Le mercredi 9 mars 2011

SociétéQuébec

Pour en finir avec la surenchère de l’enseignement de l’anglais

Son caractère obligatoire risque en plus d’être contre-productif

L'état de la langue française ]

Par Mouvement Québec Français

Pour des raisons économiques, il serait plus avantageux tant qu’à faire de donner le choix aux écoliers d’apprendre d’autres langues, comme l’espagnol qui est parlé par 300 millions d’individus en Amérique, ou le mandarin qui est parlé par plus d’un milliard de personnes.

Après l’introduction de l’enseignement de l’anglais en première année du primaire, après l’imposition par bâillon de la loi permettant aux riches d’acheter le droit d’envoyer leurs enfants à l’école anglaise, le premier ministre libéral veut maintenant imposer que la moitié de la sixième année au primaire soit uniquement consacrée à l’enseignement de l’anglais.

Pourtant, l’enseignement de l’anglais au Québec a fait des progrès remarquables. Selon Statistique Canada, 85% des jeunes francophones au Québec ont évalué leur aptitude en anglais comme étant de passable à excellente. À l’extérieur du Québec, cette proportion est de 28% pour l’aptitude en français chez les jeunes non-francophones. Dans l’ensemble de la population québécoise, le bilinguisme a augmenté de 10% chez les francophones en 25 ans. Le Québec présente le plus haut taux de bilinguisme au Canada, sinon au monde. Que faut-il de plus pour satisfaire l’appétit insatiable et croissant de ce gouvernement pour l’anglais?

En outre, plusieurs intervenants du milieu de l’éducation considèrent qu’imposer la moitié de la 6ème année avec des cours d’anglais est à la fois difficilement réalisable, compte tenu des effectifs d’enseignants, et que son caractère obligatoire risque en plus d’être contre-productif. Dans les écoles qui offrent déjà le programme d’anglais intensif, on a conclu que seuls les élèves n’ayant aucun retard scolaire pouvaient le suivre.

«Dans les groupes d’anglais intensif, on apprend l’anglais la moitié de l’année, et on enseigne les autres matières le reste de l’année. Les élèves en difficulté seront incapables d’apprendre toute la matière en une demi-année. Pour eux, l’annonce du gouvernement est vraiment une mauvaise idée», a déclaré la présidente de la Fédération québécoise des directions d’établissements d’enseignement. De son côté, la présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement rapporte que les enseignants qui doivent donner la matière de base en une demi-année ont de la difficulté à couvrir l’ensemble du programme.

Le gouvernement Charest qui est prompt à dénoncer l’idée d’obligation lorsqu’on propose d’étendre les dispositions de la loi 101 au cégep, ne semble pas voir de contradiction de principe dans l’aspect obligatoire qu’il veut imposer à l’ensemble de la société québécoise. Il y a déjà beaucoup plus de Québécois bilingues que le nombre d’emplois nécessitant la connaissance de l’anglais. Pour des raisons économiques, il serait plus avantageux tant qu’à faire de donner le choix aux écoliers d’apprendre d’autres langues, comme l’espagnol qui est parlé par 300 millions d’individus en Amérique, ou le mandarin qui est parlé par plus d’un milliard de personnes. La connaissance de plusieurs langues constitue certes un enrichissement individuel, mais ne doit pas devenir un vecteur d’assimilation.

La mesure proposée par les libéraux sent l’improvisation et l’électoralisme. De plus, cette annonce survient alors que le français est en déclin rapide à Montréal (42% en 2051) et à moyen terme dans l’ensemble du Québec (72% en 2051), selon les prévisions du président du Comité de suivi de la situation linguistique à l’Office québécois de la langue française (OQLF). Selon lui, à part une diminution de l’immigration, seul un aménagement linguistique fondé sur les droits linguistiques collectifs et territoriaux permettrait d’assurer que le français soit la langue d’intégration et la langue commune au Québec.

Le français n’est toujours pas la langue commune des milieux de travail au Québec. Moins de la moitié des allophones travaillent en français. Les entreprises exigent de plus en plus la connaissance de l’anglais de façon injustifiée, même pour des emplois en régions entièrement francophones. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que des parents francophones soient catastrophés à l’idée que leurs enfants ne soient pas suffisamment bilingues à la sortie du secondaire.

Alors que le taux de diplomation des francophones à tous les niveaux d’études est inquiétant, les libéraux n’ont rien de plus intelligent à proposer que plus d’anglais et du tape-à-l’oeil avec l’achat de tableaux interactifs dans toutes les classes. Nous pensons qu’il vaudrait mieux renforcer l’enseignement des matières de base et prendre les mesures qui s’imposent afin de contrer le décrochage scolaire.

On oublie qu’un des principaux objectifs de la loi 101 était de franciser l’économie pour améliorer les perspectives économiques des francophones. Or, cet objectif essentiel n’est toujours pas atteint. Le revenu annuel moyen des anglophones est de 4000 dollars supérieur à celui des francophones. En laissant les milieux de travail au Québec s’angliciser, on favorise la concentration de toutes les ressources à Montréal.

Par ailleurs, le surfinancement des institutions collégiales et universitaires anglophones favorise l’exode et l’anglicisation d’une partie importante de la main-d’oeuvre hautement spécialisée qui pourrait apporter une contribution importante aux régions du Québec. Par exemple, on est en train de construire au coût de plus de 2 milliards un mégahôpital universitaire anglophone qui forme principalement des médecins pour le reste du Canada et les États-Unis, alors qu’on devrait plutôt décentraliser la formation universitaire afin de contrer la grave pénurie de médecins dans les régions du Québec.

Si un sérieux coup de barre n’est pas donné pour renforcer le français au Québec, nous nous retrouverons devant un choix de plus en plus difficile et incontournable: s’angliciser ou redevenir des porteurs d’eau.

2 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Paul Gutman Le 10 mars 2011 à 11h46

    L’apprentissage de l’anglais en soi n’est pas mauvais. Au contraire, l’apprentissage d’une deuxième est louable et digne d’encouragement. Moi-même, je maîtrise les deux langues et je trouve que cela m’enrichit. En même temps, je vous avoue que j’ai une couple de problèmes avec le bilinguisme proposé par Jean Charest. Je m’explique.

    Premièrement, le bilinguisme proposé par monsieur Charest va en sens unique, à moins que je comprenne mal la situation. (Et je ne crois pas que ça soit le cas!). Monsieur Charest veut OBLIGER les Francophones du Québec à suivre des cours d’anglais intensif, mais où sont les cours obligatoires de français pour les Anglophones? Ces exigences linguistiques devraient être réciproques, et puisqu’elles ne le sont pas, beaucoup de Francophones au Québec (et ailleurs) se voient comme des citoyens de deuxième classe CHEZ EUX! Ceci est injuste; je comprends (et partage) leur colère.

    Deuxièmement, chez les jeunes, les fautes d’orthographe en français sont nombreuses. Les jeunes d’aujourd’hui écrivent bien souvent des bêtises comme “ki” au lieu de “qui”, “ke” au lieu de “que”, et “Sa s’est beau” au lieu de “Ça, c’est beau!” L’apprentissage intensif de l’anglais en sixième année ne règlera pas ce problème chez les Francophones de la nouvelle génération. Monsieur Charest a mis la charette devant les boeufs! C’est beau d’apprendre une deuxième langue, mais il me semble que les jeunes Francophones devraient mieux maîtriser les rudiments de leur langue maternelle tout d’abord.

  2. 2 LaMotte Le 16 mars 2011 à 22h46

    Témoignage d’un zéro néophyte en politique

    Mon français est a ***** mon anglais le suis de pas très loin. Je me sacre pas mal que le monde parle anglais ou français, au besoin je m’adapterai. On dirait une guerre de religion et ça me fait chier.

    Charest c’est un croche, c’est bouette par-dessus bouette comment ça se fait qu’on la dans les jambes depuis deux mandats. Charest est au pouvoir, je ne peux pas expliquer comment, mais selon un raisonnement logique qui est le mien, on est foutu.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 32 articles

Profil: En tant que citoyens et citoyennes du monde, nous avons la responsabilité de défendre et de promouvoir la différence culturelle et linguistique du Québec.

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 830 a été rédigé par Mouvement Québec Français il y a 8 ans et 9 mois, le mercredi 9 mars 2011.

Il y a 2 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Société, Québec, L'état de la langue française.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2013: L’attaque du lapin tueur En avril 1979, le président des États-Unis était en train de pêcher seul dans une barque tout près de son [...]

2011: QuébecLeaks est lancé QuébecLeaks a mis en ligne ce matin un site à partir duquel la population québécoise pourra désormais soumettre des documents [...]

2011: Le BAPE remet son rapport sur les gaz de schiste N.B.: Le rapport de 324 pages du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement concernant les gaz de schiste est disponible ici [...]

2011: Discours inaugural de Jean Charest Caroline a accepté que nous la filmions pendant qu'elle écoutait le discours inaugural de Charest. Merci Caroline ! [youtube d4ik8Hn0jHo] Michel Laurence

2010: Le combustible LVRF améliorerait vraiment la sécurité des centrales nucléaires CANDU La Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) se dit convaincue que l'usage d'un nouveau combustible LVRF (Low Void Reactivity Fuel) [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages