Le jeudi 7 juillet 2011

SociétéQuébec

Déclaration du Mouvement Québec français

Les Québécoises et les Québécois n’ont pas à se culpabiliser de vouloir vivre en français

L'état de la langue française ]

Par Mouvement Québec Français

Alors que la population francophone est maintenant sous les 50 % à Montréal et sous les 80 % dans l’ensemble du Québec, il est impérieux qu’un mouvement national pour le français voit le jour.

Nous, citoyennes et citoyens regroupés dans le Mouvement Québec français, lançons un appel pressant à la mobilisation et à l’action!

Au regard des faits, la situation actuelle du français est claire : le pouvoir d’attraction de l’anglais reste largement supérieur à celui du français. Le français n’est pas la langue commune. Alors que la population francophone est maintenant sous les 50 % à Montréal et sous les 80 % dans l’ensemble du Québec, il est impérieux qu’un mouvement national pour le français voit le jour.

Nous avons joué à l’autruche assez longtemps, il est urgent que le débat linguistique se fasse partout au Québec, car l’anglicisation a déjà un impact important dans l’ensemble de notre territoire.

Nous voulons combattre le défaitisme ambiant, qui pousse à l’inaction et à la capitulation devant la fragilité du français en Amérique du Nord.

Il ne faut plus accepter que les employés de toutes les régions et les travailleurs issus de l’immigration voient leur droit de travailler en français bafoué même quand leurs emplois ne nécessitent pas de communication avec l’extérieur du Québec.

Nous dénonçons le surfinancement des cégeps, des universités, des hôpitaux et des autres institutions anglophones à Montréal, qui se fait au détriment du financement gouvernemental de ces institutions dans les autres régions.

Faire du français la langue publique commune et assurer son avenir doit constituer l’axe central d’une mobilisation de toutes les composantes de la société civile dans l’ensemble du Québec.

Les Québécoises et les Québécois n’ont pas à se culpabiliser de vouloir vivre en français. Il existe des lois et des modes d’aménagement linguistique partout au monde. Dans la plupart des États, sur un territoire donné, l’éducation et les services gouvernementaux sont offerts dans la langue officielle et commune.

En tant que citoyens et citoyennes du Québec, nous avons aussi la responsabilité d’exiger que des moyens adéquats permettent l’apprentissage du français pour les nouveaux arrivants comme pour tous les citoyens.

La Charte de la langue française visait à faire du français « la langue de l’État et de la loi aussi bien que la langue normale et habituelle du travail, de l’enseignement, des communications, du commerce et des affaires ».

La loi 101 n’a pas été conçue contre le bilinguisme individuel, mais contre le bilinguisme institutionnel. Elle visait à faire du français non pas l’une des langues officielles, mais plutôt la seule langue officielle du Québec. Elle devait faire du français non pas la langue des seuls francophones, mais la langue commune de tous les Québécois. Le français comme langue commune du Québec est essentiel à la cohésion sociale et à l’inclusion de tous les citoyens.

Il s’agit d’une condition essentielle pour assurer l’avenir du français au Québec, seul État majoritairement francophone de l’Amérique du Nord. En tant que citoyens et citoyennes du monde, nous avons la responsabilité de défendre et de promouvoir la différence culturelle et linguistique du Québec.

Comme le disait Pierre Bourgault, « quand nous défendons le français chez nous, ce sont toutes les langues du monde que nous défendons contre l’hégémonie d’une seule. »

Mais la loi 101 a été férocement combattue dès son adoption. La constitution canadienne de 1982, signée sans l’accord du Québec, a ouvert la voie à l’invalidation de plusieurs de ses articles. La Charte de la langue française a subi plus de deux cents modifications depuis son adoption.

Le dernier coup a été donné par la Cour suprême du Canada qui a invalidé la loi 104 contre les écoles passerelles, loi adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale du Québec.

NOUS, citoyens de toutes les régions du Québec, prévaudrons si nous sommes solidaires, et c’est solidaires qu’aujourd’hui nous demandons au gouvernement du Québec un renforcement majeur de la loi 101 et son application prioritaire dans les secteurs de l’éducation, des services publics et des milieux de travail.

Portant bien haut le flambeau de la langue française en Amérique du Nord, nous disons :

Vive la loi 101, Vive le Québec français!

Signataires

Mario Beaulieu, président du Mouvement Québec Français, Marc-André Roy (Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec); Jean-François Vallée (Bas-Saint-Laurent); Caroline Desbiens (Capitale-Nationale); Robert Poisson (Centre-du-Québec); Éric Deland (Estrie); Manuel Brault (Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine); Denys Charbonneau (Hautes Rivère); Jacques Archambault (Lanaudière); Rhéal Fortin (Laurentides); Rachid Bandou (Laval); Roger Kemp (Mauricie); Luce Cloutier (Montérégie); Denis Trudel (Montréal); Paul Cairoli (Nunavik); Robert Marquette (Richelieu-Yamaska); Constance Sirois (Saguenay-Lac-Saint-Jean).

4 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean Paul Tellier Le 7 juillet 2011 à 6h27

    Ce serait formidable que chaque québécois commence par avoir une très grande fierté individuelle de savoir lire,écrire,parler sa langue française le plus parfaitement possible.

    Ce serait formidable de dire,haut et fort,au gouvernement libéral Charest,qu’il se grouille le cul pour ressussiter,affirmer,imposer,la loi 101.

    Pour exiger que toutes les radios du territoire programment seulement de la musique instrumentale étrangère,seulement de la chanson francophone,une image du Québec,unilingue français.

  2. 2 Daniel Roy, C.A. Le 7 juillet 2011 à 21h15

    Je suis d’accord avec la mobilisation et l’action. Que puis-je faire?

  3. 3 Réjean Le 9 juillet 2011 à 1h13

    MA LANGUE MATERNELLE: LE FRANÇAIS. MON PAYS: LE QUÉBEC

    Au Québec depuis l’époque de la Nouvelle France jusqu’à maintenant la majorité est de langue française. Notre Nation est mieux constituée qu’on tente de nous le faire croire par la ruse et les mensonges de la propagande fédéraliste tout aussi hypocrite que sournoise.

    Votre appel pour faire revenir en force la loi 101 est légitime au sein de la fédération canadienne. Mais le message que je commente propose une solution qui vient à peine de se voir détruite par le gouvernement de sa majesté britanique.

    La Nation Québécoise vient a peine de tenter de la façon dont vous l’exprimez ce que vous proposez et cela a débuté autour de 1969. Il est inutile de le tenter à nouveau: c’est un piège !!!

    Le message paraît noble et beau mais il est dépassé. Ce piège ne vise qu’à diviser les opinions au sein de la Nation Québécoise, donc diviser les votes aux élections et conserver les Québécois au sein d’une fédération qui est leur ennemie parce qu’elle veut de façon très claire l’extinction de leur Nation de langue française.

    Je vous parle donc par expérience, ne vous en déplaise. Il n’y a qu’une et une seule solution pour que le français survive au Québec et en Amérique: la déclaration d’indépendance du Québec !

    Nous sommes rendu à ce point de non retour car l’immigration va nous diluer dans la langue anglaise et rester dans cette fédération est une dilution assurée ainsi qu’une pauvreté assurée.

    Si vous croyez vraiment en ce que vous avez rédigé, ne demandez pas au gouvernement provincial fédéraliste et traître à sa Nation de vous venir en aide. Il ne vous écoute pas depuis qu’il est en place, depuis 2003. Vous faites fausse route.

    Vous devez clairement vous positionner pour l’indépendance du Québec, pour sa sortie de la fédération canadienne. Vous devez encourager les Québécois à reconnaître et à favoriser le Parti Indépendantiste de Monsieur Éric Tremblay – voire en devenir chacun de vous un candidat sincère envers l’indépendance de notre Nation – le seul parti politique qui assure et qui assume l’indépendance du Québec, l’indépendance de la Nation Québécoise de langue française.

    Les vraies forces indépendantistes doivent se réunir au sein d’un seul vrai parti indépendantiste: Le PARTI INDÉPENDANTISTE de Monsieur Éric Tremblay.

    Coyez-le, si le Québec ne réalise pas dès à présent son indépendance, dans les prochaines décennies et très rapidement à partir de maintenant le français disparaîtra en Amérique et les Québécois seront pauvres.

    Et comme l’a dit le général De Gaule: Vive le Québec libre !

    J’ajoute: Vive le Québec, Pays de langue française !

  4. 4 Dave Le 9 juillet 2011 à 22h05

    Bonsoir M. Daniel Roy,
    L’important dans une lutte, c’est que tout le monde se mobilise dans le domaine qui lui correspond le mieux. C’est une question d’efficacité. Cette mobilisation peut se trouver à plusieurs niveaux: dans la rue, dans les médias, dans l’écriture, dans des forums de discussions, des réseaux sociaux, dans la mise sur pied d’événements, dans les arts, dans les lettres, dans les chiffres…

    Il existe actuellement un bon nombre d’organisations indépendantistes et qui défendent la langue française. En plus de tout ça, il est aussi possible d’y aller avec des initiatives qui nous sont propres. Par exemple, moi j’ai décidé de mettre à profit mes talents de concepteur et d’administrateur de site web pour mettre sur pied AmériQuébec. Du même coup, je souhaitais combler un certain besoin, celui de l’information, de créer un média indépendantiste pour contrer la propagande fédéraliste.

    Je crois que tous avons des points forts et des préférences. Il suffit de coupler la passion à nos talents, et à partir de ce moment, tous les moyens sont bons pour s’impliquer 🙂 Par exemple, j’ai cru comprendre que vous êtes comptable agréé. … Votre connaissance et votre expérience sur le sujet pourraient être particulièrement importantes pour plusieurs organisations communautaires ou entreprises qui oeuvrent dans le domaine de la langue française ou de l’indépendance du Québec. C’est une idée comme ça 😉

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 32 articles

Profil: En tant que citoyens et citoyennes du monde, nous avons la responsabilité de défendre et de promouvoir la différence culturelle et linguistique du Québec.

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 698 a été rédigé par Mouvement Québec Français il y a 7 ans et 11 mois, le jeudi 7 juillet 2011.

Il y a 4 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous L'état de la langue française, Société, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Vouliez-vous dire: Québec Solitaire? Ces derniers mois, on a pu remarquer, grâce à la grève étudiante, que de plus en plus de gens insatisfaits [...]

2011: La « Marche du Québec »: inspirante comme un hymne national Grâce à Vigile, j'ai pu retrouver un de mes anciens camarades du Collège Stanislas, Jean-Pierre Bélisle. Nous avons étudié ensemble [...]

2011: Retrait du tiers des forces américaines d’Afghanistan d’ici l’été 2012 Dans un discours télévisé à la nation américaine au mois de juin, le président Obama a précisé que le renfort [...]

2011: La crise au PQ, une opportunité historique pour les indépendantistes Dans l'Histoire des peuples, il survient parfois des crises politiques qui sont des occasions rares de prise de conscience permettant [...]

2011: Indépendance du sud-Soudan: Jour J moins 2 Jour J moins 2 à Juba, la capitale du Sud-Soudan, avant la proclamation de l’indépendance. Samedi, ce territoire longtemps en [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages