Le mardi 28 octobre 2008

PolitiqueQuébec

Pourquoi faut-il montrer la porte à Jean Charest?

Campagne électorale québécoise 2008 ]

Par Jean-Pierre Plourde

Suite à l’annonce d’élections provinciales d’ici décembre, voici pourquoi il faut tous ensemble montrer la sortie à Jean Charest qui nous fut parachuté d’Ottawa après le référendum de 1995 pour se faire élire par tous les moyens.

M. Charest a réussi à se faire élire sous de fausses représentations, pensez aux promesses de réduction d’impôts d’un milliard de dollars par année! Une impossibilité mathématique, on ne peut laisser passer cela! Il en a même rajouté après son élection en disant que « ça s’en vient ».

M. Charest est responsable d’avoir nommé des chefs négociateurs en conflit d’intérêts avec les nôtres dans le traité dit de l’approche commune. Il refuse d’informer les citoyens des conséquences de ce traité et il retient des informations vitales pour notre survie. M. Yves Fortier, un président du groupe Alcan, est impliqué dans les mouvements fédéralistes sur l’unité Canadienne. Sa compagnie détient des intérêts sur les mêmes territoires que nous.

M. Charest est responsable de la saturation de Montréal d’immigrants sans structure d’intégration à notre communauté, son attitude à cet égard est à l’inverse de nos intérêts. Il ose même prétendre se soucier de notre culture. Ça prend du front tout le tour de la tête comme disait ma mère!

Grâce à M. Charest, la fédération est assise des deux côtés de la table de négociation de l’approche commune et elle tire les ficelles. Par ce traité, la fédération cherche à nous imposer sa Constitution rapatriée unilatéralement en 1982 et que Québec à toujours refusée. Même le premier ministre libéral de l’époque, M. Robert Bourrassa, l’a désavouée.

La plupart des articles du traité dit de l’approche commune sont basés sur cette Constitution que le Québec n’a jamais reconnue. Tout document basé sur celle-ci est donc sans valeur. Une Constitution doit se négocier entre membres consentants et dans un respect mutuel. Ce n’est pas le cas dans ce pays appelé Canada. Cessons de réclamer l’ouverture de la Constitution, la fédération, via M. Charest, la trafique à son avantage par toutes sortes de moyens détournés.

M. Charest ne respecte pas les règles de la démocratie en refusant de soumettre au peuple toutes ces négociations sur l’approche commune. Par définition, la démocratie nie le racisme dont ces négociations sont imprégnées. Toutes ces questions appartiennent au peuple.

Lorsque Jean Chrétien, lorsqu’il était premier ministre du Canada, a déclaré publiquement qu’il nous ferait la guerre à l’occasion du référendum de 1995 et que Charles Guité nous l’a confirmé à la commission Gomery, on n’est plus dans une démocratie mais dans une dictature. Le Canada utilise encore aujourd’hui toutes les techniques en sa possession afin de nier nos droits fondamentaux. M. Charest y participe par ses nominations et contribue au contrôle de l’information dans les médias.1 .

Un débat de fond auprès de la population concernée sur toute ces questions est essentiel. Un Labrador ça suffit! Apprenons de nos erreurs SVP! M. Charest laisse la fédération désinformer les gens de Montréal. M. Charest participe à la deuxième déportation massive de ce pays depuis les Acadiens, en remplaçant les bateaux par l’expropriation. Avec Jean Charest, on est aux antipodes des règles de la démocratie.

Il y a présentement suffisamment d’arguments pour revendiquer à l’ONU la reconnaissance internationale du pays du Québec dans ses frontières intégrales d’avant le référendum de 1995. Nous avons tous ensemble le devoir de remettre les pendules à l’heure et de tasser les élus qui ont obtenus leurs postes sous de fausses représentations. M. Charest utilise sa position pour détruire notre communauté.

  1. Voir le contrôle de l’information et les différents articles que j’ai écrit sur la commission Taylor-Bouchard sur saglacweb.blogspot.com []

5 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Abdul-Rahim Le 29 octobre 2008 à 1h21

    Les souverainistes argumente que le Québec aurait choisi l’indépendance sauf que pour l’intervention fédérale, mais qu’est-ce que le taux de soutien pour l’indépendance aujourd’hui, 30, 35 percent, est-ce que ça mérite une déclaration de l’ONU?

  2. 2 Jean-Pierre Plourde Le 29 octobre 2008 à 2h37

    Bienvenu M. Rahim;

    Les Québécois ne sont pas prêts à s’assumer collectivement, je suis d’accord avec vous.

    Je ne dis pas qu’on doive se rendre à l’ONU pour revendiquer maintenant notre droit d’être.

    Il pourrait en être tout autrement si comme vous dites, le pourcentage de citoyens relevant la tête se mettait à croître.

    C’est le but recherché par mes écrits.

    Votre opinion est aussi importante que la mienne.

    Si vous désirez commenter d’avantage, ne vous gênez pas, ce forum vous est grand ouvert.

    Sans l’implication massive de la fédération dans les affaires intérieures du Québec en 1995, Québec serait aujourd’hui un pays libre de ses choix et siègeant à l’ONU.

    Jean-Pierre Plourde
    saglac@gmail.com

  3. 3 Abdul-Rahim Le 29 octobre 2008 à 23h06

    Chu’ vraiment d’accord, sans l’invention du Canada dans le référendum, le camp de oui aurait probablement gagné. Mais la réalité d’aujourd’hui est différent est juste que je veux dire.

    Aussi, on pense à ceux qui argumentent que la croissance de l’immigration, particulièrement à Montréal, et le donne subséquent de citoyenneté aux nouveaux arrivants a crée une situation plus favorable pour les fédéralistes, ça me fait demander si les néo-Québécois ne méritent même que ceux qui sont «de souche». Je dis pas que c’est ton avis, mais il est une idée populaire chez souverainistes, non?

  4. 4 Dave Le 30 octobre 2008 à 0h32

    Je tenais simplement à rectifier les faits. Le taux de soutien à l’indépendance d’après les récents sondage donne un chiffre d’environ 40% (même 43%) d’appui au OUI, et non 30 ou 35%. Mais ce qui compte c’est le dernier grand sondage qui datera déjà de 13 ans demain.

  5. 5 Jean-Pierre Plourde Le 30 octobre 2008 à 3h28

    Merci M. Rahim de commenter:

    Excusez pour mon retard à vous répondre;

    Je suis d’avis que les immigrants ne sont pas moins capables de comprendre ou se trouve leurs propres intérêts que le reste des Québécois. Ce que le Québec propose c’est un formidable défi, le succès de nos artistes à l’étranger en sont un pâle reflet.

    Vous êtes un bel exemple d’une personne sensée et responsable. Peut-être êtes vous un immigrant vous-même. Je vous remercie de vous intéresser à cette question tout à fait fondamentale.

    Ce n’est pas parce qu’on fait entrer un grand nombre d’immigrants qu’ils vont tous voter contre nous.

    Je ne vous cache pas cependant qu’il y a un certain nombre de radicaux dans ce nouveaux groupe. Ce sont les plus apparent mais certainement pas les majoritaires;

    50% du Québec, habite les régions, si on leur expliquent correctement les enjeux, qu’on démontre clairement qu’il n’y a plus d’issus, la grande majorité des citoyens votera pour le même droit à la liberté que possèdent tous les autres canadiens et qui nous est refusé. Ajouter à cela un 30 pourcent de Montréalais et la partie sera jouée.

    Je ne ferais pas tous cela si je n’étais pas convaincu d’y parvenir…

    Ne dit on pas que la partie n’est pas finie, tant qu’elle n’est pas finie.

    En espérant vous avoir convaincu.

    Jean-Pierre Plourde
    saglac@gmail.com
    saglacweb.com
    saglacweb.blogspot.com

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 116 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 557 a été rédigé par Jean-Pierre Plourde il y a 11 ans et 5 mois, le mardi 28 octobre 2008.

Il y a 5 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Campagne électorale québécoise 2008, Politique.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2010: Les Québécois ne veulent pas de Charest, dit le référendum Ce soir, je suis tombé malencontreusement sur cet article de Radio-Canada appelé "Les Québécois ne veulent pas de référendum, dit [...]

2010: À Vendre… la langue française! Ce 19 Octobre 2010 vient d’entrer dans l’histoire du Québec pour longtemps. Nous, francophones d’Amérique du Nord, venons d’être trahis [...]

2010: Hausses draconiennes des taxes foncières Le Parti Québécois veut forcer le gouvernement libéral à se préoccuper enfin du problème des hausses draconiennes de taxes foncières [...]

2010: L’indépendance du Québec: Dans cinq ans! Oui, oui. Dans cinq ans. Ceux qui ont lu les premiers chapitres de mon feuilleton de politique fiction sur l’indépendance [...]

2010: Saison de motoneige 2010-2011 au Québec La députée d’Iberville et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’agriculture et d’alimentation, Marie Bouillé, s’insurge contre l’attitude nonchalante du [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages