Le lundi 15 mars 2010

PolitiqueQuébec

Le Parti Québécois élimine le SPQ-Libre

Il faut faire confiance à la base militante, peu importe où elle agit

Par RRQ

Le PQ de Pauline Marois est en train de faire le vide autour de lui, oubliant ainsi qu’il est censé constituer une coalition de militants provenant d’horizons divers et marchant résolument vers le pays du Québec.

Depuis le temps que certains en rêvaient, voilà que le club politique Syndicalistes et progressistes pour un Québec libre (SPQ-Libre) a été éliminé par le Parti Québécois, et ce, par une simple décision arbitraire prise par l’exécutif du parti et entérinée par la Conférence nationale des présidentes et des présidents (CNPP). Il n’y a bien sûr rien de surprenant dans ce dénouement, des informations circulaient depuis un bon bout de temps déjà et laissaient clairement entendre que le PQ de Pauline Marois voulait se débarrasser du SPQ-Libre, mais ce qui était prévisible est malgré tout déplorable.

Une telle décision prise par la direction péquiste derrière des portes closes, donnant ainsi naissance à une nuit des longs couteaux nouveau genre, est déplorable car elle démontre encore une fois – comme si besoin était – que le PQ ne respecte pas la base militante progressiste et indépendantiste. Les militants sont les bienvenus dans le PQ de Pauline Marois pourvu qu’ils laissent leurs idéaux à la porte et adoptent plutôt des virages à droite et provincialistes. Ce qui n’est rien pour emballer les militants progressistes et indépendantistes, c’est l’évidence même.

C’est d’ailleurs pour cette raison que la plupart des militants les plus décidés ont déjà quitté le navire péquiste et militent depuis sous des cieux qui correspondent davantage à leurs objectifs politiques. D’autres s’entêtent à faire enfin comprendre le bon sens au PQ, en militant au sein de ce parti, mais en y défendant des positions qui constitueraient des réorientations importantes du discours péquiste si elles devaient être adoptées.

Ces militants semblent faire fi d’un détail important: le fonctionnement du PQ est de moins en moins démocratique. C’est de plus en plus impossible de faire avancer des idées dans ce parti si elles ne reçoivent pas d’emblée l’imprimatur impérial. Les conseils nationaux ont été éliminés et les congrès, repoussés dans le temps. Les militants peuvent de moins en moins s’exprimer dans un parti qui est presque complètement, aujourd’hui, sous le contrôle des apparatchiks et de la CNPP. Tout cela dessert la démocratie.

Dans de telles circonstances, il est bien évident que les empêcheurs de tourner en rond sont perçus comme autant d’épines au pied par un parti qui est de plus en plus autoritaire. La direction agit donc de façon à éliminer l’influence des militants progressistes et indépendantistes au sein du parti. C’est le triste sort qu’on a réservé au monument Yves Michaud, c’est le triste sort qu’on a réservé à Jean-Claude St-André, c’est le triste sort qu’on réserve au SPQ-Libre et c’est le même traitement que l’on a réservé au Réseau de Résistance qui est monté fièrement au front, l’hiver dernier, afin d’empêcher le Canada d’humilier les Québécois en reconstituant la bataille de 1759.

Le Réseau de Résistance tient donc à faire savoir aux gens qui ont cru dans le SPQ-Libre – et qui ont eu raison de le faire – que nous sommes solidaires de leur cause. Tout comme eux, nous croyons que la plus grande « richesse » du mouvement indépendantiste demeure encore et toujours sa base militante. Un parti qui se permet de cracher sur le travail accompli de bonne foi par des militants, qu’ils soient progressistes comme ceux du SPQ-Libre ou indépendantistes comme ceux du Réseau de Résistance, court à sa perte.

Le PQ de Pauline Marois est en train de faire le vide autour de lui, d’éloigner ses clientèles traditionnelles et qui sont composées d’indépendantistes ET de progressistes, oubliant ainsi qu’il est censé constituer une coalition de militants provenant d’horizons divers et marchant résolument vers le pays du Québec. Tout ça pour adopter des positions politiques qui puent l’adéquisme. C’est navrant! Et c’est à se demander qui aura encore le goût de militer pour le PQ.

Dans un tel contexte, il ne reste qu’une chose à faire: faire confiance à la base militante, peu importe où elle agit (au PQ, après y avoir fait le ménage ou ailleurs). Il n’y a qu’elle, une fois qu’elle sera efficacement organisée et jouissant ainsi d’un bon rapport de force, qui saura nous conduire un jour au pays du Québec.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Patrick Bourgeois

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 151 articles

Profil: Le RRQ est une organisation de résistance qui considère l’indépendance du Québec comme nécessaire à la survie et au développement de la nation québécoise. Il tire son inspiration de toutes…

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 672 a été rédigé par Réseau de Résistance du Québécois il y a 9 ans et 7 mois, le lundi 15 mars 2010.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Politique.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Stratégie de relance au MESRQ: Martine comme nouvelle porte-parole du mouvement Ça ne lésine pas au MESRQ depuis quelques jours. Les 3330 membres du groupe (moins 100 personnes, pour toutes celles [...]

2012: L’Institut économique de Montréal est intimidé Selon l'Institut économique de Montréal (IEDM), il y aurait eu une quarantaine de jeunes cagoulés (ça fait peur des cagoules) [...]

2012: L’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) en grève générale illimitée Vous êtes sans doute des milliers ce matin à vous réveiller et vous rendre compte que l'Université du Québec à [...]

2010: Tsunami aux Élections Régionales en France Toutes les rédactions de la presse écrite, radiophonique et télévisuelle française et internationale font les gros titres sur « La [...]

2010: Emballement possible du réacteur CANDU à Gentilly-2 Le journaliste Louis-Gilles Francoeur a révélé le 4 mars dans Le Devoir que le réacteur nucléaire Gentilly-2 de type CANDU [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages