Le mardi 1 décembre 2009

SociétéInternational

Inoculée conception: le doute persiste

Vaccin contre la grippe AH1N1: le droit de douter

Par Sylvain

Ce que je constate, c’est que les médias font tout pour minimiser les risques de la vaccination tout en faisant tout pour faire paraître la grippe A H1N1 pire qu’elle ne l’est en réalité. N’ai-je pas démontré dans ce texte et mes précédents qu’il existe plusieurs excellentes raisons de douter?

« Les médecins administrent des médicaments dont ils savent très peu, à des malades dont ils savent moins, pour guérir des maladies dont ils ne savent rien. »
—Voltaire

Il est vrai que la médecine a évolué depuis le temps de Voltaire, mais cette citation est encore bien d’actualité. Comme la grippe A H1N1 et la campagne de vaccination est toujours le sujet de l’heure (peut-être aussi pour la décennie à venir…)  et que je n’ai toujours pas l’impression que la population a été informée convenablement sur les risques de la vaccination, je continue à faire quelques recherches sur cette question.

Comme vous avez pu le lire dernièrement dans mon article Grippe H1N1: le virus ne devient pas plus virulent, je remettais en question la démarche de l’émission Découverte de  Radio-Canada. J’estimais que l’on n’avait pas suffisamment parlé des effets secondaires bien réels de la vaccination, ce qui, pour des personnes qui croient que le doute doit toujours être permis, donnait des apparences de subjectivité. Je crois que les citoyens ont le droit de savoir afin de prendre des décisions en toute connaissance de cause.

Suivant la diffusion du reportage Grippe A (H1N1): tout ce qu’il faut savoir du 8 novembre 2009, je jugeai que ce reportage ne nous informait pas de «tout ce qu’il fallait savoir». Je me suis adressé à l’Ombudsman de Radio-Canada pour lui faire savoir mon mécontentement à ce sujet. Voici un extrait de la réponse:

Il est certes difficile de tout dire, dans une émission qui tente de faire en quelque 45 minutes de temps utile, le tour de tout ce qu’il faut savoir sur la notion de pandémie, sur le virus de la grippe, sur la nature des vaccins et leur fabrication, et sur les données scientifique derrière la stratégie de vaccination adoptée par les autorités de la santé publique. On a donc traité brièvement (trop peut être ?) de ce dossier des effets secondaires possibles mais rares des vaccins. Mais je peux vous assurer que les journalistes de Découverte avaient bel et bien lu les études que vous citez, et qu’il en connaissaient les conclusion (et les limites) et que cela était mentionné dans l’émission.

Le directeur des émission d’affaires publiques, télévision,
Pierre Sormany

Puisque les effets secondaires sont « rares », on a cru qu’il n’était pas nécessaire d’en parler plus qu’il le fallait. Pourtant, depuis la diffusion de ce reportage, on a parlé presque quotidiennement d’effets secondaires réels dans les médias, et ce, partout à travers le monde. Voici un extrait d’un article révélateur:

Les autorités canadiennes ont suspendu un lot de vaccins du laboratoire britannique GlaxoSmithKline (GSK) à la suite d’un “nombre inhabituel de réactions allergiques graves” au vaccin contre le virus grippal H1N1, selon l’OMS.1

De plus, avant même la diffusion du reportage de Découverte, l’Agence des médicaments en Suède avait déjà publié son premier rapport, le 29 octobre, sur les effets secondaires suite à la vaccination. Voici un extrait du rapport:

As of today, about 1.4 million doses of Pandemrix have been distributed in Sweden. In total, about two hundred adverse drug reaction (ADR) reports have been received by the MPA from Health Care Professionals and between 400-500 reports from consumers. The ADR reporting pattern does not deviate from what has been seen in the clinical trials. However, there is particular reason to follow reports of allergic reactions.2

Depuis, deux autres rapports on été publiés, un le 12 novembre et le plus récent le  26 novembre. Je vous suggère fortement de lire ces rapports. Ce que je tente de démontrer, c’est qu’il existe des effets secondaires bien réels et qu’il n’y a aucune raison de les cacher du public. Ce qui ressort, c’est que, finalement, les effets secondaires ne sont pas si « rares ».

La question maintenant est de chercher à savoir si, comme le prétendent les autorités, les risques de la vaccination sont moindres que les risques de la grippe. À titre d’exemple, en Pologne, aucun vaccin n’a été acheté, donc personne n’a été vacciné:

Plus prudent et courageux que la plupart de ses homologues européens, le ministre de la santé polonais a refusé de se plier aux invraisemblables exigences du lobby pharmaceutique qui voulaient vendre en masse son vaccin douteux tout en s’assurant de ne pas pouvoir être poursuivi en cas de conséquences négatives sur la santé publique. […] D’ailleurs la Commission européenne fait déjà pression sur le gouvernement polonais, qui ne veut pas acheter de vaccins sans études plus sérieuses démontrant leur sécurité et leur rapport bénéfices/risques.3

Au moment d’écrire ces lignes, la Pologne dénombrait un total de 13 morts liés à la grippe A H1N1. Au Canada, selon le site officiel de l’Agence de la santé publique du Canada, on dénombrait 309 morts au 24 novembre, pour une population moindre que la Pologne. La Pologne aurait plus de 38 millions d’habitants alors que le Canada en compte environ 34 millions. Il faut se rappeler qu’environ 4000 personnes décèdent des suites de la grippe chaque année au Canada.

Par conséquent, il semble que la grippe A H1N1 n’est pas plus dangereuse au niveau des décès que l’est la grippe saisonnière. De plus,  sans vaccination, la Pologne aurait largement moins de décès liés à cette grippe, même avec une population plus nombreuse, que le Canada. Je ne suis pas un journaliste professionnel, mais je sais compter. Pourquoi nos journalistes ne se penchent pas sur ces statistiques? Voyez-vous, je sais qu’il y a d’autres éléments devant être pris en compte, mais il est même possible de lire, à première vue, que le vaccin semble être en cause concernant la disparité entre le nombre de décès au Canada et en Pologne. Évidemment, ce n’est qu’une hypothèse, qui pourra être confirmée ou infirmée seulement au printemps lorsque la saison de la grippe sera terminée. Ce que je constate, c’est que les médias font tout pour minimiser les risques de la vaccination tout en faisant tout pour faire paraître la grippe A H1N1 pire qu’elle ne l’est en réalité. N’est-ce pas une raison suffisante pour douter?

Quoiqu’il en soit, le principal argument pour pousser les gens à se faire vacciner est que la vaccination aurait permis d’enrayer plusieurs maladies dans le passé. Comme on dit, la plupart a pris cette déclaration pour du cash, mais il n’en demeure pas moins que des centaines de personnes remettent cette idée en question, dont Greg Beattie qui a écrit le livre Vaccination – a parent’s dilemma. Je n’ai pas lu le livre, mais j’ai trouvé un tableau provenant de son site Internet qui est assez révélateur:

Effet des vaccins face à plusieurs maladies

Dans le tableau, les flèches indiquent le moment où une vaccination universelle pour chacune des maladies a débuté. On constate que la coqueluche (whooping couch), la diphtérie (diphtheria), la poliomyélite (polio) et la rougeole (measles) sont des maladies qui ne semblent pas avoir été enrayées seulement par la vaccination, peut-être pas du tout. Il est clair que la vaccination a débuté pour chacune des maladies au moment où ces maladies étaient en déclin naturel. Je ne sais pas pour vous, mais j’ai eu une image en regardant ces tableaux, soit celle d’un marathonien qui, pendant que les autres sont dans la course depuis des heures, attend au dernier tournant juste avant le fil d’arrivée. En voyant les autres s’en venir derrière, il se met dans la course et franchi le fil d’arrivée en criant victoire, « j’ai gagné. »

Vous serez d’avis avec moi que si les spectateurs lui accordaient la victoire, ça ne serait pas trop rationnel. Pourtant, si les données mises en tableaux sont bonnes, c’est ce que fait la majorité de la population en ce qui concerne la vaccination, soit de lui donner le mérite d’avoir enrayé des maladies à elle seule.

Finalement, je n’ai pas été en mesure de trouver beaucoup d’informations sur ce Greg Beattie, mais jusqu’à maintenant personne ne l’a traité de « conspirationniste » sur Internet et personne ne semble avoir remis en question ses conclusions. Sur son site Internet, on peut lire:

Let me introduce myself. I am the author of the book  Vaccination – a Parent’s Dilemma, first published in 1997. I started as one of the many parents who search further than the doctor’s waiting room for the best answer. My search took me much further than I had anticipated. When I evaluated what I found I decided not to have my children vaccinated. I had no idea how much wrath this decision would draw from promoters of vaccines, and those who are determined to see the status quo upheld. In 1996 I found myself  Maroochydore District Court in a two-day battle with some of the nation’s leading ‘experts’ in an effort to determine whether my unvaccinated children had the same rights as vaccinated children.

Son livre a été publié pour la première fois en 1997, donc il serait bien mal avisé pour quiconque de lui prêter des intentions de conspirationniste en ce qui a trait à la campagne de vaccination massive de 2009. Ce que je souhaiterais, c’est de voir de réels journalistes d’investigation analyser les données de monsieur Beattie. Par exemple, Radio-Canada est bien vite sur la gâchette pour ridiculiser les conspirationnistes et éviter de parler suffisamment des effets secondaires des vaccins, mais qu’en est-il des gens, comme moi, qui estiment avoir le droit de savoir et de pouvoir douter?

  1. Voir Grippe A : un vaccin du britannique GSK, similaire à celui utilisé en France, provoque des allergies “graves” sur Le Point.fr []
  2. Voir Summary of adverse drug reaction reports in Sweden with Pandemrix sur Läkemedelsverket Medical Products Agency []
  3. Voir H1N1 : la Pologne refuse les vaccins mal testés et l’exigence d’immunité juridique des laboratoires sur NovoPress France []

7 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Ludovic Le 1 décembre 2009 à 5h05

    Pour avoir de bonnes informations, vous devriez plutôt vous intéresser à cela (par exemple – l’équivalent existe pour chaque pays):
    http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/ccdr-rmtc/97vol23/23s4/23s4g_f.html

  2. 2 Sylvain Racine Le 1 décembre 2009 à 6h09

    Merci Ludovic pour me permettre démontrer que M. Beattie est plus professionnel que les chercheurs du Canada. Avec votre lien on peut trouver:

    “En 1924 on a recensé pas moins de 9 000 cas de diphtérie, le plus grand nombre de cas déclarés en une année au Canada. L’anatoxine diphtérique a été homologuée au Canada en 1926 et a commencé à être utilisée dans les programmes d’immunisation systématique des nourrissons et des enfants en 1930.”

    Beattie donne des données pour la diphtérie commençant en 1880, et l’on peut voir que le nombre de morts liés à la diphtérie est en chute libre bien avant l’arrivée du vaccin.

    Donc, les données du Canada vont de 1924 à 1930 et par la suite on balance des chiffres comme ça et paf!, on veut tout simplement nous prouver que le vaccin est lié à la baisse des cas de diphtérie. Quand on a la confiance aveugle en notre gouvernement….

    Ainsi, le Canada donne des données qui ne vont pas vraiment avant 1924, donc le Canada fait comme mon “marathonien” dans ses analyses. Du reste, même les tableau du site du Gouvernement du Canada démontre que le nombre déclarés ou encore le nombre de décès étaient en diminution avant l’arrivée du vaccin.

  3. 3 Ludovic Le 1 décembre 2009 à 6h35

    Votre argument sur la diphtérie ne tient pas. Pour cette maladie, autour 1885, un traitement a été découvert contre la Diphtérie (appelé sérothérapie) qui a fait grandement baisser la mortalité de cette maladie. Ceci explique en partie la baisse constatée avant l’introduction du vaccin – M. Beattie semble oublier que la médecine n’a pas attendu les vaccins pour faire des progrès, et que, bien évident, des traitements à ces maladies – plus ou moins fiables – ont été découverts avant.

    Permettez moi d’imaginer un futur ou l’on découvrirait un vaccin contre le sida. Imaginons que ce soit en 2010 et que, grâce à ce vaccin, le nombre de mort du à cette maladie régresse beaucoup et devienne très faible. Quelle serait alors la forme de la courbe de mortalité entre 1970 et 2050 ? La même que celle de la diphtérie entre 1880 et aujourd’hui : une baisse constante de 1970 à 2010 (du à l’amélioration des traitements et à la prévention) qui continue jusqu’à “suppression” de la maladie quelques dizaines d’années après l’introduction du vaccin (le temps que les gens soient vaccinés, et que les derniers malades ne décèdent). En déduirait donc que la vaccination ne sert à rien ?

  4. 4 Sylvain Racine Le 1 décembre 2009 à 14h32

    Donc, la disparition des maladies dans le tableau de mon texte ne sont pas seulement reliées à la vaccination, contrairement à l’argumentation des autorités lorsqu’on justifie la vaccination.

    De plus, on ne peut pas comparer la grippe à la diphtérie. À ce que je sache, la diphtérie n’est pas un virus qui mute année après année. La grippe est une maladie infectieuse virale, tandis que la diphtérie est une maladie infectieuse bactérienne.

    Est-ce qu’on vaccine pour des angines de la gorge, mieux connue sous le nome d’amygdalite?

    Prenez la scarlatine dans le tableau. Y’a t-il eu une vaccination universelle? Non. Est-ce que la maladie est disparue? Oui. La scarlatine est aussi une maladie infectieuse bactérienne.

    Enfin, on ne peut pas comparer des pommes et des oranges. Lorsque les autorités tentent de convaincre la population qu’il faille une vaccination de masse pour la grippe A H1N1 en disant que la vaccination a enrayer des maladies, c’est une demie-vérité. De plus, il est faux de dire que ça va enrayer la grippe et éviter une mutation du virus. Le virus va muter de toute façon (il a déjà muté). De plus, dans la définition de “mutation”, on dit que c’est une transformation des gênes, de l’ADN, donc le vaccin actuel sera inutile pour un nouveau virus, qu’il soit très malin ou bénin.

    “Autrement dit : en agitant la peur d’un virus qui “pourrait” devenir dangereux, on vous a vendu un vaccin qui, si le virus était vraiment devenu dangereux ne vous aurait, de toute manière, pas protégés…

    Il ne vous reste plus qu’un vaccin très coûteux, peut-être efficace(mais c’est pas sûr) contre un virus… bénin.

    Notez bien que l’OMS a dit “Le virus n’a pas muté”. Sous entendu “Pour le moment”. Au printemps prochain, il sera toujours le temps de dire qu’il “a muté légèrement et qu’il faut fabriquer un NOUVEAU vaccin”. C’est d’ailleurs ce que l’industrie fait depuis 30 ans avec le virus “A H3N2″ pour justifier de vendre un nouveau vaccin chaque année (en laissant entendre que l’immunité acquise au contact du virus ne compte pas et que celle que conférait le vaccin de l’année précédente est désormais caduque…)

    Ca me fait penser irrésistiblement aux élixirs de jouvence ou à faire pousser les cheveux que les charlatans vendent dans les westerns, avant de quitter la ville nuitamment pour ne pas se faire lyncher au petit matin quand les habitants auront découvert que c’est de l’eau sucrée.”
    http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=16336

    Encore une fois, M.Ludovic, je vous remercie de vos commentaires. Ils m’ont permis de parler de la différence entre les maladies infectieuse virale et celles bactériennes et de démontrer une autre facette où les autorités prennent la population pour des idiots en balançant des demie-vérités, enfin, des demie-mensonges serait plus exact.

    Cordialement

  5. 5 Vincent Le 2 décembre 2009 à 8h45

    Le doute est permis, il est même souvent recommandé et M.RACINE a le grand avantage d’être courtois ce qui n’est pas toujours le cas des propagandistes anti-vaccin.
    Il ne m’a cependant pas convaincu car je sais depuis le début (l’OMS est la première à le dire) que
    1 le vaccin n’est pas une panacée et ne protège pas à 100%
    et
    2 que la grippe A est contagieuse et très peu mortifère pour les gens normaux (dont je fais partie).

    Ce que M.RACINE ne dit pas c’est que la grippe A attaque les jeunes fragiles, les asmatiques, les diabétiques, les jeunes femmes enceintes, les nourrissons qu’on ne peut vacciner.
    Ce qu’il ne dit pas non plus c’est que les médicaments pour soigner la grippe coûtent nettement plus cher que le vaccin, sont d’ailleurs nettement plus rentables pour les labos et ont des effets secondaires eux tout à fait avérés et fréquents (voir la notice de ces médicaments). Alors si on peut éviter de prendre ou de faire prendre antibiotique et TAMIFLU, tant mieux.

    Le risque zéro n’existe pas !

  6. 6 Jonathan17 Le 2 décembre 2009 à 20h14

    Et M. Ludovic…

    il serait bien mal partie de trouver un vaccin contre le Sida quand ont sait pertinemment qu’il a été causé lui-même par un vaccin, ça vous étonne??? Le vaccin de la Polio en Afrique, et ici en Amérique on prouvera bientôt la collusion d’un certain vaccin contre l’hépatite B au début des années 80 dans la population gay. Alors vous pouvez toujours rêver cher M. Ludovic.

  7. 7 Sylvain Racine Le 3 décembre 2009 à 5h36

    M. Vincent,
    Merci pour votre commentaire. Premièrement, je ne suis pas un anti-vaccin. Trouvez un endroit dans cet article ou dans mes précédents où je dis être un anti-vaccin. Je suis contre la campagne de vacination massive actuelle, c’est différent. Mon but est de simplement apporter toute l’information et les arguments de l’autre côté des personnes anti-vaccin qui sont méprisées et ostracisées par les médias de masse

    – la grippe A attaque les jeunes fragiles, les asthmatiques, les diabétiques, les jeunes femmes enceintes, les nourrissons COMME TOUTE LES GRIPPES DE TYPE A, DONC COMME CHAQUE GRIPPE SAISONNIÈRE. Vous avez raison, je n’ai pas besoin de le dire, ça tout le monde le sait.

    – Vrai pour le Tamiflu. Justement, un article arrive bientôt incluant un reportage traitant du Tamiflu.

    – Le risque zéro n’existe pas, vrai. Après mes calculs, je préfère risquer d’avoir la grippe A H1N1. Et je ne suis pas non plus un fan du Tamiflu, pas plus ni moins que le vaccin. http://trusttheevidence.net/carl-heneghan/carl-heneghan-and-matthew-thompson-on-tamiflu-in-children-whats-all-the-fuss

    Regarder ce reportage, il est vraiment bien fait: http://www.tslskonsult.com/2009/12/special-grippe-un-documentaire-de-arte.html

    Cordialement,

    Sylvain

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Articles rédigés: 346 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 1,596 a été rédigé par Sylvain il y a 9 ans et 7 mois, le mardi 1 décembre 2009.

Il y a 7 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous International, Société.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2009: Les nouvelles du dimanche J'ai remarqué depuis un bon bout de temps que le dimanche était une journée parfaite pour trouver des nouvelles importantes [...]

2009: De moins en moins de pauvres au Québec Le nombre de Québécois considérés comme pauvres a baissé de façon spectaculaire de 40% entre 1997 et 2008. Il y [...]

2009: Pourquoi des carrés jaunes nucléaires à l’assemblée nationale? Suite à l’événement où j’ai lancé une neige de cartons jaunes sur le parti au pouvoir, dont entre autre la [...]

2009: Le Bloc souhaite que les conservateurs contribuent au succès de Copenhague Le porte-parole du Bloc Québécois et député de Rosemont–La Petite-Patrie, Bernard Bigras, s’est dit heureux que le Bloc Québécois ait [...]

2009: Signature d’ententes secrètes entre le MTQ et des entreprises faisant de la collusion Le député de Verchères et porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports, Stéphane Bergeron, accuse le gouvernement libéral d’avoir [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages