Le mardi 27 octobre 2009

QuébecSociété

La loi 104 et les effectifs de l’école française

Nouvelles brèvesL'état de la langue française ]

Par SSJB

Adoptée en juin 2002, la loi 104 fermait un « trou » dans la Loi 101, soit la possibilité pour les parents d’obtenir l’accès de leurs enfants à l’enseignement public en anglais en les plaçant d’abord à l’école privée anglaise non subventionnée. C’est cette même loi 104 que le jugement de la Cour suprême du Canada vient d’annuler.

À la fin de 2004, on pouvait observer qu’au Québec, depuis treize ans, l’école française cédait lentement du terrain à l’anglaise. En 1991-92, le primaire français rassemblait 90,54% des élèves, un record historique. Puis, sa part s’est effritée à chaque année, atteignant 88,49 % en 2004-05. Inversement, le primaire anglais passait de 9,46 % à 11,51 % des élèves.

Le glissement annuel paraît insignifiant. Ce qui compte, c’est la tendance. Elle ne cessait de favoriser l’anglais, jusqu’en 2004-05.

Une tendance qui s’estompe puis disparaît après l’adoption de la loi 104.

Adoptée en juin 2002, la loi 104 fermait un « trou » dans la Loi 101, soit la possibilité pour les parents d’obtenir l’accès de leurs enfants à l’enseignement public en anglais en les plaçant d’abord à l’école privée anglaise non subventionnée. La loi 104, bien qu’elle ne soit pas le seul facteur en cause, semble avoir atteint son objectif: à partir de 2004, le gain annuel de l’école anglaise est plus faible et devient légèrement négatif en 2006-07.

C’est cette même loi 104, adoptée unanimement par l’Assemblée nationale du Québec, que le jugement de la Cour suprême du Canada vient d’annuler.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 31 articles

Profil: Fondée en 1834 sous le vocable « Aide-toi et le ciel t’aidera », la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal œuvre à la protection et à la promotion de la langue française,…

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 190 a été rédigé par Société Saint-Jean-Baptiste il y a 10 ans et 1 mois, le mardi 27 octobre 2009.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Nouvelles brèves, L'état de la langue française, Société.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2008: Bombardier lance la Série C La ville américaine de Kansas City était sur les rangs, mais les concessions du syndicat des machinistes de Bombardier semblent [...]

2008: L’éducation postsecondaire serait une solution à la crise économique « Nous nous inquiétons de la situation économique actuelle. À l'instar du premier ministre Charest, nous croyons qu'il est vital [...]

2008: Le PQ inquiet à propos de l’économie et l’avenir politique du Québec Les 500 militants qui étaient présents à la conférence nationale des présidentes et des présidents (CNPP) du Parti Québécois, réunis [...]

2006: Des résidences de 2 millions de dollars pour Jean-Charest Étrange histoire. Il y a quelques jours, le journal LE QUÉBÉCOIS a mis en évidence un fait surprenant. Selon toutes [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages