Le samedi 25 octobre 2008

Québec

Le Parti Québécois présente son Manifeste pour la souveraineté

L'indépendance du Québec ]

Par Parti Québécois

Alors que de nouveaux pays naissent régulièrement dans le monde, le Québec doit écrire lui aussi son nom dans le grand livre de l’histoire des peuples. À cet effet, voici le Manifeste pour la Souveraineté du Parti Québécois.

Il y a 40 ans, René Lévesque créait le Parti Québécois et conviait la nation québécoise à partir à la conquête de sa liberté collective. Le travail n’est toujours pas terminé. L’appel de la liberté se fait toujours aussi pressant.

Le désir de souveraineté prend sa source dans une histoire nationale caractérisée par la ténacité des premiers défenseurs de la liberté. Cette histoire de courage et de détermination s’est transmise jusqu’à nous et de nouvelles générations de souverainistes continuent de porter ce projet.

Alors que de nouveaux pays naissent régulièrement dans le monde, nous croyons que le Québec doit écrire lui aussi son nom dans le grand livre de l’histoire des peuples. L’aventure du Québec est celle d’une nation qui développe une relation d’égal à égal avec les Premières Nations et la nation inuite, où la communauté anglophone a toute sa place et où est valorisé l’apport des Québécoises et des Québécois issus de l’immigration.

Nous avons rendez-vous avec la liberté et avec le pays que portent depuis si longtemps nos espoirs.


Manifeste pour la souveraineté

Nous, Québécoises et Québécois, dans un Québec souverain, verrons notre société profondément transformée. Au lendemain de la proclamation de la souveraineté, un immense élan de fierté gagnera le Québec. Notre énergie et notre créativité, entravées depuis si longtemps, se déploieront dans toutes les sphères d’activités, sur tout le territoire.

C’est que nous aurons enfin répondu à l’appel de l’histoire qui, depuis toujours, nous invite à une refondation de notre nation. Ce consentement à nous-mêmes et au bénéfice des générations futures, ce rendez-vous avec la liberté, nous vaudra de voir inscrit ce beau mot de six lettres, Québec, dans l’histoire du monde.

Après avoir décidé démocratiquement de vivre dans un Québec souverain:

1. Nous serons libres et pleinement responsables de nois choix

Nous déciderons pour nous-mêmes en appuyant nos décisions sur nos valeurs et en fonction de nos propres intérêts au sein de notre Parlement et de l’ensemble de nos institutions démocratiques. Nous, Québécoises et Québécois, pourrons adopter et modifier toutes nos lois; prélever et percevoir toutes nos taxes et tous nos impôts; conclure tous nos traités
et siéger au sein de tous les forums internationaux. Nous aurons ainsi, en toutes matières, le dernier mot sur notre avenir.

2. Nous affirmerons notre langue française, notre identité et nos valeurs

Le français est au cœur de l’identité québécoise. Langue publique commune, elle est le socle sur lequel s’est bâtie notre culture et elle assure notre cohésion. Elle établit un pont entre le monde et nous et inscrit l’aventure québécoise dans le
patrimoine commun de l’humanité. Au fil de notre histoire, nous avons adopté et intégré des principes et des valeurs comme la démocratie, la laïcité des institutions publiques, l’égalité entre les femmes et les hommes, la solidarité et le pacifisme. Ces principes et ces valeurs, nous les offrons en partage à toutes celles et ceux qui veulent faire du Québec leur pays.

3. Nous parlerons et agirons en notre nom sur la scène internationale

Nous aurons une identité internationale dans le monde. Nous nous exprimerons à l’Organisation des Nations Unies (ONU)
et au sein de toutes les organisations où nous voudrons contribuer aux affaires du monde en apportant l’expérience d’une nation moderne, démocratique, pacifiste et francophone.

Nous pourrons intervenir directement à l’ONU pour rappeler chaque fois que nécessaire que la diplomatie est le meilleur moyen de régler les conflits entre États et nations. Une voix s’ajoutera en faveur de la paix entre nations, réclamant « moins de militaires et plus d’humanitaires ».

La souveraineté nous permettra, au Québec, d’avoir une voix et d’être entendus dans l’ensemble des forums internationaux pour y faire la promotion de nos valeurs et de nos intérêts. Nous pourrons, en alliance avec d’autres pays souverains, veiller à ce que les règles commerciales internationales ne mettent pas en péril la capacité d’agir des institutions parlementaires, gouvernementales et judiciaires, respectent les droits fondamentaux, les normes internationales du travail
et de protection de l’environnement.

4. Nous consoliderons notre souveraineté économique

La souveraineté, c’est la reconquête de nos pouvoirs économiques, la possibilité de mieux intervenir pour faire profiter notre peuple des fruits de notre richesse. C’est aussi la capacité d’identifier des objectifs, choisir des cibles, définir des stratégies et soutenir une action concertée de tous les agents de changement au service d’une volonté nationale commune.

Un Québec souverain pourra adopter des politiques permettant au gouvernement d’avoir un droit de regard sur le contrôle québécois des entreprises et les achats étrangers ou d’introduire une règle de réciprocité entre les pays. Il sera, avec ses ressources naturelles en abondance, au cœur des défis mondiaux du présent siècle.

5. Nous maîtriserons tous les instruments du développement de notre culture

Dans un Québec souverain, nous maîtriserons les instruments du développement de notre culture et régirons nos propres institutions culturelles. Nous soutiendrons nos créateurs en fonction de notre propre vision du développement culturel. Nous les accueillerons au sein d’institutions ouvertes à la diversité de leurs talents et vouées à leur rayonnement. Nous ferons de la puissance créatrice québécoise une des pierres d’assise du développement de notre pays.

6. Nous apporterons nos propres solutions aux exigences du développement durable

Les Québécoises et les Québécois souscrivent au principe du développement durable. Nous nous engagerons à l’amélioration des conditions d’existence des Québécoises et des Québécois d’aujourd’hui, sans compromettre la capacité des générations futures de faire leurs propres choix. Nous relèverons le défi d’intégrer harmonieusement le développement de notre économie et notre responsabilité collective de léguer un monde meilleur aux générations futures. Souverains, nous pourrons jouer un rôle de leader mondial pour la sauvegarde de notre planète, en matière d’environnement et de développement durable.

7. Nous accueillerons le monde avec assurance et confiance

La souveraineté, c’est donner à notre nation la confiance et les moyens d’accueillir toutes celles et ceux qui veulent partager notre avenir et enrichir notre culture en s’assurant que notre histoire, notre langue et notre identité soient objets de fierté et deviennent leur histoire, leur langue et leur identité.

Souverain, le Québec détiendra toutes les compétences dans la sélection et l’accueil aux personnes immigrantes et conférera la citoyenneté québécoise à toutes celles et ceux qui feront du Québec leur patrie d’adoption.

Un commentaire à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Gilles Désabrais Le 23 janvier 2013 à 15h07

    La souveraineté ressemble à une prière adressée à Dieu qui n’a jamais rien accompli sauf dans l’esprit tordu des fanatiques. Le rève grandiose d’un chevalier assoioffé au milieu d’un desert est de découvrir une oasis entourée de palmiers et d’y bâtir une maison avec un grand jardin. Sa gorge sèche empêche son cerveau de fonctionner sensiblement. Imaginez-vous en vacances à New York entrain de changer vos dollards québécois pour des dollards américains. Le Banquier rira jusqu’à sa retraite. Le Québec n’a pas les ressources monétaires lui permettant de tenter l’expérience. Maintenant imaginez 250 Ambassades,2.5 milliards, une armée, 2milliard, la pension fédérale que le québec devra verser aux retraités, un gouvernement deux fois plus grand incluant des dépenses extravagantes et je passe le chômage à 20%, l’achat des actifs appartenants au gouv.féd, 150 milliard, les soi-disant premières nations 10 milliards et tout ça avec 50% des revenus actuels parce que les plus grandes industries auront quitté le Québec. Et tous ça pour 50% des votes plus 1. Je fais parti des 49.9% et j’exigerai une séparation de cette moitié pour joindre l’ontario.
    Si la main gauche peut le faire, pourquoi pas la droite. Montrez votre jeux loyalement avant de miser, car votre deux de pique ne remportera pas le lot, même avec une prière à Dieu.
    Gilles Désabrais

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 582 articles

Profil: Le mouvement du Parti Québécois promeut la souveraineté, le progrès social et la promotion du français au Québec.

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 1,012 a été rédigé par Parti Québécois il y a 11 ans et 5 mois, le samedi 25 octobre 2008.

Il y a un commentaire suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, L'indépendance du Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2009: Pour une commission d’enquête sur la construction Le Parti Québécois réclame depuis quelques semaines une commission d’enquête publique indépendante sur l’industrie de la construction. À la lumière [...]

2009: La Cour Suprême du Canada penche toujours du même côté! Un pan entier de notre législation linguistique, fondamentale pour la préservation de notre caractère distinct, vient d’être invalidé par la [...]

2008: Crise économique: Pauline Marois offre son aide à Jean Charest La chef du Parti Québécois Pauline Marois a fait un vibrant plaidoyer pour que le gouvernement Charest entende les craintes [...]

2008: La méthode Toyota appliquée dans le secteur de la santé Le système de santé québécois est confronté au vieillissement de la population et à une pénurie de ressources. Le ministre [...]

2008: Les garderies au Québec: accélération des implantations Québec est forcé de réviser ses plans en créant 20 000 nouvelles places en service de garde d’ici 2010 au [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages