Le jeudi 15 mars 2012

SociétéQuébec

L’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) en grève générale illimitée

Ce sont près de 10 000 étudiants qui s'ajoutent immédiatement au mouvement de grève générale illimitée

Par AmériQuébec

C’est suite à une assemblée générale que l’on peut presque qualifier d’interminable que l’issu du vote de grève des étudiants de l’Université du Québec à Trois-Rivières s’est conclu avec une majorité en faveur de la grève générale illimitée.

Vous êtes sans doute des milliers ce matin à vous réveiller et vous rendre compte que l’Université du Québec à Trois-Rivière est en grève générale illimitée. En effet, mercredi soir avait lieu à l’Université du Québec à Trois-Rivières l’Assemblée générale étudiante qui portait sur la possibilité de déclencher une grève générale illimitée. Plus de 2000 étudiants se sont donc entassés dans un gymnase pour une durée d’environ six heures.

Le tout s’est déroulé en trois étapes. Tout d’abord, un vote à main levée a été effectué afin de déterminer si l’UQTR devait décréter une levée de cours pour la manifestation du 22 mars, ce qui fut adopté à forte majorité.

Par la suite, les membres ont voté, toujours à main levée, pour une grève supplémentaire de trois jours, ce qui fut refusé à majorité.

Finalement, un troisième vote a eu lieu, dont la proposition portait sur la grève générale illimitée. Le vote a main levé fut tellement serré qu’il fut convenu de séparer la foule en deux, soit les pour et les contre de chaque côté du gymnase. Encore là, selon les personnes présentes, tout semblait tellement serré qu’un vote secret a dû être tenu.

Après 6 heures à être empaquetés dans un gymnase, les 2164 personnes qui étaient toujours présentes ont finalement constaté le résultat suivant: 1097 pour, 1049 contre. Cela porte donc le nombre total d’étudiants en grève générale illimitée à près de 180 000, ce qui représente presqu’un étudiant sur deux du réseau postsecondaire.

C’est la première fois de son histoire que l’UQTR tombe en grève, et de plus, 2164 personnes constituent un record pour une assemblée générale étudiante à cette université.

Que va-t-il se passer avec ma session? Foire aux questions


Si vous étiez contre la grève, plusieurs questions vous viennent sans doute en tête, et voici les réponses:

  1. Est-ce que ma session va être annulée? La réponse, NON. La ministre Beauchamp l’a confirmé. Voir cet article.
  2. J’ai un examen demain matin, dois-je quand même étudier et m’y rendre? La réponse, NON. Vous n’avez plus d’examen la semaine prochaine non plus et vous seriez mieux d’aller faire du piquetage et d’aller manifester.
  3. Est-ce vrai que la hausse de 1625$ par année affecterait principalement la classe moyenne? La réponse: OUI. La ministre Line Beauchamp l’a confirmé. Voir cet article.
  4. J’ai un travail long à remettre pour mardi prochain. Dois-je toujours le remettre? La réponse, encore NON.
  5. Mais j’ai peur que mes professeurs me donnent une mauvaise note ou que la grève nuise à ma session? Rassurez-vous, les professeurs de l’UQTR ont affirmé très clairement qu’ils donnaient leur appui aux étudiants. Ce que cela signifie, c’est qu’ils seront très accommodants lorsque viendra le temps d’être évalué et de reprendre les cours.
  6. Je veux quand même aller à mes cours. Puis-je y assister? La réponse, NON. Les professeurs, étant solidaires avec les étudiants, ne donneront pas de cours. Vous pouvez toujours continuez vos lectures à la maison, ça, rien ne vous l’empêche.
  7. Plusieurs personnes faisant partie du Mouvement des étudiants socialement responsable du Québec (MESRQ) m’ont dit que je devrais me plaindre à mon asso et défoncer les lignes de piquetage. Devrais-je le faire? La réponse, NON. Certains membres du MESRQ ont bien affirmé que certains artistes qui s’opposaient à la hausse étaient des déchets et qu’on devrait couper leur subvention, alors je crois qu’on repassera pour ce qui est des commentaires peu avisés qui proviennent de ce mouvement éparse dont plusieurs porte-parole sont membres du PLQ. D’ailleurs, un porte-parole du mouvement a quitté celui-ci, signe que quelque chose cloche dans le MESRQ.
  8. Oui, mais moi je… Tsss tsss, chut. Il n’y a plus de MOI JE. Reprenez votre calme. C’est le temps de penser au NOUS. Vous êtes maintenant tous en grève à l’UQTR. En conséquence, vous seriez mieux de vous rallier au mouvement et de manifester, faire part de votre opposition au gouvernement, etc. Bref, faire ce qu’il faut pour régler le conflit, ce qui réduira la durée de la grève éventuellement.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 442 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 646 a été rédigé par AmériQuébec il y a 7 ans et 5 mois, le jeudi 15 mars 2012.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Société.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Stratégie de relance au MESRQ: Martine comme nouvelle porte-parole du mouvement Ça ne lésine pas au MESRQ depuis quelques jours. Les 3330 membres du groupe (moins 100 personnes, pour toutes celles [...]

2012: L’Institut économique de Montréal est intimidé Selon l'Institut économique de Montréal (IEDM), il y aurait eu une quarantaine de jeunes cagoulés (ça fait peur des cagoules) [...]

2010: Le Parti Québécois élimine le SPQ-Libre Depuis le temps que certains en rêvaient, voilà que le club politique Syndicalistes et progressistes pour un Québec libre (SPQ-Libre) [...]

2010: Tsunami aux Élections Régionales en France Toutes les rédactions de la presse écrite, radiophonique et télévisuelle française et internationale font les gros titres sur « La [...]

2010: Emballement possible du réacteur CANDU à Gentilly-2 Le journaliste Louis-Gilles Francoeur a révélé le 4 mars dans Le Devoir que le réacteur nucléaire Gentilly-2 de type CANDU [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages