Le mardi 24 octobre 2006

Québec

Le Québec a honte, le Canada s’illusionne

L'indépendance du Québec ]

Par Julien Gaudreau

Le mouvement indépendantiste a des adversaires redoutables. Alors qu’il relève historiquement de la volonté populaire, pour ses effectifs militants comme pour son financement, ses adversaires s’abreuvent à une source presque intarissable. Nous pouvons maintenant affirmer sans l’ombre d’un doute que le financement des fédéralistes, pour le dernier référendum du moins, a été fourni illégalement par […]

Le mouvement indépendantiste a des adversaires redoutables. Alors qu’il relève historiquement de la volonté populaire, pour ses effectifs militants comme pour son financement, ses adversaires s’abreuvent à une source presque intarissable. Nous pouvons maintenant affirmer sans l’ombre d’un doute que le financement des fédéralistes, pour le dernier référendum du moins, a été fourni illégalement par les instances fédérales et par des chefs de grandes corporations. De même, une des responsables de ce financement subversif était une agente de haut rang du SCRS. Le combat pour l’indépendance, malgré tous ceux qui voudraient nous faire croire le contraire, n’a jamais été le combat d’un peuple contre lui-même. L’adversaire a toujours été un système érigé il y a très longtemps pour stabiliser les situations politiques des francophones sous l’égide britannique, et qui perdurent aujourd’hui sous un couvert nouveau, mais avec les mêmes intérêts et conséquences.

Je ne doute pas que l’ambition de la très grande majorité des Canadiens, et même celle d’une bonne partie de l’establishment canadien n’est pas s’ingérer culturellement, économiquement ou politiquement au sein de la nation québécoise. Malheureusement, ces descendants de conquérants se sont échafaudé une nouvelle nation, autant par rejet de l’influence britannique que par rejet des Etats-Unis. À preuve, la francophonie est citée sur toutes tribunes comme un exemple de la réussite canadienne. Malheureusement, ils se nourrissent d’un symbole dont la présence deviendra justement symbolique hors Québec dans un futur très proche.

Problème majeur, ils ont transformé le lien paternaliste et contrôlant qui existait entre les anglophones du Canada et les francophones du Québec en nourriture pour un nationalisme en manque de particularisme. Ils ont subitement imaginé un lien de cohabitation pacifique et symbiotique avec le Québec, mais sans changer une structure qui ne représente pas cet état de fait et sans réellement prendre en compte notre avis. Quand des divergences surviennent entre les deux nations, ils auront tôt fait de joué de leur majorité pour faire penché la balance de leur côté. Ce fut le cas pour le rapatriement de la constitution par exemple. Ils ont souverainement ignoré une nation qui existait déjà sous leur contrôle pour tenter de l’associer symboliquement à la leur. Pourtant, le Canada tel qu’il est conçu actuellement sert le but pour lequel il a été mis en place, mettre en minorité une enclave culturelle gênante, en attendant de pouvoir tout simplement la diluer suffisamment pour qu’elle se confonde sur ses intérêts et appartenances. Dans la plus pure tradition de l’impérialisme britannique.

C’est sans conteste ce qui arrive aujourd’hui. Le poids démographique et l’influence politique du Québec décroissent de manière rapide, alors que celui du Canada croit. À moyenne ou longue échéance, la nation québécoise s’étiolera dans l’ombre canadienne et s’isolera, se retournant vers le passé pour survivre en se folklorisant graduellement un peu comme le fond actuellement les Acadiens (maintenant reconnu comme nation par le Canada !).

Tout ce processus n’est pas nécessairement souhaité par le Canada et ses figurants actuels, mais en voulant protéger à tous les prix la pérennité des institutions qui le constitue et son identité chimérique, cet état va graduellement éroder le nôtre. La modification de la structure canadienne est théoriquement faisable, mais encore faudrait-il que les canadiens jettent un regard nouveau sur nous en nous voyant plutôt comme des partenaires que comme des composants de leur nation. Les canadiens ne changeront pas, parce qu’ils n’ont pas intérêt à changer.

Ce qui rend si difficile la séparation du Québec du Canada, c’est qu’une partie du peuple québécois, par intérêt, méprise ou naïveté, s’est intégré dans ce fantasme politique de la nation canadienne. Paradoxalement, il se reconnaît dans la nation québécoise et dans la nation qui lui nie une existence réelle. Personne n’a deux têtes, un jour, ils devront choisir.

Les éléments militants du groupe pression fédéraliste tirent souvent un avantage monétaire ou d’influence à leur militantisme, ce qui est rarement le cas pour les militants indépendantistes. De même, les fédéralistes ont généralement orienté leurs actions vers une réponse réactionnaire systématique aux tentatives des indépendantistes de débloquer la situation politique de la nation québécoise. Pour eux, la situation constitutionnelle est certe problématique, mais se réglera dans le futur. Comment, par qui, quand, personne n’ose le dire. Pire, personne ne le leur demande. Cette position est généralement l’apanage des carpettes provinciales, qui servent généralement alternativement d’essuies pieds aux fédéraux et d’appât pour les quelques spécimens de nationalistes mêlés qui s’illusionne encore hors de la sphère d’influence indépendantiste.

Le peuple québécois est actuellement paralyser, non pas par la peur comme on peut le penser au premier abord, mais par la honte. Notre histoire de peuple vaincu, soumis et jugulé par une trop longue période de replis défensifs nous a marqués profondément. Le Québec a été traumatisé à de multiples reprises et à force d’avoir trop longtemps refoulé les échecs a honte d’en parler et détourne le regard de ses sentiments. Les Québécois refusent maintenant de se regarder en face, et préfèrent se retourner vers des défis qui n’impliquent aucun risque de défaites supplémentaires. L’environnement, la paix, la solidarité, se sont tous des sujets qui n’impliquent aucune remise en question, qui ne peuvent soulever qu’un accord béat. Pour faire débloquer le débat, pour faire avancer la cause indépendantiste, il faudra que les Québécois acceptent de refaire le pas vers eux même. Qu’ils assument leur histoire, et prennent en main leur avenir. Il faut que nous arrêtions de nous excuser d’exister. Ils ne faut pas les convaincre d’être indépendants, il faut leur rendre leur fierté. Une fois la honte dépassée et la fierté retrouvée.

« Le pancanadianisme est l’opium de la nation canadienne-française. »

Raymond Barbeau, fondateur de l’alliance Laurentienne

Un commentaire à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Yves Perron Le 17 avril 2010 à 10h58

    Assez c’est assez! Pire que de se faire fourrer: C’est de se faire fourrer par des gens qui nous prennent en plus pour des cons.

    Non mais les libéraux et fédéralistes en tous genres nous prennent vraiment pour des (nonos) quand ils nient que tout leur financement est propre et légal…ça s,adonne que j’ai des amis libéraux depuis toujours qui s’occupent de financement qui ont eu des postes de prestige sous les libéraux ,et dans une conversation au coin de la table nous avouent candidement que dans le parti libéral la culture de la (magouille) est érigée en système. Ben voyons donc toi… comme si tout le Québec ne le savait pas … Il y a ceux qui le savent et qui se désintéressent de la politique , il y a ceux qui le savent et qui en profitent, et il y a ceux qui le savent et qui font semblant de pas le savoir par peur d’être obligés de changer de parti…

    En attendant on noie le poisson en déclenchant une commission d’enquête sur le processus de sélection des juges.

    Comment faire pour obtenir justice contre cette gang qui violent outrageusement et ouvertement la loi Québécoise sur le financement des partis politiques?

    Voici MA SOLUTION: Le financement de chaque parti devrait venir directement du d.g.e. qui obtiendrait l’argent à partir des votes exprimés. Non mais c’est tu trop simple ou quoi? C’est sûr que le parti Libéral ne passerait plus et John Charest serait dans la misère mais me semble que ça ferait changement d’avoir un gouvernement propre pour un bout de temps…

    … Je ne suis membre d’aucun parti et je suis un INDÉPENDANTISTE fini qui attends que son peuple se tienne enfin comme les Anglais de West Island et les Juifs qui eux se disent (la fin justifie les moyens)et qui votent Libéral en se pinçant le nez. Je voyage depuis toujours dans le Pays d’à côté (Canada) et je les connais bien les Canadiens Anglais et je peux vous affirmer que ceux qui s’illusionnent encore sur notre appartenance à un pays qui nous ressemble et nous rassemble vont mourir avec leurs illusions et leurs descendants avec. ( Un peuple qui meurt ça meurt longtemps) Pierre Falardeau…

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 23 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 929 a été rédigé par Julien Gaudreau il y a 13 ans et 11 mois, le mardi 24 octobre 2006.

Il y a un commentaire suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous L'indépendance du Québec, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2009: Rassemblement pour changer le nom de la rue Amherst Les Jeunes Patriotes du Québec vous invitent à venir changer le nom de la rue Amherst. Pour l'instant, Louise Harel, [...]

2009: Le gouvernement fédéral, protecteur des petits épargnants du Québec! Réponse au texte d’opinion de M. Éric Duhaime. M. Duhaime propose que le fédéral serai mieux en mesure de protéger les [...]

2009: Journée pour l’élimination de la pauvreté La Coalition régionale de la Marche mondiale des femmes, le Collectif de luttes et d’actions contre la pauvreté de la [...]

2009: Les banlieusards gagnent du terrain au Québec Qu’on le veuille ou non, le Québec devient de plus en plus une nation de banlieusards. La concentration de la [...]

2009: La sélection et l’intégration des immigrants au Québec Au cours d’un débat tenu ce matin à l’Assemblée nationale, le député de Vachon et porte-parole de l’opposition officielle en [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages