Le vendredi 1 octobre 2010

QuébecÉconomie

Parlons crédit: où va le Québec?

Canada ]

Par Mouvement Québec Renouveau

Je suis inquiet. S’il faut une crise pour changer les choses, elle est là. Mais très peu de gens en parlent. C’est le cri d’urgence que lance le Mouvement Québec Renouveau. Aurez-vous, vous aussi le courage d’appuyer cette mesure et d’embellir notre avenir collectif ?

J’ai une carte de crédit. Comme bien des gens. Ma femme aussi. Nous avons une marge de crédit en compte conjoint. Nous avons un prêt auto, un prêt hypothécaire, une carte Sears. Nous avons déjà bénéficié par le passé du remboursement via Accès D de Desjardins et des paiements étalés chez les marchands de meubles. Nous connaissons bien le crédit.

Il nous est arrivé d’utiliser ces options d’achat avant d’avoir le réel pouvoir de le faire, bref de remplir les cartes et la marge, de commencer à voir rouge et à paniquer un peu. Nous aimons consommer ici et maintenant.

J’ai lu récemment quelques livres sur la richesse d’auteurs renommés qui ont bien réussi financièrement. Presque à chaque fois, je lis quelque chose qui se rapproche de ceci : « si vous n’avez aucune dette, vous êtes riche. », ou encore : « n’achetez que ce que vous pouvez payer comptant. » Comment être en désaccord avec ce principe ? Sauf bien sûr si l’emprunt sert à faire un réel investissement qui ne perd pas sa valeur et qui finira par rapporter, le crédit peut être bénéfique. Mais dans bien des cas qui s’accumulent, des besoins nouveaux et pas nécessairement essentiels poussent le désir juste assez loin pour rappeler que l’accès au crédit est facile.

Tant que les habitudes de remboursement sont constantes et ne restent jamais en dessous du niveau global d’endettement, ça va. Mais quand on ne rembourse pas et qu’on accumule…

L’Institut économique de Montréal a mis sur pied un compteur de la dette du Québec. Hallucinant de constater la vitesse à laquelle la dette progresse. C’est 287 dollars par seconde. Arrêtez-vous et relisez ce chiffre. Imaginez ce que vous pourriez faire à chaque seconde avec un montant pareil. C’est plus de 17 000 dollars par minute, plus de 25 000 000 de dollars par jour, de 9 000 000 000 de dollars par année. J’ai fait exprès pour que vous puissiez compter le nombre de zéros. Et nous sommes présentement à un taux d’intérêt parmi les plus bas de l’Histoire économique moderne, il ne peut que remonter…

Depuis 25, même 30 ans, le Québec ne rembourse rien. Il accumule de nouveaux déficits et paie de nouvelles infrastructures qu’il ajoute à la dette et… il « s’amuse (???) » à voir le chiffre déjà inconcevable monter. Encore aujourd’hui, ça n’arrête pas! Et à voir les Partis politiques en place, ça n’arrêtera pas non plus demain! Aucun n’a le courage d’arrêter le massacre, de présenter la situation réelle, de freiner l’hémorragie, de penser à l’avenir du Québec!

Prenons le chiffre actuel de l’IEDM : plus de 222 milliards. Prenons la dette indirecte, celle des commissions scolaires et des hôpitaux: environ 90 milliards. C’est plus de 312 milliards, mais c’est possible que ce soit encore plus puisque ça reste une estimation sur les données fournies par le Ministère des Finances; on a vu par le passé que la transparence n’est pas toujours possible et que la manipulation comptable est monnaie courante. Mais tenons-nous en à ce chiffre : 312 milliards. Nous sommes environ 7 800 000 québécois. Nous avons donc une dette de 40 000 dollars chacun, incluant les enfants, les personnes âgées et ceux qui ne sont pas en mesure de travailler. Chaque bébé nait, au Québec, avec une dette de 40 000 dollars!!!

Mais ce n’est pas tout… Car nous sommes une province, et cette belle province fait encore partie d’un pays qu’on connait bien et avec qui on a développé une étrange relation d’amour/haine qui n’a rien pour arranger les inquiétudes financières. Selon l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), la dette du Canada est estimée à 1 100 000 000 000 de dollars.

Longue respiration.

Le Québec occupe 23 % du Canada en terme de population. On peut donc estimer la part de la dette fédérale qui incombe au Québec à 253 000 000 000 de dollars. On rajoute ce beau chiffre, j’espère que vous aimez les mathématiques… 565 milliards de dollars de dette collective qui continue de croître. Nous sommes rendus à près de 72 500 dollars de dette par individu. Chaque enfant québécois devra consacrer 72 500 dollars uniquement au remboursement de la dette du Québec. Et c’est si on arrête le chrono maintenant, sans calculer aucun intérêt, ce qui signifie bien sûr qu’il faut d’abord les rembourser ces dits intérêts.

D’accord, quelques bémols parce que ça fait trop peur pour qu’on ose faire quelque chose, sinon on déclare faillite et on recommence sous un autre nom, c’est presque ce qu’ils font en Grèce… nous ne sommes pas loin, nous sommes le 5ème État le plus endetté au monde! Il y a dans cette dette des infrastructures – autoroutes, métro de Montréal, barrages, etc. – qui doivent être remboursés sur plusieurs années puisqu’ils vont servir encore pour plusieurs générations. C’est normal, autant que pour des enfants qui héritent de la maison paternelle et qui doivent payer ce qui reste d’hypothèque. Il y a donc une part de dette essentielle et logique, des investissements réels qui comptent, des actifs majeurs qui restent. Ces chiffres ne représentent donc pas uniquement des dettes inutiles…

On calcule généralement la dette en fonction du produit intérieur brut (PIB), qui représente la somme totale de richesses produites chaque année. Sans entrer dans les détails, disons que quand la dette est à 40% du PIB, on estime que c’est bien, si on rembourse régulièrement! En ce moment, on est à plus de 60% et on ne rembourse pas, au contraire, on continue à en jeter dans la cour qui est déjà pleine.

Je suis inquiet. S’il faut une crise pour changer les choses, elle est là. Mais très peu de gens en parlent. Les politiciens n’osent pas s’y attaquer parce que ça va faire mal. Nous sommes déjà très taxés et celui qui imposera une Contribution Générale au Remboursement de la Dette (CGRD) se fera huer et lancer des tomates. Il risque de ne pas être réélu quatre ans plus tard. Et pourtant, on se plaint de manque de vision à long terme, de manque de grands projets mobilisateurs pour le Québec. Le voici, le premier Grand Projet, un vrai défi: fermer le robinet, réduire les dépenses, remettre en question certaines institutions, redonner le pouvoir aux acteurs locaux et aux économies régionales, tenter de sauvegarder les services essentiels et couper dans la bureaucratie, nationaliser une plus grande part de nos ressources naturelles pour en récolter des bénéfices… Et ensuite, avoir les moyens de rayonner grâce à notre langue, notre éducation et notre culture à la table des autres pays du monde.

Et ça commence par une mesure impopulaire mais un geste courageux: retenir 1 ou 2 % de CGRD sur tout revenu de quelque forme qu’il soit (revenu des compagnies, revenus boursiers, salaires, honoraires, etc.), ce qui implique une vraie contribution proportionnelle de chaque individu ou entreprise selon sa réelle capacité de payer, afin de créer une vraie justice sociale et une réelle solidarité entre tous les acteurs, riches ou pauvres, de l’économie du Québec en fonction de leurs moyens. C’est le cri d’urgence que lance le Mouvement Québec Renouveau. Aurez-vous, vous aussi le courage d’appuyer cette mesure et d’embellir notre avenir collectif ?

Serge Bonin
Mouvement Québec Renouveau

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 16 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 1,176 a été rédigé par Mouvement Québec Renouveau il y a 10 ans et 1 mois, le vendredi 1 octobre 2010.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Canada, Économie.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2010: Carole Devault, traitresse de l’indépendance du Québec Il vient un moment où il faut ressortir de nos archives certains documentaires qui permettent de présenter certains éléments de [...]

2010: Lancement de la 2ème sonde lunaire chinoise le 1er octobre Alors que les États-Unis ont annoncé récemment qu'ils allaient suspendre leur programme spatial d'exploration sur la lune, la Chine a [...]

2010: Le Maclean’s sur la corruption au Québec: fédéraliste et raciste Dans sa dernière livraison, le magazine Maclean’s épingle les cas de corruptions d’ici pour conclure en première page que [...]

2010: Michaëlle Jean n’est plus “gouvarneuse générale”, mais la fonction inutile demeure Triste nouvelle dans le petit monde de la royauté canadienne. Michaëlle Jean n'est désormais plus son altesse sérénissime. C'est l'universitaire [...]

2010: Marois stagne, et Charest prend la défense des souverainistes… On croît rêver. Malgré tous les problèmes qui affligent le leadership de Jean Charest à la tête du gouvernement, Pauline [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages