Le samedi 25 septembre 2010

QuébecPolitique

La Commission Bastarache devient la Commission de la complaisance

Dans le royaume de la corruption libérale, tout va pour le mieux dans le meilleur des monde

La corruption au royaume du Parti Libéral du Québec ]

Par AmériQuébec

Plusieurs Québécois sont déçus, mais en fait, Jean Charest l’avait lui-même annoncé la semaine dernière: il n’avait pas l’intention d’annoncer de très grandes surprises lors de son témoignage à la Commission Bastarache. C’est exactement ce qui s’est passé: rien!

Ceux qui s’étonnent de voir Jean Charest nier tout en bloc vivent probablement dans le même royaume du déni que Jean Charest lui-même. Comme prévu au plan de match, après cinq semaines de commission et alors que le témoignage de Jean Charest était très attendu, il s’est produit quelque chose à la commission: absolument rien.

Il fallait s’y attendre: le sérénissime Jean Charest lui-même avait annoncé la semaine dernière en conférence de presse qu’il ne fallait pas s’attendre à de grandes surprises lors de son témoignage. C’est donc un Jean Charest à l’allure détendue qui s’est présenté jeudi et vendredi à la commission Bastarache.

Plusieurs personnes félicitent la performance du Premier Ministre, comme si la vérité reposait finalement sur l’apparence. “Jean Charest a gardé son calme, il était souriant et il lançait même des blagues! Ce qu’il a dit doit être vrai dans ce cas!” C’est le genre de commentaire que l’on pourra entendre de la part des plus naïfs, ceux qui s’arrêteront aux détails superficiels de Jean Charest: sa coiffure, son sourire, son air de détente, sa patience….

Attendez un instant avant de croire tout ce que Jean Charest affirme! N’oubliez pas que le Premier Ministre est poussé par une très grosse machine libérale très huilée. Toutes les répliques de Jean Charest sont calculées, écrites d’avance. Jean Charest lui même est “coaché”. Depuis le temps qu’il ment aux Québécois (fausses promesses de baisses d’impôt, déni de collusion dans le monde de la construction…), Jean Charest sait très bien comment il doit réagir pour épater la galerie.

N’avez vous pas constaté que les réponses de Jean Charest étaient évasives? Que sa comparution devant la commission Bastarache ressemblait davantage à une vulgaire campagne de relations publiques destinée à soigner son image?

Tout d’abord, l’interrogatoire du procureur en chef de la commission, Giuseppe Battista, a été  tout à fait complaisante. À certains moments, je me souviens même avoir entendu Jean Charest poser lui-même des questions aux avocats! Depuis quand le témoin interroge?

De plus, je n’ai pu m’empêcher d’entendre la cassette libérale tourner en boucle, alors que Jean Charest spécifiait que lors de la nomination des juges, il avait des préoccupations de nommer des personnes juges selon leur sexe (ah, la fameuse égalité des sexes a le dos large!), leur âge (sous le couvert de “l’expérience”), et même selon le fait qu’il viennent des régions! Une véritable séance de flattage de bedaine.

Ce qui m’a troublé le plus cependant lors de la comparution de Jean Charest, c’est lorsqu’il affirme n’avoir aucun problème à ce qu’un collecteur de fonds rencontre chaque semaine la responsable des nominations, la toujours méconnue Chantal Landry. D’ailleurs, la Landry se présentera la semaine prochaine devant la commission. Une autre session de déni est à prévoir.

Comme plusieurs Québécois maintenant, je crois qu’on finira par savoir les “vraies affaires” à l’occasion du procès civil entre Jean Charest et Bellemare. N’étant pas limité par le mandat absolument flou de la commission, on aura l’occasion d’en apprendre davantage!

5 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 monette Le 25 septembre 2010 à 3h15

    allo

    je ne crois pas que M.Bellemarre a tout inventer cela, sans prendre pour lui,, et pour les autres témoins ses certain qu’ ils sauvent leurs peaux, qui vas payer cette facture,, hihi,, pauvre de nous,

    monette

  2. 2 Jean Paul Tellier Le 25 septembre 2010 à 17h18

    en complément de résumé

    « La Bastarache illustrée » en 6 tomes…..1 et 2 disponibles

    http://www.ameriquebec.net/actualites/2010/09/25/commission-bastarache-4831.qc

  3. 3 Adrien Le 26 septembre 2010 à 0h30

    Me Côté, l’avocate qui représente le Pouvoir administratif, aurait dû contre interroger monsieur Jean Charest. Elle avait pourtant questionné Me Marc Bellemare sur les devoirs qui incombent au ministre de la Justice dans la nomination des juges. Lorsqu’elle a entendu le Premier ministre s’arroger le droit de déroger à la loi, elle avait l’obligation d’intervenir et de le contre interroger sur ses devoirs. Elle n’a pas compris que son rôle n’est pas au service du Pouvoir politique devant cette commission.

  4. 4 Jean Paul Tellier Le 27 septembre 2010 à 14h57

    Normaux le mensonge,la corruption et les nominations des tizamis donnateurs.C’est comme ça que ça marche.Charest à l’aise avec le respect de la tradition.

    « Le mot parlement est former de deux verbes PARLER et MENTIR.» Gaétan Morneau,Boucherville

    « Il faut exiger de nos élus qu’ils laissent le volant à quelqu’un d’autre quand ils ont perdu le contrôle et qu’ils menacent de nous jeter dans le précipice faute de savoir conduire. »
    Lise Payette,Le Devoir,24 septembre 2010

    « Puissions-nous bientôt défaire et nous défaire enfin de ce pouvoir fantasque, fantoche, ridiculement retords et inefficace.Puissent nos mots, nos gestes, servir pour de vrai, pour de bon.Nous avons besoin, là, maintenant, d’une coalition solidaire et grande .»
    France Bonneau,Tribune de Vigile,26 septembre 2010

  5. 5 Jean Paul Tellier Le 27 septembre 2010 à 14h59

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 442 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 488 a été rédigé par AmériQuébec il y a 10 ans et 2 mois, le samedi 25 septembre 2010.

Il y a 5 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous La corruption au royaume du Parti Libéral du Québec, Québec, Politique.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Insolite: une pancarte de Léo Bureau-Blouin en vente sur Kijiji pour 25$ Une nouvelle un peu insolite aujourd'hui: vous pouvez vous procurer une pancarte du plus jeune député du Québec, Léo Bureau-Blouin, [...]

2012: L’art de gouverner sans légiférer: l’exemple du français au cégep Et bien, jamais un proverbe nous a-t-il ouvert de telles perspectives. En effet, depuis la fin des années 1960, les [...]

2010: Le Maclean’s et la corruption au Québec: la faute aux fédéralistes! Vendredi, la une du magazine Maclean's a énormément fait jaser, surtout au Québec, car on peut y lire "The most [...]

2010: Commission Bastarache: vos commentaires L'anormalité devenu normalité pour ce gouvernement Lors du contre-interrogatoire de M. Charest et M. Rondeau, je suis outrée de contaster la [...]

2010: Les Irréductibles prennent d’assaut les ondes AM! Dans toute l’histoire du Québec, le mouvement indépendantiste a toujours eu de la difficulté à faire passer son message dans [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages