Le vendredi 22 mai 2009

SociétéQuébec

La Presse joue à l’autruche avec la langue

Lettre d'opinion de Luc Thériault, président du MMF et Mario Beaulieu, président de la SSJBM

L'état de la langue française ]

Par Mouvement Québec Français

La Presse adopte une politique éditoriale visant à étouffer le débatsur la langue en laissant croire que tout va bien au Québec et que tout effort pour renforcer la Charte de la langue française relève de l’intolérance.

Depuis plusieurs années, les éditorialistes de La Presse n’ont de cesse de dénigrer sans ménagement toute personne qui veut alerter l’opinion publique sur la situation du français.

Dimanche dernier, André Pratte s’en est pris à Luc Plamondon, simplement parce qu’il a émis l’opinion que l’avenir de la langue française est menacé, et particulièrement à Montréal. En taxant ce constat d’«étonnant» et de «caricatural», M. Pratte a présenté des chiffres soigneusement sélectionnés pour donner un portrait d’un optimisme débridé. Cet optimisme nous paraît tout aussi « caricatural » que sa critique de l’usage d’anglicismes dans certaines oeuvres triées parmi les centaines de chansons que Luc Plamondon a écrites pendant quatre décennies et pour lesquelles l’Assemblée nationale l’a honoré.

Il n’est pas anodin que M. Pratte ait sélectionné une période bien spécifique dans la grande région métropolitaine (RMR) de Montréal. Il a ciblé la période de 1991 à 2006, indiquant une baisse de 2 % de la proportion de francophones de langue maternelle (68 % à 66 %) et une baisse de 1 % de la proportion d’anglophones (14 % à 13 %). D’une part, il faut noter qu’en termes démographiques un faible pourcentage peut refléter un changement important. Ainsi, 2 % de la population de la RMR de Montréal équivaut à plus de 71,000 individus, soit plus de 50 % de la RMR de Trois-Rivières. D’autre part, M. Pratte omet de mentionner que les chiffres qu’il cite indiquent que le français décline deux fois plus que l’anglais.

Mais si M. Pratte avait choisi la période la plus récente, et plus représentative de ce qui ce passe en ce moment, soit de 2001 à 2006, il aurait fait un tout autre constat. Il en serait de même s’il avait choisi l’indicateur de la langue d’usage au foyer – qui reflète aussi davantage l’état actuel de la situation – plutôt que la langue maternelle. Ainsi, de 2001 à 2006 dans la RMR Montréal, l’anglais passe de 17,3 à 17,4 % et le français, de 70,9 à 69,1 %. Sur l’île de Montréal, l’anglais passe de 24,9 à 25,2 % et le français de 56,4 à 54,2 %, soit 7.6 points de pourcentage de moins qu’en 1986 (61,8 %).

On remarque également qu’en 2006, la proportion d’anglophones de langue maternelle (13%) dans la RMR de Montréal double pratiquement avec l’apport des transferts vers l’anglais comme langue d’usage (25,2%), alors que le français en bénéficie faiblement (66% à 69,1%).

Le plus étonnant c’est qu’il y a à peine une année, dans la foulée du scandale des études cachées par l’Office québécois de la langue française, M. Pratte faisait un constat tout à fait similaire à celui de M. Plamondon : « Même si l’école francise les enfants, l’intégration linguistique de ces communautés sera plus difficile à mesure que les francophones de souche sont moins nombreux. Le gouvernement du Québec doit suivre la situation de près et ne pas lésiner sur les moyens pour faciliter l’intégration en français des immigrants. »

Mais ce que M. Pratte n’a surtout pas dit, c’est qu’en 2006, la proportion de citoyens de langue maternelle française est tombée en dessous des 80 % dans l’ensemble du Québec et sous le seuil de 50 % sur l’île de Montréal. Les études prévisionnelles indiquent une tendance lourde vers le déclin de la proportion de francophones de la population à Montréal et dans l’ensemble du Québec. Et la solution n’est pas si compliquée. Elle constitue la normalité des modes d’aménagement linguistique à travers le monde. Comme le conclut Marc Termote, l’auteur de la fameuse étude prévisionnelle cachée par l’OQLF : c’est la Loi du sol, qui consiste à avoir une langue dans les services publics, une langue officielle qui rassemble tous les citoyens, qu’ils soient unilingues ou multilingues.

À tout le moins depuis l’établissement de la Loi 101, le journal La Presse a adopté une politique éditoriale visant à étouffer le débat en laissant croire que tout va bien au Québec et que tout effort pour renforcer la Charte de la langue française relève de l’intolérance. Certains veulent éviter à tout prix de soulever le couvercle de la « marmite linguistique ». Cette attitude constitue un recul en soi. Les Québécois se voient ainsi privés d’une information vitale sur l’avenir du français. Cela a créé une fausse impression de sécurité qui a légitimé le bilinguisme institutionnel qui s’est répandu dans les services publics et sur le marché du travail. Le bilinguisme institutionnel entraîne invariablement l’assimilation des langues minoritaires. À l’extérieur du Québec, il n’a pas empêché l’assimilation massive des francophones, qui s’est même accélérée. Dans ce contexte, nous considérons qu’il est irresponsable de la part de la direction de La Presse de jouer ainsi à l’autruche avec l’avenir du français au Québec.

Mario Beaulieu, président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal
Luc Thériault, président du Mouvement Montréal français

2 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Christian Le 24 mai 2009 à 17h13

    Le plus étonnant est sans doute le point de vue de Mario Beaulieu. Au bout de 20 ans, semble-t-il, il n’a pas encore intériorisé un fait évident.

    L’écrivain Pratt est un anglophone d’éducation, de culture et de politique.

    Pour s’en rendre compte il faut lire ses articles publiés dans le G&M. En plus de prendre note de ses nombreuses participations au Canadian Daily Newspaper Awards, du Toronto Press Club.

    Accompagné de ses collègues de travail bailingue, tel que Fabienne Couturier, Julien Chung, France Dupont, Sophie Cousineau, Michele Ouimet.

    Quant à la direction du journal, qui ne s’est pas encore qu’elle est résolument d’allégeance anglo-fédéraliste et toute dédiée au bailingue, serviteur de l’unité-canadian, selon le modèle franglais trudeauiste.

    Répliquer à ses éditos est une erreur fatale. Parce qu’elle ne fait qu’accroître sa richesse par la promotion de sa notoriété, sans aucune compensation pour les auteurs Beaulieu et Thériault.

    Ignorez-le, tout simplement.
    ch

  2. 2 jeanpap Le 24 mai 2009 à 18h50

    Il serait interessant toutefois, pour mettre ces statistiques en perspective, de savoir le pourcentage de gens qui maitrisent aussi le francais parmi ceux qui declarent l’anglais comme langue d’usage, de savoir aussi le pourcentage de gens qui travaillent en francais parmi ceux qui declarent l’anglais comme langue d’usage. Et aussi de savoir si ces pourcentages ont augmente ou diminue entre 2001 et 2006. Cela donnerait une idee plus precise du recul ou du progres de la langue francaise. Lors de mon dernier passage au Quebec en 2006 je fus surpris du nombre d’anglophones dans le West Island de Montreal et ailleurs au Quebec qui s’exprimaient en francais, ce nombre m’est apparu largement superieur aux annees 70-80 alors qu’il etait rare qu’un anglais s’abaisse a parler la langue du conquis.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 32 articles

Profil: En tant que citoyens et citoyennes du monde, nous avons la responsabilité de défendre et de promouvoir la différence culturelle et linguistique du Québec.

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 795 a été rédigé par Mouvement Québec Français il y a 10 ans et 3 mois, le vendredi 22 mai 2009.

Il y a 2 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Société, L'état de la langue française, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Des douzaines de raisons pour ne pas voter PLQ La "compilation" L'indignation en chiffres et en aberrations de Geneviève L'obstineuse ((L'indignation en chiffres et en aberrations de Geneviève L'obstineuse)) se partage [...]

2011: Affaire DSK: Dominique Strauss-Kahn libéré sous caution L’ex-patron du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, a été libéré vendredi après avoir passé une dernière nuit à la [...]

2011: Marche de la Journée nationale des Patriotes En 1837-1838, les Patriotes se sont battus afin de se débarrasser de la tutelle britannique et obtenir un gouvernement responsable [...]

2011: Soudan: Abyei aux mains de Khartoum Selon Amin Hassan Omar, le ministre d’Etat aux affaires présidentielles à Khartoum, les forces sudistes ont été repoussées d’Abyei, où [...]

2011: C’est aux jeunes qu’il faut passer le flambeau et le micro À titre de représentant du Rassemblement pour l'Indépendance Nationale et de Vigile.net, j'assistais hier à la conférence de presse qui [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages