Le samedi 6 décembre 2008

ÉconomiePolitique

Réplique de Gilles Duceppe au discours à la nation de Stephen Harper

Canada ]

Par Bloc Québécois

Voici la déclaration du chef du Bloc Québécois, Gilles Duceppe, en réaction au discours à la natiion prononcé cette par le premier ministre Stephen Harper.

Bonsoir,

Le Bloc Québécois est un parti voué au service exclusif des Québécoises et des Québécois.

Il y a à peine 50 jours, les électeurs nous ont confié un mandat très clair. Les Québécoises et les Québécois nous ont demandé de continuer à défendre les valeurs et les intérêts du Québec, mais aussi d’empêcher les dérives idéologiques des conservateurs.

En temps de crise économique, nous avons le devoir de nous élever au-delà des considérations partisanes. C’est pourquoi le Bloc Québécois a été le seul parti à présenter un plan de relance de l’économie, chiffré et réaliste, le 24 novembre dernier. Les conservateurs nous ont même félicités pour ce plan.

Malheureusement, pour des motifs partisans, Stephen Harper a ensuite tout rejeté du revers de la main et il a créé une crise politique de toutes pièces. Le chef conservateur avait promis de s’occuper de la crise économique et au lieu de cela, il a mis le feu aux poudres.

Le Bloc Québécois avait le devoir de s’opposer à un énoncé idéologique qui s’attaquait au Québec, aux travailleurs, aux femmes et à la démocratie.

Stephen Harper a fait preuve d’un manque de jugement grave et inquiétant en faisant passer l’idéologie de son parti avant l’économie et avant le sort de la population. Le chef conservateur a confirmé les pires craintes des Québécois envers son parti et son gouvernement.

Au cours des derniers jours, plutôt que d’adopter une attitude responsable, le chef conservateur a encore une fois remis en doute le choix démocratique des Québécois. En agissant comme un incendiaire, Stephen Harper s’est montré indigne de gouverner. Le premier ministre a montré son vrai visage et il a définitivement perdu la confiance de la Chambre des communes.

Devant l’échec du gouvernement conservateur, une majorité des élus choisis par la population a décidé d’entreprendre des discussions qui ont porté fruit. Nous avons obtenu une entente qui prévoit des gains très importants pour le Québec.

Un plan de soutien longuement attendu pour les secteurs manufacturier et forestier, pour sauver et créer des milliers d’emplois. Nous avons obtenu la restauration du financement des organismes québécois de développement économique pour les régions du Québec.

Les compressions des programmes en culture seront annulées.

L’entente prévoit de l’aide pour les retraités touchés par la crise. Nous nous sommes entendus sur la création d’un programme de soutien aux travailleurs âgés et pour que la caisse d’assurance-emploi soit mise uniquement au service des travailleurs.

Pour l’environnement et l’économie, l’entente prévoit un mécanisme inspiré de Kyoto, qui correspond aux demandes du Québec. Nous avons également convenu d’une aide aux familles, assortie d’un droit de retrait avec pleine compensation pour le Québec.

Le Bloc Québécois ne participera pas à ce nouveau gouvernement. Nous nous sommes engagés à soutenir cette coalition pour une période de 18 mois, à partir d’une entente qui correspond aux intérêts du Québec. Nous allons rester libres pour servir le Québec.

Ce que nous voulons, c’est qu’au cours des 18 prochains mois, le prochain gouvernement travaille à la relance de l’économie et au soutien des personnes affectées par la crise.

M. Harper a refusé de prendre ses responsabilités et maintenant, il voudrait nous replonger en élections et perdre encore trois mois.

Tout cela a assez duré.

Je demande à M. Harper de laisser la Chambre des communes voter, qu’on en finisse avec son gouvernement. Et qu’enfin nous puissions travailler à combattre de toutes nos forces la crise économique qui s’abat sur nous.

Un commentaire à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Philippe Giroul Le 7 décembre 2008 à 12h24

    En environnement, aucune référence au dossier du nucléaire canadien et québécois .
    C’est surprenant alors que les décisions finales pour le projet d’Hydro-Québec de reconstruction de la centrale nucléaire de Gentilly-2 vont se passer en Ontario (Canada) . C’est la commission de sûreté nucléaire du Canada qui va examiner ce projet. Quand on sait que la directrice de cette commission a été expulsée par M. Harper, il y a un grave danger pour le Québec de se faire dicter la dictature du puissant lobby nucléaire canadien et international. Quand on sait que l’EACL risque de se faire privatiser, et que M. Sarkozy va venir vendre ses EPR Areva lors de sa prochaine visite au Canada, il est plus que temps que le Bloc Québécois veille aux intérêts du Québec. Celui-ci doit-il dépendre énergétiquement du Canada ?
    Quand est que le Bloc Québécois va-t-il aider le Québec à se sortir de ce guêpier radioactif ?

    À qui confier notre avenir, celui de nos enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants,… ?
    Le 8 décembre : Trois scénarios en vue :

    Le pire est une majorité libérale. M. Charest et Cie s’empresseront d’aller de l’avant pour décréter – sans débat public – son appui au projet d’Hydro-Québec de reconstruire la centrale nucléaire vétuste et inutile de Gentilly-2. Un gaspillage de plus de 8 milliards permettra aux gestionnaires libéraux et hydro-québécois de produire 2500 tonnes de déchets radioactifs supplémentaires qu’ils lègueront allègrement aux générations futures.Qui payera ? Tous les clients d’H.Q. qui se verront imposer d’autres augmentations de tarifs pendant de très nombreuses années!

    Le deuxième scénario : un gouvernement minoritaire libéral ou péquiste qui obligerait HQ de venir expliquer en commission parlementaire – refusée à date par M. Charest – le gâchis économique, social et environnemental qu’il a concocté en catimini et qu’il veut imposer aux québécois en persistant dans son projet de « réfection » de G-2.

    Le troisième scénario idéal : une majorité péquiste qui devra arrêter ses hésitations concernant ce dossier et se positionner fermement pour le déclassement des réacteurs G-1 et G-2 et pour la gestion socialement responsable des déchets radioactifs avec un développement de l’emploi spécialisé et exportable.
    Dans un tel cas, en s’inspirant du programme énergétique de Québec Solidaire et du Parti Vert, le PQ pourra défendre sa souveraineté en matière énergétique et ne pas dépendre des voisins, comme M. Charest qui a les mains liées à l’AECL et au puissant lobby nucléaire canadien et international.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Gilles Duceppe

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 335 articles

Profil: Le Bloc québécois est un parti politique souverainiste social-démocrate, implanté exclusivement au Québec, bien qu'il soit un parti fédéral du Canada. La mission première du Bloc québécois est de mettre…

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 550 a été rédigé par Le Bloc Québécois il y a 10 ans et 10 mois, le samedi 6 décembre 2008.

Il y a un commentaire suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Canada, Politique, Économie.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2010: Liste des donateurs libéraux: plainte du PLQ contre le RRQ La campagne que nous avons orchestrée contre le Parti libéral du Québec a été rendue nécessaire du fait que Jean [...]

2008: Céline Dion En présence de centaines de dignitaires et d’invités de marque, la chanteuse de réputation internationale a reçu un doctorat [...]

2008: Prorogation des travaux de la Chambre des Communes Dans un geste sans précédent pour un premier ministre qui a perdu la confiance de la Chambre des communes, Stephen [...]

2008: Québec Solidaire et ses mythes Québec Solidaire a dernièrement dévoilé une section sur son site internet dans le but de redorer son image et de [...]

2008: Une analyse incomplète du FRAPRU Le Parti Québécois s’étonne de l’analyse faite par le FRAPRU en regard de sa position sur le logement social. Elle [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages