Le samedi 19 septembre 2009

PolitiqueQuébec

Le développement du Québec et des régions

Par Jean-Pierre Plourde

Comment comprendre qu’un pays qui permet à sa télévision d’état de présenter sur les ondes une émission portant le titre “Faut-il fermer les régions?” et qui planifie le transfert de la propriété de nos territoires à un groupe choisit d’Amérindiens, peut-il en arriver à financer des chercheurs dont le but est inverse du sien?

Préambule

J’ai participé activement au forum Vision 2025 de Chicoutimi du Centre de Recherche sur le Développement Territorial, le CRDT. C’est une organisation des chercheurs et intervenants des universités du Québec à Chicoutimi, Rimouski, Outaouais et Abitibi-Témiscamingue. Ce forum s’est déroulé le 11 septembre 2009 à l’université du Québec à Chicoutimi.

Entre 200 et 300 personnes ont participé à ce forum d’une journée. Le travail de cette organisation est de chercher des solutions au développement des régions. Pour connaître sa mission et ses objectifs, consultez le site http://www.uqar.qc.ca/crdt/fr/frames.html.

Mes commentaires

L’un des principaux commanditaires est « Développement économique Canada ».

Comment comprendre qu’un pays qui permet à sa télévision d’état de présenter sur les ondes une émission portant le titre “Faut-il fermer les régions?”, qui vient nous dire de s’écraser dans la commission d’enquête tronquée Bouchard-Taylor et qui planifie le transfert de la propriété de nos territoires à un groupe choisit d’Amérindiens, peut-il en arriver à financer des chercheurs dont le but est inverse du sien?

Je vous laisse réfléchir sur ce sujet. Je vous propose quelques explications possibles dans plusieurs de mes textes dont Étude du comportement des Québécois face à leur avenir.

Dans l’avant midi, il y eu présentation de différentes études où je suis intervenu comme d’autres personnes présentes.

En 2008, j’ai participé aux mêmes débats. J’y ai relevé l’absence de sujets importants et indispensables au succès d’une étude de développement, comme les jeux politiques et l’évolution de notre système d’éducation pour assurer un avenir prometteurs à nos enfants. Cette année, ces sujets sont toujours abcents des débâts.

Mes interventions du matin ont traité de la perte de pouvoir des régions sur la gestion de nos territoires par l’approche commune et l’importance de modifier notre système d’éducation. Un autre intervenant, M. Alain Gagnon, chef syndical chez Rio Tinto, Jonquière, a traité spécifiquement des pertes d’emplois et l’arrêt des projets industriels de RTI en cours. Nos interventions tendent à démontrer les véritables intentions du Canada à l’égard du Québec et des régions.

Les influences politiques extérieures peuvent facililement rediriger les projets d’investissements régionaux vers Montréal ou l’Ontario. Il m’apparaît évident que le leadership politique fédéral joue de stratégies militaires contre les intérêts Québécois.

Un Québec dépouillé unilatéralement de ses territoires verra son Hydro-Québec et sa Caisse de dépôt changer de main lorsque l’inversion des majorités de francophones vers anglophones sera complétée et que la représentation politique à l’Assemblée Nationale en sera le reflet. Montréal comptant le plus de députés, la stratégie de M. Charest et de ses amis me semble très claire.

A mes yeux, la souveraineté du Québec est beaucoup plus une question de survie et d’égalité de citoyens qu’un projet de séparatistes comme on veut bien faussement le laisser croire aux Canadiens. Les stratégies unilatérales canadiennes sont réductrices à notre égard pour ne pas dire plus!

Sans un concensus des citoyens du Québec par la compréhension des enjeux, tout projet futur de développement des territoires du Québec, qu’on parle de Montréal ou des régions, devra passer par les officines fédérales et la gestion aura tendance à favoriser les maîtres-d’oeuvres anglosaxons, cela se confirme par la volonté du gouvernement Charest de vouloir implanter l’apprentissage de l’anglais dès la première année. Le rapport Durham, cela vous dit-il quelque chose?

Les redevances d’Hydro-Québec vers notre gouvernement Québécois, devenu virtuel après le départ de M. Charest, seront réduites progressivement. Le même résultat attend la Caisse de Dépôt où la gestion de nos fonds de pensions passera par Ottawa. Il y aura une perte importante de nos bras de levier économiques et la fin du Québec comme province égalitaire.

Ce qui se passe à Montréal en immigration est extrêmement important pour tous les Québécois, ce sont des messages à intégrer dans vos études, c’est majeur. L’avenir de Montréal et des régions en dépend.

Sans territoire, Québec n’aura plus de province que le nom. Les Québécois seront devenus une ethnie sans droit de regard sur le développement du pays appelé Canada et encore moins de leur région.

La commission Bouchard-Taylor est un autre exemple de messages subliminaux et réducteurs, elle nous dit de s’écraser, de ne pas chercher à s’affirmer. C’est le message que l’on envoie à nos enfants et ce n’est pas le bon.

La lecture du premier tome du livre de Normand lester, Le livre noir du Canada anglais, nous en apprend beaucoup sur la pensée canadienne à notre égard. Vous y constaterez que notre passé est le reflet de ce que sera bientôt notre avenir.

Pendant que le groupe Vision 2025 compte le nombre des nouveaux chercheurs sur l’aluminium dans l’entreprise privé, RTA rappatrie en Australie la crème des nôtres en provenance d’Arvida.

Il n’y a pas de volonté politique de développer nos régions au profit de nos communautés locales. Nos gouvernements retiennent nos impôts à d’autres fins.

Voici un autre exemple, économique celui-là.

Je vous invite à prendre le Journal de Québec d’hier, lundi 17 septembre 2009, en page 17, voir le commentaire du physicien Cyril Boivin intitulé “La Romaine aux Américains“.  À la lecture de ce texte, vous constaterez comment la vision de notre avenir par nos leaders est désincarnée et sans projets pour nous. Elle suit les intérêts mondialisée des multi-nationales, ce n’est pas comme cela qu’on développe un pays. Les exemples démontrant que j’ai raison remplissent les journaux, mais on est collectivement conditionné à ne pas les voir.

Imaginez maintenant qu’on s’assume et que ces ressources soient récupérées et mises au profit du développement du Québec avec une véritable vision d’avenir de nos politiciens, le bras de levier ou moteur de développement qu’est la production hydro-électrique attirerait des investissements majeurs chez nous. Dans 20 ans, on aura probablement doublé la population de notre région et du Québec, une chose impossible sans le réveil massif de la population et c’est la raison même de mon action.

Je vous invite à lire sur saglacweb.blogspot.com ou sur ameriquebec.net certains textes traitant:

  1. Du rappatriement des centrales de Price par les régionaux du Saguenay Lac St-Jean, un thème qui me tient à coeur depuis longtemps et dont j’ai acheté des pages des journaux locaux afin d’essayer de faire allumer nos citoyens, sans succès.
  2. De la faillite d’entreprises forestières, etc.

Le Saguenay-Lac St-Jean, le Québec, tout comme le Canada, sont le résultat de la conscience de chacun des individus qui composent la société dans laquelle chacun de nous évolue. C’est l’absence de cette conscience chez les Québécois qui est la pire menace pour notre avenir à tous.

Dans toute étude valable, on ne doit pas exclure d’avenues de solution et le groupe Vision 2025 le fait allègrement dans plusieurs domaines, votre groupe ne met pas à profit tout le potentiel du formidable brassage d’idées que vous créez, des données des groupes de travail sont délibérément exclues des conclusions et certains représentants fédéraux assistent même à ces rencontres. Je fus à même de le constater: en après-midi, je participais à un groupe de travail sur les structures régionales, et après ma dernière intervention sur l’influence du politique, un délégué de la fédération est allé jusqu’à nous servir une mise en garde à peine voilée.

Votre groupe me semble réagir, sans doute inconsciemment, au conditionnement qu’on nous prodigue de l’extérieur. La crainte ne résoudra  aucun problème, seul le pouvoir des mots peut faire cela et je vous invite à les utiliser. À continuer sur ce chemin, la crédibilité de votre travail va en souffrir à moyen terme.

Au niveau de l’éducation

Le premier rôle de nos institutions d’enseignement est d’enseigner aux citoyens qui ils sont et comment fonctionne la société dans laquelle ils vivent. J’avais soulevé ce point l’an dernier et rien cette année me laisse croire que ce sujet à été retenu.

Notre investissement le plus important pour 2025, ce sont nos enfants. À la réunion du matin, une personne de la salle, chercheuse en science elle aussi et dont j’oublie le nom, est venue nous parler d’éducation au micro, vous l’avez écouté, sans plus. Je me dois de constater que les moyens d’agir vous sont interdit et vous le prenez à la lettre, pourtant, il y a la des choses à faire. Tout comme la politique, vous omettez le sujet de l’éducation de vos discussions, vous en parlez sans donner suite sur papier, c’est pourtant là le véritable transfert du savoir qui vous est si cher. On continue de considérer l’instruction de nos enfants comme Ford construit ses voitures, à la chaine et tous pareil.

Si l’on considérerait l’enseignement comme une priorité et un investissement au lieu d’une dépense, avec moins d’enfants à instruire, on choisirait la qualité au lieu du nombre. Le groupe des élèves en difficulté présenterait plus d’enseignants dans des groupes restreints, il pourrait y avoir un ou deux assistants par classe, ce serait là une façon d’investir sur notre avenir. On passerait le message à nos enfants qu’ils sont importants, nos ados feraient moins de vandalisme, la criminalité et le taux de suicide seraient réduits, etc…

L’application d’un tel projet fait partie de l’influence politique extérieure et il me semble que vous partez avec la prémisse que ce sujet ne peut pas être tenu en compte par votre groupe d’étude. Les programmes scolaires sont aujourd’hui régis par Québec, n’attendez pas que cette régie nous vienne d’Ottawa.

Il est important pour votre groupe d’étude, au risque de blesser certains politiciens, d’intégrer tous ces éléments, y compris et en particulier celui de l’éducation.

Il faut s’assumer et se tenir debout, cela fait parti de la démocratie et du droit de parole, droit que je dois acheter pour l’exprimer dans les médias régionaux. Ce droit m’est interdit ailleurs.

Je vous laisse tirer vos propres conclusions.

Merci de votre attention,
Jean-Pierre Plourde

5 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean Claude Pomerleau Le 20 septembre 2009 à 9h07

    M Plourde,

    Vous êtes un des rares à avoir développé une conscience aiguë du danger réel que courre notre État: dépossession et désintégration; rendue possible par la perte de notre cohésion nationale; 70% des francophones qui ont voté contre Charest, mais ce vote est dispersé. Il contrôle notre État grâce aux votes (cohérents: 90 %) des alophones-anglophones.

    Votre réflexion porte sur les stratégies d’État à adopter pour faire avancer le Québec. Pour comprendre le jeux, il faut revenir à Aristote qui posait la question essentiel: qui contrôle l’État et au profit de qui ?

    Charest a ouvert les portes à un puissant réseau d’intérêts qui squattent notre État à leurs profits et au détriment du bien public, sans que personne ne se porte variment à la défense des intérêts supérieurs du Québec.

    Vous l’avez bien vu l’Hydro Québec et la Caisse de dépôt sont devenu la chose du réseau Charest. Il y a un prix à payer pour passer de l’État Parizeau à l’État Desmarais.

    À titre de citoyen j’ai produit plusieurs textes d’opinions sur le thème de la défense de nos intérêts d’État (http://www.vigile.net/_Pomerleau-Jean-Claude_ ).

    J’attire votre attention sur un texte qui illustre bien votre proposition concernant l’éducation. C’est ce choix stratégique qui explique les succès de la Finlande dans le domaine de la foresterie (je vous invite à lire les liens inclus dans le texte):

    http://www.vigile.net/Foresterie-la-Finlande-un-modele

    Autre sujet d’intérêt: l’Hydro Québec (sous Charest et Vandal) a bradé ses droits d’explorations pétrolier et gaziers a des petites entreprises, dont une appartient à un ex ministre libéral (Gastem). On parle de dizaines de milliards de $ de potentialité sans qu’aucune questions ne soit posées par les médias ! Quelle démission !

    http://www.vigile.net/Les-Liberaux-font-mains-basses-sur

    Retenons que la pertes de notre cohésion nationale a mené au pouvoir un parti qui a comme objectif, la déstructuration et à la dépossession de notre État. Or cet État est le seul que le peuple français d’Amérique aura jamais pour assurer sa survie. En reprendre le contrôle avant qu’il ne soit trop tard est une question vital. Malheureusement on ne sent pas cette urgence chez l’opposition ni dans la médiacratie, chez qui la doctrine d’État fait cruellement défaut.

    “Une nation sans État relève du folklore” (Denan)

    JCPomerleau

  2. 2 Jean-Pierre Plourde Le 20 septembre 2009 à 19h33

    Bonjour M. Pomerleau;

    Je fais le paris que les Québécois ne sont pas plus imbéciles que les autres peuples.

    Si on réussi à les informer, ils sauront prendre les bonnes décision qui permettront d’offrir un avenir à nos descendants.

    Un effet domino devrait se produire et je mise beaucoup la-dessus.

    Toute la structure de l’État bloque l’information pertinente que les citoyens devraient avoir.

    Merci de vos commentaires et de vos références.

    Jean-Pierre Plourde.

  3. 3 Steve Berger Le 23 septembre 2009 à 14h17

    Les gens ne sont pas entraînés à user de pensée critique et d’acquision d’information de manière active et non passive par les médias et leurs informations machouillées. C’est le point sur lequel on doit travailler par dessus tout. Les parents, en général, sont clairement incapables d’en faire l’éducation. Notre système d’éducation doit donc palier à ce manque. Jusqu’à ce jour, nous ne formons que de bons petits esclaves salariés et non pas des adultes capables de pensée critique et aptes à s’informer activement.

    Tout ce que veut la population en général, c’est avoir une TV HD, un bon sofa, une petite famille heureuse etc. Tant que celle bulle de confort n’est pas en danger à court terme, ils ne lèveront pas le p’tit doigt.

    La structure de notre système d’éducation se doit d’être remanié profondément. Son rôle, dans l’optique que souvent, les deux parents travaillent, devrait être de palier aux manques à la maison et non seulement d’éduquer des esclaves certes compétents pour X travail mais zombifiés, incapables d’analyser le monde dans lequel nous vivons avec des yeux non biaisés, sans préjugés induits par les médias. Avec un telle réforme, non seulement nous aurions des citoyens voulant participer activement à la vie civile, nous aurions aussi de biens meilleurs résultats en ce qui concerne la réussite scolaire des étudiants.

    Je pourrais en parler pendant des pages et des pages et des pages. Ce juste me tient à cœur énormément.

  4. 4 Steve Berger Le 23 septembre 2009 à 14h20

    Avoir une option pour éditer son message serait formidable. J’y ai vu une faute dans la première ligne que je ne peut corriger. Veuillez mettre un s à entraîné dans la première ligne svp quand vous posterez mon message.

  5. 5 Jean-Pierre Plourde Le 23 septembre 2009 à 21h45

    Bonjour M. Berger:

    Le contrôle sur notre système d’éducation est sévère, la fédération a placé des représentants dans toutes nos institutions en commençant par nos universités, vous pouvez lire un exemple d’influence dans mon texte principal.

    M. Charest est au volant de notre voiture et il a transféré les enregistrements du véhicule à son frère d’Ottawa. Ensemble, ils vont nous mettre à pieds et nous détruire économiquement, culturellement, socialement, psychologiquement et politiquement.

    Fini la télé HD, le sofa et le hockey, sans bras de levier économiques, le couple devra travailler plus fort et occuper deux emplois pour payer les comptes. A moins qu’on se contente tout simplement de se résigner à l’assistance sociale.

    Ça semble peut-être farfelu à beaucoup d’entre vous, mais c’est très, très sérieux. Sans nos bras de levier, une pluie diluvienne de hausses tarifaires va s’abattre sur le Québec, M. Charest les annonces déjà.
    Les pensionnés qui se croient à l’abri vont déchantés.

    On s’offusque des quelques millions qu’ont détourné les Vincent Lacroix et Earl jones sans se douter que le cancer est généralisé et encouragé par notre ignorance et notre indifférence.

    Vous me dite ceci:
    “Notre système d’éducation doit donc palier à ce manque. Jusqu’à ce jour, nous ne formons que de bons petits esclaves salariés et non pas des adultes capables de pensées critiques et aptes à s’informer activement”

    Avec Ottawa au contrôle de nos écoles, on est loin du jour ou l’on va former des citoyens responsables. Par exemple, pas plus tard que ce matin, le Journal Le Quotidien, du mercredi 23 septembre 2009, p. 10. Éditorial de Carol Néron et portant le titre, L’économie du savoir.
    En résumé ça dit ceci, Ottawa et Québec se joignent ensemble pour “donner” $22 millions à l’UQAC et aux CEGEP de Chicoutimi et d’Alma, en principe je n’ai rien contre cela, au contraire.
    On a pris soin de ne pas nous parler des détails de ces ententes et des conditions qui vont s’appliquer. A la lecture de mon texte, c’est plutôt inquiétant. Soyez certains que toutes les institutions scolaires au Québec vont y passer et probablement même les garderies, notre conditionnement passe par là, voir mon texte, Étude sur le comportement des Québécois, face à leur avenir, sur ce même site.

    Ces quelques millions, ce n’est pas cher payé pour partir avec la Caisse de Dépôt $150 Milliards, l’Hydro-Québec dans l’approche commune, des centaines de milliards vont disparaître par la porte arrière, sans compter le contrôle de l’eau et du pétrole du St-Laurent, une valse de milliers de milliards et de bras de leviers qui pourraient servir à doubler rapidement la population du Québec, réduire nos impôts et atteindre le plus bas taux de chômage au pays.
    Le côté maritime du Québec a toujours été réduit par Ottawa, on aurait les moyens de redevenir la principales porte d’entrée de l’Amérique.

    La liberté des peuples à l’auto-détermination est ici sur la table. Ce pays ne cesse de briser ses propres engagements par traité auprès de l’ONU.

    Dans la structure qui se met en place, il n’y aura pas de place à la discussion sur “l’essentiel”. Ceux qui ne se conformeront pas aux directives se verront sans doute offrir une “promotion”.
    Nos étudiants ne devront apprendre qu’un seul point de vue, en commençant par des cours d’histoire à la couleur de la feuille d’érable.

    Par ces subventions à l’éducation, on va s’assurer que le peuple ne saura jamais à quel point il se fait avoir sans qu’on ne lui ait jamais expliqué, ni demandé son avis.

    Vous ajoutez:
    “Tout ce que veut la population en général, c’est avoir une TV HD, un bon sofa, une petite famille heureuse etc. Tant que celle bulle de confort n’est pas en danger à court terme, ils ne lèveront pas le p’tit doigt”.

    Je vous donne raison en grande partie sur ce point. Les millions “d’Ottawa” n’empêcheront pas la réflexion des jeunes et finissants sans travail et dépossédés.

    Votre conclusion consiste à obtenir de meilleurs citoyens par l’éducation, il semble bien qu’on va, même là, nous priver du droit de transmettre nos valeurs.

    Pour savoir à quel point nos valeurs glissent, lire le commentaire de Richard Martineau dans le Journal de Québec, P. 8 du mercredi 23 septembre, qui dénonce ceux qui crient au “Scandale” d’avoir un maire unilingue francophone dans une ville encore francophone.
    Pour combien de temps? Ça va dépendre de notre capacité à se réveiller et de relever la tête.

    Notre seule force est de travailler tous ensemble à informer.

    Ce n’est pas seulement mon rôle, mais le votre aussi et à tous ceux que la chose intéresse. Je sais qu’il y en a beaucoup.

    Je ne perçois aucune vision en ce sens, ni au niveau du PQ, ni à celui du Bloc.

    Peut-être devrais-je me préparer à donner des conférences publiques d’informations.

    A bientôt,

    Jean-Pierre Plourde,
    Saglac@gmail.com

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 116 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 1,564 a été rédigé par Jean-Pierre Plourde il y a 9 ans et 9 mois, le samedi 19 septembre 2009.

Il y a 5 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Politique, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: « Rester une province constitue un risque inacceptable pour le Québec » — Pauline Marois Revoyez la cérémonie en vidéo La nouvelle Première Ministre du Québec, Pauline Marois, a présenté aujourd'hui ceux et celles qui composeront [...]

2009: Commission nationale des valeurs mobilières En dépit de l’opposition répétée du Québec, le gouvernement fédéral va de l’avant avec son projet de création d’une commission [...]

2009: Un moulin à paroles d’or Dans nos têtes, en boucle, tournent encore les mots, les phrases, les intonations, les évocations, les cris, les paroles de [...]

2009: Le projet de loi des conservateurs sur l’assurance-emploi est inadéquat pour les travailleurs du Québec « Selon le Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ), le Conseil national des chômeuses et chômeurs (CNC) et la [...]

2009: Respect des droits humains et de l’environnement La porte-parole du Bloc Québécois sur les questions touchant l’Amérique latine, l’Afrique et la coopération internationale et députée de Laurentides—Labelle, [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages