Le samedi 21 août 2010

ÉconomieQuébec

Comment l’Hydro-Québec s’y prend-elle pour nous faire le cadeau d’un gel de tarif?

Réponse: L'Hydro financera ses investissements sur 100 ans au lieu de 50 ans

Par Jean-Pierre Plourde

C’est comme si vous décidiez de financer votre résidence sur 60 ans au lieu de 25 ou 30. Le déboursé mensuel serait inférieur à votre coût actuel, par contre, la partie relative aux intérêts est maximisée alors que le remboursement du capital est réduit au minimum.

Voici un extrait tiré des experts en économie de Fitch:

Par ailleurs, pour réduire l’impact de ses investissements multimilliardaires sur ces résultats futurs, Hydro a décidé ce printemps d’en doubler la période d’amortissement comptable, la faisant passer de 50 à 100 ans.

En étalant ainsi ces dépenses en immobilisations, Hydro en réduit l’impact sur ses résultats financiers courants, rehaussant du coup sa rentabilité.

Selon des spécialistes, une telle manoeuvre comptable ne serait pas techniquement hors norme, mais tout de même audacieuse en raison de la rareté d’actifs ayant une durée de vie étalée sur un siècle.

L’impact pour les Québécois sera énorme, les coûts d’intérêts vont rapporter un maximum de rendement aux prêteurs étrangers et il s’en suivra un remboursement minimum du capital emprunté par vous et moi.

L’état donne l’exemple aux citoyens sur comment vivre à crédit en hypothéquant l’avenir de nos enfants.

C’était pour ce genre de prêt que la Caisse de dépôt avait été créée par M. Parizeau.

Ce gouvernement s’évertue à risquer nos capitaux de la Caisse à l’étranger en pure perte à la recherche de rendements douteux alors que nous avons les rendements recherchés chez nous.1

C’est l’expression d’une décision inverse d’une bonne gestion. Un appauvrissement général de la communauté.

Si la caisse finançait les investissements de l’Hydro comme l’avait prévu M. Parizeau, on en serait pas là, on aurait jamais perdu les premiers 50 milliards, le capital de la Caisse serait peut-être aujourd’hui de 300 ou 400 milliards au lieu d’une centaine et les redevances à l’état seraient très importantes réduisant d’autant nos impôts à payer.

L’Hydro est un actif solide et sécuritaire que tout le monde s’arrache à l’étranger sauf nous les Québécois qui laissons à d’autres ce bras de levier important. C’est de la logique très simple et facile à comprendre qu’il nous faut rappeler à nos citoyens.

Nos gens doivent comprendre que les sages décisions qu’ils prennent pour devenir propriétaire de leur maison s’appliquent aussi dans les décisions de l’état dont ils ont élus les députés. Le pays du Québec, c’est aussi notre maison, c’est à nous tous de mettre au pas nos élus.

C’est comme si vous décidiez de financer votre résidence sur 60 ans au lieu de 25 ou 30. Le déboursé mensuel serait inférieur à votre coût actuel, par contre, la partie relative aux intérêts est maximisée alors que le remboursement du capital est réduit au minimum.

On accumule la dette au lieu de la rembourser, à l’échéance des cent ans, les capitaux requis pour réparer les actifs qui auront vieillis devront de nouveaux être empruntés, car on aura négligé de se réserver du capital à cet effet en réduisant la période de financement.

Il nous faudra encore vivre à crédit et emprunter pour réparer nos installations, un très mauvais choix, que ce soit pour un individu ou pour un état. C’est une hypothèque majeure sur nos investissements et notre avenir.

Quand apprendrons nous à se faire confiance dans ce que l’on fait de bien?

Après le départ du gouvernement Charest, grâce à l’arnaque de l’approche commune, nous ne seront plus propriétaire des terrains sur lesquelles nos barrages et investissements seront construits.

Comment ne pas voir la-dedans, des intentions voilées de rechercher le capital politique pour favoriser la prochaine élection libérale.

Comment ne pas voir aussi ces mêmes intentions dans le programme d’insémination des femmes, non pas que je sois contre, mais pourquoi maintenant?

Pendant ce temps, Rio Tinto Alcan, via sa présidence, négociateur en notre nom du traité dit de l’approche commune avec les Amérindiens, nomme une femme Présidente des opérations de ses usines au Québec, comment ne pas y voir encore là des intentions de séduire 50 % des électeurs, les femmes.

Merci d’être là.

  1. Réf. Rendement encore négatif à la caisse de Dépôt pour le second trimestre de 2010, Cyberpresse.ca. []

4 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jonathan Laflamme Le 23 août 2010 à 9h31

    Erreur… Le pays du Québec ??

  2. 2 Jonathan Laflamme Le 23 août 2010 à 10h39

    Je crois qu’il y a une grossière erreur dans votre article.. Dans le milieu on peut lire “Le pays du Québec”..

  3. 3 Jean-Pierre Plourde Le 23 août 2010 à 22h30

    Bonjour M. Laflamme,

    j’ai utilisé volontairement l’expression “Le pays du Québec” et voici pourquoi.

    Le Québec est présentement le seul endroit dans le monde ou je me sent chez moi.

    Le Québec est donc pour moi, officiellement, MON PAYS.

    Mon terme va changer lorsque nos enfants devront apprendre l’anglais en première année et que nos travailleurs ne pourront occuper que des travaux subalternes et devront parler anglais avec leur contremaître. À ce moment là je me sentirai apatride par expropriation. C’est à vous et moi à faire ce qu’il faut pour que cela n’arrive pas.

    Par cette attitude du Canada envers moi, ce pays appelé Canada n’est donc pas mon pays puisqu’il refuse de me reconnaitre dans les rencontres internationales comme les olympiques où il prive mes semblables talentueux du droit de participer sur un pied d’égalité dans le sport comme le Hockey ou les Olympiques par exemple.

    Il y a environ 5 ans, j’ai visité le parlement à Ottawa, la plupart des personnes bilingues engagées pour accommoder les francophones étaient majoritairement des anglophones bilingues, poste qui aurait du revenir à des francophones bilingues puisque c’est d’abord à eux qu’on s’adresse.

    Puisque mes taxes ne font pas vivre mes semblables, je ne suis donc pas le bienvenu et on me fait savoir que je ne suis pas chez-moi de façon subtile mais très précise.

    Pour moi, Le pays du Québec dans ses frontières, c’est ma maison, c’est à nous tous d’assimiler cette notion et de mettre au pas nos élus.

    Le pays du Québec cessera d’exister lorsque nous aurons perdus notre culture et notre langue au dépend d’une quelconque reconnaissance sans valeur réelle.

    Le traité de l’approche commune est une erreur monumentale, tous les citoyens du Québec doivent s’y intéresser de toute urgence.

    Si on laisse passer cela, on va y perdre notre âme et des milliards.

    Un article paru dans le Soleil de Québec sous la plume de Michel Corbeil et rapporté dans le Quotidien, cyberpresse, mardi 17 août 2010, page 2; démontre que nos taxes ont déjà servis à payer des honoraires de 4,6 millions à la firme d’avocats Ogilvy Reneault, dont les négociateurs sont des amis des fédéraux, impliqués dans les magouilles du référendum de 1995. Voir mon texte, http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/10/08-conflits-dinterets.qc

    Voilà un bon sujet pour la défunte commission Gomery qui à déjà fournit son rapport. Nous assistons à la suite des commandites et personne ne lève le petit doigt.

    Les Amérindiens n’étant pas agentés, les trois ou quatre autres milliards des avocats Amérindiens sont sans doute aussi financés par nos poches.

    Merci d’être là.

    Jean-Pierre Plourde.

  4. 4 Jean-Pierre Plourde Le 23 août 2010 à 23h44

    Dans cette phrase:

    Les Amérindiens n’étant pas argentés, les trois ou quatre autres milliards des avocats Amérindiens sont sans doute aussi financés par nos poches.

    Vous aurez compris que je parlais de trois ou quatre autres millions et non pas de milliards, quoi que…., mis bout à bout… ça ne m’étonnerait pas….!

    Jean-Pierre Plourde.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 116 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 614 a été rédigé par Jean-Pierre Plourde il y a 9 ans et 5 mois, le samedi 21 août 2010.

Il y a 4 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Économie, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Débat des chefs / Face à Face TVA Legault-Charest: à vous la parole! Sur la corruption Legault qui rit en mentionant son équipe d'incorruptibles. CRÉDIBLE. #faceafacetva #debatqc— llheb (@LLHeb) Août 22, 2012 Donc, les reportages [...]

2012: Débat des chefs / Face à Face TVA Marois-Charest: à vous la parole! Sur la corruption ... RT @martpelletier: Yééé! Ça commence avec la corruption, contrairement à la SRC qui a commencé avec l'économie [...]

2010: Vers un retour à la peine de mort en Suisse? Alors que la peine de mort est abolie en Suisse depuis 1942, une nouvelle initiative fédérale, actuellement examinée par la [...]

2010: Abandon du projet d’école d’horticulture La députée de Taschereau et porte-parole de l’opposition officielle pour la Capitale-Nationale, Agnès Maltais, réclame des explications du ministre responsable [...]

2010: 10 Août 2010, un séisme de Magnitude 7.5 déclenche une nouvelle crise sismique au Vanuatu Le 10 Août 2010 à 05 h 23 Temps Universel, 16h23 heure locale, un séisme : de Magnitude du Moment 7.5, [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages