Le mardi 27 avril 2010

QuébecPolitique

Primes et bonis: le gouvernement Charest avoue son impuissance et maintient le bar ouvert

C’est une chose que de promettre de limiter les bonis, dans une loi à venir, éventuellement, bientôt!

Par Parti Québécois

Il ne faut pas trop se surprendre que le gouvernement Charest refuse de serrer la vis aux dirigeants des sociétés d’État. Après tout, l’exemple vient de haut, sachant que le premier ministre reçoit un boni d’au moins 75 000 dollars dont les trois quarts proviennent de la poche des contribuables.

Le député de Richelieu et porte-parole de l’opposition officielle en matière de Conseil du trésor, Sylvain Simard, reproche au gouvernement libéral de Jean Charest son incapacité à mettre au pas les sociétés d’État.

« Tous les députés libéraux ont refusé de sanctionner les hauts dirigeants de sociétés d’État qui se sont octroyés de scandaleux et généreux bonis et primes depuis 2009. Le gouvernement libéral prétend que le dernier budget prévoit tout mais c’est faux: il n’entend pas sévir formellement et suggère plutôt qu’une lettre soit envoyée aux conseils d’administration pour leur dire d’y aller doucement. C’est ridicule », a indiqué Sylvain Simard.

Le député de Richelieu remarque que le gouvernement libéral, encore une fois, joue sur les mots. « C’est une chose que de promettre de limiter les bonis, dans une loi à venir, éventuellement, bientôt! Or, le projet du gouvernement Charest ne vise pas précisément les sociétés d’État. Le scandale des bonis se poursuivra », a déclaré M. Simard.

En effet, la majorité libérale a rejeté aujourd’hui la motion présentée par le Parti Québécois. Cette motion se lisait ainsi :

Que l’Assemblée nationale du Québec condamne le maintien des politiques de versements des bonis des hauts dirigeants des entreprises et des sociétés d’État et qu’elle exige l’interdiction de versements de ces bonis ou primes à compter du 1er avril 2009.

« Cette notion de rétroactivité était intentionnelle. D’abord, elle s’inspire de ce que certains dirigeants ont fait, notamment en Grande-Bretagne, mais aussi parce que nous voulions que le gouvernement soit conséquent avec ses affirmations dans le passé. Or, encore une fois, le gouvernement Charest fait la démonstration qu’il parle beaucoup mais n’agit pas », a indiqué Sylvain Simard. En effet, en février 2009, en pleine crise économique, le premier ministre du Québec soutenait que tout le monde devait faire sa part et se serrer la ceinture et que la distribution de bonis serait interrompue.

« En même temps, il ne faut pas trop se surprendre que le gouvernement Charest refuse de serrer la vis aux dirigeants des sociétés d’État. Après tout, l’exemple vient de haut quand on sait que le premier ministre reçoit, lui, un boni d’au moins 75 000 dollars dont les trois quarts proviennent de la poche des contribuables », a conclu Sylvain Simard.

L’opposition officielle entend suivre de près les intentions d’Investissement Québec afin de vérifier si le président, Jacques Daoust, sera récompensé pour le fiasco des FIER que le Parti Québécois a révélé l’an dernier.

Un commentaire à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Pierre Le 27 avril 2010 à 10h15

    Des voleurs sont au pouvoir et les québécois qui ne sortent pas dans la rue pour les dénoncer sont autant complice.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Éric Gamache

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 582 articles

Profil: Le mouvement du Parti Québécois promeut la souveraineté, le progrès social et la promotion du français au Québec.

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 406 a été rédigé par Parti Québécois il y a 9 ans et 5 mois, le mardi 27 avril 2010.

Il y a un commentaire suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Politique, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Grève étudiante: les policiers utilisent un prétexte bidon pour neutraliser une cinquantaine de personnes à Québec Suite à une manifestation féministe contre la hausse à Québec d'une centaine de personnes et qui venait à peine de [...]

2012: Line Beauchamp “hausse” la hausse: de 1625$ à 1778$! Il ne faut pas se leurrer, la conférence de presse de Jean Charest et de Line Beauchamp juste avant midi [...]

2012: Grève étudiante: le mouvement ne s’essouffle définitivement pas Malgré les tentatives du gouvernement Charest de créer des divisions entre la CLASSE et les autres organisations étudiantes afin d'une part [...]

2012: Grève étudiante: une médiation envisageable? La majorité du Québec souhaite que le conflit étudiant se règle le plus rapidement possible et s'attend à ce que [...]

2011: Dans un Québec indépendant, le Canada ne pourra plus défaire ce qu’on construit La fierté, c'est notre moteur. On va en parler de fierté, on va en parler sur toutes les routes du [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages