Le jeudi 23 février 2012

Québec

Hausse des droits de scolarité: êtes-vous en accord ou en désaccord?

«J'aime la Reine» - Jean-François Trudelle, un des porte-parole du MESRQ en accord pour hausser les droits de scolarité

Actualités ]

Par Sylvain

Un monarchiste n’entre pas dans la catégorie de la crédibilité. Finalement, «deux bières par semaines» à environ cinq dollars la bière (si achetées dans un bar) donne une somme de 520$ par année. Pour la première année, ça pourrait aller, puisque la hausse est de 325$. Toutefois, l’année suivante on sera rendu à 650$ pour atteindre une hausse totale à terme de 1625$ en 2016-17. Peu importe l’investissement en éducation, ça n’aidera pas Arielle Grenier à présenter un argumentaire profond et à faire de simples calculs mathématiques de niveau primaire. 1625$, c’est 6.5 bières par semaine de moins. De toute façon, la n’est pas la question, à moins que Madame Grenier ait un plan, soit de suggérer une baisse de la consommation d’alcool chez les étudiants, comme si les étudiants ne faisaient que traîner dans les bars.

Nous connaissons ceux qui sont en défaveur de la hausse des droits de scolarité et leur argumentaire est bien ficelé par une recherche rigoureuse. Il suffit de se rendre sur le site 1625$ de hausse, ça ne passe pas!1 pour le constater. Si vous n’avez pas pris position sur la question de la hausse des droits de scolarité, il vous suffit d’aller lire l’argumentaire des étudiants contre la hausse ici.

Du côté des gens en faveur de la hausse des droits de scolarité, il y a bien sûr le gouvernement du Parti libéral du Québec, mais aussi des étudiants. Il est très important de le mentionner, car il y en a. Pour trouver leur argumentaire, il suffit de se rendre sur le site Internet du MESRQ2, soit le Mouvement des étudiants socialement responsables du Québec.

Pour vous faire votre propre idée, n’hésitez surtout pas à lire leur argumentaire. Par contre, bonne chance pour le trouver. Effectivement, ce groupe semble davantage intéressé à apparaître dans les médias pour répéter l’argumentaire simpliste du gouvernement, lequel se résume ainsi, soit que  «les étudiants doivent faire leur part»3. C’est un début! Il y a aussi la victimisation faisant partie intégrante de leur argumentaire.

Prenons Arielle Grenier, protagoniste principale dans l’article Des étudiants contre la grève reçoivent des menaces publié le 23 février par la Presse. Elle est une étudiante favorable à la hausse des frais de scolarité puis l’une des porte-parole pour le MESRQ. Dans l’article de la Presse, elle avait toute la tribune pour faire valoir son argumentaire du pourquoi elle est en faveur de la hausse. Selon elle, en «coupant deux bières par semaine, les étudiants réussiraient à absorber la hausse». Pour connaître davantage son argumentaire, vous pouvez lire un article signé par madame Grenier sur le site du MESRQ4. Vous allez vite vous rendre compte de la pauvreté intellectuelle de l’argumentaire. Comme si la hausse des frais de scolarité était le seul moyen d’éviter la moisissure dans les universités. Il faudrait augmenter le niveau d’argumentation quelque peu.

Donc, on a Arielle Grenier qui croit que pour améliorer le système d’éducation  il faille absolument passer par une hausse des frais de scolarité. Déjà, à elle on pourrait lui répondre qu’il existe des pays où il y a la gratuité scolaire, comme la Suède, et que ce pays va très bien économiquement et sur le plan de l’innovation:

Dans l’Indice mondial de l’innovation 2011 de l’INSEAD, la Suède est cette année encore en deuxième position. L’indice mesure la qualité des infrastructures d’un pays au regard de sa capacité à favoriser la créativité et l’innovation, ainsi que les résultats effectifs. La Suède a des atouts tant en termes de résultats que de moyens mis en oeuvre. Ses bons résultats sont attestés par une abondante publication d’articles scientifiques et techniques comme par le nombre de brevets déposés. Et elle est jugée avoir une bonne base de ressources, avec un climat politique stable et un enseignement approprié et de grande qualité5.

Alors, il faut le rappeler, il y a la gratuité scolaire en Suède, de la maternelle au doctorat, en plus d’un système d’aide financière aux études qui n’est pas basé sur le revenu des parents ni sur le revenu gagné par l’étudiant avant le début de ses études. Les étudiants en Suède ont le droit de boire une ou deux bières par semaine, même trois. D’autres ne boivent pas. Bref, c’est sans intérêt dans le débat vous direz, et je suis particulièrement d’accord concernant la bière.

On peut s’imaginer que les étudiants en faveur de la hausse des droits de scolarité envoient les meilleurs porte-parole afin de les représenter. Un autre porte-parole du MESRQ est Jean-François Trudelle. Partick Lagacé, journaliste à la Presse, a justement mentionné Jean-François Trudelle dans un texte6 du 22 février.

Extrait du texte de Patrick Lagacé:

Le Mouvement des étudiants socialement responsables du Québec, qui appuie la hausse des droits de scolarité, a deux porte-parole qui militent au sein du PLQ, qui est aussi en faveur de la hausse des droits de scolarité.

M. Trudelle, cependant, dans sa tournée médiatique, n’a jamais dit que la position qu’il défend au MESRQ est calquée sur celle du parti où il milite, parti qui forme un gouvernement engagé dans un bras de fer avec des milliers d’étudiants opposés à cette position.

Depuis 2003, avec l’arrivée au pouvoir d’un groupe quasi-oligarchiste, on ne peut pas dire que le Québec jouit, comme la Suède, d’un «climat politique stable». Ce n’est pas étonnant que Jean-François Trudelle, comme le démontre Patrick Lagacé, ne se soit pas vanté de militer pour le Parti libéral du Québec.

Pour revenir sur la Suède rapidement, Jean-François Trudelle va fort probablement être heureux aujourd’hui d’apprendre qu’une princesse est née en Suède.  Elle est née à 4h26. La mère et la petite princesse se portent bien7.

Pourquoi monsieur Trudelle va aimer cette nouvelle, d’un pays où il y a la gratuité scolaire, mais aussi une monarchie,  non celle d’un État étranger comme c’est le cas au Canada? Monsieur Trudelle, dans un article intitulé J’aime la Reine, écrivait le premier mars 2011:

Ce n’est un secret pour personne; je suis un grand fan de la Reine et de la monarchie britannique. Rien ne me fait plus rager que ces mouvements républicains au sein du Commonwealth. […] Mon affection démesurée pour notre chef d’État [la Reine Elizabeth II] en étonne plus d’un. En effet, les Québécois «de souche» de mon âge souhaiteraient plutôt voir disparaître cette institution qui a traversé les siècles. Pourtant, c’est précisément pour cette raison que je souhaite le maintien de la monarchie. Elle transcende les âges. Le Royal Standard, le drapeau du monarque, n’est jamais en berne, même si ce dernier décède. Aussi, l’institution permet d’offrir une continuité même lorsque la société change8.

Ainsi, monsieur Trudelle est un monarchiste qui s’affiche, donc en faveur de dépenser millions et des millions de dollars pour le maintient de la monarchie au Canada, pour le Sénat, des visites royales, des Gouverneurs généraux, etc., mais il est en faveur de la hausse des frais de scolarité. Ça donne une bonne idée de ses priorités.

En terminant, il semble urgent que les étudiants qui sont en faveur de la hausse des droits de scolarité viennent à présenter un argumentaire solide afin de défendre leur position, car ça fait pitié en ce moment.

Déjà, le MESRQ devrait choisir des porte-parole ayant davantage de crédibilité, ça aiderait à leur cause. Un monarchiste et militant du PLQ n’entre pas dans la catégorie «crédibilité». «Un monarchiste n’entre pas dans la catégorie de la crédibilité. Finalement, «deux bières par semaines» à environ cinq dollars la bière (si achetées dans un bar) donne une somme de 520$ par année. Pour la première année, ça pourrait aller, puisque la hausse est de 325$. Toutefois, l’année suivante on sera rendu à 650$ pour atteindre une hausse totale de 1625$ en 2016-17. Peu importe l’investissement en éducation, ça n’aidera pas Arielle Grenier à présenter un argumentaire profond et à faire de simples calculs mathématiques de niveau primaire. 1625$, c’est 6.5 bières par semaine de moins. De toute façon, la n’est pas la question, à moins que Madame Grenier ait un plan, soit de suggérer une baisse de la consommation d’alcool chez les étudiants, comme si les étudiants ne faisaient que traîner dans les bars.

Les étudiants en faveur de la hausse, sont-ils peut-être seulement que des larbins tentant de propager leur pathologie?

Chez un individu, le syndrome du larbin est un comportement pathologique visant à prendre systématiquement la défense des classes les plus favorisées au détriment de celles dont il est issu. Ce syndrome diminue les capacités d’analyse du larbin et se traduit par un blocage psychologique l’incitant à agir préférentiellement contre ses propres intérêts au profit de ceux qui l’exploitent.

Dans le cas de Jean-François the Queen lover Trudelle le monarchiste, nous faisons fort probablement face à du larbinisme en stade avancé.

  1. 1625$ de hausse, ça ne passe pas! []
  2. Mouvement des étudiants socialement responsables du Québec []
  3. Des étudiants contre la grève reçoivent des menaces []
  4. Nous sommes tous dans le même bateau: celui de la dette du Québec. Mr.Lisée devrait y penser. []
  5. Innovation :Inventer le monde de demain []
  6. Faut-il se dire jeune libéral ou pas ? Telle est la question… []
  7. Communiqué officiel de Riksmarskalken []
  8. J’aime la Reine []

4 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Adam Ross Pelletier Le 23 février 2012 à 14h50

    Excellant article ! C’est vrai, l’argumentation présentée par les militants en faveur de la hausse est d’une ridiculité alarmante. Et prendre un pro-monarchiste comme porte-parole du MESRQ, ça fait vraiment dur… Où ira le Québec avec des jeunes comme eux qui nous dirigeront un jour ? (on n’espère pas en fait)

    Un étudiant écoeuré de se faire flouer.

  2. 2 Alexandre Michaud Le 25 novembre 2012 à 16h28

    C’est d’un mauvais goût et d’une maladresse absolue que de s’en prendre aux opinions politiques d’une personne dans un débat qui en est si éloignée. Cet article est véritablement une attaque personnelle, sophisme des plus grossiers. Un monarchiste ne peut donc avoir d’opinion valable sur la hausse des frais de scolarité? Quelle bêtise!

    C’est drôle, il me semble avoir vu beaucoup de communistes et d’anarchistes s’afficher lors des manifestations. Ces régimes politiques sont, à mon humble avis, parfaitement irréalistes et aucunement souhaitables. Pourtant, personne n’en a fait de cas.

    Monsieur Trudelle a le courage de ses convictions. Pouvez-vous réellement penser qu’il n’avait pas prévu les conséquences de son article? Oui, être royaliste est devenu synonyme de marginalité aujourd’hui. Ne devriez-vous pas saluer son intégrité?

    Cet article amenait de bons points quant à l’argumentaire déficient du MÉSRQ. Il aurait dû s’y restreindre. Dommage qu’il soit aussi biaisé et que l’auteur s’en soit pris au messager plutôt qu’au message.

  3. 3 Martin Gendron Le 28 novembre 2012 à 19h07

    L’amant valet de Trudelle n’est royalement pas content.

  4. 4 Alexandre Michaud Le 18 décembre 2012 à 5h14

    Relisez donc votre commentaire à la lumière du mien. Les attaques personnelles n’ont pas leur place dans un débat qui se veut sérieux.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Articles rédigés: 346 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 1,352 a été rédigé par Sylvain il y a 7 ans et 4 mois, le jeudi 23 février 2012.

Il y a 4 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2013: La Motte au Québec Qu'est-ce que «La Motte»? Ce n'est pas « un ouvrage de défense médiéval ancien, composé d'un rehaussement important de terre rapportée de forme [...]

2013: Un gouvernement de trop: conférence de Stéphane Gobeil Stéphane Gobeil ((Stéphane Gobeil a été directeur du service de recherche du Bloc Québécois et conseiller de Gilles Duceppe de 1998 [...]

2010: Le Québec et l’environnement après sept ans de Jean Charest Depuis Copenhague, l'ineptie mondialement reconnue du gouvernement Harper en matière d'environnement fait en sorte que le gouvernement Charest est perçu [...]

2010: Le critique du critique Steve Proulx supporte ici (( Voir L'art de faire croire sur Voir.ca )), la critique d'une série sur les RP, [...]

2010: Lucien Bouchard veut qu’on s’occupe d’économie… M. Bouchard, vous faites preuve d’une absence totale du sens de la réalité. Comment pouvez-vous ne pas voir le dépouillement [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages