Le lundi 8 novembre 2010

ÉconomieQuébecPolitique

Exportation de nos bureaux chefs et centres de décisions

Québécois agissez…

Par Jean-Pierre Plourde

Mme Marois, on ne revendique pas ses droits, on les prend. Vous devez changer d’attitude avant la prochaine élection au risque de rester dans l’opposition. Être responsable, c’est s’assumer, se tenir debout, pas de quémander ce qui nous appartient déjà. Vous devez montrer de la fermeté, pas de la mollesse.

Tiré du Journal de Québec, “Nos firmes d’ingénierie sont la proie des Américains”.

Le gouvernement du Québec est le principal donneur d’ouvrage à nos firmes d’ingénieries.

Lorsque qu’un gouvernement comme celui de M. Charest dévie les intérêts des citoyens en fonction des intérêts des amis libéraux au dépend des intérêts des citoyens, il s’ensuit une catastrophe économique appréhendée et l’appauvrissement de notre société par la migration de nos meilleurs cerveaux et la perte de contrôle de nos firmes d’ingénieries.

Nos entreprises d’ingénieries locales ayant moins de contrats, elles songent alors à vendre leurs actifs.

La firme d’ingénierie AECOM de Los Angeles a obtenus des contrats du gouvernement Charest via notre Hydro-Québec. Une autre firme de Los Angeles,  Tetra Tech suit un cheminement semblable dont je n’ai pas tous les détails.

La décision de Québec via M. Charest de ne pas s’opposer et même de favoriser via la négociation d’un traité avec les amérindiens, la vente de l’Alcan à l’australienne Rio Tinto, contribue aussi à modifier l’obtention de contrat à des firmes qui nous sont étrangères et à disperser notre économie.

Québécois agissez…

Le Journal de Québec du lundi premier novembre 2010, P. 34, chronique “Votre argent, génie conseil” par Michel Munger et Olivier Bourque, apporte sans le savoir la confirmation de ce que j’avance sur les conséquences de l’élection du gouvernement Charest.

Le titre : La proie des Américains.

« En moins de deux ans, les géants des Etats-Unis ont amorcé un mouvement d’acquisitions en sol Québécois. Si bien que plusieurs acteurs du milieu s’inquiètent de la situation.1 »

Nom          Emplois     Rang        Transaction                   Acheteur

Tecsult,      1,300       06        2008                 AECOM, Los Angeles
RSW (Mtl)    550         10        24 sep. 2010     AECOM, Los Angeles
BPR             1,960        04        5 oct. 2010      Tetra Tech, Los Angeles

Ces firmes, ce sont des bras de levier importants de l’économie qui s’envolent, chacun des meilleurs cerveaux favorise le maintient de 10 autres emplois secondaires autour des sièges sociaux et des bureaux régionaux en plus de subventionner leur milieu.

Nos Québécois n’ont pas compris dans quel monde on vit. Il est urgent d’apprendre.

Mme Marois, on ne revendique pas ses droits, on les prend. Vous devez changer d’attitude avant la prochaine élection au risque de rester dans l’opposition. Être responsable, c’est s’assumer, se tenir debout, pas de quémander ce qui nous appartient déjà. Vous devez montrer de la fermeté, pas de la mollesse.

L’avenir des territoires du Québec sont en jeux, notre prochain Premier Ministre doit oser prendre le contrôle de l’immigration, il devra assumer notre culture en l’imposant aux immigrants comme condition d’entrée, il n’y a aucun accommodement qui soit raisonnable lorsque notre survie est en jeu.

On se doit tous de comprendre et de contrer les stratégies de nos adversaires, le référendum de 1995 a été battu parce que l’on n’a pas compris cela.

L’économie et nos cerveaux les plus brillants doivent travailler pour nous, pas pour les étrangers. Notre gouvernement doit être là pour favoriser nos entreprises et le développement de nos citoyens, pas celui des étrangers.

La Caisse de dépôt, avant l’arrivé de Jean Charest, avait le mandat de favoriser notre développement. Notre fleuron subit une véritable hémorragie au profit des étrangers

Québécois agissez.

Voici des extraits de l’article du Journal de Québec:

« Le président de la firme d’ingénierie Cima +, M. Olechnowicz s’inquiète : Nous recevons des offres régulièrement, confie-t-il. Des offres beaucoup plus intéressantes que la valeur à laquelle je vend à la relève. Il faut résister, car nous voulons laisser un héritage à nos jeunes ingénieurs. J’aime mieux avoir moins d’argent dans mon compte bancaire et laisser un héritage. »

Firme SNC-Lavalin, Jacques Lamarre, ancien président : « J’ai déjà été approché dans le passé et, pour moi, il n’en n’est pas question…[vendre à des Américains]. Le bureau chef de SNC-Lavalin va demeurer à Montréal. »

Quand on perd un bureau-chef, on perd de l’influence. C’est toujours quelque chose qui est dommageable, car une division d’une grande société internationale, ce ne sera jamais un bureau chef. C’est dommage.

Quand vous avez un bureau-chef, vous avez les infrastructures, les prises de décision, les hauts salaires de la société, les contributions aux œuvres de charité. C’est de la richesse. Quand on perd un bureau-chef, c’est une perte assez significative. Jacques Lamarre

M. Lamarre croit que le gouvernement du Québec doit aider les firmes québécoises à se solidifier et à s’épanouir. C’est mieux qu’on aide cette société d’une manière solide que d’empêcher une acquisition.

En génie conseil, les acquisitions servent à bonifier son effectif et à se procurer des clients. En revanche, les honoraires versés par ces clients, notamment les municipalités québécoises, partent directement aux Etats-Unis.

Les commentaires de ces gens ne laissent aucune place à l’improvisation. Ces personnalités nous démontrent clairement la direction à suivre.

À la page 35 du même journal, on apprend ceci: la mine Jeffrey d’Asbestos, appartient à 65% à Bernard Coulombe de la compagnie Fibre forte Québec inc. L’autre 35% appartient aux travailleurs de la mine.

La coopérative et les travailleurs miniers de Mine Jeffrey viennent d’accepter de vendre à l’unanimité la totalité des actions des travailleurs à un consortium international demeuré secret, une transaction de plus de 2 millions à répartir aux 709 membres de la Coop. une transaction estimé à la valeur actuelle des actions.

Les Américains n’ont jamais digéré la nationalisation de l’amiante sous René Lévesque. Ils ont délibérément détruit auprès de nos citoyens la crédibilité de l’amiante afin de pouvoir racheter aujourd’hui cet actif au moyen d’un emprunt qu’on devra tous financer.

Tenez-vous bien. La SGF  c’est comme la caisse de dépôt, objectif: favoriser le développement du Québec et son rayonnement à l’étranger. Le consortium international doit maintenant convaincre la Société Générale de Financement du Québec de lui accorder une garantie de prêt de 58 millions de dollars.

La demande pour la fibre chrysotile va en augmentant dans les pays comme l’inde et la Chine. Pour effectuer une telle demande, il faut donc que le consortium ait acheté la majorité des actions.

J’ai personnellement vu les conditions de travail des travailleurs dans les années soixante, il n’est pas étonnant que la plupart en sont mort.

La direction connaissait les conditions de travail des travailleurs. Ne pas avoir amélioré les conditions de travail à cet époque équivaut pour moi au même objectif que celui de distribuer des couvertures contaminées à la petite vérole aux Amérindiens.

La poussière dans le milieu de travail à cet époque était épouvantable et les moyens de prévention pas très développés.

Il en était également ainsi pour les travailleurs des salles de cuves de l’Alcan d’Arvida à la même époque avec des conséquences semblables pour les travailleurs, ce dernier phénomène était connu dans le milieu mais n’avait cependant pas été ébruité.

Aujourd’hui les conditions de travail se sont énormément améliorés rendant ces produits beaucoup moins nocifs à manipuler. Nous allons donc tous ensemble financer un consortium international qui va exploiter nos ressources minières à son profit et les investir ailleurs.

Il n’est pas nécessaire d’en ajouter.

Québécois agissez et merci d’être là.

Jean-Pierre Plourde

  1. Réf.: Journal de Québec.  []

7 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean Rousseau Le 9 novembre 2010 à 13h10

    L’HEURE JUSTE (garantie sans délire)

    “Mme Marois, on ne revendique pas ses droits, on les prend. Vous devez changer d’attitude avant la prochaine élection au risque de rester dans l’opposition. Être responsable, c’est s’assumer, se tenir debout, pas de quémander ce qui nous appartient déjà. Vous devez montrer de la fermeté, pas de la mollesse.” (J-P Plourde)

    Lorsqu’on poursuit un but difficile à atteindre, il peut arriver qu’on perdre le sens d’autrui ou de la situation. Cela demeure humain, mais ses conséquences ne le sont pas moins dangereuses pour autant. Première évidence, (qui sera, je l’espère, à la portée du plus grand nombre bientôt), c’est que les anglais ont le gros bout de bâton; (l’armée, les influences, (E.U.), le nombre, les finances), et nous; les vœux pieux. Meech proposé par l’ancien PM Mulroney consistait à vouloir accorder des pouvoirs spéciaux au Québec du fait de sa société distincte. Pas accepté.

    Le projet de l’indépendance incrusté dans les cœurs francophones n’a pas plus de chance d’aboutir que la Californie d’en faire autant. Ce qui vient fausser la donne, c’est cette méprise qui consiste à prendre la lettre pour l’esprit. Dernièrement le PM Charest a su arracher un contrat d’approvisionnement en électricité avec le Vermont. Bien que l’accord du libre-échange ait été ratifiée depuis un bon bout de temps, on a pu s’apercevoir, lors de ces négociations, des pressions, lesquelles allaient même jusqu’à considérer notre ressource nuisible pour l’environnement. Il faut le faire. Alors tous devaient comprendre qu’un improbable référendum gagnant nous attirerait que des ennuis, en dépit de toute convention ou de quelques reconnaissances que se soient. Ça serait la loi du plus fort qui interviendrait et guère autre chose. Parlez-en à quelqu’un dont la profondeur se trouve légendaire et vous verrez bien. Il faudra voir clair rapidement sinon le prix à payer nous terrassera.

    La souveraineté pure et simple n’est pas plus possible car tout échange présuppose justement un apport de part et d’autre. Les anglais contrairement à nous, (dépossédés de nos instincts par l’anéantissement religieux), ont le commerce dans les gênes comme les russes, le ballet et les échecs.

    Mais cette souveraineté à l’intérieur d’une fédération à l’Européenne m’apparaît possible, car les deux protagonistes y trouveraient leur compte, après que j’aie pu élaborer une présentation des avantages, (dont les majeurs demeurent pour l’instant insoupçonnés même des PHD, il me semble). Il me faudrait trouver un organisme composé de personnes conscientes pour me subventionner. Imaginez-vous tenancier de bar et recevoir un client en lui offrant des assiettes d’arachides et de pretzels et de le voir profiter de la situation, sans commander quoi que soit en retour. Ce manque flagrant de solidarité, (ou de maturité collective), s’il n’est pas vaincu, nous conduira à ce vécu des truites dans les piscicultures; (une pelletée de crottes de farine de poisson à tous les six heures). J’essais de réveiller pendant qu’il me reste un peu de force. Mais je crois que j’irai offrir mon talent de sondeur des âmes au président Obama qui a en a bien besoin et qui sera m’en être reconnaissant. Si le contexte n’est pas propice à la survie, il faut être certain d’en trouver un qui le sera.

    Jean Rousseau, B. Ps
    conseiller en psychologie du développement
    courriel: jeanrousseau1956@live.ca

  2. 2 Jean-Pierre Plourde Le 10 novembre 2010 à 2h45

    Bonjour M. Rousseau.

    Votre texte m’a beaucoup étonné.

    Il en va pour l’individu comme pour les sociétés. L’ensemble du comportement des individus donne les gouvernements qu’on mérite.

    Des individus écrasés et peu fiers de ce qu’ils sont ont peu de chance d’élire des gens dynamiques capable de défendre leurs intérêts.

    Je vous cite:

    “Première évidence, (qui sera, je l’espère, à la portée du plus grand nombre bientôt), c’est que les anglais ont le gros bout de bâton; (l’armée, les influences, (E.U.), le nombre, les finances), et nous; les vœux pieux. Meech proposé par l’ancien PM Mulroney consistait à vouloir accorder des pouvoirs spéciaux au Québec du fait de sa société distincte. Pas accepté.”

    Vous exprimez-là une attitude de résignation qui m’étonne beaucoup.

    Lorsqu’un psy. veut aider une personne accroché aux drogues ou à l’alcool, sa première étape est de lui faire prendre connaissance de ses valeurs propres et de son bonheur afin de le motiver à agir pour lui-même et non se réfugier dans une voie de garage dans laquelle il est enlisé. Pour réussir, on ne doit surtout pas renforcer le comportement d’abandon et de résignation. On va plutôt lui offrir du soutient et un “coach” pour l’aider à s’en sortir.

    Votre première évidence est donc le contraire de l’attitude que devrait avoir un bon psy. envers son patient.

    Les Québécois sont des drogués de ce qu’ils croient être des services de soins gratuits, des protections contre le chômage gratuits, des garderies en abondance et subventionnées, un état qu’ils croient pourvoyeur et sécurisant. Cela à le même effet pour nous qu’une drogue anti-responsabilité. Le Québécois est prêt à croire et élire n’importe qui lui promettra de perpétuer sa paix d’esprit et ses services “gratuits”. Réfléchir à sa situation devient une tâche beaucoup trop complexe pour lui. Il ne se rend pas compte que son état s’apprête à étouffer complètement son sens des responsabilités et ses ambitions.
    Jamais l’intelligence n’a été aussi nécessaire pour les Québécois que maintenant.

    Je vous cite encore:
    “Alors tous devaient comprendre qu’un improbable référendum gagnant nous attirerait que des ennuis, en dépit de toute convention ou de quelques reconnaissances que se soient. Ça serait la loi du plus fort qui interviendrait et guère autre chose. Parlez-en à quelqu’un dont la profondeur se trouve légendaire et vous verrez bien. Il faudra voir clair rapidement sinon le prix à payer nous terrassera.”

    Un homme libre ne se posera jamais une telle question parce que pour lui le respect de soi fait parti de sa condition d’être humain et son droit au rapport de force égalitaire entre tous les humains prime plus que les menaces hypothétiques. Une famille qui se tient passera au travers les aléas de la vie, il en va aussi des peuples. L’anglophonie n’est pas la seule ressource. On se doit de conserver nos sources de revenus, notre droit de gestion de nos territoires et la propriété de nos actifs, ils sont garant de notre liberté et de notre dignité et constituent nos principaux rapports de force.
    Le jeu d’intimidation que pourrait tenter d’imposer un voisin frustrer entraînerait une réaction opposée. Le choc serait vite passé parce que nous possédons toutes les options capables d’assurer la continuation de notre société. Nous avons la ressource énergétique capable de changer les modes de production. Si les anglos ne veulent plus acheté notre énergie, on pourra réagir de diverses façons en l’utilisant nous même afin que les productions locales soient encouragés. Par exemple, au lieu de subventionner les agriculteurs, on leur fournit des éoliennes leur permettant de compenser les courtes saisons de production et permettre de cultiver sous serres toute l’année par exemple. L’approvisionnement en pétrole sera assuré par la récupération de la gestion de cette ressource par l’état. Par exemple, la raffinerie d’Irving aurait du être acheté par l’état afin d’assurer notre équilibre énergétique. Dans l’industrie, le coût relatif à l’énergie devra compenser les pertes d’emplois occasionnés par la montée des technologies, le recyclage des vieux pétroliers pourrait se faire en exportant de l’eau potable vers l’Afrique ou ailleurs. Cette eau pourrait être prise directement des rivières de la Côte-Nord et servir à des partenariats d’entreprises afin de diversifier l’approvisionnement en fruits et légumes tropicaux. Agissons ainsi une fois ou deux et les anglos vont vite comprendre ou se trouvent leurs intérêts.

    Une intervention militaire n’a aucune chance de réussir contre nous si l’on fait front commun, les Russes ont essayés d’arrêter le progrès sans succès.
    Les organisations internationales comme l’ONU ou même les État-Unis s’opposeraient à un tel geste. Ce serait ouvrir l’Amérique au retour des problèmes de racisme que les USA ont déjà vécus.

    Votre troisième citation m’étonne encore plus:

    “Mais cette souveraineté à l’intérieur d’une fédération à l’Européenne m’apparaît possible, car les deux protagonistes y trouveraient leur compte…”

    Comment pouvez-vous en arriver à ne pas voir que ce pays ne souhaite qu’une chose, la disparition pur et simple de notre culture et de ce qu’elle représente.
    Ce pays nous dit de nous effacer dans les “Accommodements raisonnables”, il détruit nos comptes en banque, ex. Caisse de dépôt, il s’empare de nos territoires et il nous met sous sa tutelle (approche commune).
    Comment peut-on ne pas voir qu’on nous pousse au pied du mur. Je vous invite à visionner ce petit vidéo qui va très bien vous expliquer à qui l’on a affaire. http://www.solidariteetprogres.org/article6979.html

    Votre conclusion exprime le contraire de la réalité, c’est le constat d’une résignation. Je vous cite encore:

    “Ce manque flagrant de solidarité, (ou de maturité collective), s’il n’est pas vaincu, nous conduira à ce vécu des truites dans les piscicultures; (une pelletée de crottes de farine de poisson à tous les six heures)…”.

    Ouf. Le paquet de truites dans la pisciculture, c’est exactement là que nous conduit l’état canadien. Pour avoir notre dose de moulé on devra s’écraser et faire ce qu’il veut, sinon il coupe les provisions.

    Votre intervention est très pertinente, elle représente bien l’état d’esprit général de notre société.

    Je suis ouvert à la discussion

    Merci d’être là.

    Jean-Pierre Plourde,
    http://saglacweb.blogspot.com

  3. 3 Jean Rousseau Le 12 novembre 2010 à 1h13

    “Lorsqu’un psy. veut aider une personne accrochée aux drogues ou à l’alcool, sa première étape est de lui faire prendre connaissance de ses valeurs propres et de son bonheur afin de le motiver à agir pour lui-même et non se réfugier dans une voie de garage dans laquelle il est enlisé. Pour réussir, on ne doit surtout pas renforcer le comportement d’abandon et de résignation.” J-P Plourde

    Vous ne me comprenez pas parce que vous êtes justement enlisé dans ce rêve de l’indépendance. J’ai déjà lu qu’il existe des spécialistes afin de parvenir à déprogrammer des sectaires qui veulent s’en sortir. Il faut isoler ces adeptes jusqu’à dans des cellules afin de les soustraire à toutes influences malsaines d’abord. J’y vais avec les moyens du bord et une attitude réaliste que je m’efforce de transmettre afin d’éviter le pire à nos concitoyens. Comment parvenir à vous faire douter de votre option, si ce n’est de vous amener à entrevoir ce qui m’apparaît une évidence; les anglais ne se plieraient pas d’aucune façon à toute convention ou quoi que se soit d’autre, en cas d’un référendum gagnant. Osez soumettre cette idée à quelqu’un qui n’est pas de votre allégeance, mais que vous estimez quand même la pensée. De donner l’heure juste à quelqu’un m’apparaît salutaire dans une situation périlleuse comme la nôtre.

    Je ne peux pas en faire plus.
    Bonne chance.

  4. 4 Jean-Pierre Plourde Le 12 novembre 2010 à 8h09

    Bonjour M. Rousseau.

    L’histoire canadienne est remplie de cas d’arrestations de citoyens tués pour leurs idées.

    La création sur terre d’une seule entité super puissance uniformisée en conditionnant les citoyens à transférer son droit de penser aux seuls élus n’est pas souhaitable. Votre commentaire le confirme.

    Laisser une telle chose se produire c’est courir à la catastrophe.

    Qu’il s’agisse d’espèces physiques ou de culture, la diversité est la règle de la nature dans tout ce qu’elle entreprend, cette diversité entraîne des différences de points de vue salutaires qui permettent d’échanger afin de trouver des solutions adéquates aux conflits potentiels. Dans les années 60, cette concentration de pouvoir nous a conduit au bord de la catastrophe nucléaire, une remise à zéro de l’humanité.

    Fermer les yeux et se résigner n’est pas la solution.

    Lorsque le pouvoir de décision sera concentré dans les mains d’un système unique et puissant, les risques de dérive deviendront énormes pour la survie même de l’humanité.

    La consultation des citoyens doit être autre chose que symbolique.

    Le pouvoir du Capital ne doit pas devenir la règle qui régit la vie des citoyens.

    Les exploitants des ressources cherchent alors à protéger leurs privilèges au dépend du bien être des peuples, véritables bâtisseurs et inconscients pour la plupart, de la puissance de l’état.

    La confrontations ne se résorberont pas par l’arrestation et/ou la disparition de quelques individus.

    La structure canadienne est dangereuse pour tous les Canadiens.

    Pour savoir à qui l’on a affaire, voir le vidéo suivant:

    http://www.solidariteetprogres.org/article6979.html

    Pour connaitre qui crée la richesse, voir ce vidéo:

    Votre opinion est importante et donne l’ampleur des enjeux qui confrontent toute l’humanité: Se prendre en main ou se résigner à disparaître.

    Voir l’explication graphique du fonctionnement général d’une société à l’adresse suivante:

    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/12/14-vivre-libre-ou-disparaitre.qc

    Jean-Pierre Plourde.
    http://saglacweb.blogspot.com

  5. 5 Jean-Pierre Plourde Le 12 novembre 2010 à 23h07

    M. Rousseau,

    Permettez moi de compléter par une citation:

    Albert Einstein avait déjà prédit notre avenir:

    “Le monde est menacé davantage par ceux qui tolèrent le mal, que par ceux qui s’emploient activement à le faire”. (Albert Einstein)

    Merci d’être là.

    Jean-Pierre Plourde.

  6. 6 Jean-Pierre Plourde Le 12 avril 2011 à 21h49

    Le groupe AECOM de Los Angeles qui a acheté plusieurs grosses firmes d’ingénieurs francophones joue du coude pour tasser la Québécoise dans des contrats de 70 millions en Abitibi.

    Il semble que AECOM de Californie ait fait appelé la firme Dessau-Genivar par l’une de ses filiales afin de pouvoir déclarer avoir eu des contacts avec ce groupe avant la préparation de sa soumission. Dessau/Génivar ayant indiqué son refus de discussion, il fut quand même exclus de la soumission pour vice de procédure.

    Ça joue très dur dans le milieu et au dépend de notre économie, merci JJJ Charest.

    http://www.cyberpresse.ca/actualites/dossiers/crise-dans-la-construction/201104/11/01-4388875-dessau-et-genivar-disqualifies-dun-important-appel-doffres.php?utm_source=bulletinCBP&utm_medium=email&utm_campaign=retention

    Merci d’être là.

    Jean-Pierre Plourde,
    http://saglacweb.blogspot.com

  7. 7 Les Voix du PANDA » Blog Archive » LA VALEUR DES ENJEUX Le 16 mai 2011 à 15h15

    […] On nous vole la Caisse de dépôt, on démembre nos centres de recherche comme celui de Varenne, on exporte nos richesses dans de mauvais placements, on vend nos industries du savoir, voir Transfert de nos firmes de haut savoir à des Américains. […]

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 116 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 1,188 a été rédigé par Jean-Pierre Plourde il y a 9 ans et 1 mois, le lundi 8 novembre 2010.

Il y a 7 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Politique, Québec, Économie.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Armée canadienne: vidéo raciste et soldats gelés Selon Radio-Canada ((Les militaires enquêtent sur une vidéo à caractère raciste)), Les Forces canadiennes auraient ouvert une enquête concernant une [...]

2011: Jean-Martin Aussant dévoile la plateforme d’Option nationale Le député de Nicolet-Yamaska et chef d’Option nationale, Jean-Martin Aussant, a dévoilé ce matin à Montréal le document de travail [...]

2011: Jean-Martin Aussant dévoilera le programme d’Option Nationale mardi matin à 10h Mardi matin, Jean-Martin Aussant présentera au Québec le programme de son nouveau parti nommé Option Nationale. "Demain 10h00, dévoilement de [...]

2010: Les Rayons X célèbrent 115 ans de découverte Google souligne le 115ème anniversaire de la découverte des Rayons X, que l'on connait pour leur utilisation, par exemple, dans [...]

2009: Campagne de vaccination massive au Canada: la subjectivité de la Société Radio-Canada dévoilée Jeudi le 5  novembre 2009, l'émission Enquête, de  la Société Radio-Canada, a diffusé Le virus de la peur. Le but [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages