Le lundi 1 septembre 2008

QuébecAmériquePolitique

Les alliances des mohawks d’Akwesasne

Le deuxième article d’une série de huit sur les Mohawks d’Akwesasne

Les peuples autochtonesCanada ]

Par AmériQuébec

Voici l’occasion de survoler une partie de l’histoire de la communauté d’Akwesasne en s’intéressant aux alliances qu’elle a eu tout au long de son histoire.

Afin de parler de l’histoire de la communauté d’Akwesasne, il est impératif de parler aussi de l’histoire de la nation Mohawk en général. Voici donc une tranche de l’histoire des Mohawks, avec des spécifications sur la communauté d’Akwesasne!

Les années 1600 à 1750 : évolution du réseau d’alliances avec les français

En 1609 et 1610, la nation Mohawk est vaincue par ses adversaires nordiques grâce à l’aide de Champlain. En conséquence, les Mohawks migreront donc vers l’est et chasseront les Mohicans de la vallée de la rivière Mohawk. Ils pourront donc faire du commerce avec les populations installées à Albany (Fort Orange à l’époque).

L'intérieur d'une maison longue iroquoise
L’intérieur d’une maison longue iroquoise

Dès 1645, la Nouvelle-France et les Mohawks font la trêve. On tentera d’établir des missions jésuites chez les Mohawks, en vain. Peu après, les Mohawks s’allieront avec les sénécas pour chasser les hurons de leur territoire. Puis, en 1666, les français incendieront les villages Mohawks puis feront ensuite la paix. C’est par la suite que les jésuites réussiront finalement à fonder une mission, et encourageront les convertis à s’éloigner de l’influence anglaise.1

Donc, vers la fin des années 1660, plusieurs centaines d’Iroquois, principalement des Mohawks, s’installeront dans la région de Montréal. Ces derniers seront convertis au catholicisme. Les français espèrent, grâce aux Mohawks installés dans la région, limiter les risque d’attaques d’autres nations iroquoises. Dans les années 1670, trois communautés Mohawks seront donc créées dans la région : Kahnawake, Kanesatake et celle qui nous intéresse, Akwesasne.

Bien que les mohawks nouvellement installés étaient considérés comme des alliés des français, ils ont continué à entretenir des relations avec la ligue des Cinq-Nations iroquoises ainsi qu’avec les anglais de la colonie de New York.2

En 1693, une nouvelle guerre éclate et des villages Mohawks sont de nouveau incendiés. À ce moment, certains Mohawks décident de rompre les liens avec les autres Iroquois. C’est huit ans plus tard, en 1701, que la Confédération Iroquoise négocie des traités de paix et de neutralité avec les Français et les Anglais.3

Le traité d’Utrecht s’inscrit dans la logique des choses. Il dictera que les canadiens français ainsi que les autres canadiens ne porteront pas entrave à la liberté et ne nuiront pas au commerce des membres des Cinq-Nations, dont Akwesasne fait partie.4

Vers 1755 pendant la guerre entre les français et les indiens, le village de Saint-Régis, où est aussi situé le territoire d’Akwesasne, fût fondé par un Iroquois catholique de Caughnawaga. Le village a vite grandit en population.5

De 1760 à 1800 : Akwesasne et la transition au régime britannique

Akwesasne faisait partie de ce qu’on appelait les Sept Nations canadiennes. Il s’agissait des nations autochtones qui étaient situées en Nouvelle-France, alliées des Français et vivant dans des réserves. Les Sept Nations se trouvaient à Lorette, à Wolinak, à Odanak, à Kahnawake, à Kanesetake, à Akwesasne et à La Présentation. Après la chute de Québec, en 1760 les Sept Nations ont négocié le traité d’Oswegatchie, confirmant leurs intentions de neutralité. Cette entente se poursuivra sous le régime britannique.6

En 1794 entre en ligne de compte le traité de Jay. L’article III de ce traité concernait spécifiquement des communautés comme celle d’Akwesasne qui étaient situées sur les frontières américaines et canadiennes. Cet article permet entre autre le passage libre et sans frais des membres des communautés autochtones. Cependant, ce traité en était un entre les États-Unis et la Grande-Bretagne et non entre les communautés des premières nations. Il ne donne pas spécifiquement des droits de passage aux frontières aux premières nations. Ce traité montrait tout de même l’importance des amérindiens dans les relations diplomatiques entre ces deux gouvernements.7

Portrait d'un Mohawk
Portrait d’un Mohawk

La soumission

En 1815, le traité de Ghent est établi. L’article IX de ce traité marque la fin des hostilités entre les membres des premières nations et les États-Unis. Il devrait aussi permettre aux Premières nations de se récupérer leur possessions, droits et privilèges qu’ils avaient avant 1811, avant les hostilités.8

Au cours du siècle, les mohawks du Québec et de l’Ontario s’intègrent aux blancs. Ils délaisseront les maisons longues pour des maisons standards.9 Il s’agit donc d’un exemple de la perte d’identité qui s’est faite. Ils seront aussi recrutés pour transporter l’armée du général Garnet Wolseley sur le Nil en 1884-1885.10

En 1888, la communauté d’Akwesasne a l’honneur de devenir le « Feu » de la nation Mohawk. Le terme est utilisé un peu pour dire qu’il en devient le siège principal.11

  1. Voir les Mohawks sur l’Encyclopédie canadienne []
  2. Voir les Mohawks de la vallée du Saint-Laurent sur l’Encyclopédie canadienne []
  3. Voir les Mohawks sur l’Encyclopédie canadienne []
  4. Voir Treaties Honoring Aboriginal Trade and Border Crossing Rights sur le site officiel d’Akwesasne []
  5. Voir Saint Regis sur l’Encyclopédie de l’histoire du Québec du Collège de Marianopolis []
  6. Voir les Sept Nations sur l’Encyclopédie canadienne []
  7. Voir Aboriginal Border Crossing Rights and the Jay Treaty of 1794 sur le site officiel d’Akwesasne []
  8. Voir Aboriginal Border Crossing Rights and the Jay Treaty of 1794 sur le site officiel d’Akwesasne []
  9. Voir les Mohawks de la vallée du Saint-Laurent sur l’Encyclopédie canadienne []
  10. Voir les Mohawks sur l’Encyclopédie canadienne []
  11. Voir Haudenosaunee sur le site officiel d’Akwesasne []

3 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Gébé Tremblay Le 8 septembre 2008 à 16h06

    Votre source l’Encyclopedie Canadienne est truffée d’erreurs et le récit est clairement de la propagande fédérale. La fondation Bronfman n’est absolument pas une source objective. Des expressions telles que “La nation Mohawk est vaincue par Champlain” cherchent à faire mal parraître les francophones. Le territoire Mohawk était le Maine jusquà New York et c’est par expéditions guerrières qu’ils traversaient le St-Laurent chez les Algonquins, Montagnais et Canadiens (Iroquois aussi) et Français (Champlain). Parler de nation vaincue est ridicule. En 1609, pendant que Champlain gagne sa bataille contre quelques Mowaks, cette nation fait alliance avec les Danois à New York. Les meilleurs références pour l’histoire des Mohaws sont sur les sites américains, qui n’ont pas de raisons politique de biaiser le récit tel l’Encyclopédie Canadian.

  2. 2 Dave Le 8 septembre 2008 à 17h11

    Intéressant commentaire. Je dois avouer que je n’ai pas cherché énormément du côté américain, et je suis aussi conscient que bien des parties de l’histoire peuvent être biaisée à un moment où à un autre et ce pour différentes raisons.

    Il est possible que la source Encyclopédie Canadienne soit biaisée et même mensongère… c’est un peu pour ça que j’ai quand même cherché plusieurs autres sources..

    Cependant, j’espère que ce n’est pas mon texte au complet que tu qualifies de propagande fédérale, car ce n’était absolument pas l’intention au départ, de toute façon c’est très difficile (pour ne pas dire impossible) de présenter le gouvernement fédéral positivement dans le dossier autochtone…

    Merci du commentaire, ça permettra aux autres lecteurs de pouvoir faire la part des choses.

  3. 3 fred Le 14 septembre 2008 à 21h14

    Non, ton texte ne contient pas de propagande, Dave parle de l’année 1609 et ton bout est correct: “En 1609 et 1610, la nation Mohawk est vaincue par ses adversaires nordiques grâce à l’aide de Champlain”.

    Ce n’est pas les français qui attaquent les iroquois comme le disent certains sites web mais bien d’autres indiens avec un support des français.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 442 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 834 a été rédigé par AmériQuébec il y a 12 ans et 1 mois, le lundi 1 septembre 2008.

Il y a 3 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Politique, Amérique, Les peuples autochtones, Québec, Canada.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: CAQ: des Mexicains pour distribuer des tracts de Claire IsaBelle? Un article ((Des employés mexicains au service de Claire IsaBelle)) du Valleyfield Express, publié hier vendredi, informe que « des Mexicains, qui [...]

2007: Pas d’accommodements linguistiques aux anglos par la faute d’Harper! On a appris la semaine dernière que la Cour d'appel du Québec souhaitait rendre invalide l'article 104 destiné à rendre [...]

2006: Mon automne très chargé… C'est bien beau parler de Mexico, si j'en revenait à moi? Cet automne, c'est la rentrée universitaire.. c'est aussi la [...]

2006: Ursula Martinez: Vidéo du Strip-Tease de la magicienne à Juste Pour Rire Avez-vous entendu parler du numéro d'une magicienne se dénudant au Festival Juste Pour Rire afin de démontrer ses tours de [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages