Le samedi 14 janvier 2012

PolitiqueQuébec

Crise au PQ: Bernard Drainville veut “avoir la conscience tranquille”

«Le PQ pourrait disparaître»

Par Sylvain

Dans une entrevue au quotidien Le Devoir, Bernard Drainville dit “avoir encore confiance en Pauline Marois, mais avoue s’inquiéter.” Vous savez, quand notre être cher nous dit “Je t’aime, mais…”.

Le fameux “mais” est souvent le signal que ça ne va pas très bien. Drainville semble lucide quant à la situation que vit le PQ, disant qu’il “faut refaire l’unité du parti. En fait, il faut que les départs cessent. Il y a eu trop de départs et il y a eu trop de démissions1.”

Bernard Drainville, quand il n’utilise pas le “mais”, dit “je le pense”, pour répondre à la question “Pauline Marois est-elle en mesure de mener cette opération de sauvetage?”.

En bout de ligne, dans l’article du Devoir, on ne retrouve pas un Bernard Drainville très joyeux. On a l’impression que son parti politique, le PQ,  a un cancer avancé et qu’il joue le tout pour le tout afin de sauver ce parti.  «Je veux avoir la conscience en paix… Si jamais le pire devait arriver, je veux être capable de dire que j’ai fait tout ce que ma conscience me dictait pour l’éviter”.

Le problème du Parti Québécois, c’est que la chef actuelle n’a pas le minimum de popularité requis pour gagner les prochaines élections. Elle est, selon des “démissionnaires” et une bonne partie de la population, en quelque sorte la métastase du PQ.

François Rebello a quitté le PQ parce qu’il n’avait évidemment plus aucun espoir de voir le PQ prendre le pouvoir aux prochaines élections avec Pauline Marois à la tête. Son erreur aura été d’aller à la Coalition avenir Québec.

En juin, il était encore possible de sauver le Parti Québécois, mais maintenant, le cancer semble être généralisé. Je crois que Bernard Drainville est un très bon “organe”, et il aurait tout intérêt à aller se greffer à Option nationale, parti qui a été créé un peu avant la Coalition avenir Québec. Le parti Option nationale, si quelques “organes” sincères du Parti Québécois allaient s’y greffer, ferait parler de lui autant que la CAQ dans les médias.

Bernard Drainville est pour l’unité des forces souverainistes. Toutefois, selon Le Devoir, “il reconnaît que cette idée risque de créer des frictions dans les rangs du PQ.” En fait, il semble que monsieur Drainville ne se soit pas encore rendu compte que c’est peut-être le PQ qui est le problème dans le mouvement souverainiste. Il dit vouloir avoir la conscience tranquille, mais en restant au PQ, lui qui ne semble plus vraiment croire à ce parti si on lit entre les lignes de l’article du Devoir, ne pourra pas avoir la conscience tranquille.

On a l’impression que Pauline Marois est sur un piédestal, en attente d’être élue, pendant que des députés de qualité comme Bernard Drainville doivent agir comme des disciples soumis et tenter de faire l’impossible pour sauver le PQ.

La majorité de la population semble voir le PQ comme une famille déchirée, vivant dans une maison qui a été inondée. Il n’y a plus rien à faire, il faut reconstruire en neuf à présent. Heureusement, Jean-Martin Aussant l’a compris, et il n’a pas hésité à commencer la construction d’une nouvelle maison.

Ainsi, Bernard Drainville a le choix, soit il continue à arracher les tapis et les murs du sous-sol “PQ”, sans trop croire aux résultats des rénovations, soit il prend son courage à deux mains et va aider à construire Option nationale2.

Bernard Drainville, pour celles et ceux qui le suivent sur son site Internet3, pourront constater qu’il est un travailleur acharné, et il mérite mieux que de faire de la rénovation.

L’été dernier, Drainville a consulté les Québécois. Il écrit

Le problème, c’est qu’on vit à une époque où les gens croient que la politique est sale et que tous les partis sont pareils. Vous avez été nombreux à témoigner de cette désillusion lorsque je vous ai consultés cet été. Le constat est accablant : les Québécois ont perdu confiance. Peu importe ce qu’on leur propose, peu importe le parti, c’est souvent le scepticisme et le cynisme qui l’emportent. Les Québécois ont l’impression que l’intérêt des groupes de pression, des lobbies, prime sur l’intérêt citoyen, sur l’intérêt national4.

Je souhaite bonne chance à Bernard Drainville les 27, 28 et 29 janvier prochains,  alors que le Parti Québécois tiendra un conseil national portant justement sur la nouvelle politique et sur le renouveau démocratique. Toutefois, je ne crois pas qu’il sera en mesure de changer la politique au sein du Parti Québécois. Même lui, dans son entrevue au Devoir, ne semble pas y croire outre-mesure. Enfin, lors du conseil dans deux semaines, Drainville pourra peut-être faire un miracle!

  1. Bernard Drainville en entrevue au Devoir – «Le PQ pourrait disparaître» []
  2. Option nationale []
  3. Bernard Drainville – Député de Marie-Victorin []
  4. Changeons la politique au prochain conseil national du Parti québécois []

3 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean Rousseau Le 15 janvier 2012 à 9h50
  2. 2 Jean Rousseau Le 15 janvier 2012 à 9h54
  3. 3 Gerry Pagé Le 20 janvier 2012 à 2h58

    Ça se voit à l’œil nu.

    Jeune ambitieux et souffrant d’un ego démesuré, le péquiste et carriériste Bernard Drainville, au moyen de la division, du double langage et de l’abus de confiance, vise la chefferie et la présidence de la république dont rêvait Pauline, alors que l’anti-fédéraliste Gilles Duceppe, tentant de combler le vide qui l’habite depuis le 2 mai 2011, convoque la soldaterie de l’opportunisme, comptant sur l’adhésion de Zonzon Beaudoin et sur celle de Curzi et Lapointe qui vivotent sur les tablettes des poussières du plus humiliant des oublis. En somme, Caquistes et Coquistes, chacun tentant d’occuper les deux cours d’un même poulailler, contribueront à la réélection des illusionnistes mais solidaires libéraux dont les collusionnistes, dont les agents doubleurs, les commanditaires, les subventionnaires, les subsidiaires de la corruption institutionnalisée, les super généreux donateurs et collabos gestionnaires de la petite caisse du PLQ, feront sortir le vote, sachant fort bien et mieux que quiconque que les Québécois sont des contristes réactionnaires, des nonnistes réfractaires et des activistes divisionnaires qui ont opté pour l’errance. Ce qui a eu pour effet de porter Stephen Harper au pouvoir fédéraliste majoritaire, John James Charest au pouvoir provincialiste majoritaire et Régis Labeaume au pouvoir municipaliste majoritaire, sans réaliser, pour un instant, qu’ils entonnaient la marche funèbre de l’ADQ, suivie du libera du PQ. L’ADQ disparait, QS fait cavalier seul, le PQ s’implose. La CAQ fait office de grosse verrue que maquillent les médias manipulateurs et prestidigitateurs. Si les élections provinciales sont déclenchées dès le printemps, le PLQ engrange 4 autres années de pouvoir majoritaire et les retombées du Plan Nord arraisonneront une crise économique qui tient de la spéculation, de la fabulation et de la diversion virtuelle.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Articles rédigés: 346 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 756 a été rédigé par Sylvain il y a 8 ans et 9 mois, le samedi 14 janvier 2012.

Il y a 3 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Politique, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Option nationale a déjà plus de 1000 membres À la Coalition avenir Québec de François Legault, pitou, minou, et un peu n'importe quoi peut devenir membre, et sans [...]

2012: Bernard Drainville a raison et tort à la fois ! Ce que soulève Bernard Drainville est juste. Il y a beaucoup réfléchi. Il a déjà fait plusieurs tentatives pour convaincre [...]

2010: Tremblement de terre en Haïti « En mon nom et en celui du chef du Bloc Québécois, je désire faire part de notre plus grande [...]

2010: Séisme en Haïti: le peuple haïtien peut compter sur la solidarité des Québécois « J’ai été profondément attristée d’apprendre qu’un séisme d’une ampleur phénoménale est survenu hier, à quelques kilomètres de la capitale [...]

2009: Reconstitution de la bataille des plaines d’Abraham En 1964, la ville de Québec a été le théâtre d'un vif affrontement entre les forces de l'ordre (plusieurs policiers, [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages