Le vendredi 7 mai 2010

QuébecPolitique

La langue française: un héritage qui nous appartient

Ne faisons pas à d’autres ce que nous ne voudrions pas pour nous-mêmes

L'indépendance du QuébecL'état de la langue française ]

Par Mouvement Québec Renouveau

Pour le Mouvement Québec Renouveau, protéger, promouvoir et enrichir la langue des Québécois, c’est l’enseigner, dans leurs écoles, aux unilingues anglophones; c’est enseigner l’anglais dans nos écoles francophones, offrir les mêmes chances à tous en matière de langue, dans le contexte nord-américain.

S’il fut un temps où il était clairement établi qu’au Québec, c’est en Français qu’on fonctionne, la réalité d’aujourd’hui est toute autre: pour certains, la langue n’est autre qu’un simple moyen de communication, vulgaire courroie de transmission que l’on peut substituer à une autre, selon l’humeur du moment. Pour d’autres, la langue française n’est qu’un sujet de discorde parmi tant d’autres dans l’univers québécois. Pour ceux qui ont compris, la langue que nous parlons est celle que nous avons apprise, qui nous a été léguée, laissée en héritage par nos aïeux, une langue qui nous habite, que nous avons modelée au fil du temps, façonnée, colorée, une langue qui nous unit, qui fait notre fierté, une langue qui nous appartient et que nous nous devons, en tant que Québécois, non seulement de conserver, mais aussi et surtout d’utiliser.

Si le Français est la langue identitaire des Québécois, l’Anglais occupe, au-delà du traditionnel et puéril titre de rival, une place de choix dans la culture québécoise. À l’image de deux petits frères qui auraient grandis en se chamaillant, il vient un jour où les rivalités enfantines cèdent la place à une maturité, à une compréhension mutuelle, un jour où la hache de guerre se fait enterrer et oublier: un Québec souverain serait d’abord francophone. Point. La différence avec la situation actuelle, vous demanderez? Le Français y serait en progression, parce que, séparés du Canada, nous serions libres de voter des lois dont la juridiction s’étend sur notre territoire, sans aucune instance fédérale pour venir déclarer anticonstitutionnel un texte qui vise à protéger notre héritage, et ce en vertu d’une constitution dont nous ne sommes pas signataires.

Pour le Mouvement Québec Renouveau, protéger, promouvoir et enrichir la langue des Québécois, c’est l’enseigner, dans leurs écoles, aux unilingues anglophones; c’est enseigner l’anglais dans nos écoles francophones, offrir les mêmes chances à tous en matière de langue, dans le contexte de l’Amérique du Nord. Prioriser le Français, signifie imposer le français à ceux qui arrivent pour vivre au Québec en Français d’abord et, si ce n’est déjà fait, y apprendre l’Anglais; c’est, sans déborder dans le vaste domaine de l’éducation, une école publique francophone qui valorise le Français, qui fait de l’apprentissage et de la maîtrise de cette langue une priorité absolue et obligatoire, et une école publique anglophone qui fait du bilinguisme de ses élèves cette même priorité.

Parce que l’avenir est haut comme trois pommes, c’est un enfant qui naît au Québec avec le devoir de vivre en Français. Et puisque nos enfants sont peu nombreux, c’est aussi l’accueil, à bras ouverts, aux immigrants de toutes origines qui choisissent le Québec comme terre d’accueil, qui comprennent que la société qui les entoure désormais est une société différente de celle qu’ils ont quitté, et qu’en tant qu’immigrants ils devront, eux, leurs enfants et les enfants de leurs enfants, un jour ou l’autre, s’identifier comme Québécois – et pour ce faire, savoir s’exprimer en Français.

N’est donc pas Québécois le citoyen et contribuable anglophone? Au point de vue citoyen, oui. Mais culturellement, l’appellation « Québécois » succède à « Canadien français », d’où l’importance de maîtriser parfaitement notre propre langue, et de savoir tenir une simple conversation de travail en anglais, et vice-versa et ce pour l’ensemble de la population d’un Québec souverain, afin que puissent cesser d’être seules les deux solitudes. Le droit des anglophones du Québec de pouvoir préserver leur culture et l’usage de leur langue maternelle dans un Québec souverain, sera inscrit dans la Constitution. En plus de l’avantageuse opportunité d’apprendre le Français – et vice-versa et ce pour l’ensemble de la population du Québec. Pour le Mouvement Québec Renouveau, la solution est simple : « ne faisons pas à d’autres ce que nous ne voudrions pas pour nous-mêmes ».

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 16 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 626 a été rédigé par Mouvement Québec Renouveau il y a 10 ans et 8 mois, le vendredi 7 mai 2010.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous L'indépendance du Québec, Québec, L'état de la langue française, Politique.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2010: La démocratie en perte de vitesse, l’Ontario est touchée Suite à mon article, Montréal, le traité de l’approche commune va te faire mal, l’un de mes lecteurs, M. Richard [...]

2009: Les déménagements au Québec En 2007-2008, environ 900 000 Québécois ont changé de domicile, dont 207 000 pour une autre région administrative. Le « trou de beigne » continue [...]

2009: Site Internet de l’Ambassade du Venezuela au Canada En consultant votre site internet, nous notons une carence. En effet, le site n'est pas disponible en français. Or, la nation [...]

2009: Certification biologique « Le ministre doit suivre les recommandations de la Filière biologique du Québec et ne pas la placer devant le [...]

2009: Le français aux Jeux olympiques de Vancouver 2010 La motion déposée par la porte-parole du Bloc Québécois en matière de francophonie et députée de Rivière-du-Nord, Monique Guay, a été [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages