Le jeudi 10 décembre 2009

PolitiqueQuébec

Le multiculturalisme, outil d’assimilation massive d’un peuple

Par RRQ

Le multiculturalisme au Québec est une politique candide et beaucoup trop magnanime. Elle est devenue par une conséquence vicieuse, une forme de discrimination pour l’ensemble des Québécois français. Le multiculturalisme a favorisé une perception banalisé des québécois français.

Le Canada a la réputation d’être une nation multiculturelle. Selon une définition très simple, ce terme signifie que les Canadiens, n’ayant pas les mêmes origines raciales ou culturelles, ne partagent pas un héritage unique. Mais pourtant, quand on y regarde de plus près…

La politique du multiculturalisme canadien semble être directement inspirée de la vision de Franklin Roosevelt, qui avait suivi agacé le débat sur la conscription au Canada. En effet, débordé par les forces de Hitler, il avait démontré une bonne dose d’impatience envers ces empêcheur d’allez en guerre, qu’étaient ces francophones…

Voici un extrait d’une lettre envoyée au premier ministre canadien Mackenzie King:

Tout cela m’amène à me demander si le Canada et les États-Unis, tentant ensemble vers un but commun, ne pourraient pas établir une sorte de planification – qui n’aurais pas besoin d’être écrite, ni même rendue publique – qui nous permettrait d’atteindre plus rapidement notre objectif d’assimiler les Canadiens français de la Nouvelle-Angleterre et les canadiens français du Canada dans l’ensemble de nos société respectives… On peut bien sur, procéder de plusieurs façons, selon les circonstances locales. On pourrait peut-être leur faire miroiter de meilleures chance de réussite dans d’autre régions du Canada et des USA et, en même temps, offrir plus d’occasions aux non-canadiens français de se mêler davantage à l’autre groupe ethnique dans ses propre communautés.

Bien sûr, plusieurs amènerons comme argument que de nombreux facteurs ont influencé l’instauration de la politique du multiculturalisme au Canada. Mais tenons en compte que le milieu des années soixante a été marqué par une tension croissante entre les francophones et les anglophones. C’est alors que le gouvernement nomma une commission royale d’enquête chargée d’étudier les problèmes existants et de recommander des solutions.

Déjà à l’époque, de nombreux Québécois estimaient que le multiculturalisme avait pour but de faire échec à leur nationalisme. Ils accusaient Ottawa de vouloir, sous le couvert de cette politique, les mettre au même rang que les « autres » groupes ethniques, affaiblissant ainsi les aspirations du Québec et des communautés autochtones. Ce fut aussi le début d’une vision politique qui favorise une perception raciste du nationalisme Québécois, ainsi que celle d’un refus de la différence dans le désir de préserver le fait français au Québec. Notons aussi que ce fut le début de l’appauvrissement non-seulement économique, mais aussi celui autant culturel qu’éducationnel de la jeunesse Québécoise.

Le multiculturalisme au Québec est une politique candide et beaucoup trop magnanime. Elle est devenue par une conséquence vicieuse, une forme de discrimination pour l’ensemble des Québécois français. Le multiculturalisme a favorisé une perception banalisé des québécois français.

Un commentaire à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean Rousseau Le 11 décembre 2009 à 13h26

    Le multiculturalisme, outil d’assimilation massive d’un peuple.

    Ce texte rencontre tous les attributs nécessaires assurant l’atteinte de sa compréhension: court, mais présentant des exemples de choix pour étayer son propos, ainsi qu’une bonne qualité littéraire. Il faut toujours tenir compte que la majorité des lecteurs ne bénéficie pas, de beaucoup de temps pour s’informer et/ou de la patience ou d’autres capacités pour s’astreindre à l’effort. C’est plutôt à l’auteur de tout faire afin de garantir l’atteinte du plaisir à ses lecteurs.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Lawrence-Thierry Bernard

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 151 articles

Profil: Le RRQ est une organisation de résistance qui considère l’indépendance du Québec comme nécessaire à la survie et au développement de la nation québécoise. Il tire son inspiration de toutes…

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 426 a été rédigé par Réseau de Résistance du Québécois il y a 10 ans et 9 mois, le jeudi 10 décembre 2009.

Il y a un commentaire suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Politique.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Quelques oublis de Chantal Hébert Comme lecteur assidu et fidèle du Devoir, fréquemment en accord avec les analyses Chantal Hébert, quelle ne fut pas ma [...]

2011: Pierre Curzi se sent “très, très, très proche d’Option Nationale” Option nationale a tenu vendredi soir dernier son premier grand rassemblement public, au théâtre Le National, à Montréal. Pour l'occasion, [...]

2009: Le point de non retour Il y a de sérieux coups de barres à donner. Le plus urgent concerne la motivation des Québécois à entreprendre [...]

2009: Projet d’Écolosol à Mascouche Le député de Masson, Guillaume Tremblay, et le député de L’Assomption et porte-parole de l’opposition officielle en matière de développement [...]

2009: Exploration d’uranium à proximité de Sept-Iles Très inquiète et préoccupée de l’annonce du départ de 20 médecins du Centre de santé et de services sociaux de [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages