Le lundi 31 janvier 2011

QuébecÉconomie

Internet: le rétrograde CTRC impose la facturation à l’utilisation

L'Internet illimité au Canada, c'est terminé!

Canada ]

Par AmériQuébec

La nouvelle est passée plutôt en douce, mais un nombre d’utilisateurs nous a contacté aujourd’hui pour nous souligner une décision complètement rétrograde du CRTC. En effet, le CRTC exige désormais des fournisseurs d’accès Internet qu’ils fassent payer aux consommateurs chaque gigaoctet téléchargé.

Encore un exemple où l’État canadien s’ingère dans la vie des citoyens Québécois (mais aussi Canadiens). Le Conseil rétrograde des télécommunications canadiennes (CRTC) impose désormais aux fournisseurs Internet de facturer leurs clients à l’utilisation. En d’autres mots, la décision du CRTC vient de tuer les fournisseurs Internet qui se différenciaient de leurs concurrents détenant un monopole, tel Bell, puisqu’ils n’ont plus le droit d’offrir un abonnement à Internet qui permet le téléchargement illimité de données.

En d’autres mots, si vous étiez d’avides consommateurs de bande passante parce que vous écoutez tout ce qui vous intéresse sur YouTube ou Tou.TV, préparez-vous à voir votre facture d’Internet augmenter à toute vitesse. À l’ère où la consommation sur Internet explose, l’organisme fédéral rétrograde qu’est le CRTC, qui ne fait que mettre des bâtons dans les roues de la population, a décidé que le peuple ne payait pas assez pour Internet. Pendant ce temps-là, Bell pourra jouir de profits qui jouent dans les 10 000%.

Voici l’essentiel du message qui circule aujourd’hui sur Internet et qui résume bien la situation:

Les fournisseurs indépendants d’internet (FII) sont maintenant devenus des “agences de recouvrement” au service du monopole de Bell, selon le CEO de TekSavvy Solutions. Le 25 janvier 2010, le CRTC a permis à Bell de facturer les FII, par exemple mon fournisseur Mega-Québec, selon l’usage d’internet que font leurs clients, puisque les FII louent les lignes de Bell. Dorénavant, si vous utilisez plus de bande passante qu’une certaine limite, vous serez facturé en extra pour chaque GB. Par contre, si vous en utilisez moins, n’attendez pas un crédit! Selon un employé de TekSavvy, 1 GB de bande passante coûte en réalité 1-3 cents, mais votre FII est maintenant obligé de vous charger $1-4 par GB, soit un profit de 10 000% qui passe directement dans les poches de Bell.

Ceci un désastre pour tous les usagers d’internet. Votre facture augmentera certainement parce qu’il est très facile de dépasser une limite de 25-30 GB. Regarder un film en basse résolution est 4-6 GB et un épisode de télévision est environ 1.5 GB. Acheter et télécharger 2-3 jeux sur Steam est 25 GB. Un petit 30 minutes de Youtube est 30 GB. Ça monte vite. Même si vous aviez déjà un plan internet avec une limite, l’absence de compétition “GB illimité” fera probablement monter les prix.

Et pourquoi Bell a-t-il fait des pressions sur le CRTC pour imposer cette politique? La réponse est l’arrivée l’arrivée au Canada de Netflix, un service de location en ligne de films, et la menace de l’arrivée de Hulu, un site pour la télévision en ligne très populaire aux USA. Bell est propriétaire du réseau CTV et, surtout, vend des abonnements à la télévision satellite. Bell a compris que la meilleure façon de nous empêcher d’annuler notre abonnement à la télé satellite est de rendre trop coûteux les films et la télévision en ligne. Via le CRTC, Bell force les FII à faire de même. Il est surprenant de penser que le CRTC n’y a pas vu un conflit d’intérêt, jusqu’à qu’on réalise que plusieurs de ses membres sont des anciens de Bell et Rogers.

Il y a trois solutions possibles pour empêcher l’accès internet des canadiens de tomber au niveau de celui d’un pays du tiers-monde.

  1. Dissoudre le CRTC et le remplacer par un organisme qui serait sous la responsabilité du parlement et dont les membres seraient indépendants des monopoles.
  2. Créer une corporation provinciale, similaire à Saktel en Saskatchewan qui a promis aux citoyens de garder un accès illimité à internet à des prix raisonnables.
  3. Adopter un système similaire à celui du Japon où le monopole de Nippon Telegraph and Telephone a été scindé en plusieurs compagnies compétitrices et forcé de louer ses lignes aux FII au prix de gros. Grâce aux politiques anti-monopole du gouvernement, les japonais ont maintenant accès à l’internet illimité à une vitesse de 160 Mbps, une vitesse qui n’est offerte par personne au Canada, même à haut prix.

Il est très important de comprendre que ce genre de règlement complètement ridicule qu’impose le CRTC viendra nuire directement les entreprises de chez nous qui oeuvrent dans le domaine des affaires électroniques et des services en ligne. En effet, qui voudra par exemple s’abonner à un service de vidéo en ligne, s’inscrire à des jeux en ligne, ou acheter des chansons de nos artistes destinées à être téléchargées au format MP3, si au bout du compte, on facture abusivement les consommateurs pour le téléchargement de données, en plus du prix que coûte les produits?

Ce genre d’ingérence canadienne n’est pas nouveau, puisque dans une panoplie de domaines qui touchent la vie de tous les jours, il faut sans cesse perdre son temps, son énergie et son argent pour se battre contre les aberrances de l’État fédéral. Cette décision récente du CRTC n’est qu’une autre brique qui s’ajoute à l’édifice. Au passage, rappelez-vous que le meilleur moyen de cesser de vous faire dicter quoi faire par des organismes canadiens qui relèvent d’une autre nation, c’est encore de vous en départir en abandonnant l’État canadien. Parce que la minorité québécoise n’a aucun contrôle (moins de 24% d’influence politique au parlement, et la tendance va en baissant) pour faire changer quoi que ce soit au Canada. En un mot, la solution à ces attaques répétées de l’État canadian, ça s’appelle l’indépendance du Québec.

En attendant, vous souhaitez faire valoir votre mécontentement? Signez la pétition!

6 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 patrice gagne Le 31 janvier 2011 à 13h24

    Hum, la dernière phrase de l’article, tu y vas un peu fort là….

  2. 2 Ab Le 31 janvier 2011 à 13h27

    Esto no debería de ser, incluso en el 3er mundo, en México se evitó el impuesto por usar Internet.

    Muy mal Gobierno de Canada.

  3. 3 Jean Rousseau Le 31 janvier 2011 à 14h45

    LE PERMIS DE BAISER DU MINISTÈRE DE L’INTÉREUR

    Un penseur avait expliqué le processus involutif qui consiste pour les autorités à déformer le but bénéfique associé aux progrès technologiques, afin de limiter la liberté. Ainsi, pour le livre numérique, internet ou l’interurbain; la vie privée est ou sera sacrifiée au profit d’une soi-disant sécurité. Mais quelle harmonie pouvons-nous espérer de ces pensées enchaînées au délire dû à une incapacité de communier ? Assisterons-nous à la profusion d’épisodes psychotiques chez les personnes ?

    Quelques faits troublants.

    Je suis pour l’émancipation des peuples mais pas au point de m’acharner contre l’ancien lieutenant gouverneur. Il faudrait reconnaître que beaucoup se sont comportés fastueusement parce qu’ils étaient grisés par leur rôle princier. Il y a de l’incohérence, voire de l’hypocrisie. On veut les voir côtoyer les plus grands de ce monde, mais on se surprend lorsqu’ils veulent en partager quelques avantages. Tout psychologue serait aussi d’accord sur le fait que Vincent Lacroix possède une personnalité souffrant d’un sens des réalités défaillant. Ce sont les gouvernants, (comme disait Skinner), qui doivent poser des contrôles afin de rendre progressivement impossible la commission d’infraction. Les dons aux organismes de charité seraient ainsi gérés par une organisation liée à la GRC idéalement, afin d’assurer de manière absolument certaine que les argents servent essentiellement aux sinistrés. Dans ces conditions, les gens seraient prêts à beaucoup pour venir en aide à leurs semblables. Infuser de la maturité dans le système permettrait sans doute aux sociétés de sortir de l’ornière. Je ne comprends pas finalement que nombre d’adultes cultivés n’aient pas trouvé inconvenant que la justice ne soit pas parvenue à faire respecter sa règle fondamentale, à savoir qu’aucun ne peut être juge, (même indirectement), et partie. Il conviendrait juste de se placer dans la peau des victimes de cette injustice. Ceux qui ne saisiraient pas l’immensité de cette approche n’obtiendraient pas la permission… dans une civilisation avancée.

    « La justice est le respect de la dignité humaine » (PROUDHON).

    Jean Rousseau, B. Ps
    conseiller en psychologie (justice et gouvernance)
    courriel : jeanrousseau1956@live.ca

  4. 4 Dave Le 31 janvier 2011 à 16h10

    Oui et non Patrice. J’aurais du le mentionner dans l’article, mais le Québec n’a que 24% du pouvoir politique à Ottawa, et c’est destiné à réduire pas loin du 21% quand Harper va ajouter des députés en Ontario et dans les prairies. Penses-tu réellement qu’avec 21%, l’avenir nous donnera l’opportunité d’influencer quelconque décision au niveau fédéral? Avec une voix sur cinq?

    Le secteur des télécommunications relève du fédéral puisque c’est une compétence qui lui est attribuée dans la Constitution canadienne, Constitution qui n’a pas été signée par le Québec et qui est désormais figée dans le temps puisqu’elle est à toute fin pratique impossible à modifier.

    Un Québec indépendant, en plus de pouvoir décider de ses orientations dans tous les domaines possibles, aurait aussi le contrôle de la réglementation dans le domaine de la télécommunication et de l’Internet.

    Moi je suis tanné qu’on perde temps, argent et énergie à se battre contre le système de la nation voisine, et ce sur une panoplie de sujets.

  5. 5 Jean Le 1 février 2011 à 8h27

    Je suis extrêmement déçu de cette décision. Le CRTC marche main dans la main avec les grandes entreprises de télécommunications. Comment peux-t-on leur faire confiance?

  6. 6 LaLa Le 2 février 2011 à 0h01

    Dave,

    Après avoir visiter le site du CRTC, j’ai constaté que cette décision avait pour but de gérer le trafic internet et non d’augmenter les factures des utilisateurs finaux. Si les petites entreprises utilisent les infrastructures des plus grandes elles doivent payer.

    Et si tu lis bien la décision du CRTC, les grandes entreprises, comme Bell, demandaient des tarifs au gigaoctet supérieurs aux tarifs établis par le CRTC.

    Décision : http://www.crtc.gc.ca/fra/archive/2011/2011-44.htm

    Le CRTC établi des lois selon les besoins du marché et des consommateurs. Avant de prendre des décisions, il y a toujours un appel aux observations, les grandes et petites entreprises y participent ainsi que le public, donc tu peux déposer des documents afin d’appuyer ton point de vue pour que les employés puisent les lire avant de prendre des décisions.

    Moi aussi je n’aime pas trop le gouv. fédérale, mais le CRTC est indépendant de celui-ci.

    Et il ne faut pas oublier que même si le CRTC prend des décisions qui ne font pas toujours l’affaire de tous, au moins les grandes entreprises doivent se soumettre et elles ne font pas tout ce qu’elles veulent. Si tel était le cas, la concurrence serait injuste et on aurait beaucoup plus de problèmes. Je préfère voir le CRTC prendre les décisions que les grandes entreprises ou bien les fonctionnaires fédéraux.

    Lala

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 442 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 890 a été rédigé par AmériQuébec il y a 8 ans et 5 mois, le lundi 31 janvier 2011.

Il y a 6 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Canada, Québec, Économie.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Gaz de schiste: Pétition La date limite pour signer cette pétition ((Pour signer la pétition: Demande de moratoire sur l'utilisation de la fracturation hydraulique)) est le [...]

2012: Financement de la CAQ: c’est ça faire de la politique autrement? Selon les données consultées par Option nationale ((Financement par OSBL de la CAQ, Option nationale souhaite un renforcement de la [...]

2009: La situation du français au Liban Lors du XIIe Sommet de la Francophonie, Louise Beaudoin a été chargée par le secrétaire général de l’Organisation internationale de [...]

2009: André Pratte, ce grand sophiste! Le droit de résister est le moteur du développement historique de la liberté, le droit et le devoir de la [...]

2009: Le sous-amendement du Bloc Québécois au budget est rejeté « En rejetant le sous-amendement du Bloc Québécois invitant la Chambre des communes à appuyer concrètement dans le budget fédéral [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages