Le mercredi 22 juin 2011

QuébecPolitique

Vers un nouveau parti indépendantiste?

Il nous faut nous tourner vers la Catalogne pour nous en inspirer

L'indépendance du QuébecCatalogne ]

Par RRQ

Les Catalans ont à l’évidence mieux compris que nous qu’une coalition arc-en-ciel au sein d’un même parti politique a ses limites, que cela ne peut durer indéfiniment. Le PQ a longtemps été ainsi constitué, avec les drames à répétition que cela représente; on a eu une myriade d’occasions nous permettant de le constater.

Les démissions des Louise Beaudoin, Lisette Lapointe, Pierre Curzi, mais surtout Jean-Martin Aussant, ont été accompagnées de rumeurs à l’effet qu’un nouveau parti indépendantiste pourrait voir prochainement le jour au Québec, se retrouvant sur la même ligne de départ que ce Parti Québécois usé qui ne cesse de regarder dans une direction autre que la liberté. Serait-ce une bonne chose? Serait-ce envisageable? Depuis que je fréquente assidûment le mouvement indépendantiste catalan, je constate qu’il y a des choses qu’ils font moins bien que nous, certes, mais d’autres qu’ils réussissent vraiment mieux que nous. Entre autres, la répartition des forces indépendantistes au sein de différents partis politiques.

Les Catalans ont à l’évidence mieux compris que nous qu’une coalition arc-en-ciel au sein d’un même parti politique a ses limites, que cela ne peut durer indéfiniment. Le PQ a longtemps été ainsi constitué, avec les drames à répétition que cela représente; on a eu une myriade d’occasions nous permettant de le constater.

La gauche la plus passionnée a fini par claquer la porte du PQ pour ainsi former Québec solidaire. Les indépendantistes les plus décidés ont progressivement quitté le PQ, qui pour rentrer dans leurs terres, qui pour militer dans des organisations de la société civile comme la Société Saint-Jean-Baptiste ou Cap sur l’indépendance.

L’évidence est que la gauche passionnée a mieux compris l’importance des partis politiques que le groupe des indépendantistes les plus décidés qui se retrouvent aujourd’hui sans influence certaine sur un parti politique digne de ce nom.

À ce chapitre, je crois qu’il nous faut nous tourner vers la Catalogne pour nous en inspirer.

Je l’ai déjà écrit, mais je me permets de me répéter, et ce, parce que les évènements des derniers jours redonnent une pertinence certaine à la présentation qui suit. En Catalogne, les souverainistes mous ont leur parti politique: Convergencia i Unio qui forme présentement le gouvernement à la Generalitat. Ces députés y travaillent aux côtés de la gauche indépendantiste catalane qui se retrouve au sein d’Esquerra Republicana de Catalunya. Jusqu’ici, ça ressemble passablement au Québec, où nous avons un PQ pour les mous et QS pour les patriotes socialistes. Et les purs et durs? En Catalogne, ils viennent de se donner leur propre parti politique qu’ils ont baptisé Solidaritat catalana per la Indpendencia. Lors des dernières élections, ils sont parvenus à faire élire quatre députés, ce qui leur permet de brasser la cage davantage que jamais et qui donne une influence énorme au courant pur et dur. Vous me voyez venir?

Depuis les démissions fracassantes des quatre députés péquistes, on entend de plus en plus parler d’un nouveau parti indépendantiste. Il y a même une pétition qui circule présentement et dont l’objectif est de convaincre les Aussant, Curzi et Lapointe de franchir le Rubicon et de fonder réellement un nouveau parti indépendantiste qui livrera certes compétition au PQ, mais qui pourra travailler avec lui – et avec QS – lorsque le temps sera enfin venu de sortir le Canada du Québec.

Si cela était, l’on se retrouverait dans un contexte comparable à la Catalogne, ce qui serait à l’évidence une bonne chose. Chacun dans son coin, ce qui ménage les susceptibilités de tout un chacun en leur assurant une prégnance certaine, mais le temps venu, tous ces partis pourront quand même – et mieux- travailler ensemble. Qui pourrait prétendre qu’il ne serait pas plus avantageux, lors du prochain grand combat indépendantiste, de nous retrouver face à une coalition unissant le PQ, QS, le parti des purs et durs et le Bloc Québécois plutôt que face à une coalition similaire à celle de 1995 au sein de laquelle on retrouvait l’ADQ aux passions souverainistes plus que limitées; les fédéralistes y étant déjà présents en grand nombre?

Bien sûr, certains pourraient dire qu’il ne sera jamais avantageux de diviser le vote indépendantiste comme je le propose ici. Or, il se trouve que le contexte a considérablement changé au Québec. Nous ne nous retrouvons plus dans une dynamique exclusivement bipartiste qui a mené le PQ et les libéraux à se livrer une lutte acharnée au cours des dernières décennies, l’alternance suffisant pour échanger périodiquement les rôles (pratiquement à tous les huit ans).

Aujourd’hui, l’offre politique est morcellée. Grandement morcellée. L’électorat francophone est considérablement divisé entre le PQ, QS, l’ADQ et prochainement le parti de Legault, alors que les libéraux ne conservent à peu près plus que le soutien des anglophones et des allophones. Dans de telles circonstances, il faut prévoir l’élection régulière de gouvernements minoritaires. Ce qui signifie que des alliances risquent d’être conclues, ce qui apporte de l’eau au moulin de ma cause.

Car c’est là qu’il sera avantageux d’avoir plusieurs partis poursuivant, chacun à leur façon (plus ou moins passionnément si j’ose dire), le projet de pays du Québec. Pendant que QS mènera le combat pour la défense de nos droits sociaux, le PQ pourra parler d’amphithéâtre, et pendant ce temps-là, le parti des purs et durs se concentrera sur le combat pour la liberté. Dans des partis séparés, ils seront tous beaucoup plus efficaces, et c’est le Québec qui y gagnera au change. Et lorsque le temps de faire l’indépendance arrivera, ils pourront tous travailler ensemble, apportant chacun un point de vue particulier dans l’alliance qui sera ainsi conclue.

Ces dernières années, j’ai toujours douté qu’il puisse être possible de mettre sur pied un parti pur et dur. Certains s’y étaient essayé et s’étaient cassé les dents. Mais depuis les démissions fracassantes, les temps ont changé. L’occasion se présente enfin vraiment. Si Aussant, Curzi et Lapointe décidaient de se lancer dans l’aventure, ils réussiraient, j’en demeure persuadé, à mettre sur pied une véritable force politique pure et dure. Ces gens ont suffisamment d’influence pour espérer mener à bien pareille mission. Je les invite fortement à considérer cette option. S’ils font le pas, je serai le premier à applaudir et à les soutenir. Et vous savez quoi, je serai loin d’être le seul.

Comme on dit: qui vivra verra!

4 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean Rousseau Le 23 juin 2011 à 13h22

    “L’ANIMAL NAZI”

    Voici le titre peu flatteur qu’avait choisit un rabbin pour donner le ton à son article. La masse aura tôt fait de croire par là que les allemands se trouvent affectés d’un tort congénital singulier.

    Cette conclusion trop hâtive s’appuie sur une conception erronée concernant l’acquisition d’idées. Ce qui peu apparaître de la réflexion n’est le plus souvent que de l’imitation (ou de l’identification). Mais le problème avec ces mécanismes (de raccourci) c’est qu’il emprisonne la pensée tel le délire (1). C’est pourquoi (même avec un Q.I. élevé) l’indépendantiste québécois foncera tête baissée dans l’action tout en étant incapable de se questionner sur la faisabilité ou non (ou le bien-fondé) du projet collectif. Parce que l’intelligence (linéaire) nécessaire pour fonctionner à l’intérieur de cadres n’est pas de même nature que la conscience qu’il faut pour se sortir de là (holistique).

    Sinon certains auraient répondu à la question déterminante ; qu’est qui empêcherait les Anglais de se comporter à notre endroit pareillement qu’avec les Acadiens de jadis en cas d’un référendum gagnant ?

    (1) La vérité s’assimilera, mais le délire (au contraire) occasionnera un repli sur soi caractéristique des convertis lesquels tentent de se fuir en se surévaluant (le peuple de Dieu).

    Je demande l’appui des personnes afin de fonder l’Assemblée du peuple, dont l’objectif serait d’aiguiller les politiciens vers une riche vision d’ensemble. Aussi pour créer un rapport de force qui serait susceptible d’accélérer l’évolution. L’hypothèse de départ est l’idée qu’une fédération innovatrice où les provinces s’achemineraient à l’indépendance se trouverait plus défendable que toute autre.

    Jean Rousseau, B. Ps
    Éducateur sénior (individu & peuple)
    Courriel ; jeanrousseau1956@live.ca

  2. 2 Réjean Le 24 juin 2011 à 0h23

    En réponse à Monsieur Rousseau,

    Pour commencer je vous avouerai que, moi pauvre indépendantiste au Q.I. bas, je n’ai pas fréquenté les bancs des universités. Mais, est-il besoin d’avoir la tête bourrée de connaissances pour constater que vous vous décrivez vous-même dans votre texte en parlant du délire. Parlons donc de votre délire.

    En principe, on laisse ici un commentaire. Mais vous, vous laissez non seulement une insulte envers les indépendantistes du Québec comme les Allemands le faisaient envers les Juifs, vous laissez en plus un appel à ceux qui voudraient bien joindre vos rangs pour promouvoir votre fausse conception du canada soit-disant humaniste: mon oeil!.

    Alors pour vous, contrôler l’immigration afin de diluer les francophones au Québec c’est de l’humanisme?

    Vous délirez vous-même mais vous en êtes inconscient.

    Croyez-vous vraiment que votre soit-disant assemblée
    aurait un quelconque pouvoir, si ce n’est que d’être utilisée par des manipulateurs dans votre genre uniquement pour donner une mauvaise image des indépendantistes, en particulier des québécois, avec vos textes faux.

    Selon votre texte, vous craignez tellement la réaction des anglophones en faisant référence à la déportation des Acadiens que vous préférez ramper devant celui qui vous tient en laisse et vous enlève tout contrôle sur votre propre existence.

    Les indépendantistes sont des gens comme vous mais qui ont plutôt choisi de promouvoir l’existence et l’émancipation de leurs semblables.

    Pensez-y Monsieur Rousseau.

  3. 3 Réjean Le 24 juin 2011 à 2h06

    En réponse à Réseau de Résistance du Québécois,

    Je pense comprendre votre point de vue de partis indépendantistes existants donc au sein d’un même gouvernement mais de nombre de députés et de tendances différentes. Ces partis sont ou seraient cependant tous en faveur de l’indépendance du Québec sans pour autant nécessairement la réaliser maintenant.

    Je suis indépendantiste, probablement pur et dur. Mais le qualificatif de pur et dur fait référence ici à l’urgence de réaliser l’indépendance du Québec, comme vous le dites si bien, en sortant le canada du Québec. Je vous cite: “lorsque le temps sera enfin venu de sortir le Canada du Québec”.

    Ne croyez-vous pas que le temps c’est à présent?

    Entre autres pouvoirs que nous québécois perdons, je constate qu’Ottawa contrôle l’immigration et il est évident à Montréal que l’anglais est en train de devenir la langue parlée.

    Vous avez nommé certains partis dits souverainistes ainsi que l’ADQ et le parti libéral qui sont clairement fédéralistes. Vous avez même parlé d’un éventuel nouveau parti qui serait indépendantiste alors qu’il en existe déjà un depuis 4 ans, le Parti Indépendantiste de Monsieur Éric Tremblay. Pourquoi ne pas se tourner vers celui-ci?

    Mais vous n’en faites pas mention.

    Le programme dudit parti politique est très clair et sans contradictions concernant les mesures à prendre pour réaliser l’indépendance du Québec, de même que pour gérer le Pays du Québec. On y note aussi que si le parti est élu majoritaire, dès la mise en place du gouvernement, je cite: “Déclaration d’Indépendance par l’Assemblée nationale”. Donc, le Québec proclame alors son indépendance et sort le canada du Québec sans pseudo référendum.

    J’aurais aimé que vous mentionniez le Parti Indépendantiste de Monsieur Éric Tremblay qui est le seul à parler de l’indépendance du Québec et de sa sortie de la fédération canadienne pour enfin permettre à la nation québécoise d’exister pleinement et de s’émanciper.

    Selon moi, les Aussant, Curzi et Lapointe s’étant désistés du PQ, et s’ils sont vraiment indépendantistes, devraient aller discuter avec Monsieur Éric Tremblay, chef du Parti Indépendantiste du Québec, de leur adhésion audit Parti.

    La question de la langue française est tout aussi importante que tous les autres aspects touchant notre nation et celles-ci sont en péril. On ne dois pas le prendre à la légère.

    Il est temps d’agir!

  4. 4 Jean Paul Tellier Le 24 juin 2011 à 6h27

    Pas besoin de ça.Pas besoin de la Catalogne.Le Québec est assez grand maintenant.Il sait faire sans les étrangers, ignorants de ce qu’il est et de ce qu’il veut bâtir,illettrés des talents et des capacités des citoyens du Québec.

    Surprise pour l’automne 2011.Le couronnement d’un nouveau chef au PQ,retour des brebis égarées.Création d’une nouvelle coalition des indépendantistes autour du nouveau chef.Remontée dans les sondages.Combat à finir avec Legault pour le prise du pouvoir à l’Assemblée nationale.Si non,bye,bye,l’arrivée du pays Québec de mon vivant.J’ai eu 67 ans le 24 juin. http://bit.ly/ldCnel

    Entretemps,voyager et lire le Québec, avec des petites frettes. http://bit.ly/lerEm0

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Patrick Bourgeois

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 151 articles

Profil: Le RRQ est une organisation de résistance qui considère l’indépendance du Québec comme nécessaire à la survie et au développement de la nation québécoise. Il tire son inspiration de toutes…

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 1,019 a été rédigé par Réseau de Résistance du Québécois il y a 9 ans et 4 mois, le mercredi 22 juin 2011.

Il y a 4 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Catalogne, Politique, Québec, L'indépendance du Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2011: L’amateurisme du NPD dans toute sa splendeur Canoe a relevé un fait plutôt cocasse aujourd'hui. Tout a commencé par un geste noble: une simple carte de souhait [...]

2011: Manifestation contre le Prince William et Kate Middleton Comme vous le savez sans doute, le prince William et Kate Middleton seront le 3 juillet à 12h15 à l'Hôtel [...]

2011: Visite au Québec du Prince William et de Kate Middleton Le prince britannique William et son épouse Kate Middleton feront une visite officielle au Québec cet été, et à nos [...]

2011: Une base secrète de la CIA en construction au Moyen-Orient Des media américains font état de la construction par la CIA (Agence Centrale de Renseignement) d’une base aérienne secrète au [...]

2011: Dégelée du Bloc, crise du PQ: Vive l’indépendance! Si la démission de Pierre Curzi, Lisette Lapointe, Louise Beaudoin et Jean-Martin Aussant secoue tant le Parti québécois, c’est [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages