Le vendredi 4 février 2011

PolitiqueQuébec

Passer de la parole aux actes

La population charge!

Par Sylvain

L’opposition populaire contre le gouvernement Charest s’organise. Les Québécoises et les Québécois ont signé des pétitions. Maintenant, ça va se passer dans la rue. Jean Charest, l’industrie du gaz de schiste et les amis du PLQ pourraient faire face à l’année la plus difficile de leur vie.

Mon dernier article avait pour titre Une année qui pourrait être explosive pour le gouvernement Charest. Jean Charest a évidemment senti la soupe chaude, et ce n’est pas étonnant que Nathalie Normandeau ait été placée derrière le décor pour laisser le ministre Arcand à l’avant scène. Pour accompagner Arcand, l’industrie gazière est allée chercher nul autre que Lucien Bouchard pour en faire son représentant. Et puis?

Les prochaines semaines seront palpitantes. Mardi prochain, le 8 février 2011, une pétition demandant un moratoire sur le gaz de schiste, signée par environ 125 000 personnes, sera déposée à l’Assemblée nationale. Pour l’occasion, les citoyennes et les citoyens du Québec sont invités à être présents dans le cadre d’une vigile. Pour connaître les détails de cette vigile, il vous suffit de consulter ce lien: Les vigiles du schiste. Tout le monde est invité.

Le 19 février, Le Frapru, soit Le Front d’action populaire en réaménagement urbain, qui est un regroupement national pour le droit au logement, viendra aussi mettre de la pression sur le gouvernement Charest:

Pour accentuer la pression en faveur de l’annonce, dès le prochain budget, du financement de 50 000 nouveaux logements sociaux en 5 ans, le FRAPRU organisera du 14 au 19 février 2011 une grande caravane à travers le Québec. La caravane, ponctuée d’actions et d’événements publics, passera par Gatineau, Montréal, Châteauguay, Sherbrooke, Trois-Rivières, La Tuque et Saguenay pour se terminer par une manifestation nationale à Québec, le samedi 19 février.1

En plus de cette manifestation nationale, des gens de partout au Québec pourraient se transformer en vigiles du Québec pour garder un œil et faire pression sur le gouvernement Charest. La cause commune serait de “veiller à ce que le gouvernement Charest prenne la porte”. Sur cette page du site Les vigiles du Québec,  on trouve une panoplie de raisons pour aller faire des vigiles et protéger les intérêts du Québec.

Sur le même sujet, il y a aussi le MCNQ qui ira déposer la pétition demandant la démission de Jean Charest, toujours à l’Assemblée nationale, le 22 février. Encore ici, la population du Québec est invitée à se rassembler devant le parlement à Québec. Pour les détails, visitez ce site Internet.

Ce n’est pas le remaniement du gouvernement Charest  ni l’arrivée de Lucien Bouchard dans le clan de l’industrie du pétrole et du gaz de schiste qui vont calmer la grogne générale dans la population de la nation québécoise.  Si, comme environ 80% de la population, vous êtes en colère contre le gouvernement Charest, vous avez plusieurs dates, citées précédemment, pour passer de la parole aux actes.

  1. Source: Une caravane du FRAPRU du 14 au 19 février []

5 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean Rousseau Le 5 février 2011 à 13h57

    L’IMPROBABLE ÉVENEMENT

    Il faut toujours demeurer objectif. Il n’y a pas que le libéraux qui sont égarés, mais aussi les péquistes qui poursuivrent religieusement l’indépendance. Demandez-donc aux bonzes de cette formation de répondre une fois pour toute à la question suivante ou de céder leur place à plus responsables qu’eux. Je ne peux pas laisser le peuple s’enliser plus profondément sans tout faire pour rectifier le tir. Ne croyez-vous pas qu’il serait intéressant de savoir ce qu’en pense les Duceppe, Kazir, Lizée ou Louise Beaudoin ?

    Quiconque en mesure de faire preuve de sincérité le devrait car il s’agit de l’avenir, voire de l’inconscient collectif :

    « Qu’est-ce qui empêcherait les anglais de se comporter à notre endroit pareillement qu’avec les acadiens de jadis, en cas d’un référendum gagnant » ?

    Il faut émerger coûte que coûte avant d’atteindre le point de non retour.

    Jean Rousseau, B. Ps
    conseiller

  2. 2 Sylvain Racine Le 5 février 2011 à 14h13

    Je ne comprends absolument pas votre commentaire M. Rousseau.

    Qu’est-ce que vous attendez ou ne voulez pas du PQ?

    Pour qui allez-vous voter aux prochaines élections?

    Est-ce que les Acadiens ont déjà gagné un référendum?

    Ça m’aiderait à comprendre…

  3. 3 Jean Rousseau Le 5 février 2011 à 19h42

    M. Racine; merci pour vos interrogations. Elles m’ont permit de me rendre compte que mon message n’était pas suffisamment clair pour être comprit.

    Je tends à considérer tout projet supceptible de faire émerger la nation du conflit découlant de la défaite ancestrale. Au temps de Lévesque, j’ai cru à l’indépendance, mais tranquilemment j’ai pris conscience de son impossibilité en appréciant de plus en plus nettement les éventuelles réactions du reste du Canada. Un vieil intérêt pour la perception m’a renseigné sur le caractère délirant de la démarche. Et le centre de cette aberration repose sur l’illusion que les anglais se plieraient aux conventions, en cas d’un référendum gagnant, alors que l’on serait plutôt assuré du contraire.

    Pour s’en extirper, je veux maintenant crever l’abcès en confrontant les bonzes de l’option, afin qu’ils sortent de leur paralysie mentale ou du moins, qu’ils perdent leur joug sur les membres et que l’on puisse s’aligner sur un projet prometteur; une fédération à l’européenne améliorée où le Québec deviendrait souverain.

    Si vous pouvez aider à édifier telle réalité, car je n’ai talents que pour sa conception.

  4. 4 Sylvain Racine Le 8 février 2011 à 16h39

    “une fédération à l’européenne”

    J’habite en Suède, je suis maintenant suédois, c’est mon pays et je suis membre de la “fédération européenne”.

    Donc, la première étape, pour vous, est de faire du Québec un pays et par la suite parler de “fédération”.

    Dans les faits, de toute façon, il faudrait plutôt parler de confédédation européenne, “confédération canadienne. C’est là le problème du Canada, le vol, la grande joke, c’est que le Québec en 1867 croyait s’embarquer dans une confédération, mais c’est devenu une fédération cenralisatrice et multiculturel.

    C’est pour vous. Moi j’en ai un pays, et deux nationalités. Si me m’exigeait d’en laisser tomber une, je laisserais tomber assurément la canadienne.

  5. 5 jean Rousseau Le 9 février 2011 à 13h58

    « Nul n’est supérieur à la fédération » (1)

    Toute domination confine à l’inhumanité. Telles ces noyades simulées que les américains faisaient subir aux irakiens il n’y a pas si longtemps. Ou ces collections d’oreilles que les soldats français élaboraient en prélevant les organes sur les résistants durant l’occupation d’Algérie. Ou encore, ces parodies de procès où la règle fondamentale de justice s’en est trouvée bafouée; nul ne peut être juge, (même indirectement), et partie.

    Ceci dit, il conviendrait de progresser en prenant tous les moyens légitimes mis à notre disposition. La première étape consisterait pour certains leaders à pouvoir décoder les intentions des anglais. Parce que toute naïveté retrouvée là nous serait aussi préjudiciable que l’inexactitude d’une horloge de référence. Ces derniers ne reconnaîtraient pas un référendum gagnant et ne se plieraient à aucune convention d’usage. Et personne ne pourrait les contraindre à le faire. Vérifiez la véracité de mes affirmations en interrogeant ceux de ses membres identifiés sympathiques à notre cause. Allez ensuite rencontrer des autorités et demandez-leur si mon propos se trouve à côté de la « track » ou, si au contraire, il tend à aiguiller les mentalités sur l’unique voie du succès ? Pas d’accord ? Expliquez-vous de manière cohérente ou taisez-vous ad vitam aeternam afin d’éviter de briser l’élan du peuple.

    Ce qui me fait espérer concernant cette union différenciée, c’est l’assurance intime de pouvoir convaincre toute conscience de ses avantages. Alors que j’écoutais un détenteur d’un Nobel d’économie, j’ai compris profondément les attitudes des sociétés et de ses membres à l’égard de l’argent.
    Je compte vivre convenablement de mes idées, quitte à accepter de les divulguer qu’aux suffisamment respectueux pour faire preuve de reconnaissance.

    (1) Citation d’un coach d’une équipe de rollerball.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Articles rédigés: 346 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 446 a été rédigé par Sylvain il y a 9 ans et 8 mois, le vendredi 4 février 2011.

Il y a 5 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Politique.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2013: Un cent canadien: la fin de la pièce d’un cent canadien C'est à compter d'aujourd'hui, 4 février 2013, que la pièce d'un cent canadien ne sera plus distribuée aux entreprises ou aux [...]

2011: Suspension de l’exploration des gaz de schiste en France Le député de L’Assomption et porte-parole de l’opposition officielle en matière de mines, Scott McKay, invite le premier ministre du [...]

2011: Programme canadien de bourses aux étudiants La députée de Taillon et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’enseignement supérieur et de prêts et bourses, Marie Malavoy, [...]

2011: Des dirigeants de cégeps qui se la coulent douce Après avoir pris connaissance de la manchette du Journal de Québec du 2 février, le député de Rousseau et porte-parole [...]

2011: Conférence: La Charte de la langue française, ou la Charte de Trudeau? Le Mouvement des étudiants pour le français de l’UQAM présente la conférence "La Charte de la langue française... ...ou la Charte de [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages