Le mercredi 17 juin 2009

QuébecSociété

Une Fête nationale bilingue? No way!

Une journée par année en français, est-ce trop demander?

L'état de la langue française ]

Par RRQ

On parle ici simplement d’une diaspora canadienne-anglaise. Et avons-nous besoin de dire que l’anglais n’est aucunement menacé en Amérique contrairement au français? Si l’on plie en plus dans le dossier de la Fête nationale, cela serait un symbole très fort.Cela confirmerait que le recul du français n’est aucunement une chimère, que telle est la réalité et que surtout rien ni personne n’est en mesure de l’enrayer puisque même notre fête est devenue bilingue.

Je suis un chien qui ronge l’os
En le rongeant, je prends mon repos.
Un temps viendra qui n’est pas venu
Que je mordray qui m’aura mordu.

Les événements des derniers jours concernant L’Autre Saint-Jean bilingue ont de quoi en jeter plus d’un en bas de leur chaise! Il est en effet inconcevable que ce soit l’Association culturelle Louis-Hébert, dont le conseil d’administration est exclusivement composé de militants indépendantistes, qui ait créé un précédent en invitant des groupes à se produire en anglais le 23 juin, précédent qui affectera pour longtemps le symbole de la lutte pour le français qu’est la Fête nationale au Québec. Il est encore plus inconcevable d’entendre ces mêmes organisateurs prononcer des discours en tous points comparables à ceux tenus par nos ennemis lorsqu’ils traitent de la question linguistique au Québec. Comme quoi, ceux qui se disent nos amis ne le sont pas toujours…

À cause de l’Association culturelle Louis-Hébert, un débat néfaste sur la présence de l’anglais à la Fête nationale s’est enclenché au Québec, un débat qui n’avait historiquement jamais eu lieu et qui n’a dans les faits aucune allure. Tout le monde devrait s’entendre sur le fait qu’il est correct, normal et tout à fait acceptable de célébrer en français une nation d’expression française.

Nous saurons bientôt de quelle façon cette saga se terminera, mais d’emblée, il est possible de dire que tout cela n’est pas de bon augure. À cause de l’influence de ceux qui désirent de l’anglais sur la scène de la Fête nationale et de la pusillanimité de ceux qui devraient s’y opposer, on a toutes les chances du monde d’entendre de l’anglais le 23 juin cette année. Cela serait peut-être une défaite symbolique, mais ce serait quand même une défaite. Une défaite très grave en fait, car elle constituerait un précédent qui légitimerait les actes de ceux qui veulent qu’au Québec tout se fasse « en bilingue », au mépris de notre langue nationale, le français.

Malheureusement, dans les présentes circonstances, en exigeant le maintien du caractère francophone de la Fête nationale, il est difficile de bien paraître aux yeux de ceux qui ne réalisent pas la fragilité du fait français en Amérique et le précédent que cela créerait si cette fête devait se bilinguiser cette année. Réserver la Fête nationale aux artistes qui se produisent en français en désinvitant des artistes anglophones qui avaient été invités dans les règles, ça peut donner une impression d’exclusivisme qui ne peut aucunement constituer une bonne carte de visite en ce Québec soumis aux règles du politiquement correct.

Cela est d’autant plus vrai que les médias fédéralistes –c’est-à-dire La Presse d’abord et avant tout – multiplient toujours les manœuvres à l’approche de la Fête nationale pour que l’organisation de celle-ci soit retirée des mains des organismes souverainistes. À cause de l’Association culturelle Louis-Hébert et des réactions que leur projet de spectacle a suscitées, André Pratte, Yves Boisvert, Patrick Lagacé et compagnie ont eu cette année beaucoup de matière à se mettre sous la dent-bouffe-Québec-français. Ils ont exploité avec un sans-gêne grossier le fait que des groupes anglophones devant jouer à la Fête nationale aient provoqué des tensions. Accuser les indépendantistes souhaitant que la Fête nationale demeure francophone d’être des fascistes en herbe leur a été très facile. Et ils ne s’en sont pas privés. Merci aux organisateurs de l’Autre Saint-Jean!

À cause de l’amateurisme des organisateurs de l’Autre Saint-Jean qui ont invité presque en catimini des groupes anglophones pour ensuite les désinviter à cause des pressions indépendantistes pour ensuite les réinviter, à cause de pressions fédéralistes cette fois, c’est toute l’organisation de la Fête nationale qui a ô combien mal paru. Cette histoire a donné une impression de travail bâclé qui ne manquera pas d’avoir des répercussions sur la suite des choses.

Ceux d’en face tenteront par tous les moyens d’exploiter cet épisode pour mieux miner les bases mêmes de la Fête nationale du Québec telle qu’organisée par le Mouvement national des Québécois, et ce, au grand avantage bien sûr du 1er juillet, fête du Canada, qui survient une semaine plus tard seulement. À ce chapitre, il est très facile de voir clair dans le jeu de ceux d’en face.

Mais maintenant le mal est fait. Et nous devons, envers et contre tous s’il le faut, refuser de reculer. Il ne doit pas y avoir de groupes invités à se donner en prestation en anglais lors de la Fête nationale. Un point c’est tout. Mais pourquoi est-ce inadmissible que des groupes jouent à la Fête nationale en anglais? Cela l’est d’abord à cause du contexte dans lequel nous sommes empêtrés présentement.

Le français décline fortement à Montréal, et au Québec par le fait même, depuis plusieurs années maintenant. Et rien n’est fait pour corriger la situation. Tout le monde s’en lave les mains ou craint de se mouiller. On laisse même passer la construction de deux éléphants blancs – les méga centres hospitaliers universitaires de Montréal, l’un fonctionnant en français et l’autre en anglais – de peur de heurter la sensibilité de la communauté anglophone du Québec qui, précisons-le, n’est en rien une minorité.

On parle ici simplement d’une diaspora canadienne-anglaise. Et avons-nous besoin de dire que l’anglais n’est aucunement menacé en Amérique contrairement au français? Si l’on plie en plus dans le dossier de la Fête nationale, cela serait un symbole très fort. Cela confirmerait que le recul du français n’est aucunement une chimère, que telle est la réalité et que surtout rien ni personne n’est en mesure de l’enrayer puisque même notre fête est devenue bilingue.

Accepter que l’anglais fasse son nid dans la Fête nationale, cela reviendrait à mettre le bout du doigt dans un moulin à viande qui ne cesse jamais de tourner. Un tel précédent serait le signal qu’attendent depuis trop longtemps nos ennemis pour prendre d’assaut la Fête nationale. Cette année, l’Autre Saint-Jean présenterait une demi-heure de contenu en anglais. Et l’an prochain, qu’est-ce que ce sera? Une heure? Et l’année d’après, Guy A. Lepage parviendra-t-il à imposer des prestations en anglais au parc Maisonneuve?

Parce que nos ennemis veulent ouvrir une nouvelle ligne de front encore plus près du cœur de la Nation en s’en prenant à notre Fête nationale, il nous faut résister avec l’énergie du désespoir. Il nous faut dire non à l’anglais à la Fête nationale.

Qui plus est, il me semble que nos demandes ne sont aucunement exagérées. Vouloir qu’une seule petite journée par année se passe entièrement en français lorsque les événements sont financés par des fonds publics qu’accorde l’État du Québec, dont la seule et unique langue officielle – rappelons-le – est le français, cela devrait être acceptable pour tous.

Au Québec, 364 jours par année, l’industrie musicale anglophone s’impose et est dominante. Et certains voudraient en plus mettre la main sur la dernière journée qui nous reste. Si certains sont fermés, ce n’est certainement pas les indépendantistes refusant que la Fête nationale devienne bilingue, ce sont bien davantage ceux qui ne peuvent accepter que les amoureux et les défenseurs du français aient au moins une journée dans l’année pour célébrer la présence fragile de cette langue en Amérique; que cela nous soit refusé dans le difficile contexte linguistique actuel, cela est odieux et scandaleux. Comme quoi, les assimilationnistes de tous poils ne prennent jamais de répit.

Maintenant, je veux qu’il soit bien compris par tous que je n’ai strictement rien contre Bloodshot Bill ou Lake of Stew, groupes que je ne connais absolument pas. Eux, ils n’ont fait qu’accepter un généreux cachet pour monter sur scène. Les véritables coupables dans cette histoire sont les organisateurs de cette funeste mascarade. Il n’y a pas si longtemps, certains parmi ces mêmes organisateurs avaient été porter 101 langues de porc dans le vinaigre à la ministre Christine St-Pierre, qu’ils accusaient de ne pas respecter suffisamment le français au Québec. À l’évidence, ils ne démontrent pas plus de respect pour la langue de Molière au Québec que cette même ministre.

Si les groupes en question ne sont coupables de rien, les entrevues qu’ils ont accordées sur le sujet depuis quelques jours confirment quand même qu’ils n’ont pas leur place à la Fête nationale. Pourquoi? Parce que leurs membres, même s’ils sont nés au Québec et y ont grandi, ne peuvent à peu près pas parler français. Et ils ne connaissent rien de la réalité nationale et culturelle de la majorité francophone du Québec. L’un d’eux a même confirmé qu’il ne savait à peu près pas qui était Guy A. Lepage!

Il me semble que si des anglophones tenaient vraiment à célébrer avec nous la Fête nationale, il faudrait au moins qu’ils connaissent un tant soit peu ce Québec. Qu’ils y participent simplement pour le chèque de paie, cela devient plutôt indécent. La Fête nationale, ce n’est pas une journée comme les autres. C’est un symbole fort de la présence française en Amérique.

Si des anglophones respectueux de la nation québécoise désiraient ardemment participer à la Fête nationale, ils pourraient tout à fait le faire, mais en chantant en français. Cela dénoterait un respect certain pour la nation québécoise et je serais le premier à applaudir la participation de cet artiste anglophone à notre Fête nationale. D’ailleurs, plusieurs anglophones s’intègrent très bien en français à la Fête nationale. Pensons à Jim Corcoran ou Nanette Workman, qui sont des exemples d’intégration au Québec. N’est-ce pas ce genre de cheminement qui devrait être encouragé plutôt que la fermeture au fait français de certains artistes anglos?

Évidemment, les positions que je défends ici globalement ne seront pas populaires dans certains milieux. Je n’en ai rien à foutre! Tous les acteurs, ou presque, dans ce dossier, ont des intérêts à protéger. Pas moi. Moi, je parle uniquement afin d’éviter qu’un autre pan – symbolique, mais très important quand même – de la réalité francophone du Québec ne s’écroule sous les coups répétés des adeptes de la fausse ouverture sur le monde. Cela ferait de moi un ayatollah ou un taliban de la langue – ce qui est faux bien sûr- que je m’en foutrais tout autant.

Voyez-vous, je demeure convaincu qu’il est tout à fait légitime de militer en faveur de la pérennité du fait français au Québec. Je sais avoir raison quand je dis que le Québec parlant encore et toujours français n’est aucunement un geste de fermeture, que c’est bien plutôt la seule façon pour la nation québécoise de travailler en faveur de l’enrichissement de la culture mondiale.

Je persiste donc et je signe : pas d’anglais à la Fête nationale du Québec.

4 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Parler anglais Le 17 juin 2009 à 13h28

    Faut-il défendre les faibles ou les laisser se défendre? Le français est-il une langue affaiblie au Québec? Ce sont les questions qui se posent à mon avis.

    La meilleure promotion du français, c’est d’en faire un médium agréable et vivant et attrayant. Une langue à laquelle on rattache des souvenirs… et sur laquelle on projette des envies. Qu’est-ce qui donne envie de parler français?

    C’est ce qu’a réussi l’anglais, de manière internationale. Projeter comme un désir de rêve américain, à travers la promotion du “parler anglais”, dans la musique, les séries, le cinéma, la technologie, l’information…

    C’est un modèle à prendre, une sorte de “marketing de la langue” (même si on peut haïr l’expression). Au sens de mise en valeur.

    En somme, je ne pense pas que le protectionnisme fonctionne. C’est de CREER ET PROMOUVOIR le désir de parler français qui fonctionne, si l’on désire la pérennité de cette langue. La francophonie, à l’international, en est un modèle.

    Maintenant, la culture “en français” saura-t-elle s’étendre plus loin que le livre? Pour conquérir le cinéma? La musique? Il y a beaucoup à faire en la matière.

  2. 2 Julien Gaudreau Le 19 juin 2009 à 13h57

    Toute la planète fait du protectionnisme culturel, les américain, les canadiens, les anglais, les français, TOUT LE MONDE.

    Je ne vois pas pourquoi le Québec ferait exception.

  3. 3 JC Le 19 juin 2009 à 15h50

    J’aime bien la pub au milieu du texte :

    Parlez Anglais Facilement
    Vous parlerez sans effort comme si c’était votre langue maternelle!
    http://www.leslangues.fr

    Google est pas de notre bord ! Révolte ! Révolution, on brûle Ottawa le 23 juin !

  4. 4 jeanpap Le 21 juin 2009 à 5h24

    Je pense que dans cette histoire les gens oublient que depuis quelques decennies, le 24 juin n’est plus la fete exclusive des canayens francais mais plutot la fete nationale du Quebec. A ce que je sache le Quebec compte un bon pourcentage de citoyens anglophones. Ils ont autant le droit que quiconque d’etre representes dans cette celebration. Cela est faire preuve de mepris, d’etroitesse d’esprit, de racisme que d’exclure des participants a la fete nationale sur la base de leur langue. Pourquoi ne pas interdire des participants a la peau jaune ou noire vu que les bons canayens francais sont tous de race blanche? Et en plus faire tout un drame pour deux petits groupes rocks qui ne se sont jamais pretendus portes-etendard anti-french avec le maple leaf flag flottant sur scene pendant leurs spectacles. Y veulent etre la pour faire de la musique pas de la politique. Un peu de tolerance bordel! C’est ca le Quebec libre auquel vous aspirez? Un Quebec paranoiaque, raciste, referme sur lui-meme? C’est ca le message que vous voulez offrir au reste de la planete? Y promet pas d’etre bin bin libre votre Quebec libre. C’est justement en se montrant acceuillant et respectueux d’autrui que le projet d’independance du Quebec aura des chances d’etre respecte et creera des appuis dans toutes les cultures qui forment le Quebec d’aujourd’hui. Et je peux imaginer votre indignation hypocrite si le 1er juillet en Ontario on refusait la participation de groupes franco-ontariens a la fete du Canada. Vous les extremistes nationaleux etes les pires traitres d’un Quebec libre. Vous me faites honte!

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Patrick Bourgeois

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 151 articles

Profil: Le RRQ est une organisation de résistance qui considère l’indépendance du Québec comme nécessaire à la survie et au développement de la nation québécoise. Il tire son inspiration de toutes…

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 1,731 a été rédigé par Réseau de Résistance du Québécois il y a 11 ans et 5 mois, le mercredi 17 juin 2009.

Il y a 4 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Société, L'état de la langue française, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2011: Annonce de la course à la présidence du Bloc Québécois À sa réunion du 8 juin dernier, le Bureau national du Bloc Québécois a adopté une proposition en vue de [...]

2011: La monarchie au Maroc promet des réformes constitutionnelles Au Maroc, le roi Mohammed VI a promis vendredi des réformes qui vont limiter ses pouvoirs politiques et religieux. Ces [...]

2011: Téléthon à l’hôpital Ste-Justine pour Kate Middleton et Prince William J'avoue que le titre est un peu fort, mais comment rester insensible à ça? Le Journal de Montréal nous apprend [...]

2010: Admission au retrait préventif pour les femmes travaillant dans les entreprises fédérales À l’initiative du Parti Québécois, l’Assemblée nationale a adopté à l’unanimité, hier, une motion dont l’objectif est de faire reconnaître [...]

2010: Le Hamas: création israélienne? Depuis l'attaque contre la flottille de la paix, diront les « pro-palestiniens », ou l'abordage de la flottille pour Gaza, diront les [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages