Le mardi 9 septembre 2008

PolitiqueQuébec

In and Out: Stephen Harper doit respecter la Loi électorale

Le PC a contourné le plafond des dépenses autorisées par la loi

CanadaCampagne électorale fédérale 2008 ]

Par Bloc Québécois

Dans la foulée du scandale conservateur des « in and out » qui a entaché le dernier scrutin, le chef du Bloc Québécois, Gilles Duceppe, s’est engagé au nom de son parti à respecter la Loi électorale.

Pour éviter qu’un tel scandale ne se reproduise, le Directeur général des élections a rappelé par écrit à tous les partis, le 1er septembre dernier, quelles étaient les règles en matière de dépenses électorales. Ces règles sont les mêmes que lors des dernières élections et elles sont très claires. Aujourd’hui, je m’engage à ce que le Bloc Québécois respecte ces règles comme nous l’avons toujours fait.

Je demande à Stephen Harper d’en faire autant et je lui demande de s’engager à respecter la loi. Si Stephen Harper veut faire preuve de respect envers la démocratie, il doit reconnaître la légitimité d’Élections Canada. Il doit aussi exiger de ses candidats qui ont reçu un remboursement pour ensuite faire l’objet d’une enquête, de remettre l’argent en cause à Élections Canada le temps que la lumière soit faite. Le premier ministre doit ensuite accepter de collaborer de bonne foi avec les autorités électorales et judiciaires. Enfin, le chef du parti conservateur doit s’engager, au nom de son parti, à ne pas répéter le stratagème mis sur pied en 2006, un stratagème qui a entaché le résultat des dernières élections.

S’il refuse, nous devrons nous poser la question à savoir quelle légitimité aura le Parti conservateur s’il obtient une majorité.

Selon le Directeur général des élections, seul le Parti conservateur a usé du stratagème du « in and out » visant à contourner le plafond des dépenses autorisées par la loi. Si les allégations du DGE sont confirmées, le Parti conservateur aura ainsi dépassé le plafond des dépenses électorales de plus d’un million de dollars. Pas moins de 27 des 75 candidats conservateurs du Québec font d’ailleurs toujours l’objet d’une enquête d’Élections Canada. De ce nombre, quatre ont été nommés ministres, soit Josée Verner, Lawrence Cannon, Christian Paradis et Maxime Bernier.

Stephen Harper a pourtant toujours refusé jusqu’ici d’accepter les conclusions du DGE. Devant la mauvaise foi des conservateurs, Élections Canada et la GRC ont même été obligés d’effectuer une perquisition policière dans les locaux du Parti conservateur du Canada.

Un commentaire à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Louis-Philippe Lafontaine Le 9 septembre 2008 à 17h45

    Harper est une manipulateur de la pire espèce. Pas surprenant que sa clientèle est souvent moins éduquée et moins politisée.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article