Le lundi 5 avril 2010

InternationalEnvironnement

Le climat du dernier millénaire

Résumé de la théorie sur la nouvelle glaciation à venir

Par Raymond Matabosch

La reconstitution de la banquise arctique laisse présager non pas un « effet de serre », mais les prémices d’une nouvelle glaciation dans les décennies à venir.

Dans la première partie de cet article, je n’ai exprimé que des données généralistes… qui nécessitent quelques explications… Ce présent en est la suite mais, étant le résumé succinct d’une théorie en finalité de rédaction qui ne paraîtra, en librairie, qu’à la fin du I° trimestre 2010, vous en conviendrez, du moins les universitaires devront en convenir, que je ne peux fournir ni l’exposé global de mes propres travaux, ni les documents, ni les sources qui m’ont été utiles pour la mener à son terme…, une théorie en totale contradiction avec le réchauffement climatique qui est annoncé avec force éclat par le GIEC1 , les politiques et les écologistes apocalyptiques ….

Théorie sur le refroidissement climatologique

Évolution de la température au cours des dernières 200 millions d'années

D’après le tracé de la courbe des températures depuis 180 Millions d’années démontrant la chute de ces températures engagée dès le début du Tertiaire. – Selon University Corporation for Atmospheri Research/Office for Interdisciplinary Earth Studies (UCAR/OIES), 1991. Cité dans Mackenzie, 1998. –

Mais cette courbe des températures, du Mésozoïque2, – 251 à 65,5 Millions d’années -, plus particulièrement du Toarcien, 183,0 à 175,6 Millions d’années -, dernière subdivision du Lias, – 199,6 à 175,6 Millions d’années -, et du Dogger, 175,6 à 161,2 Millions d’années -, à nos jours, elle est parlante quant aux périodes embrassées. Elle le serait beaucoup plus encore s’il y été adjoint les courbes de températures reconstituées, afférentes au Néoprotérozoïque3, – 1.000 à 542 Millions d’années -, au Paléozoïque, – 543 à 250 Millions d’années -, et au Lias.

En effet, il apparaît une constante s’ordonnançant autour de la finalité de la formation, puis de la fragmentation des supercontinents entraînant des périodes « effet de serre », canicule et désertification par effet continental, d’une part, et, d’autre part, du démembrement de ces mêmes surpercontinents et l’amorce d’un nouveau rassemblement des plaques tectoniques en supercontinent se traduisant par des longues successions de glaciations installant sur la planète « un effet igloo ». Ainsi s’établit un cycle avec une périodicité s’étalant, environ, sur 400 millions d’années.

La variation du taux de dioxyde de carbone, – CO2 -, communément appelé gaz carbonique ou anhydride carbonique, est considérable. Ces variations vont progressant jusqu’à 20 fois la teneur de dioxyde de carbone actuellement détecté, – approximativement égale à 0,0375 % en volume en début du XXI° siècle -, dans l’atmosphère terrestre, Conséquemment, les élévations de la température de la Terre augmentent de 10 à 20° C, entraînant un effet de serre sur une durée approchant les 200 Millions d’années avec des températures moyennes du globe oscillant entre 20 et 35 °C., une température s’abaissant, ensuite, graduellement avec la dispersion des continents.

La Pangée au Trias
La Pangée au Trias.

La Pangée au Jurassique
La Pangée au Jurassique

Planisphère au crétacé supérieur

La Pangée au Crétacé supérieur

Une telle dualité de situation climatologique se conçoit aisément. En phase de finalité du supercontinent suivie de sa fragmentation, il se produit une intense activité sismique rejetant, dans l’atmosphère, le dioxyde de carbone et la vapeur d’eau se trouvant prisonnier dans le manteau. Par effet de serre, la température moyenne de la planète augmente et provoque le dégel du permafrost, – le pergélisol -, facilitant la libération du méthane, – CH4 -, un gaz à l’état naturel produit par des organismes vivants, contenu dans les sols.

En phase de dispersion des plaques tectoniques aboutissant à un regroupement des continents pour former un nouveau surpercontinent, une très forte sédimentation due à l’érosion intense des montagnes jeunes, combinée à des cycles biologiques adjacents et complémentaires et l’intensité du volcanisme intra-plaques, de point chaud, d’accrétion et de subduction avec émission de basalte gros dévoreur de CO2, forment un puits de carbone. Il en résulte une diminution de « l’effet de serre » et un refroidissement général de la planète se concrétisant par « un effet igloo », sur une durée avoisinant les 200 millions d’années avec des températures moyennes du globe variant entre 15 et -5° C., une température augmentant, ensuite, graduellement avec le rapprochement des continents.

Cycle effet de serre et igloo

D’après le tracé de la courbe des températures et du dioxyde de carbone depuis 600 Millions d’années montrant la relation existante entre la teneur naturelle en CO2 et la température terrestre. – Selon Berner, 1994, pour la courbe CO2 et, pour la courbe des températures, selon Berner et Canfield, 1989, et University Corporation for Atmospheric Research/Office for Interdisciplinary Earth Studies, 1991.

Les bases de la théorie centrée sur un cycle climatique « super-continent-réchauffement », « fragmentation- effet de serre », « dispersion des plaques-refroidissement » et « rapprochement-effet igloo », étant ordonné sur des périodes s’étalant sur environ 120/130 millions d’années, il s’avère que depuis environ 65 millions d’années « le complexe refroidissement-effet igloo » sévit sur la Terre. Il ne s’achèvera qu’avec la réunion totale des plaques tectoniques dans, quasiment, 175 à 195 millions d’années avec, au passage, la fermeture totale du paléo-océan Téthys qui s’est ouvert, d’Est en Ouest, du Permien supérieur au Jurassique moyen et dont les derniers vestiges se retrouvent dans l’Insulinde4 et dans la partie orientale de la Mer Méditerranée5 ,et celle de l’Océan Pacifique déjà bien engagée, d’une part, et d’autre part, l’ouverture finale du Rift Est Africain6 long de 6000 Kilomètres qui prolonge un ensemble de fractures qui courent depuis la Mer de Libye jusqu’au Mozambique et passent par la Mer Rouge et le Golfe d’Aden, ayant déclenché la fermeture de l’Océan Indien et de l’Océan Atlantique.

Au plan sismique et volcanologique, la première incluse dans la Ceinture de Feu, et la seconde se concentrant dans la Corne de l’Afrique, ces deux zones sont très actives, – sous quelques mois allant devenir paroxysmales7 -, et constituent des pôles majeurs d’expansion basaltique qui s’avèrent gros consommateurs de dioxyde de carbone. Tant et si bien que si le référencement est en phase avec l’arc malais, – Les Grandes îles de la Sonde : Sumatra, l’archipel Krakatoa, Java, Bali…et les petites îles de la Sonde -, et l’arc Philippines-Molluques, en activité croissante depuis le début du XXI° siècle, le climat évoluant avec un petit décalage, il en advient, après une fonte partielle qui fait les gorges chaudes du GIEC et des écologistes apocalyptiques, le froid s’installant progressivement depuis 2008, une reconstitution de la banquise arctique qui laisse présager non un « effet de serre », comme annoncé à grands cris, mais les prémices d’une nouvelle glaciation, de type Würn4, dans les décennies à venir.

La banquise Arctique

La banquise arctique… Images comparatives, 30 juillet 2007, à gauche en regardant la photographie, et 30 juillet 2009, à droite. Sources Nasa.

Auteur : Raymond Matabosch
Climato-sceptique du réchauffement climatique
causé par l’activité industrielle de l’Homme

  1. GIEC : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat; en anglais, IPCC, Intergovernmental Panel on Climate Change. []
  2. Le Mésozoïque, – du grec ancien μεσο, mesos ou moyen et ζωον , zoon, animal -, anciennement dénommé Ère secondaire ou Ère des Reptiles, est une ère géologique s’étendant de 251 à 65,5 Millions d’années au cours desquelles apparaissent des espèces de mammifères et de dinosaures. Il comprend trois époques, le Lias ou Liassique, – 251 à 199,6 Millions d’années -, le Jurassique, – 199,6 à 145,5 Millions d’années -, et le Crétacé, – 145,5 à 65,5 Millions d’années -, sa fin correspondant à la disparition des dinosaures et des ammonites. []
  3. Le Néoprotérozoïque est la troisième et dernière ère du dernier éon du Précambrien, le Protérozoïque. Elle s’étend de 1.000 Millions d’années à 543 Millions d’années. []
  4. Vestiges du paléo-océan Téthys en Insulinde : Au Paléocène, – 65 à 55 millions d’années -, un morceau de Gondwana s’est détaché pour former la plaque tectonique qui deviendra les futures Inde et Indochine. Ce bloc, continuant son parcours, a fini par se rapprocher de l’Eurasie, jusqu’à la collision entraînant la fin partielle de Téthys et la naissance de l’Himalaya. Totale entre le continent Indo-indochinois et l’Asie, dès le Bartonien, – 40 à 37 millions d’années -, elle perdure toujours entre l’arc malais, – les îles Andaman et Nicobar, et les îles de la Sonde -, et celui regroupant les Philippines, les Célèbes et les Moluques, avec La Mer des Andamans, le Golfe de Thaïlande, et les Mers de Chine Méridionale, de Sulu, de Sibuyan, de Visayan, de Bohol, des Célèbes, de Banda, de Florés, de Savu et de Java.  []
  5. Vestiges du paléo-océan Téthys en Mer Méditerranée : ce sont les Mers Adriatique, Ionienne, de Libye, de Crête, Myrtoenne, Égée, de Thrace, de Marmara, Noire et d’Azov, qui se situent à l’Est de l’arc sicilien formé par la péninsule de Rass Eddar, – ou Cap Bon -, les îles Aegates, la Sicile, les îles Ioniennes et la péninsule italique.  []
  6. Le Rift Est Africain : Le bord Nord-Est de la plaque lithosphèrique Africaine, depuis 30 millions d’années, subit une extension en raison du mouvement des plaques voisines. La plaque tectonique arabique représente un morceau, – par la mer Rouge au Nord et par le golfe d’Aden à l’Est -, déjà séparé du reste de l’Afrique. Vers le Sud, Un troisième rift, le rift East-Africa, les prolonge, séparant lentement la partie Est de l’Afrique du reste du continent.  []
  7. Éruptions paroxysmales ou éruptions type Saint Hélens : C’est un type d’éruption explosive observé et décrit, en 1980, au Mont St-Helens, aux Etats-Unis. Elles se caractérisent par l’écroulement d’un secteur de l’édifice volcanique déstabilisé par une importante intrusion de magma dans ses couches internes.  []

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 58 articles

Profil: Raymond Matabosch, né à Villeneuve la Rivière, Pyrénées Orientales, le 04 Octobre 1947, est un sismo-volcanologue, poète, écrivain, historien et traducteur français. « Il est né le 4 octobre 1947,…

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 1,537 a été rédigé par Raymond Matabosch il y a 9 ans et 3 mois, le lundi 5 avril 2010.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Environnement, International.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Grève étudiante: Line Beauchamp fait une offre… aux banques! La ministre de l'Éducation du gouvernement Charest, Line Beauchamp, a fait une annonce extraordinaire aujourd'hui qui va réjouir beaucoup de [...]

2010: Le charme de l’enjôleur Clotaire Rapaille est diplômé en sciences politiques et a obtenu un doctorat en psychologie de la Sorbone en 1969. Il [...]

2009: La crise du PCAA Durant la fin de semaine du 28 et du 29 mars 2009, a eu lieu l'assemblée générale annuelle du Mouvement [...]

2009: L’industrie de la publicité Depuis plusieurs années, l’industrie de la publicité québécoise perd du terrain et voit son chiffre d’affaires baissé. La mondialisation serait [...]

2009: Les conservateurs doivent agir pour dénouer l’impasse entre ADM et l’industrie du taxi Le porte-parole du Bloc Québécois en matière de transports, d’infrastructure et de collectivités et député d’Argenteuil–Papineau–Mirabel, Mario Laframboise, a interpellé [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages