Le mercredi 11 juillet 2012

Québec

Québec: Insulté et menacé au Ashton à cause d’un carré rouge

Christine Saint-Pierre avait raison, le carré rouge mène à la violence et l'intimidation

Par AmériQuébec

Ne circule pas en toute tranquillité qui veut à Québec, surtout lorsqu’on porte un carré rouge. Un citoyen l’a appris à ses dépens alors qu’il a été agressivement intimidé dans un Ashton de la région de Québec en raison du port du carré rouge. Et non, ce n’est pas la police qui est l’agresseur.

Il y a de ces histoires qui glacent le sang. On cherche encore les raisons de cette agressivité, puisque ceux qui portent un carré rouge à Québec sont pacifiques. On serait rapidement tenté de mettre cette violence sur le dos de la radio-poubelle ou de certains chroniqueurs du Journal de Québec qui entretiennent une vague de haine sans pareil depuis plusieurs mois envers ceux qui portent le carré rouge. Cependant, le conditionnement a ses limites: à voir les propos homophobes et gratuits rapportés par le témoignage que nous vous partageons, il s’agit probablement d’une personne qui manquait tout simplement de jugement et de classe.

Voici donc un témoignage qui circule ces jours-ci sur Facebook et qui mérite d’être lu, sachant qu’il ne fera pas la manchette des grands médias. Pour attirer l’attention du Journal, il aurait probablement fallu porter un carré vert et se faire traiter d’extra-terrestre. Et pourtant, ce genre de situation où un carré rouge se fait menacer dans le Royaume de Labeaume, ce n’est pas quelque chose de rare. En dehors du profilage des policiers, à Québec, porter un carré rouge, ça peut mener à recevoir un shooter par la tête sur la Grande Allée, se faire foncer dedans par une voiture durant une manifestation, ou même aux menaces de mort.


Carré rouge, intimidation et Ashton (mon expérience personnelle)

Par Jacob Villeneuve

Tout le monde sur mon facebook sait que je suis contre la hausse des frais de scolarité. Tout le monde sur mon facebook sait que je suis pour le mouvement social qui porte le Québec depuis plusieurs mois. Tout le monde sur mon facebook sait que je porte le carré rouge.

Ceci étant dit, jamais je ne m’étais réellement fait intimider pour cette raison (sur Facebook comme dans la vraie vie). Jamais avant la nuit entre le samedi 7 juillet 2012 et le dimanche 8 juillet 2012 au Ashton sur le Boul. Ste-Anne. Je revenais du spectacle de Jean Leloup avec deux personnes qui me sont très importantes (ma copine et mon ami) et nous avions faim, nous nous sommes donc arrêtés au Ashton pour nous permettre un dernier repas avant d’aller au lit. Je portais évidemment mon carré rouge, mais je n’y pensais plus au moment d’entrer dans le restaurant. Il devait être 23:50. J’ouvre la porte.

« AH BEN CALICE, UN CARRÉ ROUGE AU ASHTON! »

Je ne réagis pas et les personnes avec moi non plus, en fait nous rions un peu du commentaire que nous considérions très stupide. Nous allons donc dans la file d’attente pour passer notre commande. L’homme ayant fait le commentaire est assis à une table derrière moi, mais je ne l’ai pas encore regardé.

« ÇA CHIALE POUR 300 PIASTRES, MAIS ÇA SE PAYE DU ASHTON. AH BEN TANARNACK! » Et un de plus.
« CHRIST DE TAPETTE AVEC TON HOSTIE DE CARRÉ ROUGE! » Et un autre.
« MON HOSTIE D’ENFANT GÂTÉ, CHRIST DE FIFON! » Ça commence à devenir vraiment perturbant et l’on ne prend plus les commentaires à la légère.

À ce moment, cela faisait à peine 3 minutes que nous étions dans le restaurant. Après avoir entendu l’homme dire plusieurs commentaires extrêmement déplacés à son ami, les deux se lèvent avec leur cabaret respectif et se préparent à quitter l’Ashton. Je n’avais pas encore vu le visage de mon intimidateur. Finalement, l’homme qui ne cessait pas de crier à ma personne décide de se poster devant moi, cabaret et verre de liqueur à la main tandis que son ami opte pour se tenir discret, la tête basse quelques mètres derrière celui-ci. C’est à ce moment que j’ai compris que je ne m’en sortirais pas aussi facilement.

« TOÉ MON HOSTIE DE TAPETTE TU VAS ENLEVER TON CARRÉ TOUT DE SUITE! »

Ma copine se place devant moi, mais à ma gauche. « Voyons pourquoi tu fais juste pas partir », qu’elle lui dit. Il se fou éperdument d’elle, ce qu’il veut c’est pouvoir enfin se défouler sur un de ces « putains de carrés rouges » dont il a si bien entendu parlé sur les ondes de certaines radios de la Capitale.

« MOÉ JE PAYE DES IMPÔTS POUR QUE TOÉ, HOSTIE DE FIFON, TU PUISSES ALLER MARCHER DANS LES RUES. LÀ TU VA M’ENLEVER TON CHRIST DE CARRÉE ROUGE. CHRIST DE FIF, 300 PIASTRES C’EST TROP, MAIS DU ASHTON C’EST CORRECT! »

Je remarque qu’il commence réellement à devenir en colère. La véritable colère. Il voulait se battre avec moi, il voulait pouvoir casser la gueule à un de ces « putains de carrés rouges ».

« C’EST QUOI QUE TU VAS FAIRE? lui criais-je. »

Il commença réellement à vouloir se battre, il s’approcha de moi. Il devait être à une distance de bras, pas plus. Il faisait facilement 2 pouces de plus que moi, et 2 pouces de plus larges de chaque côté de son corps. Casquette UFC sur la tête.

« MOÉ J’AI DEUX KIDS, PIS JE PAYE DES TAXES PIS DES IMPÔTS POUR QU’UN HOSTIE DE FIFON COMME TOI AILLE À L’ÉCOLE! »

« C’EST QUOI QUE TU VAS FAIRE? lui répétais-je. » À ce moment, il semblait vouloir quitter le restaurant, mais me fixait tout de même dans les yeux. Il décida finalement de revenir, presque en courant, vers nous. De retour à notre hauteur, il déposa son verre de liqueur sur le comptoir, près de ma copine, avec une telle violence, que je cru voir le verre de carton éclater. « AWEILLE HOSTIE DE TAPETTE, VIENS-T’EN DANS LE PARKING, TU VAS VOIR! »

« AVEC TES CHRISTS DE BOUCLES D’OREILLES DE FIFON, TU VAS BEN VENIR DEHORS. AWEILLE VIENS-T’EN! »

« Voyons veux-tu ben partir, on t’a rien faites nous! » cria ma copine. Les caissières décidèrent de s’en mêler aussi, l’une d’elles dit : « Monsieur vous allez arrêter d’intimider mes clients et vous allez quitter le restaurant. »

Après quelques autres commentaires répétitifs il se décida enfin à quitter l’Ashton, en me fixant et me faisant signe de venir le rejoindre dehors.

C’était finalement terminé, ça n’a duré que 10 minutes et pourtant. Jamais je n’aurais cru avoir à vivre une expérience aussi haineuse et violente simplement parce que je porte le carré rouge. Ma copine se mit à pleurer, je me mis à retenir mes larmes et la vingtaine de personnes dans le restaurant (qui ne dirent pas un seul mot durant toute la confrontation) commencèrent à murmurer entre eux. J’étais humilié, en colère, triste et je me sentis réellement seul. Je ne comprenais pas pourquoi je devais supporter un tel flot de haine, car j’affiche mes convictions sur ma chemise.

Comment se fait-il que les gens dans le restaurant ont laissé faire cet homme? Il s’en est fallu de peu pour que je me fasse tabasser pour la simple raison que je porte un carré rouge. Sur le coup, je ne pensais qu’à moi, ma copine et mon ami qui était resté en retrait tout le long de l’altercation « au cas où ». Avec du recul, je pense aux autres. À ceux qui ont vécu des situations semblables que la mienne dans le passé, car il y en a eu, c’est certain. Je ne peux pas être le seul.

Si j’avais porté un carré vert et que l’homme avait réagi de la même manière, mais pour la raison inverse, l’histoire aurait été dans tous les journaux de la province le lendemain et la nouvelle aurait fait la manchette de tous les bulletins de nouvelles du Québec. La réalité est toute autre, je porte un carré rouge et je n’aurai probablement jamais la chance de pouvoir faire entendre mon histoire aux gens. Ceci est la raison pourquoi j’ai décidé de l’écrire ici.

Partagez cette histoire, il est important que les gens sachent la vérité sur ce qui se produit en ce moment. Je sais que je ne suis pas seul.

J’ai de la peine pour notre Québec.

Jacob Villeneuve

3 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Pierre Auger Le 20 juillet 2012 à 10h33

    Bienvenue dans la réalité –

  2. 2 Yvan Le 5 août 2012 à 11h47

    On récolte ce que l’on sème !

  3. 3 Inspirante Amsterdam | metronomedelespoir Le 3 novembre 2012 à 13h39

    […] coin du monde où un petit carré rouge vous fait risquer l’arrestation par la police ou un passage à tabac par des citoyens… En revenant du tour, je pensais à cette salade qu’on nous balançait lorsqu’on […]

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 442 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 1,292 a été rédigé par AmériQuébec il y a 7 ans et 5 mois, le mercredi 11 juillet 2012.

Il y a 3 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2008: Le projet de loi secret de Stockwell Day Nous sommes loin du scoop du siècle, mais le General Stephen Harper nous à confirmé hier que le Parti Conservateur [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages