Le mercredi 22 août 2012

PolitiqueQuébec

Pauline Marois est une nuisance au PQ et au projet d’indépendance

Le PQ a une bonne équipe, mais Pauline Marois marque dans son propre filet... trop souvent

Campagne électorale québécoise 2012Actualités ]

Par Sylvain

Il faut plutôt expliquer aux Québécois les raisons de faire du Québec un pays, et non pas tenter de leur aménager une chambre «cozy» (désolé Pauline pour le mot anglais) au sous-sol du Canada avec un projet de citoyenneté provincial en se mettant à dos les anglophones et les Premières Nations.

Pauline Marois, cheffe du Parti québécois (PQ), a encore gaffé, et c’est toute une «boulette». Elle a peut-être une belle équipe, mais ça ne sert absolument à rien la belle équipe si la cheffe marque dans son propre filet.

En voulant faire la promotion de son projet de citoyenneté québécoise, que l’on retrouve dans un projet de loi qu’elle a présenté en 2007, soit le projet de loi 195 sur l’identité québécoise1, Pauline Marois aura réussi à irriter la communauté anglophone et les Premières Nations.

La Presse2 rapporte que Pauline Marois, en conférence de presse mardi dernier,  «avait dû préciser les contours de sa promesse d’instaurer une citoyenneté québécoise» et qu’elle «disait vouloir interdire aux anglophones, aux autochtones et aux nouveaux arrivants de se présenter aux élections s’ils n’ont pas une “connaissance appropriée” du français.»

Rappelons que le 8 août dernier, Pauline Marois suppliait presque la communauté anglophone du Québec de voter pour le PQ, mais mardi elle leur disait que si elle est élue, ils ne pourraient peut-être plus voter s’ils ne réussissaient pas un examen de français. Un but dans son propre filet pour madame Marois!

Dans un communiqué de presse, l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador3 a aussi  accusé le PQ de vouloir «imposer sa loi». Le journal Métro4 rapporte que Ghislain Picard, le chef de l’Assemblée, a déclaré  dans le communiqué qu’«aucune des Premières Nations au Québec» n’acceptera de se faire imposer «une loi étrangère adoptée par un gouvernement provincial». GOUVERNEMENT PROVINCIAL! C’est ça la gouvernance souverainiste…

Donc voilà le deuxième but de Pauline Marois marqué dans son propre filet. Ce n’était pas vraiment une bonne idée de se mettre à dos les Premières Nations, surtout quand on est la cheffe d’un parti qui voudrait éventuellement faire du Québec un pays, et d’être en mesure de négocier avec les Premières Nations.

Tout ça démontre que de faire «comme si» n’est pas la bonne stratégie. Le PQ, avec cette affaire, a l’air amateur. En ce qui concerne les anglophones, madame Marois a l’air hautement hypocrite.

Le PQ a corrigé le tir en publiant un communiqué de presse en début d’après-midi mercredi, mais le mal est déjà fait. Dans ce communiqué, on peut lire que « la citoyenneté québécoise serait automatiquement accordée à tous les citoyens vivant sur le territoire du Québec au moment de l’adoption de la loi. Par la suite, les nouveaux arrivants pourraient obtenir leur citoyenneté québécoise en démontrant une connaissance appropriée du Québec et de la langue française.5».

Enfin, ça reste un projet de citoyenneté provincial. Les immigrants, en venant au Québec, vont quand même arriver au Canada. Ce n’est pas en changeant les meubles de place que le Québec va devenir un pays, et Pauline Marois vient de le démontrer. Jamais Pauline Marois ne pourra faire un référendum avec cette stratégie puisqu’elle n’est pas en train de convaincre les indécis.

Il faut expliquer aux Québécois les raisons de faire du Québec un pays, et non pas de leur aménager une chambre «cozy» (désolé Pauline pour le mot anglais) au sous-sol du Canada avec un projet de citoyenneté provincial en se mettant à dos les anglophones et les Premières Nations.

  1. Projet de loi n°195 : Loi sur l’identité québécoise []
  2. Citoyenneté québécoise: le PQ forcé de corriger le tir []
  3. Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador []
  4. Citoyenneté québécoise: réactions et réajustements []
  5. Le Parti Québécois veut faire du français la langue incontournable au Québec []

4 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean-Yves Levesque Le 23 août 2012 à 4h46

    Nous le savons que les autochtones ont eu des relations avec le Canada anglais beaucoup plus soutenues qu’avec le provincial.On sait qu’ils aiment l’aide financière et autres supports qui leur arrivent peu importe la langue et on leur doit plus de respect qu’ils en ont reçu d’Ottawa.Cela dit ,on aimerait aussi de la considération pour les efforts que les Québecois déploient pour bien s’entendre avec eux.On devrait leur proposer des cours de notre langue ou bien qu’ils viennent nous enseigner la leur à leurs frais afin de s’assurer qu’on puisse mieux communiquer entre nous.

  2. 2 Kalinka Le 23 août 2012 à 12h27

    Madame Marois avait dû ” préciser les contours de sa promesse d’instaurer une citoyenneté québécoise» et qu’elle «disait vouloir interdire aux anglophones, aux autochtones et aux nouveaux arrivants de se présenter aux élections s’ils n’ont pas une “connaissance appropriée” du français.» (DIXIT)

    C’est exactement ce que madame Marois a dit. Au départ, au temps PROPICE elle va d’abord demander aux Québécois s’ils sont maintenant d’accord pour un référendum sur la Souveraineté ; c’est tout à fait normal que les Québécois soient d’accord avec cette procédure.

    De plus, contrairement à monsieur Charest, elle INSISTE pour dire qu’ELLE SERA, ELLE, À L’ÉCOUTE DES QUÉBÉCOIS. C’est bien ce que les Québécois répètent depuis 10 ans : nos gouvernements ne sont pas à l’écoute des Québécois. ELLE, elle va le faire.

    Pour revenir à la déclaration de madame Marois, nous sommes un Peuple FRANCOPHONE, il est tout à fait logique d’interdire aux anglophones, aux autochtones et aux nouveaux arrivants de se présenter aux élections s’ils n’ont pas une “connaissance appropriée” du français.»

    Comment voulez-vous que la Nation québécoise AVEC UNE IDENTITÉ FRANCOPHONE depuis 400 ans les comprenne s’ils ne parlent pas UN MOT DE FRANÇAIS ? Votre point de vue ne tient pas la route. Vous refusez carrément d’être gouvernée par UNE FEMME. C’est ça la vraie raison. Madame Marois, qui avait un anglais pitoyable, a fait l’effort d’apprendre à parler maintenant un ANGLAIS très potable, malgré tout son travail comme chef du PQ. Une femme admirable ! Beaucoup d’hommes ne lui arrivent pas à la cheville.

    Tout ce que madame Marois dit, vous vous faites un plaisir de donner une interprétation fausse de ses déclarations.

    Avec Charest et son déficit de 218 MILLIONS et un système de santé désastreux, vous allez voter encore pour lui ?

    Avec la CAQ qui change d’idées à tout coup de champ; un parti nouveau qui a 94 engagements fermes et qui n’a jamais gouverné; qui veut faire un grand ménage; qui dit avoir les mains propres, MAIS voulez-vous bien me dire sur quelle planète tous ces SAINTS HOMMES IMBUS D’EUX-MÊMES viennent ? ET VOUS ÊTES PRÊTS À LEUR DONNER LES CLÉS DU POUVOIR dans une période d’instabilité mondiale ? Moi, à votre place, j’aurais terriblement peur de la CAQ.

    Revenez à la réalité et soyez logiques !

    POUR UN VOTE FORT, je vous en prie, allez tous votés. VOTEZ POUR QUI VOUS VOULEZ, MAIS VOTEZ !

    MAIS, FAITES PREUVE D’INTELLIGENCE ET DE GROS BON SENS !

  3. 3 antoine beaule Le 23 août 2012 à 15h26

    lindependance comme la liberte ne quemande pas elle se prend.bonne reception.antoine beaule.

  4. 4 Jacques Dupont Le 23 août 2012 à 23h20

    Tout à fait d’accord avec Kalinka. Il faut replacer le Québec sur ses rails avant de partir en peur avec un projet souverainiste. L’impatience risquerait de nous mener à notre perte. On ne pas peut faire de référendum à tous les 3-4 ans. Avec un peu de sagesse et d’honnêteté, on devrait y parvenir cette fois-ci. Patience et risque calculé ne pourront que servir à la cause tant attendue.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Articles rédigés: 346 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 559 a été rédigé par Sylvain il y a 8 ans et 3 mois, le mercredi 22 août 2012.

Il y a 4 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Campagne électorale québécoise 2012, Politique.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2010: Les Canadiens ne veulent pas de Tamouls dans leur cour canadienne Le Canada, cette grande terre de liberté si accueillante où il est parfois possible de retrouver des Canadiens, se retrouve [...]

2009: Sortir gagnant de la crise économique, c’est encore possible De passage dans la circonscription de Rousseau, mardi, la chef du Parti Québécois s’est adressée au demi-millier de militants réunis [...]

2009: Le PQ dénonce le fédéral et exige tous les pouvoirs en immigration Prenant la parole devant les manifestants réunis aujourd’hui à Montréal en marge de la Journée mondiale de l’action humanitaire, le [...]

2009: Élection partielle dans le comté de Rousseau Mardi soir, à St-Lin, plus de 500 militants du Parti Québécois de la circonscription de Rousseau ont accueilli Nicolas Marceau [...]

2009: Étude sur l’avenir des régions du Québec À l'attention de M. Carol Néron, Éditorialiste dans Le Quotidien de Chicoutimi. Dans votre éditorial du samedi 15 août 2009, vous [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages