Le Mardi 3 novembre 2009

QuébecAmérique

L’histoire des Compagnies franches de la marine en Nouvelle-France

France ]

Par Claude Dulac

La présente page portant sur l’histoire des Compgnies franches de la Marine est subdivisée en sept chapitres: la création des C.F.M., les théâtres d’opérations, les C.F.M. en Nouvelle-France, les particularités et adaptations, l’organisation des C.F.M., les apports des C.F.M. à la colonie et finalement la reconstitution des C.F.M…

La création des Compagnies franches de la marine

Bien avant 1622, les capitaines de navires recrutaient des soldats déjà entrainés dans divers ports du royaume de France et les regroupaient en compagnies pour qu’ils puissent défendre le navire contre une éventuelle attaque en mer. Lorsque l’équipage était occupé à manoeuvrer le navire, les soldats défendaient le bateau par le tir de mousqueterie lors des abordages. Il faut toutefois spécifier que ces compagnies n’étaient recrutées et utilisées qu’en temps de guerre.

En 1622, le cardinal de Richelieu régularisa leur rôle en créant une centaine de “Compagnies Ordinaires de la Mer”. Elles gardèrent leur rôle précédents, mais se virent aussi affectées à la garde des ports et des arsenaux en temps de paix. Quelques années plus tard, soit en 1626, des Compagnies Ordinaires de la Mer furent réunies pour former le régiment “La Marine”. Neuf ans plus tard, le cardinal de Mazarin les intégra à l’armée de terre.

En 1669, Jean-Baptiste Colbert, ministre de la Marine, mit sur pied deux nouveaux régiments pour le service de la Marine: le “Royal-Marine” et “L’Amiral”. Ces deux unités furent néanmoins transférées à l’armée de terre. En 1683, trois compagnies des “troupes de la Marine” furent envoyées à Québec dans le but de contenir les Iroquois qui s’attaquaient aux routes commerciales de la colonie.

En 1690, lors de la réforme de la Marine royale française, le ministre de la marine créa cent “Compagnies franches de la Marine”. En 1691, Trois de ces compagnies prirent activement part à la défense de la ville de Québec contre les armées de Phipps qui l’assiégeait.

Le 30 mai 1695, un règlement du ministre de la Marine dicte la discipline, la justice et la police des Troupes de la Marine qu’il entretient en Nouvelle-France. À partir de ce jour, ces troupes ne servirent plus en mer, bien que toujours dépendantes financièrement et matériellement du ministère de la Marine, mais se consacrèrent à la défense des routes commerciales et des postes de traites de la colonie.

Les Compagnies Franches de la Marine en Nouvelle-France

En 1682, le Sieur Le Febvre de la Barre, gouverneur de la Nouvelle-France, réclama au ministre de la Marine l’envoi de nouvelles troupes régulières. Trois Compagnies franches de la Marine, 156 hommes en tout, arrivèrent à Québec le 7 novembre 1683 dans le but d’assurer la sécurité des voies de commerces de fourrures et de réduire la menace iroquoise. Durant les trente premières années du XVIIIe siècle, le nombre des compagnies présente dans les colonies se stabilisa à environ 28, puis augmenta à 35, voire même jusqu’à 40, à la fin du Régime français.

Les Compagnies franches de la Marine furent stationnées dans tous les postes français en Amérique du Nord. Elles furent, en effet, présentes dans les villes de Québec, Montréal, Trois-Rivières et Louisbourg ainsi que dans les forts de Frontenac, Niagara, Michilimackinac, Saint-Frédérick, Chambly, Beauséjour, Laprairie, Sault Saint-Louis, Lac des Deux-Montagnes et Détroit. Elles furent chargées de la garde des rivières Ohio et Mississippi ainsi que des colonies de Louisiane, Guyane française, Guadeloupe et Martinique. Leurs fonctions étaient de préserver l’intégrité du territoire français des empiétements des Britanniques et de leurs alliés amérindiens ainsi que de protéger les colons contre toute attaque en temps de guerre.

Les Compagnies franches participèrent, de 1683 à 1760, à tous les affrontements qui marquèrent l’histoire de la Nouvelle-France. Elles furent présentes à Québec, sous les ordres du gouverneur de Frontenac durant le siège du général Phipps en 1691. Elles livrèrent aussi combat sous le Sieur d’Iberville pour reprendre le Fort Nelson et la Baie d’Hudson en 1697 et conquérir Terre-Neuve.

En 1743, le roi de France, Louis XV, donna l’ordre d’établir des Compagnies de Canonniers-Bombardiers en Nouvelle-France. Celles-ci furent formées des meilleurs soldats des Compagnies franches. Par contre, de 1754à 1758, elles furent rejointes par plusieurs bataillons provenant de divers régiments de terre (tels le “Béarn”, le “La Sarre”, le “Guyenne”, le “La Reine”, le ” Royal-Roussillon”, le “Berry” et le “Languedoc”) qui furent envoyés en renfort en prévision de la guerre de Sept Ans. À partir de ce moment, les Compagnies franches de la Marine ne furent plus les seules troupes à défendre la Nouvelle-France.

En 1759, les Compagnies franches de la Marine participèrent à la bataille des Plaines d’Abraham, sous les ordres du général de Montcalm. L’année suivante, soit en 1760, les C.F.M. participèrent à la dernière victoire des Français en Nouvelle-France. À la fin du conflit, une partie des effectifs des Compagnies franches retourna en France pour servir dans d’autres régiments du roi. La plupart des soldats décida néanmoins de rester en Nouvelle-France et de reprendre leurs occupations.

L’organisation des Compagnies Franches de la Marine

Comme le nom l’indique, la compagnie forme l’unité de combat administrative de base. Composée d’une centaine d’hommes en France au moment de leur création, le nombre de soldats, tout au long de l’Ancien Régime, a varié entre 28 et 65 par compagnie en Nouvelle-France tout comme le nombre de compagnies selon les époques. Plus souvent qu’autrement, on en retrouvait 28, mais leur nombre fut augmenté à 35, voire même 40, à la fin du Régime français en Amérique du Nord.

Une compagnie était placée sous le commandement d’un lieutenant de vaisseau (qui recevait le grade de capitaine lorsqu’il commandait sur terre) et portait le nom de celui-ci. Le grade de capitaine était le plus élevé dans la hiérarchie des CFM. Un lieutenant le secondait, aidé d’un enseigne-en-pied, qui ne portait, toutefois, pas toujours le drapeau. Dès 1730, deux cadets-à-l’aiguillette pouvaient être attachés à une compagnie pour qu’ils puissent y faire l’apprentissage du métier d’officier qui pouvait durer même un dizaine d’années.

Variant selon le nombre d’hommes de la compagnie, le groupe des sous-officiers pouvait être composé au maximum de deux sergents, trois caporaux et trois anspessades (chefs de section). Un ou deux tambours, un ou deux fifres, ainsi que des soldats complétaient les effectifs d’une compagnie. Les sous-officiers étaient des soldats avec plusieurs années d’expérience (jusqu’à 20 ou 25 ans) dans le domaine des armes et de la guerre. Il savaient lire et écrire, chose assez rare à l’époque. Il n’existait aucune possibilité de passer de l’état de sous-officier à celui d’officier, car les soldats et les sous-officiers étaient des roturiers tandis que les officiers étaient des nobles. Il était impensable à cette époque qu’un roturier puisse devenir officier et avoir les mêmes privilèges que les nobles.

Du point de vue stratégique, les CFM étaient distribuées dans les gouvernements locaux. Les capitaines recevaient leurs ordres des états-majors locaux de Montréal, Trois-Rivières, Québec, Acadie et Louisiane. Les états-majors étaient dirigés par des gouverneurs, le gouverneur général étant responsable pour l’ensemble de la colonie. Un lieutenant du roi, un major et un ayde-major complétait un état-major local. Ces fonctions étaient remplies par des officiers des CFM, généralement des capitaines avec une grande ancienneté.

Du point de vue administratif, les capitaines tenaient leurs ressources financières (soldes et équippement) de l’Intendant de la colonie, de ses sub-délégués, des commissaires de la Marine de même que des contrôleurs de la Marine.

Jusqu’à la mise sur pied du Corps des Canonniers-Bombardiers en 1743, les soldats des Compagnies franches assuraient eux-mêmes le service de l’artillerie. En effet, depuis 1697, une compagnie non-officielle d’artillerie existait à Québec et des hommes des Compagnies franches étaient entraînés au maniement du canon. Mais en 1757, la Nouvelle-France comptait deux compagnies de Canonniers-Bombardiers de 50 hommes chacune.

Théâtres d’opérations et mode de vie

Quoique la Nouvelle-France fût divisée en cinq régions administratives appelées gouvernements (Acadie, Louisiane, Montréal, Québec, Trois-Rivières), elle s’étendait sur sept région géographique: le Labrador, les Postes du Roi, le Canada, les Pays d’en Haut, la Mer de l’Ouest et la Louisiane. Les Compagnies franches y étaient distribuées pour assurer la protection du territoire et des routes de commerces.

En Acadie, à Louisbourg plus précisément, les soldats connaissaient une vie de garnison à la française que les conditions climatiques n’aidaient pas à améliorer. Ils étaient soumis à des tâches directement liées à la construction de la ville-forteresse. L’île Saint-Jean (Île du Prince Édouard) connaissait un développement agricole plus stable et la petite garnison, de 15 hommes au plus, était très liée à la population civile locale. La partie continentale (Nouveau-Brunswick) était parsemée de postes et l’influence des troupes qui y séjournaient était minime.

Dans le Canada, soit la vallée du Saint-Laurent, les Compagnies franches étaient en contact constant avec la population depuis leur arrivée en 1683. Les soldats étaient logés chez les habitants des villes ou des seigneuries avoisinantes. Ceux-ci étaient dédommagés à l’aide de “billets de logement”.

Les Compagnies étaient dispersées sur la totalité du territoire. En temps de guerre, elles étaient rassemblées pour se préparer et se rendre sur le terrain de bataille. En temps de paix, les hommes restaient dans les fermes et aidaient leurs hotes dans leur exploitation ou continuaient l’apprentissage du métier qu’ils avaient entrepris avant de s’engager. Les soldats devaient s’exercer au maniement du fusil au moins deux fois par semaine. Ils pouvaient, cependant, en être dispensés moyennant une remise sur leur solde au profit du capitaine, celui-ci étant souvent avide d’argent. Les soldats pouvaient ainsi mieux s’insérer à la population.

Un des rares moyens de démobilisation fut le marriage des soldats avec les femmes du pays.

Dans les Pays d’en Haut (région où les coureurs des bois pratiquaient la traite de la fourrure), et plus tard dans la Mer de l’Ouest, c’était la vie de frontière qui attendait les soldats des Compagnies franches. Principalement chargés de la défense des postes de traite et du maintien de l’ordre sur les routes de commerce, les soldats côtoyaient les Amérindiens et faisaient ainsi l’apprentissage de la “petite guerre”, à l’indienne. Passés maîtres en la matière, ces soldats maintenaient sur les frontières un état de crainte constante parmi les populations amérindiennes hostiles et les colons anglais qui tentaient de s’y installer.

Au moment de l’arrivée des régiments français de Montcalm durant les années 1754-58, ce dernier reconnut aux Compagnies franches leur grande habilité à faire la “petite guerre” et les utilisa surtout en tant que tirailleurs à la manière de l’infanterie légères et sur les flancs en ordre de bataille.

En garnison, les rations hebdomadaires des soldats des Compagnies franches se composaient habituellement de porc salé (½ livre), de pain (1 ½ livre) ou de biscuit (pain cuit deux fois) et de pois secs (½ livre). À l’occasion des disettes, on diminuait la ration de porc ou on la remplaçait par de la viande de cheval ou de la morue salée. Il est donc évident que pour survire, les soldats devaient trouver de la nourriture ailleurs qu’uniquement parmi leurs rations.

Particularités et adaptations

Les Compagnies franches de la Marine servant en Nouvelle-France étaient fort originales sous plusieurs aspects en comparaison des autres troupes de cette époque. Ainsi, quant à l’habillement, les soldats remplaçaient le tricorne par une tuque et portaient des mitaines lors des campagnes hivernales. Les souliers de cuir étaient remplacées par des mocassins indiens tandis que l’épée était remplacée par une hachette. Toutes ces modifications devaient, évidemment, offrir aux soldats une mobilité accrue dans les bois tout en leur permettant une meilleure adaptation au climat nord-américain, surtout en hiver notamment dans les postes de traite. On peut donc dire qu’après quelques années de présence en Nouvelle-France, l’habillement des soldats ressemblait beaucoup à celui que portaient les coureurs des bois.

Les Compagnies franches pratiquaient efficacement la “petite guerre” , qui faisait d’elles de redoutables adversaires. Souvent cachés dans les bois ou les fourrés, faisant feu sans être vus ou couchés par terre, ayant régulièrement recours à l’embuscade, les soldats des Compagnies franches abandonnèrent, au fil du temps, les formes traditionnelles de la guerre en formation, telles qu’elles étaient utilisées en Europe.

Apports des Compagnies Franches de la Marine à la colonie

En plus de défendre la colonie, les Compagnies franches ont rendu d’inestimables services à la Nouvelle-France. En effet, les recrues, qui arrivaient de France et qui décidaient de s’établir dans la colonie, constituèrent plus de 30% des 10 000 immigrants français venus s’installer en Nouvelle-France entre 1608 et 1755.

Les soldats étaient aussi très utiles au développement économique de la colonie, car les autorités recommandaient aux recruteurs de s’assurer que ces jeunes gens fussent en apprentissage d’un métier qui servirait à la colonie au moment de leur licenciement, s’ils décidaient d’y rester ou de se marier. Ces hommes amenèrent avec eux un coin de leur pays, de leurs traditions, de leur folklore.

Enfin, elles représentaient, bien entendu, les premières troupes d’infanterie coloniale dans toute l’acceptation du terme, où un heureux mélange de “métropolitains” et de “coloniaux” en faisaient partis en formant un corps unique de l’histoire coloniale de la France, autant par les rôles qu’elles y ont joués que par la très grande complicité avec la population coloniale dans la vie quotidienne.

Reconstitution des Compagnies Franches de la Marine

Les Compagnies franches de la Marine du XVIIème et XVIIIème siècles naquirent à nouveau en 1962, lors de la Foire Mondiale de Seattle, WA, par une reconstitution historique et militaire réalisée par le Royal 22ème Régiment de l’armée canadienne. On fit appel au Musée Stewart au Fort de l’Île-Sainte-Hélène ainsi qu’à son Président-Fondateur, M. David M. Stewart qui avaient préalablement mené des recherches en ce sens.

Durant l’hiver 1962-63, des sous-officiers du Royal 22ème Régiment entraînèrent un groupe d’étudiants de la région montréalaise au maniement des armes. Ceux-ci prirent aussitôt la relève au Fort de l’Île-Sainte-Hélène, en présentant quotidiennement des manoeuvres historiques durant la période estivale.

Dès cette date, la Compagnie s’acquit une solide réputation d’excellence si bien, qu’en 1967, elle se vit confier le privilège de la garde d’honneur du commissaire-général de l’Expo ’67. Elle participa aux campagnes de promotion touristique de 1966-67-68 organisée par les gouvernements provincial et fédéral aux États-Unis. Elle fut ainsi amenée à visiter diverses villes comme New York, Buffalo, Détroit, Saint-Louis.

Sur un plan strictement local, la Compagnie participe aux gardes d’honneur, aux défilés, aux démonstrations de manoeuvres militaires et de musique, aux cérémonies d’ouverture, de lancement ou de commémoration, le tout dans un cadre d’événement divers.

Par ailleurs, l’année 1992 marqua une nouvelle étape dans l’histoire de la reconstitution des Compagnies franches de la Marine. En effet, conjointement avec le major Duchesneau et la Compagnie franche de Montréal, une nouvelle compagnie fut formée dans la ville de Québec. Constituée de membres de la Milice des Forces Armées Canadiennes, la Compagnie franche de Québec vient maintenant, elle aussi, participer à cette mise en valeur du patrimoine historique .

6 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Soldat Sanspareil Le 23 mars 2011 à 15h44

    Vive les Compagnies franches de la marine!

    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n’enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  2. 2 Soldat Sanspareil Le 24 mars 2011 à 7h03

    Les groupes de reconstitution historique de la Nouvelle-France du Québec.

    Il y a une façon originale de vivre et d’en apprendre un peu plus sur notre histoire , celui du loisir de la reconstitution historique. Les groupes de reconstitutions historique du Québec permettent de faire revivre et transmettre une partie de notre histoire et de notre patrimoine de l’époque de la Nouvelle-France . Je vous invite donc à découvrir les groupes du Québec.

    Voici les groupes de reconstitutions historique.

    Le 2e bataillon du régiment de la Sarre http://www.regimentdelasarre.ca/

    Le 2ème bataillon du régiment de Béarn http://www.regimentdubearn.org/fr/accueil.htm

    La compagnie des Canonniers-Bombardiers de Québec http://www.ccbq.net/

    Les compagnons de la Nouvelle-France http://www.compagnonsnouvellefrance.ca/

    Miliciens et réguliers du Marquis de Montcalm http://miliciensdemontcalm.allmyblog.com/

    Ordre de St-Véran http://ordredesaintveran.webs.com/

    Le Détachement de la Colonie http://www.detachementdelacolonie.com/

    La compagnie de Lacorne http://www.compagniedelacorne.org/

    La Garnison de Québec http://www.lagarnisondequebec.com/

    Soldat du Roy et Habitants en Canada le régiment de Guïenne http://www3.sympatico.ca/napoleon.josephine/1750.htm

    Musée Stewart La compagnie Franche de la Marine http://www.scfm.ca/

    Les Habitants du Fort http://habitantsdufort.forumactif.com/forum

    Les Habitants de la Vallée du St-Laurent http://habitantsvalleestlaurent.com/

    Le Corps historique du Québec http://reenacting.net/qhc/qhcf.html

    Conte de Marle Inspecteur aux Colonies http://www.comtedemarle.webs.com/

    Les Indiens blancs http://lesindiensblancs.com/index.php

    Prenez plaisir à découvrir ceux qui ont à coeur de faire revivre notre histoire et de préserver un patrimoine vivant.

    Soldat Sanspareil
    2ème bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!
    http://www.regimentdelasarre.ca
    http://www.youtube.com/user/SoldatSanspareil
    http://www.tagtele.com/profil/Sanspareil
    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc
    François Mitterrand
    Un peuple qui n’enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité

  3. 3 pierre c tremblay Le 5 juin 2012 à 12h42

    excellent article m Dulac, bien documenté. J’ai fait partie des compagnies franches durant les années 60.
    Merci

  4. 4 j bernard Le 3 mars 2013 à 8h51

    J’aimerais savoir si, dans certains cas, des militaires des Franches de la Marine était recrutés et enrolées,par leur capitaine,une fois sur le territoire de la Nouvelle-France. Qui préparait les contrats ?
    Ma recherche concerne un soldat de la compagnie de la Jemmerais, du capitaine Dufrost, entre 1700 et 1708.
    Toute information serait grandement appréciée.

  5. 5 Claude Dulac Le 3 mars 2013 à 19h25

    À partir de 1673, les officiers de la Marine sont obligés de recruter eux-mêmes leurs troupes. Grâce à des « levées » dans les ports de guerre ou de commerce, similaires à la « presse », les officiers garnissent leurs navires de défenseurs. Mais le système trouve vite ses limites. Les recrues sont bien souvent indisciplinées, inexpérimentées… et sont libérées ou désertent à l’issue de leur première campagne, ruinant des mois d’entraînement et forçant les officiers à recourir de nouveau aux levées. C’est un cercle vicieux qui fait que la Marine ne dispose donc pratiquement pas de soldats d’expérience jusqu’en 1682.
    L’ordonnance royale du 16 décembre 1690 réorganise entièrement les troupes françaises destinées à l’outre-mer. Elle autorise la création de quatre-vingts compagnies franches de la Marine intégrant au sein des mêmes unités de nouvelles recrues en plus des effectifs des soldats-gardiens, gardiens de port demi-soldes, apprentis-canonniers et bombardiers.
    L’entraînement de base des compagnies a été fixé par un texte de 1704 appelé Exercices pour les Compagnies franches de la Marine. Malgré son nom, le contenu était semblable aux Exercices pour toute l’infanterie française, paru en 1703. L’entraînement des militaires des Compagnies franches ne différaient donc pas de celles des autres fantassins royaux.
    Loin des théâtres de guerre européens réglés et temporisés par “l’art de la guerre”, la marge d’action des militaires est par considérablement étendue en outre-mer. En Nouvelle-France et aux Indes, des détachements des compagnies sont présents loin dans l’intérieur des terres, occupant des postes isolés dans l’immensité des territoires français ou sous influence française. En témoignent les forts disséminés le long de la vallée du Mississippi jusque dans l’ouest d’une subdivision de la Nouvelle-France qualifiée de Canada en passant par les Grands Lacs. Rappelons que les soldats viennent de France et sont invités à s’installer là où ils sont affectés, ce qui les conduit par la force des choses à nouer des liens avec les colons et les amérindiens . Ces contacts fructueux les intègrent peu à peu dans la société locale dont ils adoptent certaines coutumes et techniques. En matière militaire, les fantassins postés en Nouvelle-France et en Louisiane ajouteront à leurs spécialités la « guerre de guérilla » ou « petite guerre ». Oubliant la bataille rangée, les soldats de Marine mènent une guerre de harcèlement aux côtés des miliciens français né en Nouvelle-France et des tribus amérindiennes alliées contre les établissements anglais ou les tribus leur étant opposées.
    Outre ces missions de défense, les fonctions des militaires des Compagnies franches s’étendent et se diversifient selon les régions et les situations.
    Le nombre des Compagnies franches, de même que leurs effectifs ont donc considérablement varié de leur création en 1690 à leur dissolution en 1762. Il n’était pas rare que certaines unités ne comptent que soixante, voire trente soldats seulement en pleine guerre.
    En Nouvelle-France. Première moitié du xviiie siècle : vingt-huit compagnies de 40 hommes (environ 1 200 soldats). 1756 (début de la guerre de Sept Ans) : quarante compagnies de 65 hommes (environ 2 700 fantassins).
    Île Royale (Louisbourg). 1725 : 6 compagnies, environ 300 hommes.
    L’intérêt en demi-teinte manifesté par le pouvoir royal à la colonisation laissait à certains de ces officiers une liberté d’action étendue en outre-mer. La gestion de certains forts ou établissements leur revenaient parfois entièrement. Et leur qualité d’officier, en tant qu’homme instruit et cultivé, en faisait d’importants intermédiaires diplomatiques et commerciaux avec les peuples autochtones. L’exemple de la Nouvelle-France est révélatrice : au xviiie siècle la majorité des officiers des Compagnies franches de cette colonie sont originaires de la colonie détenant la citoyenneté française par filiation ou par naturalité (NATURALISATION) . Ils possèdent une connaissance du terrain et des mœurs desAmérindiens que n’ont pas les officiers venus de France, atout indispensable et inestimable demandant des années pour être maîtrisé. Des officiers des Compagnies peuvent enfin être détachés pour former et/ou encadrer des unités militaires indigènes. Par exemple des auxiliaires amérindiens en Nouvelle-France.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerres_intercoloniales
    Deuxième Guerre intercoloniale (1702-1713)
    La Deuxième Guerre intercoloniale (ou Queen Anne’s War dans l’historiographie britannique) désigne le théâtre américain de la guerre de Succession d’Espagne entre 1702 et 1713. Ce conflit est le second des guerres intercoloniales qui opposèrent les colonies françaises et anglaises (puis britanniques1) en Amérique du Nord pour le contrôle du continent. Les alliés amérindiens des puissances européennes furent également impliqués dans les combats ainsi que l’Espagne alors alliée de la France.
    La guerre se déroula sur trois fronts :
    La Floride espagnole et la Province anglaise de Caroline furent chacune sujettes à des attaques des deux camps et les Anglais engagèrent les Français basés à Mobile dans ce qui s’apparentait plus à une guerre par procuration avec le soutien des tribus amérindiennes. Ce théâtre d’opérations n’entraina pas de grands changements territoriaux mais élimina presque toutes les populations amérindiennes de Floride ainsi que le réseaux demissions espagnol dans la zone.
    Les colonies anglaises de Nouvelle-Angleterre affrontèrent les forces françaises et amérindiennes basées en Acadie et au Canada. La ville de Québec fut attaquée à plusieurs reprises (mais ne tomba jamais) par des expéditions britanniques et la capitale de l’Acadie, Port-Royal fut prise en 1710. Les Français et leurs alliés amérindiens menèrent des raids contre des cibles dans la Province de la baie du Massachusetts dont le célèbre raid sur Deerfield en 1704.
    Sur Terre-Neuve, les colons anglais basés à St. John’s à l’ouest de l’île se disputaient le contrôle de l’île avec les Français établis à Plaisance à l’est.
    Troisième Guerre intercoloniale (1742-1748)
    Siège de Louisbourg (6 mai au 19 juin 1745)
    Quatrième Guerre intercoloniale (1754-1760)
    Bataille de Fort Necessity (3 juillet 1754)
    Bataille de la Monongahela (9 juillet 1755)
    Bataille de Fort Carillon (8 juillet 1758)
    Siège de Louisbourg (juin-juillet 1758)
    Bataille des plaines d’Abraham (13 septembre 1759)
    Bataille de Sainte-Foy (28 avril 1760)
    »Les Français étaient également organisés en milice mais il existait une force professionnelles appelée “troupes de la marine”. Ces unités étaient commandées par des officiers expérimentés et les soldats étaient recrutés en France. Leur nombre variait entre 500 et 1 200 répartis dans tous les territoires de Nouvelle-France avec une plus grande concentration dans les centres de population»
    Howard Peckham, The Colonial Wars, 1689–1762, Chicago, University of Chicago Press, 1964 (OCLC 1175484)

  6. 6 H. Jolicoeur Le 31 décembre 2013 à 10h32

    Bonjour,
    J’ai bien aimé votre article. J’essaie de m’informer le plus possible sur les troupes de la marine car mon ancêtre en faisait partie dès 1716. Il a été recruté par monsieur de Vaudreuil, puis il a fait partie des compagnies de monsieur Legardeur Saint-Pierre et de monsieur de Ramezay et peut-être bien d’autres. La question que j’aimerais vous poser est celle-ci: pourquoi un soldat passe-t-il d’une compagnie à une autre? Est-ce qu’il s’agit d’une affectation temporaire pour une mission demandant de l’expérience? Est-ce que les capitaines s’échangent des soldats pour équilibrer leurs forces? Est-ce à la demande du soldat lui-même qui désire servir dans une région donnée? ou être plus près d’une jolie demoiselle dont il a fait la connaissance?

    Merci à l’avance pour votre réponse

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

Annoncez ici

À propos de l'auteur de cet article

Claude Dulac

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 12 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 2380 a été rédigé par Claude Dulac il y a 4 ans et 5 mois, le Mardi 3 novembre 2009.

Il y a 6 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Amérique, France.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Changement d’heure automne 2012 au Québec: avancer ou reculer ? C'est le temps de changer l'heure de nos montres, horloges, réveille-matin,  radios d'auto, de nos fours à micro-ondes, etc. Quoi [...]

2010: « Ô Canada ! » Mme Sophie Cousineau a publié un article qui traite du danger de laisser le contrôle étranger sur l’industrie de la [...]

2009: Décès et vaccination en Suède: mise à jour Pour faire suite à mon article Déjà deux morts en Suède suite à la vaccination contre le virus H1N1 et [...]

2009: L’immigration dans la Ville de Québec Lentement mais sûrement, la vieille capitale s’ouvre à l’immigration. Entre 2001 et 2006, le nombre d’immigrants établis à Québec est [...]

2009: Visite royale: le RRQ fera la fête au Prince Charles! Le prince Charles a décidé de faire fi de nos mises en garde quant à sa présence chez nous. Il [...]

Publiez un article sur Amériquébec

Sondage

Le 4 septembre prochain, pour qui voterez-vous?

Voir les résultats

Archives des sondages