Le mercredi 20 septembre 2006

Québec

L’état de la nation québécoise

L'indépendance du Québec ]

Par Julien Gaudreau

Nous perdons conscience de l’importance qu’a la culture collective au cœur de chacun de nous. Nous oublions aussi que nous ne faisons pas que partie du Québec, nous sommes le Québec.

De temps à autre, alors que je fais du porte-à-porte ou que j’assiste à un événement parmi une foule de têtes grises, un vieil indépendantiste me demande plein d’espoir si les jeunes d’aujourd’hui sont souverainistes. Voulant garder l’espoir présent, et parce que c’est tellement plus facile de ne pas décevoir, je réponds à tous coups que oui, les jeunes québécois sont très majoritairement souverainistes. Cette réponse, n’est pas fausse, mais elle est au moins rigoureusement incomplète. Puisque l’indépendance n’est pas qu’une idée mais une cause, il faut que les prétendants à cette voie ne soient pas que des partisans idéologiques, mais des militants. C’est là tout le problème…

Demandez aux vastes majorités des jeunes d’aujourd’hui de passer 5 minutes à parler de ses idées politiques, ou même de dépenser 5$ pour que d’autres les propagent, c’est déjà trop, souvent beaucoup trop. Alors à savoir si ma génération va participer à un combat qui demande abnégation et conscience sociale, rien n’est moins sûr. En cette ère de facilité c’est de « perdre son temps » que d’étudier l’histoire, ou simplement de réfléchir un peu sur ce que nous attendons de notre société.

Nous perdons conscience de l’importance qu’a la culture collective au cœur de chacun de nous. Nous oublions aussi que nous ne faisons pas que partie du Québec, nous sommes le Québec. Finis les soirées ou de jeunes Québécois allaient écouter de la poésie, des pièces de théâtre ou participer à de longues discussions politiques. Il ne nous reste plus que quelques fous, comme moi, comme d’autres, qui sentent l’importance du combat et qui deviennent « le souverainiste » de leur entourage.

Ainsi, quand j’observe la lutte que nous menons actuellement, je ne peux que me questionner sur l’évolution du mouvement indépendantiste depuis une trentaine d’années. Nous avons actuellement près de trois millions de partisans, mais nous pourrions à peine mobiliser 1000 personnes dans la rue comme au temps du RIN.

Nous avons un parti qui prend fréquemment les rênes du pouvoir, mais qui tiens ses messes à vide, comme autant d’assemblées de caisses de populaire. Nous avons 135 000 membres inscrits, mais combien sont près à plus que de donner leur 5 $ une fois par année ? À lire du Vallière, à écouter parler Lévesque ou à sentir les hurlements en réponse au général de Gaulle, c’est se demander si la majorité que nous touchons presque sera utile en quoi que ce soit dans cette lutte.

Pour dire vrai, les Québécois ne veulent plus entendre parler d’indépendance, comme ils ne veulent plus entendre parler de rien. Si encore ils étaient farouchement fédéralistes, ça nous donnerait au moins une pierre d’assise sur quoi bâtir, mais dans le vide, comment ériger quoi que se soit ?

Nul doute que si cette situation demeure encore longtemps, le noyau indépendantiste fort se radicalisera progressivement, répondant à une indifférence grandissante. Que peuvent les quelques milliers de véritables libérateurs de peuple contre la lâcheté et l’aplaventrisme d’une jeunesse qui ne connait que son nombril ou celui de la planète, mais jamais de celui de son pays.

L’ennemi veston-cravate que nous subissons actuellement est bien pire qu’un tyran conventionnel, parce que son influence est insidieuse, et qu’on ne peut le saisir qu’intellectuellement. La faim et la misère sont matérielles et tangibles, l’édulcoration culturelle et l’assimilation sont des phénomènes lents et indolores.

Le mouvement de décolonisation des années 70 n’a fait que la moitié de son parcours. Nous avons la main mise sur notre culture, notre économie, et même partiellement sur notre langue, mais toujours pas sur les réelles rênes du pouvoir politique. Le mouvement souverainiste doit impérativement devenir plus qu’une police d’assurance contre l’influence néfaste des puissances économiques et politiques, il devra un jour donné au Québec un choix définitif entre sa disparation et une transition volontaire vers un statut stable pour un peuple qui n’a jamais rien connu de tel.

2 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 JP Le 10 octobre 2008 à 9h45

    Méga contradiction : dans ce régime fédéral on a le contrôle de notre langue, culture et économie mais, phrase suivante, on est appelés à disparaître comme peuple si on ne fait pas l’indépendance. C’est ça votre problème, les péquistes : vous ne convainquez plus les Québécois que la souveraineté soit nécessaire pour notre existence nationale, et ce, pour la très simple et bonne raison que ce n’est absolument pas le cas!!

  2. 2 Dave Le 10 octobre 2008 à 11h41

    JP, si on avais le contrôle complet de notre langue, et bien les 200 000 Québécois qui travaillent pour des entreprises fédérales sur le territoire québécois pourraient avoir le droit d’avoir le français comme langue de travail, ce qui n’est pas le cas actuellement.

    Les coupures du fédéral devraient être suffisantes pour justifier qu’on n’est pas autonome en culture. Le fait que Charest réclame la souveraineté culturel est un autre bon indice.

    Pour l’économie, on n’a pas non plus le plein contrôle sur cette dernière. De plus on est accroché aux politiques étrangères du Canada car ça revient au fédéral de gérer les relations internationales. Mais alors, comment peut-on être souverain en culture si on peut même pas siéger à l’UNESCO par exemple. Comment peut-on prendre des décisions économiques à la table avec d’autres pays quand on n’est qu’une province?

    On n’est pas nécessairement voué à disparaître, on est juste voué à rien dans le Canada fédéral.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 23 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 638 a été rédigé par Julien Gaudreau il y a 14 ans et 0 mois, le mercredi 20 septembre 2006.

Il y a 2 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, L'indépendance du Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2011: Le poing sur la table Plus le RRQ prend de l'importance et occupe de la place dans l'actualité politique au Québec, plus les critiques fusent [...]

2011: Obama veut réduire le déficit fédéral de 4 mille milliards de dollars Aux États-unis, le président Barack Obama a dévoilé ce lundi son deuxième grand programme économique en 10 jours. Cette fois, [...]

2011: Si fragile Bon, de quoi vais-je vous parler cette semaine? De l’inimitable André Boisclair, chef du PQ et ministre de l’Environnement il n’y [...]

2011: Québec est en train de perdre ses acquis! Le Québec de Jean Charest nous fera perdre nos territoires,  le titre de province,  le droit à la liberté et [...]

2009: Révision de la politique minière au Québec Dans la politique qu’il entend soumettre pour consultation l’automne prochain, le gouvernement Charest promet d’être plus exigeant envers les compagnies [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages