, si le rapport de force est favorable, la politique devient effective. La question qui se pose en définitive, c’est celle de savoir où irait l’appui du peuple (souverain) dans les rapports de force entre l’État naturel et l’État arbitraire. Pour en avoir une idée, demandons-nous où est allé l’appui des citoyens de Terre Neuve quand le premier ministre Danny Willams a établi un bras de fer avec Ottawa : M Williams fut élu avec 70% d’appuis.

    Et où iraient les appuis des Albertains dans un conflit ouvert avec Ottawa ? Avec la montée en puissance des provinces de l’ouest (hausse des cours du pétrole), ces tensions géopolitiques internes seront exacerbées à un point tel que le gouvernement central ne pourra les contenir. La révolution se produit quand elle ne peut être contenue par les institutions du statu quo ( Robert David Steele, Open Sources Solutions inc.).

    Cette nouvelle donne stratégique ne peut être qu’une bonne nouvelle pour la cause souverainiste. Il y a des fissures dans le mur du ROC et elles deviendront des brèches par lesquelles le Québec pourra sortir de la Constitution de 1982, qui ne résistera pas à ces tensions. Jean Charest, en fin finaud, ouvre la voie à un scénario qui mène au contraire de ce qu’il souhaite.

    Il répète en cela le scénario pour sauver l’unité canadienne qu’était Meech au départ. Nous savons tous comment cela s’est terminé.

    Cette fois-ci toutefois, les autres provinces ne formeront plus un mur avec Ottawa pour contenir la volonté d’émancipation du Québec.

    Il y a des fissures dans le mur de ROC. Un bon match à suivre, mais n’oubliez pas vos notes de géopolitique 101.

    (1) http://www.laliberation.org/index.php/Categorie-Geopolitique/L-implosion-du-Canada.html

    Jean-Claude Pomerleau

    — Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) —
    Répondre à cet article

    Envoyer un message privé à Jean-Claude Pomerleau

  6. 6 jean cllaude pomerleau Le 7 décembre 2008 à 12h51

    Voici un extrait d’un texte rédigé le 13 Octobre 2008 pour souligner la victoire de la nation québécoise lors de la dernière élection fédéral le 14 octobre: ‘

    ‘Le contexte n’a jamais été aussi favorable à notre cause. Les tensions géopolitiques internes de la fédération canadienne iront en s’amplifiant : les intérêts économiques divergents entre l’Ouest et l’Est ne feront que grandir. Et les intérêts des provinces primeront sur toutes autres considérations, même sur l’unité du pays. Nous sommes dans un nouveau paradigme, il y a des fissures dans le mur du ROC, et elles deviendront des brèches. À suivre….”

    ( http://www.vigile.net/La-victoire-de-la-nation )

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 12 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 481 a été rédigé par Jean-Félix il y a 14 ans et 0 mois, le jeudi 14 septembre 2006.

Il y a 6 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous L'indépendance du Québec, Amérique, Canada.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2010: Non à la Loi 103! La Coalition contre le projet de loi 103, regroupant plus de trente organismes québécois, réitère sa demande d’appliquer la Loi [...]

2010: Le Rassemblement pour l’Indépendance Nationale Rendons hommage aux rinistes, pionniers de l’indépendantisme québécois moderne qui, bien avant René Lévesque et le PQ, ont promu l’idéal [...]

2010: Tout est une question de langue! "Tout est une question de langue" est une expression qu'on entend souvent. La langue est le résultat d'un ensemble d'interactions [...]

2010: Entente entre le gouvernement du Québec et AbitibiBowater Réagissant à une entente intervenue entre le gouvernement du Québec et AbitibiBowater, le député de La Prairie et porte-parole de [...]

2010: La petite astuce qui nous fîmes Un reportage de l'émission "Découverte" a démontré que la venue des sapiens fut l'aboutissement d'une mutation, au niveau de la [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages