Le vendredi 15 octobre 2010

QuébecAmérique

Relations Québec—États-Unis: Gilles Duceppe à Washington

« Un Québec souverain sera un résultat gagnant pour l'ensemble de la communauté internationale »

États-Unis d'Amérique ]

Par Bloc Québécois

Le chef du Bloc Québécois a rappelé que les États-Unis, autant que le Québec et le Canada, partagent des intérêts économiques importants et que tous trois ont avantage à ce que le passage du Québec vers sa souveraineté ait lieu d’une façon harmonieuse.

« L’incapacité de répondre à la nécessité de réformer le fédéralisme canadien de la part des gouvernements qui se sont succédé à Ottawa depuis vingt ans n’a eu de cesse d’éloigner les deux solitudes que sont les nations canadienne et québécoise. Selon mon point de vue, celui d’un chef souverainiste québécois, l’avenir politique du Québec est loin d’être réglé. Plusieurs éléments laissent présager une possible accélération de l’Histoire, qui amènera les Québécoises et les Québécois à se prononcer une troisième fois sur leur statut politique. Auquel cas, s’ils se donnent un pays, le Québec souverain sera un résultat gagnant pour les Québécois, pour le Canada, pour les États-Unis et pour le monde », a lancé Gilles Duceppe aujourd’hui alors qu’il prononçait une allocution devant les membres du Woodrow-Wilson Institute et du Hudson Institute, à Washington.

« Que ce soient les conservateurs ou les libéraux au pouvoir à Ottawa, aucun d’eux n’a été en mesure de répondre aux besoins du Québec, en partie parce qu’il n’était pas dans leur intérêt de le faire. L’opinion publique canadienne s’est beaucoup durcie depuis 20 ans face au Québec, de telle sorte que 61 % des Canadiens refusent maintenant ne serait-ce que d’envisager des négociations devant mener à une entente constitutionnelle pour satisfaire le Québec. Il y a là un blocage vis-à-vis le Québec qu’aucun parti canadien n’osera franchir tant ce serait suicidaire d’un point de vue électoral. Pendant ce temps, le Québec a continué de revendiquer et d’affirmer son identité. On peut aujourd’hui affirmer que rarement une nation n’aura été aussi prête que le Québec à accéder au statut de pays souverain, que ce soit au point de vue économique, social, juridique, territorial ou politique », a expliqué Gilles Duceppe.

Les relations Québec–États-Unis

Le chef du Bloc Québécois a rappelé que les États-Unis, autant que le Québec et le Canada, partagent des intérêts économiques importants et que tous trois ont avantage à ce que le passage du Québec vers sa souveraineté ait lieu d’une façon harmonieuse.

« Le Québec entretient des relations économiques cruciales avec le Canada, relations qui sont réciproquement profitables. Mais nous devons garder présent à l’esprit que, de tout temps, le partenaire économique le plus naturel pour le Québec, ce sont les États-Unis. Le Canada a investi d’immenses efforts pour la construction de son marché intérieur. Mais rappelons-nous que dès que la porte a été ouverte avec le traité de libre-échange Canada-États-Unis, le niveau des relations commerciales Québec-États-Unis a explosé. Avec des exportations vers les États-Unis qui s’élevaient en 2008 à 51 milliards de dollars, contre 35 milliards vers le Canada, nous pouvons d’ores et déjà affirmer que les échanges du Québec avec les États-Unis sont dorénavant plus importants que nos échanges commerciaux avec le Canada », a rappelé Gilles Duceppe.

La politique étrangère du Québec

« Sur la scène internationale, le Québec s’avèrera par ailleurs sans nul doute pour l’Amérique un voisin de commerce fort agréable puisque dédié et responsable face à ses obligations internationales. Le Québec a appuyé l’intervention militaire au Kosovo comme il a appuyé dès le départ l’opération militaire en Afghanistan qui a suivi les attentats du 11 septembre 2001. Une large majorité de Québécoises et de Québécois jugent toutefois que le Canada et le Québec ont beaucoup contribué dans cette opération, et qu’ils ont largement payé le prix du sang. Voilà pourquoi nous appuyons maintenant la fin de notre participation militaire en Afghanistan. S’il devient un pays, le Québec maintiendra la direction que son peuple lui a toujours indiquée, c’est-à-dire en faisant la différence par ses positions sur le plan diplomatique et en s’impliquant dans des actions conformes aux expertises pointues qu’il entend se donner en relation avec ses moyens », a poursuivi Gilles Duceppe.

L’environnement, un enjeu économique

« Les États-Unis ont par ailleurs toutes les chances de trouver leur compte d’un Québec souverain lorsqu’il choisira d’accentuer son virage vert. En effet, les conditions géographiques propres au Québec de même que les choix qu’il a effectués en rapport avec son développement énergétique font en sorte qu’une entente internationale contraignante de lutte aux changements climatiques, avec des marchés du carbone, est clairement à l’avantage stratégique du Québec. Nous avons d’immenses ressources d’énergie propre. Nous sommes en train d’accroître notre production hydroélectrique et notre potentiel éolien est à peine entamé. La dépendance américaine au pétrole étranger pose des problèmes inquiétants, tant au niveau économique qu’au chapitre de la sécurité et c’est pourquoi les États-Unis trouveront au Québec un approvisionnement important, stable et sûr à mesure qu’il poursuivra son adaptation vers les énergies propres », a lancé le chef du Bloc Québécois.

« Je répète souvent que, dans le tissu de l’histoire, il y a des décennies qui ne valent pas une simple journée et des journées qui valent des décennies. La nation québécoise est actuellement coincée dans un pays qui l’a exclu de la Constitution canadienne et qui devient de plus en plus unitaire. La volonté politique de remédier à cet état étant absente, les fédéralistes québécois sentent bien que le terrain est en train de glisser sous leurs pieds. Tout cela laisse présager une accélération de l’histoire, les prochaines années étant décisives pour le Québec. Si, comme je l’espère, le Québec devient un pays souverain, je suis convaincu que le monde entier y gagnera », a conclu Gilles Duceppe.

Un commentaire à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean Rousseau Le 16 octobre 2010 à 17h19

    LA PRÉVISION DES ÉVÈNEMENTS FUTURS

    Les anciens chinois disaient que les germes de l’avenir se trouvent dans le présent.

    « Que ce soient les conservateurs ou les libéraux au pouvoir à Ottawa, aucun d’eux n’a été en mesure de répondre aux besoins du Québec, en partie parce qu’il n’était pas dans leur intérêt de le faire…”.

    Si on tient compte de votre citation et de l’évidente supériorité du ROC comparé à nous, comment en arrivez-vous à concevoir qu’un référendum gagnant disposera tout ce beau monde d’un seul coup. Si le Canada se trouvait en conflit avec les E.U., nous pourrions espérer un peu, mais c’est plutôt le contraire; ils s’entendent comme larrons en foire.

    Il existe cependant une solution réaliste qu’aucun ne s’est donné la peine de me demander de développer. Je suggère donc que l’on choisisse des politiciens qui possèderaient une expérience entrepreneuriale. Parce que les finissants de cette grande école de la vie percevraient rapidement le bien-fondé de subventionner quelqu’un de crédible, (1), se disant en capacité de solutionner ce problème mi- millénaire, (qui nous affecte profondément et de manière multiple).

    (1) Lisez donc mes articles et mes commentaires afin de faire une idée.

    Jean Rousseau, B. Ps
    conseiller en psychologie du développement
    courriel : jeanrousseau1956@live.ca

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 335 articles

Profil: Le Bloc québécois est un parti politique souverainiste social-démocrate, implanté exclusivement au Québec, bien qu'il soit un parti fédéral du Canada. La mission première du Bloc québécois est de mettre…

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 874 a été rédigé par Le Bloc Québécois il y a 8 ans et 9 mois, le vendredi 15 octobre 2010.

Il y a un commentaire suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Amérique, États-Unis d'Amérique.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Commission Charbonneau: Pierre Bibeau et les allégations Lino Zambito a déclaré  ce matin à la Commission Charbonneau  avoir donné une enveloppe contenant 30 000 $ en comptant [...]

2011: Charest protège Tomassi, comme si on protégeait Jean-François Harrisson Vous vous souvenez de l'affaire Jean-François Harrisson? Ce "bon jack" qui était animateur à VrakTV et adoré des jeunes? Tout [...]

2010: Suivez le blogue du Saint Frère André! À la veille de la canonisation du frère André, le 17 octobre prochain à Rome, l’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, la [...]

2010: Encore le bâillon pour nous imposer une loi assimilatrice Non, mais franchement, admettons-le, elle se porte drôlement bien la démocratie au Québec… Après les manœuvres répétées de Jean Charest [...]

2010: Charest bâillonne la langue française « En officialisant qu’il utilisera le bâillon afin de faire adopter un projet de loi sur un sujet aussi fondamental [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages