Le mercredi 4 février 2009

EnvironnementPolitique

Poêles à bois et autres commentaires d’actualité

Par Jean-Pierre Plourde

Plusieurs municipalités s’apprêtent à interdire les poêles à bois. Avant d’élaborer des lois d’interdits sur les poêles à bois, il serait plus brillant d’informer les citoyens sur la façon d’utiliser son poêle efficacement.

Plusieurs municipalités s’apprêtent à interdire les poêles à bois.

Ce mode de chauffage permet la survie de beaucoup de citoyens. C’est un moyen naturel de chauffage en usage depuis l’apprentissage du feu par l’homme, il possède ses lettres de noblesse.

Le chauffage au bois fait parti des solutions à la problématique de la mise en valeur de « nos ressources forestières »1 . On pourrait investir à développer des filtres à particules par exemples.

Les forêts requièrent du développement. Ce type de chauffage crée plus d’emplois ici que l’importation d’huile à chauffage, de gaz naturel, de propane ou autres dont nous augmenterons la dépendance alternative.

Les poêles à bois doivent faire parti d’une stratégie globale permettant de sécuriser le bien être des citoyens lors de catastrophes naturelles comme le verglas, l’isolation de territoires par inondations, etc. Sans les poêles à bois, le problème du verglas aurait été beaucoup plus grave.

Cette interdiction représente une vision optue du développement.

L’Hydro-Québec devra compenser l’énergie manquante par l’augmentation de la production qu’elle ne sera bientôt plus en mesure de fournir. Les projets de nouveaux barrages seront contrecarrés par les protecteurs de grenouilles et autres visionnaires générés par les négociations dite de l’approche commune. L’énergie hydro-électrique, c’est une pompe solaire naturelle. Cette forme d’énergie est reconnue internationalement comme la méthode de produire massivement de l’énergie de façon sécuritaire en produisant un minimum de pollution.

Derrière les barrages, la nature reprend ses droits après quelques années seulement. C’est la plus naturelle des énergies propres après les panneaux solaires et les éoliennes.

Avant d’élaborer des lois d’interdits sur les poêles à bois, il serait plus brillant d’informer les citoyens sur la façon d’utiliser son poêle efficacement. Cet appareil utilise la différence thermique intérieur/extérieur pour fonctionner. En dessous de -20 degrés l’appareil est très efficace avec un minimum de pollution.

À ces températures, les dangers pour la santé par inhalation des particules devient très faible, les citoyens étant généralement cloisonnés à l’intérieur. Ces projets de taxation frappent sans discernement.

S’il est interdit de s’en servir, les citoyens vont cesser d’en acheter et les entrepreneurs vont cesser d’en installer, privant ainsi nos communautés d’une source alternative d’énergie en cas de sinistre. Le poêle à bois et le système d’alarme sont la ceinture de sécurité de votre résidence.

L’encens que beaucoup de citoyens utilisent dans leur logement émet des micro-particules. Du fait de leur confinement dans la maison, ces particules sont beaucoup plus dommageables à la santé que celles émises par les cheminées de poêles à bois. Il en est de même pour les produits poubelles du type aérosol ou en bâton qui utilisent des produits chimiques probablement plus dommageables que l’odeur à camoufler. Beaucoup de produits de nettoyage sont également très dangereux et nocifs à respirer, va-t-on cesser de les utiliser pour autant?


La médaille à M. Charest

Le Québec et ses institutions sont sous la tutelle de la fédération via M. Charest. Ce dernier s’acharne à nous faire disparaître par l’immigration sans contrôle dans Montréal.

Selon mes prévisions, notre caisse de dépôt de 150 milliards de dollars ne sera plus qu’un souvenir d’ici deux ou trois ans, pensez-y!
Apprenons à penser autrement. Pour être heureux, il faut s’affirmer. Comprenez que la politique, c’est vous et moi, ensemble on peut changer tout cela à condition d’en être conscient. Les Terre-Neuviens l’ont compris, pourquoi pas nous!

Les médias sont baillonnés, voir mon enquête Le contrôle de l’information. Comprenez également que M. Sarcozy est un proche de la famille Desmarais, la médaille donnée à Jean Charest est éminamment politique et médiatique. M. Charest s’est fait élire sur des promesses qu’il n’a jamais réalisées. Ce scénario vise directement à influencer la façon de penser des citoyens du Québec.

« D’autant qu’au soir de la victoire de Nicolas Sarkozy, au restaurant Le Fouquet où s’est retrouvé le gratin de la classe dirigeante française, les seuls non-français présents étaient Paul Desmarais et Albert Frère »2

Pénurie de personnel

Nos gouvernements nous annoncent un manque flagrant de main-d’œuvre. Dans le même temps, les médias nous annoncent des pertes d’emplois par milliers toutes les semaines. Il y a donc des milliers de gens motivés, disponibles et de toutes les compétences, à la recherche d’un emploi rémunérateur.

Il me semble que le recyclage des humains est aussi important que celui des matières inertes!

Les taxes

Les gouvernements cultivent les interdictions d’une façon radicale et souvent sournoise. Par exemple, nos immatriculations viennent de monter de 30 dollars pour des raisons obscures de transport en commun et ce n’est pas la première taxe sur ce sujet qu’on nous jette sur le dos! On nous a déjà imposé ce même genre d’augmentations pour améliorer les routes et elles sont encore en piteux états à plusieurs endroits.

Revenons au transport en commun, 50% des habitants du Québec vivent en régions où les trains sont rares et les métros absents. À plusieurs endroits, il passe un autobus le matin et un autre le soir.

Croyez-vous vraiment que cette autre taxe va changer quelquechose?

La réponse est « Oui », mais pas là ou vous pensez: on crée présentement une cassure sociale entre Montréal et ses régions qui va s’amplifier. Sans les régionaux, Montréal anglosaxone va disparaître comme métropole et le déclin de ses emplois va s’accentuer par le déplacement des sièges sociaux vers l’étranger.

On peut déduire beaucoup de chose en apprenant son histoire… Je vous invite à le faire, voir le tome 1, Le livre noir du Canada anglais, par Normand Lester, congédié de Radio-Canada pour avoir dit la vérité.

Les supers hopitaux

Lorsque le rapport de force anglais-français dans Montréal sera inversé en faveur des premiers, la construction d’un super hopital francophone ne sera plus nécessaire. Je ne m’attend donc pas a voir aboutir ce dossier avant la fin du règne de M. Charest.

Jean Pelletier

Lors du référendum de 1995, M. Pelletier fut l’un des principaux fossoyeurs de nos aspirations. Ce monsieur était président de Via Rail et l’un des responsables de l’arrivée massive de milliers d’étrangers à Montréal. Si vous chercher encore une autre preuve que le Canada fait la guerre à la démocratie, je vous invite à lire la suite de son histoire,  dont voici un extrait:

Love-In de Montréal

Pour le financement du Love-In à Montréal dans les jours précédant le référendum, il déclare que « Dans la guerre, on ne se demande pas si les munitions sont payées, on les tire. » (Sic)

Son décès fut une autre occasion de battage médiatique pro-fédéraliste.

Jean-Pierre Plourde

  1. Le traité de l’approche commune va dépouiller notre peuple de son droit de gestion de ses territoires, par conséquent, ce terme pourrait ne plus être approprié et pas seulement celui-là! Il est urgent de vous informer. []
  2. Voir la suite de l’extrait sur le site Mondialisation.ca []

8 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 xavier Le 6 février 2009 à 12h40

    Très intéressant et très pertinent, seulement, vous devriez séparer ces articles afin d’en diminuer la lourdeur et afin de permettre à ceux qui n’étaient pas intéressés par le titre principal de lire les autres éléments.

    Bonne journée

  2. 2 Jean-Pierre Plourde Le 6 février 2009 à 14h29

    Merci M. Xavier de vos commentaires:

    J’ai un emploi du temps très chargé.
    Si vous désirez vous familiariser avec ma vision du passé et des conséquences sur notre avenir, je vous invite à lire les textes de mes sites.

    1. Tous les textes sur saglacweb.com ont été publiés à mes frais, la plupart du temps sur une page complète et quelquefois en couleur dans les seuls journaux du Québec à avoir accepté de me publier. Il s’agit du Progrès Dimanche et du Quotidien de Chicoutimi. Un investissement personnel social de plus de $20,000.00 sans attende de retour ni glorification a seul fin d’acheter mon droit de parole.
    Il y a au QUébec un contrôle de l’information sévère, j’ai même eu droit à des négociations sur mes textes pour acheter un tier de page du Journal de Québec du 23 décembre 2005. le tier de page fut intégré à l’intérieur d’un article traitant des négociation sur VIA Rail. Ce qui l’a rendu insignifiant.
    Le journal de Montréal m’a refusé carrément de me vendre une page à $8,000.00 pour que je puisse donner mon opinion sans sencure. Vous trouverez cela sur saglacweb.com, voir, le Contrôle de l’information;
    J’en aurais beaucoup a dire sur beaucoup de sujet;

    En attendant que je trouve plus de temps, je vous suggère de rechercher mes articles en allant cliquer sur mon nom parmi les collaborateurs d’Ameriquebec.

    2. Tous les textes que je publie dans ameriquebec sont également sur mon blogue, saglacweb.blogspot.com

    3. Il est fréquent que j’écrive également des textes complets sur un seul sujet, lorsque le temps me le permet.

    Merci de vos commentaires, je les apprécie énormément.

    J’en prend bonne note.

    Notes:
    Voici quelques suggestions de lectures de mes textes parmis ceux que je juge les plus importants, Vivre libre ou disparaître, Conflits d’intérêts, juge et parti, Commission BT, et bien d’autres;

    Jean-Pierre Plourde,saglac@gmail.com

  3. 3 Michelle Rivest Le 16 février 2009 à 6h19

    L’eau, le vent et la terre une fois l’installation faites ne coûte plus rien. N’allez pas croire que l’industrie forestière n’est pas responsable de toute cette façon de voir les choses. Je connais le dossier depuis plus de 15 ans et sachez que les preuves ne sont plus à faire concernant les dangers pour la santé de chauffer au bois.
    Ne considérez pas l’Association comme un organisme de lobby en environnement. Nous représentons des milliers de gens enfermer chez-eux, malades, d’autres qui ont renoncés pour marcher à l’extérieur à cause de la fumée dans les rues et souvent ces gens là qui boucane étirent le plaisir même l’été. Nous avons des professionnels qui connaissent le dossier. Nous recevons des doléances de partout au Québec même du Lac-St-jean, même d’Europe.

    Ça fait 15 ans que j’entends des histoire d’horreur concernant les feux et le chauffage au bois. En passant moi petite citoyenne ordinaire cela fait au moins 5 fois que je sauve la vie à des gens victime d’intoxication, même que les dernières personnes étaient un couple qui habitait Saguenay ou au Lac, plus certaine. Ne pouvant rejoindre votre santé publique c’est Dr. Suzanne Fortin qui a prit en charge le tout de la région Lanaudière. D’ailleurs l’ALAP existe à la demande de la santé publique compte tenu qu’aucun groupe écologiste n’a accepter de s’occuper du dossier même pas d’entendre les gens s’exprimer.

    Notre association n’a jamais militer contre le chauffage au bois durant des périodes critiques comme le verglas mais sachez en passant qu’Il existe d’autres types d’appareils d’appoint qui ferai autant l’affaire.

    Dites moi, pourquoi cette course folle aux énergies, quand au Québec nous avons tout ce qu’il faut comme énergie propre? Les psychopathes des grandes corporations peuvent se félicités des résultats parce que le vent tourne à droite et l’économie est devenu la vache sacré de tous. On encourage une énergie sale pour donner la nôtre au aluminerie à perte et aux voisins Ontariens et étasuniens. M. Charest est en train de vendre le Québec à une vitesse folle. Remarquez que certains souverainistes n’ont guerre fait mieux.

    Malheureusement la santé n’a aucun lobby. Nous sommes dans l’air de la concentration des médias et que seule la pensée unique est tolérée. Tous les partis politiques autant que les écologistes orientent cette pensée sur les changements climatiques uniquement. J’ai connu l’organisme gouvernemental qui oriente sur la planète ces grands mouvements de réduction de GEZ c’est ADEME en France. Lorsque j’allais sur le site jadis site gouvernemental tout comme Ressources Naturelles Ca. et celui de d’autres pays nous retrouvions que des publicités de l’industrie forestière. Aujourd’hui on a retirer ces annonces.

    Tant qu’il reste un poisson, ou un arbre l’homme n’arrêtera jamais. Une énergie qui ne pollue pas trop n’a pas de cheminée. Mais même là, il nous est impossible de se taire quand nous savons que même pour l’utilisateur ce n’est guerre mieux surtout lorsqu’il a des personnes à sa charge.

    Ce ne sont pas les documents scientifiques qui manquent mais êtes vous vraiment intéresser d’en connaitre davantage? Moi je n’aime pas tellement cet aspect du dossier parce qu’au nombre de témoignages venant des gens lésés, je ne crois pas qu’une personne s’enferme des années et des années, dans sa maison par pur plaisir et que l’air climatisé fonctionne très tôt au printemps et tard l’automne parce qu’il est impossible d’ouvrir nos fenêtres. J’aurais bien des arguments mais le respect des autres n’est t’il pas important. Pourquoi ne peut-on plus jouir de nos terrains voir même endurer à l’intérieur de nos maisons cette fumée toxique? En passant notre climat n’y est pour rien partout dans le monde c’est une activité économique des fois, de survie, de loisir pour d’autres, d’autres c’est à croire que c’est instinctif.
    En espérant que ce soit lisible.

    À la prochaine
    Michelle Rivest
    bénévole ALAP

  4. 4 Jean-Pierre Plourde Le 17 février 2009 à 3h54

    Bonjour Mme Rivest:

    Je vous cite:
    Dites moi, pourquoi cette course folle aux énergies, quand au Québec nous avons tout ce qu’il faut comme énergie propre? Les psychopathes des grandes corporations peuvent se félicités des résultats parce que le vent tourne à droite et l’économie est devenu la vache sacré de tous. On encourage une énergie sale pour donner la nôtre au aluminerie à perte et aux voisins Ontariens et étasuniens. Charest est en train de vendre le Québec à une vitesse folle. Remarquez que certains souverainistes n’ont guerre fait mieux.

    Discussion:
    L’énergie, crée le pouvoir et asservit les consommateurs.

    En 1949, la fédération nous a dépouillé du Labrador sans notre accord et elle remet ça avec le reste de nos actifs, Hydro compris et bientôt Caisse de dépôt, tout cela c’est le pouvoir, la désinformation et l’ignorance qui le permet.

    En choisissant une centaine d’autochtones pour gérer nos actifs, la fédération nous retire notre droit de gestion de nos territoires par expropriation. Pour être sur qu’on ne puisse reprendre le contrôle de nos biens, elle va faire disparaître notre majorité en inondant Montréal d’immigrants.
    La fédération possède une tutelle sur tous les biens Amérindiens, par conséquent, en transférant nos territoires aux autochtones, elle nous retire notre droit de propriété et de gestion dans l’indifférence générale et elle s’approprie un droit de véto sur toutes nos décisions futures en plus de contrôler tous nos avoirs présents et à venir.

    Lorsque vous dite: “quand au Québec nous avons tout ce qu’il faut comme énergie propre?”, ce n’est plus vrai. Lorsque les citoyens n’ont pas réagis aux transfert des droits fonciers aux Autochtones, l’Hydro-Québec perdait du coup, son droit de poursuivre son développement sur des terres qui dorénavant ne lui appartiennent plus. L’Hydro sera mis en compétition sur nos propres territoires par des investissements Terre-Neuviens, Ontariens, Américains, Chinois, etc, sans qu’on ait dorénavant notre mot à dire, parce qu’on refuse de s’assumer. Nous nous exposons, par notre attitude à la même indifférence et au racisme envers nous qu’a ceux qu’a connu les Louisianais de la part de Bush lors de l’ouragan Katrina. C’est ce genre de pensée qui entraîne M. Harper à couper les subventions aux artistes, à nos centres de recherches et à contrôler qui participera aux olympiques, etc, etc.
    Par l’approche commune le Québec devient un territoire fédéral et non plus Québécois. Vous et moi devenons des “no name” ayant moins de droits que les immigrants. Le gouvernement nous le fait avaler par la commission TAYLOR/BOUCHARD. Encore là, on laisse faire et l’on va perdre notre métropole dans l’indifférence générale. Notre individualisme en est pour beaucoup responsable. D’ici 20 ou 30 ans, l’Hydro ne sera plus que l’ombre de lui-même et le prix de notre électricité va se rapproché de son coût réel payé ailleurs. En contrôlant nos territoires et nos industries, la fédération pourra prendre des politiques qui pourront nous obliger vous et moi à déménager ou à être privé de revenus par le déplacement des industries, le plus souvent par des décisions prises ailleurs comme à Ottawa, Toronto, Australie et ailleurs.

    Le Québec est en carence de chefs, M. Charest ne réalise pas ce qu’il promet et je soupçonne souvent qu’il nous cache plein de choses, les ficelles d’Ottawa dépassent de ses vêtements.
    Mme Marois manque de charisme et Mario Dumont n’a jamais été l’homme de la situation. Suite à René Lévesque on a répudié les meilleurs chefs qu’on a eu. Il nous faut collectivement changer d’attitude.

    Nous sommes coupables de la situation. Notre indifférence à l’histoire et l’absence de nos choix politiques annoncent notre disparition à court terme, on doit reprendre le contrôle de l’immigration dans Montréal et montrer la porte à M. Charest par un levé de bouclier général. Je crois que ce bonhomme va nous dépouiller de 150 milliards de dollars venant de la Caisse de dépôt et il va faire passer cela sur la crise économique mondiale. Il en a déjà fait sauté près du tiers, on en saura plus à la fin du mois. Vous devez réclamer un rapport mensuel des activités de la caisse et suivre de prés vos véritables REER car c’est la caisse qui assure nos pensions, il faut s’y intéressé. Beaucoup de Québécois se sont fait avoir et ils ont souvent tout perdu en suivant les conseils de prétendus spécialistes pas plus voyant que vous et moi. Les histoires d’horreurs à la Norbourg et la déconfiture de Bell en sont de beaux exemples.

    Le Canada en fin renard, contrôle l’information de près et s’assure de notre ignorance de notre réalité présente et à venir.

    Je compatise avec les gens qui souffrent de la fumée des poêles à bois, cependant, Je crois qu’on ne doit pas les interdire, c’est présentement la seule bouée de sauvetage naturelle et disponible en quantité du Québec. La polution des autres sources de combustibles se fait ailleurs avant le rafinement, un événement comme le verglas ne doit pas revenir sans une stratégie de secours et le bois en fait parti, ce qui n’exclus pas non plus les autres sources dont vous parlé.

    La fumée des poêles à bois a tendance à descendre au sol rapidement, si vous habitez un quartier ou il y a beaucoup de poêles qui fonctionnent, tout votre quartier sera affecté. On devrait inciter les gens à ne pas faire de feu de foyer lorsque la température extérieure est supérieure à –10 degrés. L’augmentation du nombre des poêles à bois est l’une des conséquences du verglas.

    Vos propos soulèvent un bon point, la vie des gens à risques pulmonaires qui ont toujours habités un quartier sans fumée et qui se retrouve du jour au lendemain enveloppés de fumée ne la trouve pas drôle. Ils ressentent certainement un déracinement et une incitation au déménagement qui n’est pas agréable. Il existe certainement des solutions autres que l’interdiction et le déménagement.

    Il faut être réaliste, aucune loi ne va empêcher les citoyens de se faire un feu de joie l’été, c’est une symbolique puissante qui existe depuis son apprentissage par l’homme, ou un feu de foyer par grand froid. Cela fait partie de la vie des hommes.

    En ce qui concerne les papetières, elles ont énormément contribuées à la destruction de nos forêts et à augmenter la pollution de nos milieux par les coupes à blanc qui détruisent le filtre naturel des poussières, gaz carboniques et autres.

    Les forêts ont besoin des arbres morts et du résidu des forêts brûlées pour enrichir le sol d’humus et augmenter sa capacité de regénérescence.

    Il y a 12,000 ans, dans nos régions du Nord, la fonte des glaciers de quatre kilomètres d’épaisseurs avait emportè les sols vers le sud, les plaines et régions fertiles de Montréal et du Saint-Laurent concentrent les terres arrachées à cette époques par ces glaciers. Ailleurs, il a fallu tout ce temps pour qu’un début d’humus d’environ 6 pouces d’épaisseur soit mis en place naturellement et que la forêt se développe enfin. Si l’on récolte de la forêt dans ces régions, cela ne devrait jamais dépasser un certain pourcentage. De plus, les outils de récoltent devraient respecter la nature des sols afin d’en conserver sa fertilité.

    Excusez tous mes détours, mais il n’existe pas de solutions simples à la pollution des poêles à bois, ni à celle générée par la production des autres formes d’énergies.

    A défaut de comprendre qu’il nous faut d’urgence mettre M. Charest à la porte, reprendre le contrôle de notre immigration dans Montréal et conserver notre majorité, nous nous dirigeons vers un genre d’anarchie capitaliste ou les intérêts financiers contrôleront nos énergies, leurs intérêts passeront alors avant les nôtres. De ce fait, toute initiative qui aura comme résultat de diminuer notre influence dans ce pays sera approuvée et nous devrons nous habituer à en faire les frais, voir mon texte, Étude sur le comportement des Québécois, sur ameriquebec.net ou sur saglacweb.blogspot.com.

    L’être humain, avec sa reproduction débridée, c’est le cancer de la nature, il se prend pour Dieu alors qu’il applique les lois du plus fort avec un minimum d’humanité pour les plus faibles.

    Nous vivons sur un petit grain de sable de seulement 12 milles kilomètre de diamêtre qui tourne autour d’une étoile moyenne, notre voisine la plus proche est a environ 4 année lumière de nous.
    Il y a 100 milliards de copines semblable à notre soleil et de différentes grosseurs qui tournent à l’unisson autour du centre de notre petit village galactique en 250 millions d’années. Notre village voisin est à 2.5 millions d’année lumière de nous. On sait maintenant qu’il y a des milliards de villages comme le notre.

    A l’échelle cosmique l’être humain est une espèce vivante pas plus ni moins importante que les plantes, les animaux et autres éléments de la nature. L’humain pose des gestes qui risquent fort de réduire avant son temps le nombre de ressources nécessaires à sa propre survie, de la même façon que le font ceux qui décident un jour de fumer ou de se droguer.

    Dans 4 milliards d’années, le gonflement de notre étoile aura rendu notre grain de sable stérile et l’humanité sera disparue depuis longtemps. L’expérience terrestre sera terminée. Penser qu’on puisse se rendre chez la voisine de notre étoile dépasse des centaines de fois la capacité en temps nécessaire à la vie d’un être humain.

    On peut déduire que la chimie du carbone s’implantera sur toute planète possédant de l’eau, une atmosphère et une température moyenne permettant les échanges chimiques et biologiques. Nous fesons parti de ce processus et nos croyances n’y changeront rien.

    La notion la plus importante pour un individu, c’est le respect de soi et l’ampathie pour ses semblables, le contraîre de l’attitude collective des Québécois… Vous avez su très bien l’exprimer dans vos commentaires.

    Vous ajoutez au débat;

    A bientôt,

    Jean-Pierre Plourde.

  5. 5 Malin Milou Le 18 février 2009 à 1h43

    JP,

    Je suis dac avec Xavier.
    Ça n’enlève rien au contenu.
    Ça facilite la lecture.

    Le reste demeure entière liberté, en tenir compte ou pas…

  6. 6 Jean-Pierre Plourde Le 19 février 2009 à 2h47

    Bonjour M. Milou;

    Je veux bien présenter mes textes séparément.

    Cependant, comme je n’ai pas toujours la possibilité de travailler tous les sujets, vous n’aurez pas le fond de ma pensé sur plusieurs sujets que je juge importants, par manque de disponibilité.

    Vous avez raison, je devrais faire des articles séparés.

    En attendant, je vous invite à feuilleter tout article de ma part qui comportera l’expression: Et autres commentaires d’actualité.

    Note.
    Plusieurs journalistes et éditorialistes utilisent à l’occasion le style d’écriture à sujets multiples. J’admet cependant en faire présentement un abus. Je vais donc tendre à en réduire le nombre.

    Merci de vos commentaires et surtout de me faire l’honneur de me lire.

    Jean-Pierre Plourde.
    saglac@gmail.com

  7. 7 Le Rouspèteux Le 8 avril 2009 à 12h04

    À Montréal le smog est-il causé par les poêles à bois en été ???
    Les médiats (contrôlés) ont dit qu’il y avait cette année 48 jours de smog par rapport à 16 l’an passé. Le nombre de poêle n’a pas augmenté tant que ça cette année. Je récolte mon bois de chauffage moi même, il est bien sec et de bonne qualité. C’est le chauffage principal, c’est une fournaise contrôlée avec module électronique très bien structurée. Jamais mes voisins n’ont été dérangés par ce mode de chauffage, par contre ceux que ça dérange se sont Hydro Québec, et les TAXES, TAXES, TAXES. En interdisant le chauffage au bois il y aura une maison de plus à vendre à Montréal. Souvenons-nous de la crise du verglas en 98, le bois était-il si dérangeant que ça ?
    C’est une question de gros bon sens, un système de chauffage « sécuritaire » ne s’installe pas en quelques minutes en cas de panne, ce que les assureurs et les autorités ne comprennent pas.
    Montréal se dit écologique….. Où sont passé les centaines de cordes de bois acheminées, et non distribuées lors de la crise du verglas ??? Seraient-elles enfouies au dépotoir Miron par hasard ???
    Si c’est possible de se chauffer à moindre coût, ça fait des jaloux ! ON EST AU QUÉBEC.

  8. 8 Jean-Pierre Plourde Le 9 avril 2009 à 2h31

    Merci M. Rouspèteux de votre commentaire;

    L’usage d’un poêles à bois pendant l’été se résume à quelques citadins se retrouvant autour d’un feu en arrière cours. L’impact qu’ils peuvent avoir peut-être important pour le voisinage immédiat. Je ne pense pas cependant qu’il soient responsable de tous le smog sur Montréal.

    Dans un quartier résidentiels populeux, cette pratique risque fort de déranger quelques voisins.
    Plus il fait chaud, plus la fumée a tendance à redescendre au sol rapidement, ce qui augmente la concentration des particules chez le voisinage immédiat.

    A défaut de dialogue et de gros bons sens entre citoyens, dans un tel cas, une règlementation pourrait avoir sa place.

    Par contre, lorsqu’il s’agit du chauffage des résidences des citoyens en hiver, la règlementation ne tient plus car on s’attaque aux droits essentiels de survie des citoyens, je m’y oppose donc fortement. Plus il fait froid, plus la fumée sera dispersée et moins la pollution n’aura d’effet sur le citoyen encabané dans sa maison ou en transit rapide entre deux points.

    Lors du verglas, des citoyens ont certainement appréciés avoir un voisin possédant un chauffage au bois ou a gravité afin d’éviter les engelures avant d’être évacués.

    Le poêle à bois est une bouée de sauvetage autant pour les citoyens que pour les institutions.

    Beaucoup d’hopitaux et d’usines de tous genres ont déjà transformé leurs équipements pour s’adapter aux sous-produits du bois et c’est très bien. Dans le cas des hopitaux, les citoyens sont les premiers à en bénéficier.

    Monsieur, vous avez raison de vous inquiéter de la réaction négative des citoyens qui demandent continuellement d’ajouter des interdits.

    Cette attitude négative et fermée est entretenue par les médias et les politiciens qui encouragent les citoyens à s’entre-déchirer et à dénoncer au lieu de dialoguer.

    Le plus bel exemple de cela est donné par l’émission de Marie-France Bazo qui posait la question: Faut-il fermer les régions. Une telle question entretient la division et elle est génératrice de frictions indignes d’un peuple dit civilisé.

    Je vous invite à lire mon texte, Montréal l’approche commune va te faire mal, sur ce même site, pour comprendre la dynamique entourant les prétendus négociations de l’approche commune et pour lesquelles les montréalais vont en faire les frais. Ils sont inconscient des conséquences pour notre avenir à tous les deux et celui de nos enfants. Dans ce texte je dis entre autre que Montréal en rejetant ses régions verra disparaître ses sièges sociaux. Les nouvelles concernant RIO Tinto ne sont pas très bonne, hier encore on annonçait le transfert de 180 emplois vers d’autres cieux.

    La très grande majorité de mes prédictions concernant l’avènement du gouvernement Charest se sont réalisées.

    Les Québécois jouent à l’autruche.

    Ce n’est pas comme cela qu’on construit un pays. C’est plutôt la recette de l’émergence de graves troubles sociaux.

    Cette problèmatique sociale fait parti d’un tout.

    Par exemple, l’ajout de caméras pour distribuer des billets automatiques d’infractions sur nos routes devrait donner un grand coup à notre sentiment de liberté. Je ne suis pas certain que ce soit une bonne idée car il n’y a aucune humanité dans cette méthode.

    Excusez-moi pour avoir débordé un peu du sujet. Les poêle à bois font partis d’une problèmatique beaucoup plus large, vous l’aurez compris.

    A bientôt.

    Jean-Pierre Plourde,
    saglac@gmail.com

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


SagLacWeb.blogspot.com

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 116 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 1,097 a été rédigé par Jean-Pierre Plourde il y a 11 ans et 2 mois, le mercredi 4 février 2009.

Il y a 8 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Environnement, Politique.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2013: Un cent canadien: la fin de la pièce d’un cent canadien C'est à compter d'aujourd'hui, 4 février 2013, que la pièce d'un cent canadien ne sera plus distribuée aux entreprises ou aux [...]

2011: Suspension de l’exploration des gaz de schiste en France Le député de L’Assomption et porte-parole de l’opposition officielle en matière de mines, Scott McKay, invite le premier ministre du [...]

2011: Passer de la parole aux actes Mon dernier article avait pour titre Une année qui pourrait être explosive pour le gouvernement Charest. Jean Charest a évidemment [...]

2011: Programme canadien de bourses aux étudiants La députée de Taillon et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’enseignement supérieur et de prêts et bourses, Marie Malavoy, [...]

2011: Des dirigeants de cégeps qui se la coulent douce Après avoir pris connaissance de la manchette du Journal de Québec du 2 février, le député de Rousseau et porte-parole [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages